Pour le chef d’état-major de Trump, l’islam est problématique…


Pour le chef d’état-major de Trump, l’islam est problématique…
J’ai traduit ce texte pour informer les lecteurs de RR de la position politique de Donald Trump sur l’islam. Aux États Unis apparemment les musulmans ne seront plus au dessus de toutes critiques (enfin !). 
Et le général Micheal Flynn, ancien directeur de la Defense Intelligence Agency (DIA : service des renseignements américains) désire lever le voile sur la nature réelle de l’idéologie islamique. Robert Spencer a donc, à mon avis, décidé indirectement de faire part de ses connaissances au gouvernement américain, et populariser ainsi son message. 
Espérons qu’en France nous aurons la possibilité de suivre cet exemple, et stopper net cette intox qui nous présente l’islam comme une religion de paix et de tolérance. 

Robert Spencer déclare à PJ Media [NDT : média sur le web lié au parti conservateur] : Priebus qualifie les différents aspects de l’islam de «problématiques». Qu’en est-il vraiment ?

Le 22 novembre 2016 par Robert Spencer

L’administration Trump est sur le point de prendre des décisions majeures. Lire mon dernier article sur PJ Media :

Le nouveau chef d’état-major du président élu Trump, Reince Preibus, a brisé un tabou dimanche dernier, lorsqu’il a énoncé une vérité pratiquement mondialement démentie. Même ceux qui sont au courant de l’exactitude de ces informations, préfèrent généralement les dissimuler au public.

Des aspects de l’islam sont … « problématiques« .

Priebus a prononcé cette phrase forte quand il lui a été demandé sur ABC, de réagir à la nomination par Donald Trump de Michael Flynn au poste de conseiller à la sécurité nationale, pour traiter (entre autre) le dossier islam politique. Priebus a répondu :

De toute évidence, certains aspects de l’islam sont problématiques et nous les avons identifiés, analysés. Sans aucun doute les musulmans ne seront plus au dessus des critiques, mais Mike Flynn est l’un des officiers de renseignement les plus estimé en Amérique. C’est un fait que personne ne peut nier.

Sans aucun doute, car beaucoup de gens nient que certains aspects de l’islam sont « problématiques ». Hillary Clinton a fait en 2015 cette célèbre déclaration :

« Allons droit au but : l’islam n’est pas notre ennemi. Les musulmans sont pacifiques et tolérants et ils n’ont rien à voir avec le terrorisme ».

Hillary Clinton ne se contente pas que de donner son opinion. Elle se fait l’écho de la politique officielle dictée par l’administration Obama – laquelle politique aurait certainement été celle de son administration, si elle était devenue présidente.

Le discours de Priebus quant aux aspects «problématiques» de l’islam, fait suite à une campagne au cours de laquelle Donald Trump a plusieurs fois critiqué Hillary Clinton quant à son refus de désigner « l’islam radical » comme étant un ennemi. L’administration Trump a clairement l’intention de prendre une nouvelle direction quant à la menace que représente le djihad.

Nous pouvons être tout aussi certains que l’establishment politique de gauche et les médias critiqueront Donald Trump pour avoir soi-disant aliéné les musulmans pacifiques et, en qualifiant leur religion de « problématique », les inciter à faire le djihad Aussi, d’importantes décisions d’ordre politique sont sur le point d’être prises sur cette question : les aspects « problématiques » de l’islam, existent-ils vraiment ?

De toute évidence, les djihadistes évoquent systématiquement, ou en tout premier lieu, le coran et l’exemple de Mahomet pour justifier leurs actions et recruter des musulmans pacifiques [NDT : ou qualifiés de modérés].

Abdullah Azzam – qui, avec Oussama ben Laden, a créé Al-Qaïda – écrivait dans son exhortation au jihad, Join the Caravan que « le Prophète (SAWS) était un maître pour les moudjahidines « , qui « menait des expéditions militaires, ou qui envoyait une armée combattre tous les deux mois au minimum ».

Les «expéditions militaires» de Mahomet se révèlent-elles sur certains points problématiques ? L’érudit égyptien Nasr Hamid Abu Zayd s’exprime sur la question :

Si nous suivons les règles établies à partir de l’étude orthodoxe des textes du Coran, il N’EST pas possible de condamner le terrorisme d’un point de vue religieux. 

Cette affirmation est parfaitement conforme aux règles orthodoxes de l’islam, visant à sanctifier l’essence même du terrorisme. C’est là que réside le secret de la puissance « mystique » du djihad.

Khalid Sheikh Mohammed et ses complices accusés pour l’attaque du 11 septembre 2001, ont procédé à une longue apologie de l’attentat qu’ils décrivent comme étant explicitement une attaque djihadiste :

« Mille mercis à Dieu, pour son geste bienveillant, et de nous avoir choisis pour accomplir sa volonté par le djihad et pour défendre l’islam et les musulmans. Par conséquent, vous tuer et vous combattre, vous détruire et vous terroriser, répondre à vos attaques, tout cela, comme notre religion nous l’ordonne, est éminemment notre devoir légitim»

Dans le même registre, le taliban et terroriste Baitullah Mehsud a déclaré:

« Allah à 480 reprises dans le saint coran exhorte les musulmans au djihad. Nous ne faisons qu’obéir aux ordres de Dieu. Seul le djihad peut apporter la paix au monde ».

Aussi, bien entendu, les chefs terroristes ne voient pas où se trouverait « l’équivoque » en islam. Ces terroristes sont-ils « extrémistes » ?

Eh bien – même s’ils étaient tous des musulmans dévots, déterminés à pratiquer leur religion correctement – nous devrions d’abord, pour répondre à cette question, nous interroger sur les sources de l’islam sunnite : les écoles juridiques (madhab).

École shafi’ite

Le manuel shafi’ite de droit islamique a été validé en 1991 par des religieux de l’université Al-Azhar, certainement l’autorité de référence du monde arabo-musulman. Ce manuel est considéré comme un guide fiable de l’orthodoxie sunnite.

Quand il est question du djihad, ce manuel stipule que « le calife fait la guerre aux juifs, aux chrétiens et aux zoroastriens … jusqu’à ce qu’ils se convertissent ou qu’ils s’acquittent de la taxe spécifique (jizya) imputable aux non-musulmans ».

A été ajouté au manuel un commentaire de Sheikh Nuh Ali Salman expert jordanien sur la jurisprudence islamique : le calife ne fait la guerre aux infidèles que « si il a d’abord invité [les juifs, les chrétiens et les zoroastriens] à se convertir à l’islam comme croyants et pratiquants et, en cas de refus, alors leur proposer d’intégrer la société islamique en payant la jizya, taxe spécifique réservée aux non musulmans … tout en continuant à pratiquer leur religion ancestrale (La dépendance du voyageur, o9.8).

Bien sûr, le califat n’existe plus aujourd’hui, à moins que l’on ne prenne en compte les revendications de l’État islamique et par conséquent la déclaration souvent répétée qu’Ousama, et les autres n’ont en fait aucune légitimité quant à faire le djihad, vu qu’ils ne sont mandatés par aucun état.

En tout état de cause, tous justifient leurs actions par le djihad défensif. Il ne nécessite pas la licence de l’état pour être entrepris et il est «obligatoire pour tout le monde» (Dépendance du voyageur, o9.3) si une terre musulmane est attaquée.

Et les musulmans ne déclarent pas le djihad défensif, quand une coexistence pacifique avec les non-musulmans considérés comme des égaux, est effective. La Dépendance du Voyageur précise que la guerre contre les non-musulmans doit se poursuivre jusqu’au « Retour de Jésus sur Terre ». 

Et après ? « [Seul] l’islam sera agréé par tous, car la capitation ne sera plus légitimement perçue après le retour de Jésus » (o9.8).

Là, nous avons à un problème.

École hanafite : le manuel hanafite de jurisprudence islamique reprend les mêmes injonctions que l’école shafi’ite.

Les auteurs du manuels insistent sur le fait que les infidèles doivent être invités à se convertir à l’islam avant d’être combattus, « parce que c’est ainsi que le prophète a parlé à ses lieutenants en leur recommandant d’encourager les infidèles à embrasser l’islam ». Les auteurs du manuel soulignent que le djihad ne doit pas être entrepris pour le butin, mais uniquement pour des raisons religieuses. Pour l’appel à la conversion,

«… les peuples se rendront compte qu’on leur fait la guerre pour des raisons religieuses bénéfiques [NDT : si on se fie à cette école, les terroristes commettent des attentats pour le bien des populations !] et, non pour prendre leurs biens ou pour asservir  leurs enfants et, sur cette considération il est possible qu’ils puissent être amenés à accepter l’appel à se convertir afin d’éviter les horreurs de la guerre [NDT : après l’attentat à Charlie hebdo, on a observé une recrudescence des conversions à l’islam] ».

En tout état de cause :

« [Si] les infidèles, après avoir été invités à se convertir n’embrassent pas l’islam et, ne consentent pas à payer la [jizya], il incombe alors aux musulmans d’invoquer Dieu pour obtenir de l’aide et de faire la guerre aux incroyants, parce que Dieu aide ceux qui Le servent et, Il est le destructeur de Ses ennemis qui sont les infidèles et, il est nécessaire d’implorer Son secours à chaque occasion; Le Prophète, en outre, nous ordonne d’agir ainsi » (Al-Hidayah, II, 140).

École malikite : Ibn Khaldun (1332-1406), historien et philosophe précurseur, il fut également un théoricien juridique de l’école malikite. Dans son célèbre Muqaddimah premier ouvrage de la philosophie de l’histoire, il note :

« Dans la communauté musulmane, la guerre sainte est un devoir religieux, en raison de l’universalisme de la mission musulmane et (de l’obligation de) convertir tout le monde à l’islam de gré ou de force.

En islam, celui que est en charge de la religion s’intéresse au ‘pouvoir politique’ parce que l’islam doit impérativement régner sur toute la Terre ».

École hanbalite : Le grand théoricien médiéval de ce qui est communément intitulé aujourd’hui islam « radical » ou « fondamentaliste », Ibn Taymiyya   (Taqi al-Din Ahmad Ibn Taymiyya, 1263-1328), est un juriste hanbalite.

Il a enseigné :

« Puisque la guerre légitime est en premier lieu le djihad, et que son but est que la religion soit entièrement dévolue à Allah et, que Sa parole domine sur tout ce qui existe, il faut donc lutter contre tous ceux qui s’opposent à ce mandat (divin) ».

Cette thèse est également enseignée par les théoriciens islamiques modernes. Majid Khadduri était un érudit irakien en droit islamique de renommée internationale. Dans son livre La Guerre et la Paix selon la loi Islamique qui a été publié en 1955 et, qui demeure l’un des ouvrages les plus perspicaces et les plus révélateurs sur le sujet, Khadduri s’exprime sur le djihad :

« L’état islamique, vecteur de mondialisation d’une religion reconnue, doit toujours obligatoirement être en expansion [NDT : c’est sans doute la raison pour laquelle l’Arabie Saoudite exporte le wahhabisme avant de diversifier son économie] ». L’État islamique, qui a pour principal devoir d’instaurer la loi de Dieu sur Terre, a pour mission d’établir l’islam comme idéologie prépondérante, dominante dans le monde entier

« Le djihad a donc été un moyen pour mondialiser l’islam et pour la création d’un état impérialiste sur toute la Terre (P. 51) ».

Imran Ahsan Khan Nyazee, est professeur adjoint à la faculté de la charia et au droit de l’université islamique internationale à Islamabad. Dans son livre de 1994, The Methodology of Ijtihad, il cite le juriste du 12e siècle, Maliki Ibn Rushd [NDT : Averroes] :

« Les juristes musulmans ont convenu que le but du combat contre le Peuple du Livre (les Juifs) … ne sera atteint que suite : à la conversion à l’islam, ou au paiement de la jizya ».

Nyazee conclut :

« Aucun doute n’est permis quant à l’objectif premier des musulmans, les juristes islamiques demandent aux croyants de répandre la parole d’Allah par le djihad, et l’option de l’impôt spécial [jizya] ne doit être réclamée qu’après assujettissement des non-musulmans ».

Les sources islamiques officielles, se basant sur ces quatre écoles de jurisprudence, affirment non seulement que l’islam a des aspects « prêtant à confusion », mais ils certifient que les aspects «problématiques» de l’islam, ne sont pas des commandements « radicaux », alors que ces aspects « équivoques » sont en fait centraux dans la religion musulmane.

Tout cela, en faisant l’impasse sur les nombreux, nombreux passages du coran exhortant les croyants à faire la guerre aux incroyants, passages que nous n’évoquerons pas ici.

Nous serions démythifiés si Hillary Clinton ou John Kerry ou le pape François ou d’autres, qui soutiennent que l’islam est une religion de paix, pouvaient nous produire quelques citations venant des autorités musulmanes et considérées comme « authentiques » par elles.

En outre, ceux qui maintiennent que l’islam est une religion de paix, devront expliquer pourquoi les autorités musulmanes que j’ai citées plus haut et d’autres qui leur ressemblent, sont inauthentiques.

Alors qu’aucune autorité musulmane ne peut définir ce qu’est l’islam « véritable » et, qu’il est prudent de ne pas faire de grandes affirmations sur qu’est véritablement « l’islam authentique », de toute évidence de nombreux musulmans croient que l’islam authentique sanctionne officiellement la violence contre les non-musulmans — et ils (les musulmans) peuvent nous présenter des siècles de littérature musulmane typique et populaire à l’appui de leurs convictions [NDT : mais oui bien sûr] …

Traduit de l’anglais par Lavéritétriomphera.

Source : https://www.jihadwatch.org/2016/11/robert-spencer-in-pj-media-priebus-calls-aspects-of-islam-problematic-are-they

 




Laveritetriomphera

Résistance républicaine Midi Pyrénées, j'ai choisi comme symbole la déesse égyptienne de la vérité/justice Maât. J'estime que la vérité/justice est un concept universel et unificateur par essence.


15 thoughts on “Pour le chef d’état-major de Trump, l’islam est problématique…

  1. SarisseSarisse

    Les américains et les russes ont compris et leurs écoles de guerre ne doivent rien omettre dans leurs enseignements des méthodes de guerre psychologique et réelles de l’islam, les nôtres aussi mais elles l’énoncent bien moins ouvertement en raison des contingents d’élèves officiers formés dans nos écoles de guerre comme St-Cyr originaires du Dar Al Islam.
    Il est urgent de hâter un changement politique radical et conforme aux souhaits de la très grande majorité de nos peuples.
    Trump semble annoncer qu’il tiendra ses promesses.

  2. durandurand

    Péronne : « Ultra-droite » contre « anti-fa » sur le marché
    PUBLIÉ LE 28/11/2016
    Par L’Aisne Nouvelle
    Une cinquantaine de personnes anti-migrants a manifesté à Péronne. La contre-manifestation de l’extrême gauche fait le même score.
    Habituellement, le marché qui se tient chaque samedi à Péronne est plutôt tranquille. Samedi, ce ne fut pas le cas. Les commerçants se sont retrouvés au milieu d’une centaine de manifestants d’extrême droite et d’extrême gauche. Les leaders du Parti de la France, Thomas Joly et David Martin, rejoints par Xavier Jesu, de « Souveraineté, identité et libertés », ont orchestré cette manifestation anti-migrants. De son côté, la contre-manifestation, organisée par Emmanuelle Laurent de Solidaires 80, a regroupé des sympathisants d’extrême gauche, des anarchistes et des syndicalistes. Dans chaque camp, il y avait une cinquantaine de manifestants.
    L’avenue Charles-Boulanger est alors rebaptisée « La rue de la honte » par un de ses habitants. Pour Michel Devrelle, « c’est scandaleux que cette manifestation anti-migrants ait été autorisée », explique le riverain. De l’autre côté de la rue, une Péronnaise qui souhaite rester anonyme est venue « écouter ce qui se dit par l’extrême droite ». Pour elle : « Les migrants, je ne sais pas d’où ils viennent, je n’écoute pas les informations mais ce que je sais c’est qu’ils nous piquent nos logements, nos boulots et que nous, on n’a plus rien. On ne peut pas continuer comme cela. »
    L’avenue Charles-Boulanger est fermée à la circulation. Impossible d’y pénétrer sans passer par un barrage où chaque identité est relevée. À l’autre bout de la rue, les militants d’extrême gauche arrivent. Ils sont bloqués par un cordon de gendarmes mobiles. Les manifestants d’extrême droite lisent leurs discours. Au bout de la rue, les contre manifestants crient leur slogan : « Pour ne pas laisser la rue aux fascistes à Péronne ». Le ton est donné.
    Panique et petite bagarre
    Au bout d’une demi-heure, les trois leaders d’extrême droite invitent leurs sympathisants à se « disperser dans le calme ». Ils rejoignent leurs véhicules garés près de l’hôpital. Mais une vingtaine d’entre eux décide de descendre vers le centre-ville. De l’autre côté, les contre-manifestants choisissent de passer devant la place Daudré où est installé le marché. Les deux groupes sont face à face. Les provocations fusent… Et une bagarre éclate. Elle est rapide : à peine une quinzaine de secondes. Un militant d’extrême gauche est attrapé et jeté au sol, il prend quelques coups au visage.
    Pris de panique, les commerçants remballent leurs étalages. « On a vu que les manifestants arrivaient et on a décidé de tout remballer. On ne sait jamais ce qui peu se passer ! », explique un commerçant.
    A.K, V.F et N.T (Courrier picard)
    http://www.aisnenouvelle.fr/region/peronne-ultra-droite-contre-anti-fa-sur-le-marche-ia14b0n432043

  3. Philippe Mangé

    L’ISLAM EST UNE SALOPERIE HISTORIQUE : Au regard des exactions de l’Islam depuis ses origines ; une « petite » mise au point s’impose « Il n’y a pas et il n’y a jamais eu de pogrom anti-chrétien ou anti-juif en terre d’Islam, pas comme en Europe ! » Un mythe entretenu sur la bonne coexistence entre les religions en terre d’Islam. Pour rétablir les faits voici une liste des pogroms antichrétiens et anti-juifs de 1992 à 624. 1992 : massacre de 13 chrétiens dans le village égyptien de Sanbo 1992 : massacre des coptes à Timna en Egypte 1991 : dérive islamique du régime de Saddam Hussein afin de canaliser les rancœurs populaires; aggravation des persécutions contre les minorités; après cette date, environ 30% des chrétiens fuient le pays. 1991 : En Irak, dans le diocèse de Zakho, 30 villages chaldéens et 40 églises sont détruits 1991 : En Irak, destruction de l’église médiévale de Beidar près de Zakho, par l’armée irakienne, qui la transforme en étable. 1991 : les dirigeants de la communauté chrétienne sont explusés du sultanat de Brunei; la célébration de Noël est interdite 1990 : pogroms anti-arméniens en Azerbaïjan; 38 morts …………..1980 : Liban : massacre des villageois chrétiens de Safra …….. 1965 : vague d’antisémitisme en Algérie; fuite de la communauté juive 1965 : pogrom à Aden 1962 : juillet: pogrom d’Oran 1948 : pogroms en Libye 1958 : pogrom à Aden 1955 : émeutes anti-juives et chrétiennes en Turquie; pillage des églises et des magasins 1955 : septembre: émeutes antijuives à Izmir 1952 : pogroms anti-juifs et chrétiens à Suez ……… 1948 : pogrom à Alexandrie pendant une semaine; environ 150 morts 1933 : août: 600 Assyriens sont massacrés dans les villages de la région de Dohuk. 1941 : persécution des juifs en Libye 1941 : massacre de juifs à Bagdad, avec l’appui des autorités: env. 170 morts ……….. 638 : expulsion des juifs de Jérusalem 637 : description horrifiée de la conquête de la Palestine par le patriarche Sophronios 635 : prise de Damas: “le massacre dura toute la nuit jusqu’à l’apparition du jour”. 634 : départ des chrétiens d’Arabie pour la Syrie ……………… 624 : apres la victoire de BADR, début de l’extermination des juifs, sous le règne de Mahomet Ça, ce sera pour ceux qui auront lu jusqu’ici, et vendraient encore nous dire que le Prophète aimait les juifs !! ………..1935 : pogroms en Algérie 1934 : pogrom de Constantine (Algérie); pillage et 28 morts, sous l’indifférence de la Police et l’Armée française ……………. 1933 : août: le prêtre assyrien Adam de la tribu Tkhuma est enterré vivant. 1933 : massacre des chrétiens “assyriens” en Irak au moment de la proclamation de l’indépendance 1933 : l’armée irakienne mitraille 1 000 réfugiés chrétiens chaldéens 1933 : août: massacre des Assyriens au village de Simel; toute la population est éliminée. les prêtres sont mutilés; les femmes violées et humiliées; les voitures roulent sur les enfants; la liste des victimes est en cours de publication par les autorités assyriennes actuelles.Le petit journal pogroms terre islam 1929 : août: les juifs demandent l’aménagement du mur des Lamentations; pogroms à Jérusalem, Hébron, Safed; pour faire cesser les violences, les Britanniques repoussent cette demande ……….. 1915 : avril: déportation violente des Arméniens de la région de Zeitoun puis élimination 1915 : avril: déportation et élimination des Arméniens de la région de Van 1915 : mai: fin de la résistance arménienne à Van; élimination des survivants du siège 1915 : avril: élimination de 800 intellectuels et fonctionnaires arméniens de la capitale 1915 : mai: déportation des Arméniens de la région d’Erzurum 1915 : mai: loi ottomane sur les biens abandonnés par les Arméniens 1915 : mai: protestation des puissances alliées contre les massacres arméniens, qui tiennent le régime ottoman pour responsable 1915 : juin: massacre de 12 000 soldats arméniens de l’armée ottomane 1915 : juin: élimination des Arméniens de la région de Shapin-Karahisar 1915 : juin: pendaison publique de 21 chefs du parti nationaliste arménien à Constantinople 1915 : juin: déportation des Arméniens ………. 1915 : les chrétiens assyriens d’Irak sont massacrés par les Kurdes et les Turcs; 250.000 morts? 1915 : les forces ottomanes privilégient l’exécution par crucifixion pour les femmes arméniennes et assyriennes. 1915 : janvier: destruction de 70 villages autour d’Urmia; exode de 25 000 Arméniens et Assyriens. 1915 : des missionnaires allemands découvrent dans le village d’Haftawan près de Salmas 750 corps décapités dans les puits et les citernes. Le général turc avait promis une indemnité pour chaque tête. ………. 1914 : juin: massacre de Grecs par les Turcs à Foça et Cesme. 1914 : juillet: création des bataillons de travaux forcés pour les mobilisables orthodoxes, qui permettent leur élimination progressive. 1914 : août: massacre de 12 000 chrétiens assyriens en Irak par le Jevdet Khalil Bey …………. 1896 : juin: destruction des villages de la région de Shatakhchrétiens en terre islam 1896 : juin: destruction de 11 villages arméniens autour de Gumushhane 1896 : juin: massacre d’Arméniens à Van; fuite des survivants en Iran 1896 : août: après la prise d’otage à la Banque Ottomane, pogroms contre les Arméniens de Constantinople; 7 000 morts? protestation officielle des puissances européennes 1896 : septembre: dispersion de la population arménienne de Agn 1896 : septembre: massacre de 250 Arméniens autour de Mush 1896 : septembre: massacre dans le village de Binkaya; 250 morts 1896 : massacre des Crétois par l’occupant ottoman 1895 : massacre d’Arméniens à Van et Istanbul ………. 1895 : octobre: massacre d’Arméniens à Bayburt; 165 villages détruits 1895 : octobre: massacre d’Arméniens à Urfa par les troupes kurdes; le consul anglais est témoin 1895 : octobre: massacre d’Arméniens à Erzurum; 400 morts ………………1895 : novembre: massacre d’Arméniens à Kharput; 3 800 morts ………………… 1894 : début des massacres contre les Arméniens décidés sous le sultan Abdul Hamid =>1896; environ 300 000 morts …………..1860 : le quartier assyrien de Damas est attaqué; 10 000 morts ……………..1806 : expulsion par fatwa des juifs de Sali au Maroc et interdiction pour les juifs marocains d’avoir des vêtements occidentaux 1806 : les janissaires du Dey d’Alger massacrent et pillent dans le quartier juif 1805 : pogrom contre les juifs d’Alger après une famine 1805 : exil des juifs d’Alger vers Tunis et Livourne 1803 : répression d’une révolte en Serbie; entre autres, 1800 femmes et enfants pris comme esclaves. 1790 : massacre de juifs à Tétouan (Maroc)et destruction de la plupart des communautés juives du Maroc 1785 : à Constantinople, les églises secrètement réparées par les minorités sont détruites à nouveau par le vizir sous pression de la foule 1770 : expulsion des juifs de Jeddah en Arabie 1700 : massacre des juifs au Yémen 1676 : expulsion des juifs de Sanaa au Yémen 1650 : les juifs de Tunisie sont déportés dans des quartiers spéciaux appelés “hara” 1667 : persécution des Arméniens chrétiens en Iran 1656 : juifs chassés d’Ispahan en Iran 1622 : conversion forcée des juifs de Perse ……… 1304 : expulsion des chrétiens d’Ephèse 1301 : début de la persécution des juifs en Egypte 1301 : vague de violence anti-chrétienne en Egypte 1295 : Kazan Khan ordonne la destruction de toutes les églises de Mésopotamie 1293 : au Caire, émeute contre les Coptes: massacre et destruction de leurs maisons 1291 : conversion forcée des juifs de Tabriz en Perse 1289 : massacre de religieuses chrétiennes à Tripoli en Palestine par l’armée de Kalavun 1274 : invasion et destruction par les Mamelouks des trois royaumes chrétiens de Nubie; vente des habitants. 1268 : émeute à Bagdad contre les chrétiens 1266 : le caveau des Patriarches d’Hébron est converti en mosquée et interdit aux juifs et aux chrétiens 1260 : attaque des chrétiens de Damas et destruction d’églises 1232 : massacre des juifs de Marrakech 1225 : invasion de la Géorgie par Djelal Edin. Selon les chroniques, début d’une période de 5 années de massacres en Géorgie 1224 : toutes les synagogues de Fès au Maroc sont détruites 1207 : A Pâques, massacre de 12 000 Arméniens autour de la cathédrale d’Ani 1198 : conversion forcée des juifs d’Aden ………. 1077 : massacre de 3000 infidèles à Jérusalem par le chef turkmène Atsiz 1073 : début des persécutions contre juifs et chrétiens par les Turcs à Jérusalem 1066 : au cours du massacre de milliers de juifs de Grenade, assassinat du Nagid de la communauté, successeur de Samuel ……… 851 : les chefs de la communauté chrétienne de Cordoue sont emprisonnés 850 : règlement du calife sur les vêtements des infidèles 832 : massacre des coptes révoltés du Delta 831 : répression des chrétiens coptes en Egypte 829 : révolte des chrétiens coptes en Egypte ………………….. 643 : massacre des habitants de Césarée de Palestine; 7 000 morts 640 : expulsion des chrétiens du Nadjran 640 : autorisation pour les musulmans de briser les croix des processions coptes et autorisation de détruire les églises nouvelles coptes

    1. Victoire de Tourtour

      Et l’Inde , 80 millions de morts ? Il me semble ne pas l’avoir vue passer dans votre nomenclature des jeux et des ris de l’islam.

      1. SarisseSarisse

        Trop souvent passé sous silence, désolé si je ne l’extasie pas devant le Taj Mahal qui n’est en rien représentatif de la civilisation indienne.

  4. Charles Martel

    Il n’y a pas que pour le chef d’état major de Trump que l’islam est problématique, il l’est pour tout être humain , il n’y a que pour les inconscients et les doux rêveurs comme nos bobos bienpensants que l’islam ne pose pas de problème.

    1. Lavéritétriomphera

      Là est le fond du problème. L’islam est problématique, cette réalité ne peut être niée quand on s’informe sur les écrits islamiques. Nous devons cependant encore subir des personnes, qui à l’instar d’Hillary Clinton, nous affirment droit dans les yeux, que l’islam ne pose pas de problèmes réels. La dérive radicale serait seule responsable du terrorisme.
      Robert Spencer a donc expliqué encore une fois en quoi l’islam est problématique. Mais nous savons tous : « qu’il n’y a pas plus sourd que celui que ne veut rien entendre » et l’on peut rajouter de plus aveugle que celui qui ne veut rien voir.

  5. Lanlignel ArmandLanlignel Armand

    Les événements de ces derniers jours nous ont égarés sur des aspects politiques qui risquent de nous diviser. Au moins, cet article va dans le sens de notre combat. Il faut privilégier ce genre d’article et minimiser les autres qui nous dispersent, nous ne pourrons être efficaces qu’en étant concentré sur un seul sujet ultra-prioritaire.

  6. Françoise

    L’islam en lui même est problématique, c’est pour cette raison que leurs conquêtes n’ont jamais dépassées le sud de l’Europe, parce qu’en face ils avaient du répondant, une puissante armée européenne, c’était en 732 avec Charles MARTEL et un autre noble dont je ne me souviens plus du nom qui était là,lui aussi pour faire barrage à cette invasion musulmane, ma mémoire fait défaut dans ce domaine.

  7. zipo

    L’Islam n’a jamais été une religion mais un dogme,une idéologie créé par un conquérant Mahomet d’ou son nom « soumission »,tu te soumets ou l’on te coupe la tète ,c’est la religion d’amour par excellence!C’est un mélange de toutes les religions plus des sourates adaptés pour conquérir ,raser,tuer !
    Hitler adhérait a cette religion ,c’est in signe!
    Citez moi un seul pays ou sévit ce dogme ou régne la liberté et les droits de l’homme!!!
    Bienvenue chez les fous !

  8. frejusien

    Merci pour le rappel historique de toutes les exactions commises par ces fous de Dieu.partout où ils ont pu s’installer
    Je n’en crois pas mes yeux de lire que les attentats ont provoqué une recrudescence des conversions,
    Qui peut m’expliquer ça ?

Comments are closed.