Survivalisme en Bretagne : se préparer pour augmenter nos chances de survie


Survivalisme en Bretagne : se préparer pour augmenter nos chances de survie

Ce weekend, il y a eu une conférence sur le survivalisme en Bretagne, présentée par Parachutiste.

Une centaine de personnes étaient présentes autour d’un très bon déjeuner. Christine nous a chaleureusement reçus et nous a remerciés de notre présence car certains venaient de loin. Pierre Cassen était présent lui aussi et nous a transmis les dernières informations concernant la politique générale, ainsi que les primaires à droite prévues le lendemain dimanche.

L’après midi, nous entamions la conférence autour d’un sujet devenu nécessaire à ce jour,  » le survivalisme « . Parachutiste à fait un préambule pour expliquer ce qu’est le survalisme, les conséquences politiques, sociétales …. qui nous amènent à changer notre manière de vivre et de penser, donc, pourquoi il  nécessaire d’apprendre au moins les bases afin d’avoir des réflexes intelligents lorsque le pays s’écroulera.

La partie principale s’est déroulée selon un cheminement logique en commençant par la Base Autonome Durable ( BAD ), c’est à dire le type d’habitations avec avantages et inconvénients, le nombre de personnes vivant dans cette BAD, le stock d’approvisionnement à avoir en priorité et en fonction de chacun ( alimentaire, médicaments ), comment faire lorsqu’il n’y a plus de boîtes de conserves, le troc,  la défense de la BAD, l’indispensable utilité de s’inscrire dans un club de tir pour apprendre et réapprendre bien sûr, mais pour obtenir aussi le meilleur contrôle psychique, psychologique avec une arme. Un passage par le sport de combat et ses atouts pour la défense personnelle et ses proches.

Nous avons parlé de l’intérêt de créer des groupes afin de partager nos connaissances et d’être complémentaires en cas d’attaque. beaucoup de questions furent posées, mais le temps nous a manqué car nous devions rendre la salle. J’ai remarqué l’attention et l’intérêt très prononcé des personnes présentes à ce débat. Voilà pourquoi se préparer est important, nécessaire, nous augmentons nos chances de survie. Des échanges entre nous ont eu lieu à la fin pour mieux nous connaître.
Je suis d’avis et je recommande ce genre de conférences et de débats à l’avenir pour informer d’une part et renforcer notre groupe a travers la France.

Toutes mes félicitations à Alain de Bretagne, Christine, Pierre pour l’organisation et à Parachutiste ( conférencier ), pour son travail d’information et compétences dans ce domaine précis.




Résistance républicaine Ile de France


8 thoughts on “Survivalisme en Bretagne : se préparer pour augmenter nos chances de survie

    1. Christine TasinChristine Tasin

      il ne s’agit pas de devenir ceinture noire mais d’apprendre par reflexe 2 ou 3 gestes permettant de gagner du temps, et de pouvoir s’enfuir le temps que l’agresseur reprenne ses esprits

  1. Gladius

    Parlons sérieusement :

    1) pas de petites querelles entre nous SVP !!!. A quoi rime ce procès d’intention aux Bretons ? Au moins c’est chez eux que s’est tenue la première conférence sur le survivalisme, c’est Alain le responsable RR de Bretagne qui a appelé le premier à un regroupement en ce sens (sans oublier la belle leçon de mobilisation et de courage des « Bonnets Rouges »). Je pense personnellement, qu’à part les Corses et les Bretons, il n’y a pas encore beaucoup de « régionalistes » qui oseraient descendre comme eux dans la rue pour affronter les pouvoir !!

    2) essayons d’être constructifs, efficaces et pragmatiques. J’ai posé des questions dans 2 posts (le 20 à 20 h et le 21 à 12 h 41) et avancé (comme l’avaient déjà fait avant moi Anne, Fréjusien, Parachutiste lui-même, Alain et d’autres) quelques suggestions et idées en vue d’organiser quelque chose de concret pour que le survivalisme ne soit pas qu’un fantasme mais se traduise par du réel.
    Merci à Christine (qui va me mettre en relation avec Fréjusien) et à Parachutiste de m’avoir répondu. Je retiens d’abord que d’autres conférences sont à l’ordre du jour (en espérant qu’il y en aura une en PACA). Mais surtout, il ressort nettement des derniers échanges que l’idée d’une formation pratique au survivalisme ( au « FPS » pour faire plus court pour la suite) fait son chemin dans les esprits et qu’elle suscite de la part de quelques commentateurs une volonté forte de participer à sa mise en oeuvre.

    Ce qui m’amène aux premières réflexions suivantes (et je serais intéressé par les réactions – constructives – de ceux qui me liront) :

    -des initiatives de FPS ne peuvent pas se faire de manière désordonnée, chaque petit groupe dans son coin, pour des raisons d’efficacité, mais surtout de précaution ( dans tous les domaines notamment ceux du légalisme, de la discrétion, de l’uniformisation des principes et des méthodes, des moyens à mettre en oeuvre, du partage des expériences, …). Sans compter les attaques dont elles feront l’objet (de la part de la bien pensance, du pouvoir..). Il nous faut donc être regroupés le plus largement possible pour être forts dans notre tête et notre mental mais aussi pour faire face à nos adversaires, qui feront tout pour nous nuire.

    -cela implique une coordination, même minimale, à un échelon supérieur. Cela me paraît être indispensable (au niveau national à terme, régional -ce dernier pouvant être celui d’un modèle-test-)

    -et ce qui suppose une organisation structurée (la plus légère possible au départ, de type régional comme dit plus haut) pour assurer une coordination d’ensemble. D’où le passage par l’intermédiaire d’une association, ce qui « légaliserait » et légitimerait notre action. Des amis patriotes juristes pourraient utilement nous donner des conseils (voire nous assister) en ce domaine.

    J’avais suggéré la création d’une association (ou de plusieurs, délocalisées par régions) : association type loi 1901, qui serait organisatrice, d’abord de conférences, de stages, et à terme, de « camps », ou de « sessions » de formation pratique ? En respectant bien sûr la loi pour éviter évidemment de se faire « casser » d’emblée par le pouvoir, au motif de « racisme » ou de constitution illégale d »une milice », et de mobiliser contre nous toute la bien-pensance hurlant au néo-nazisme (en faisant le parallèle de la SA).

    Ensemble, nous pouvons devenir forts et résistants. La Résistance ne ne doit pas être une réaction a posteriori et souvent « trop tard » (comme en 40 après la défaite), mais une anticipation.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Je ne sais qui a accusé les Bretons, je viens de trouver un étrange commentaire de Pugnacité parlant de veulerie.. je l’ai supprimé. C’est inacceptable. Je suis à votre disposition contact@resistancerepublicaine.eu.
      La conférence sur le survivalisme est la deuxième organisée par RR, la première a eu lieu en avril en Ile de France.
      Je vous ai mis en contact avec Frejusien et Parachutiste par courriel, Gladius
      Pourquoi créer une autre association alors que Résistance républicaine existe qui travaille à créer justement ces réseaux ?

  2. patito

    Christine
    vous avez tout à fait raison ; j’ai fait quelques années de Karaté et ma femme plutôt quelques heures . elle sait néanmoins vous attraper la main de telle façon que n’importe quel homme se retrouve au sol
    Il faut connaître quelques prises et s’entraîner pour garder le bon réflexe et avoir confiance dans le mouvement que l’on va effectuer
    nous le faisons parfois
    croyez moi , une femme qui sait comment frapper sous le nez n’a pas besoin de 10 ans pour vous abîmer sérieusement un agresseur

  3. jolly rodgers

    j’ai quelques années de Tae Kwoen Doe et natation , mais le plus important est de garder une forme physique et psychique : nourriture saine ( fruits légumes), faire une activité (au moins 30 min par jours ) pompes, petites altères légères histoire de garder l’endurance et l’élasticité et n’oubliées pas l’échauffement ( nuques et bassins ), le vélo , la marche soutenue et la natation sont conseiller aux personnes aillent eus traumatismes . le tout est d’avoir une bonne condition psychique et physique et parfois le plus dur est aux niveau du psychique. a éviter le body bullding , cela n’est pas du vrais muscle et très mauvais pour le cœur et cartilage ! respectais votre corps , a bannir toutes sortes de produits : créatine et autres , vous vous détruirais les reins et le cœur . voyais le sport comme un entretient et un plaisir le reste suivras. une dernière chose , un muscle que l’on oublies bien trop souvent : le cerveau , après une bonne séance d’exercices, rien de tel qu’ un bon bouquins . bien a vous

Comments are closed.