Autriche, 1956, les réfugiés hongrois : pas un seul incendie pour un problème de goulash !


Autriche, 1956, les réfugiés hongrois : pas un seul incendie pour un problème de goulash !

http://resistancerepublicaine.com/2016/11/24/la-desintox-de-libe-confirme-des-clandestins-ont-bien-incendie-un-centre-a-cause-de-la-bouffe/

Ce qui veut dire que les infinis antagonismes, querelles, controverses, affrontements internes à l’islam ne sont plus internes à l’islam, mais débordent entièrement de son cadre pour devenir des problèmes sociaux à traite en priorité.

Alors qu’il y a des millions de pauvres en Europe, nous sommes obligés de prendre au sérieux des controverses théologiques qui ne nous concernent en aucune façon. Les gouvernements, organes, instances européens au sens large (ici, la Croix-Rouge allemande et la justice allemande) doivent consacrer de plus en plus de temps et de ressources à en gérer les conséquences.

Personne n’ose dire officiellement que nous avons affaire à des illuminés incapables de faire des compromis. Et qu’on n’est pas OBLIGES en Europe d’avoir comme futurs voisins (et a fortiori comme futurs concitoyens) des demeurés capables d’incendier leur propre logement pour un désaccord d’ordre théologique.

La guerre a bon dos. On parle de « réfugiés » à tout va. Je n’ai pas entendu dire que les Hongrois accueillis en Autriche et en Allemagne après l’insurrection de Budapest en 1956 aient incendié l’un de leurs centres d’accueil parce que certains exigeaient qu’on leur serve du poisson le vendredi, et que les autres voulaient pouvoir manger aussi du goulasch. Je pense qu’ils avaient un certain sens des priorités.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




13 thoughts on “Autriche, 1956, les réfugiés hongrois : pas un seul incendie pour un problème de goulash !

  1. AvatarCharles

    …et oui… il y a des centaines d’évidences comme celà..mais apparemment c’est pas tout le monde qui les voit ….

  2. AvatarChistian jour

    Les hongrois sont civilisés, se qui n’est pas le cas des migrants qui ne sont rien d’autre que des sauvages analphabète, sans culture et dangereux venu pour islamiser l’Europe.

  3. Avatarlepatriot

    ça n’est pas comment faire pour sauver notre peuple mais comment faire pour sauver notre peau?
    IL n’y a pas 36 solutions mais 2: savoir au plus près combien de patriotes il y a en France car il parait qu’on est qu’une poignée alors que peut être plus des 3/4 du peuple est patriote!
    ensuite c’est pas compliqué d’aller là où les traitres se trouvent et les virer,en autres. environ 40 millions d’adultes ça ferait 30millions de populistes qui pensent être seul.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      environ 80% des Français sont plutôt inquiets voire hostiles à l’islam… mais combien sont prêts à en découdre si besoin ? Plusieurs millions. Ce qui n’est pas la majorité de la population mais ça signifie qu’on a de bonnes chances de gagner la guerre.

      1. AvatarCeltillos

        si je me souvient bien de mes cours d’histoire la révolution a été déclenché a la base par une poignée de meneurs, la résistance en 1940 était un embryon sans moyens, nous, nous avons les réseaux sociaux pour communiquer et mobiliser et a tres peut bien decidés on peut beaucoup!

  4. Avatarbutterworth

    LES migrants ont pour habitude de jeter la nourriture qui ne leur convient pas genre pates en italie en reclamant du riz ils reclament aussi des vetements de marque les autres pas assez classe voir web voir aussi etat des lieux apres leur passage bah les europeens sont tres riches d ailleurs c est allah qui donne tout donc aucune reconnaissance a avoir

  5. AvatarJ

    On ne peut pas comparer l’incomparable. Les vrais migrants d’autrefois (pas les clandestins d’aujourd’hui, il faut appeler un chat, un chat) n’étaient pas des barbares décérébrés par la doctrine d’un meurtrier pédophile. Il suffit de voir ceux qui fuient vraiment la guerre et qui ne sont pas musulmans, comme les syriens chrétiens : ils demande l’asile et n’ont qu’une idée : repartir en Syrie pour reconstruire leur vie. Bien différent de ceux qui viennent taper la manne céleste des allocs françaises.

  6. AvatarXtemps

    Les musulmans sont comme nos dirigeants, des profiteurs et des voleurs, pas question de travailler pour les mécréants, les impures, le même mépris que nos dirigeants, des parasites, des escrocs qui vivent sur le dos des peuples et des autres.
    La démocratie entre de mauvaises mains et inversé, n’est rien d’autres qu’une dictature qui vole les richesses du peuple pendant qu’il le persécute.
    Comptez les dictatures qu’il y a dans le monde et vous comprendrez les malheurs dans le monde et la pauvreté.

  7. Avatarcatalan

    La FRANCE est une terre d’acceuil par tradition mais je n’ai jamais entendu dire que les Portuguais , les Espagnols , les italiens , les Polonais , chinois et autres aient foutu un bordel pareil . Il n’y a que ces enfoirés fils de p—s crasseux faignants qui demandent tout et encore plus , se permettent de voler , de violer ‘ d’assassiner , et autres joyeusetés . L’islam c’est de la merde le coran un ramassis de conneries allah un pédophile notoire mahomet un pédéraste et nous ,nous devons supporter tout ça ???

  8. AvatarSylvie

    Regardez comment les réfugiés du Nord de la France et de l’Europe se comportaient entre 1914 et 1918 et entre 1939 et 1940 ? Ils étaient bien élevés, s’occupaient de leurs familles, prenaient des nouvelles de leurs voisins et apportaient un peu de réconfort aux autres qui avaient tout quitté pour rejoindre Nice et la côte d’Azur !
    Les réfugiés belges et néerlandophones ne provoquaient personne, ne prenaient pas les maisons des Français pour s’y installer et y imposer un islam rétrograde. Ils étaient européens, chrétiens (catholiques ou protestants) et s’intégraient facilement auprès des populations locales sans rien leur demander. Dans nos villages normands, les Belges étaient bien accueillis, vivaient correctement, inscrivaient leurs enfants dans les écoles libres ou publiques mais ne voulaient pas rester en France quand la guerre serait terminée. Une fois le conflit terminé, tout le monde rentrait chez soi.

    Ce qui se passe avec les migrants est une guerre de conquête, car eux veulent :
    – la maison du Blanc
    – la voiture du blanc
    – la femme du Blanc (pour la violer)
    – le travail du Blanc
    – l’argent du Blanc
    – Islamiser les villes, les villages, les départements, les régions, les pays et les nations.
    A la différence des réfugiés européens des deux guerres mondiales qui ne demandaient rien en échange, mais seulement de la solidarité et de l’amitié.

Comments are closed.