Qui est Steve Bannon, bras droit de Trump et amoureux des femmes Le Pen ?


Qui est Steve Bannon, bras droit de Trump et amoureux des femmes Le Pen ?

Le Conseiller du Président Trump est l’ancien patron du journal  conservateur en ligne Breitbart News (créé par Samuel Breitbart, décédé en 2012), et un touche-à-tout.  Banquier, acteur, producteur de cinéma, réalisateur de cinéma, animateur de radio…  Engagé politiquement il se définit comme conservateur et anti-establishment.

Mais naturellement les medias français de jouer les pucelles effarouchées et de se défouler à coups d’anathèmes aussi forts que leur déconvenue de voir Trump élu.

Pour Le Point c’est la « Droite extrême » qui entre à la Maison Blanche :

Donald Trump a nommé comme haut conseiller à la Maison Blanche Steve Bannon, patron du site controversé Breitbart, plaque tournante de la « droite alternative », mouvement associé aux idées nationalistes et partisan de la supériorité de la race blanche, contempteur virulent de l’establishment politique.

Steve Bannon, 62 ans, dirigeait le site Breitbart jusqu’à son recrutement en août par Donald Trump en tant que directeur général de sa campagne. Dimanche, le président élu a annoncé qu’il le garderait à ses côtés à la Maison Blanche, en tant que chef de la stratégie et haut conseiller, aux côtés de Reince Priebus, figure de l’establishment nommé secrétaire général, avec qui il devra travailler en tandem.

Steve Bannon a orienté les deux derniers mois et demi de campagne du candidat républicain, et on a retrouvé sa patte dans la dénonciation populiste formulée par Donald Trump d’un ordre mondial contrôlé par des élites politiques et financières contre le peuple. « Une structure mondiale du pouvoir », selon sa dernière publicité télévisée, une formule critiquée à gauche pour ses relents conspirationnistes.

Sa nomination au sommet de l’Etat fédéral a suscité la dénonciation des associations antiracistes et des démocrates, qui ont rappelé les innombrables articles incendiaires publiés sur Breitbart et frôlant l’antisémitisme, alimentant la nostalgie pour le drapeau confédéré ou dénonçant l’immigration et le multiculturalisme.

« Les partisans de la suprématie de la race blanche seront représentés au plus haut niveau de la Maison Blanche de Trump », a dénoncé Adam Jentleson, porte-parole du chef des démocrates du Sénat Harry Reid.

http://www.lepoint.fr/monde/avec-steve-bannon-la-droite-extreme-entre-a-la-maison-blanche-14-11-2016-2083082_24.php

Le Point n’hésite pas à le traiter de raciste, à dire qu’il « frôle » (ça veut dire quoi ? ) l’antisémitisme au moment où les medias juifs se félicitent de  ce que la future équipe présidentielle soit constituée de fervents soutiens d’Israël… 

https://www.europe-israel.org/2016/11/la-future-equipe-presidentielle-de-trump-gingrich-giuliani-pence-priebus-eisenberg-tous-de-fervents-soutiens-disrael/

 

Si l’on en croit France TV Info, Steve Bannon serait un véritable tyran qui aurait mis toute la machine de guerre de son journal au service de Trump. Quand on voit nos radios, télés et autres magazines papier qui ne sont plus que la voix de son maître, ça ne manque pas de sel.

Ils lui reprochent aussi d’avoir contribué à faire connaître les scandales autour de Clinton…

Steve Bannon est également derrière le Government Accountability Institute, l’organisme d’investigation qui a publié le livre Clinton Cash (éd. Harper, 2015) révélant l’origine d’une partie de la fortune de la famille Clinton. L’auteur et président de l’organisme, Peter Schweizer, accuse le couple d’avoir profité de la fonction de secrétaire d’Etat qu’occupait Hillary Clinton de 2009 à 2013 pour récolter de l’argent, comme nous vous l’expliquions dans cet article

« Bannon est une sorte de Dr Jekyll et Mr Hyde » de la droite américaine, résume Bloomberg. « Il allie le journalisme partisan à l’ancienne du site Breitbart News et, à travers le Government Accountability Institute, une approche plus sophistiquée, bâtissant des dossiers très étayés contre des grands noms de la politique. » 

http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/qui-est-steve-bannon-le-nouveau-homme-choc-charge-de-redresser-la-campagne-de-donald-trump_1594891.html

Nous, des politiques qui dénoncent les abus et escroqueries, on en redemande.

Et le meilleur pour la fin, l’article à charge de l’Obs, intitulé « 10 choses à savoir sur Steve Bannon l’inquiétant bras droit de Donald Trump« .

On y apprend que son media, Breitbart, serait devenu une référence pour la droite dure, y compris pour les neonazis et autres suprématistes…. Il faut dire qu’on est facilement vu comme un neonazi à l’Obs, à partir du moment où l’on dénonce l’immigration et le multiculturalisme…

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/elections-americaines/20161114.OBS1168/10-choses-a-savoir-sur-steve-bannon-l-inquietant-bras-droit-de-donald-trump.html

Bref, le bonhomme a du tempérament et va de l’avant. Ce dont on manque drastiquement en France avec nos calamités Hollande et Valls.

Alors quand Steve Bannon propose de développer en France un Breitbart, on ne va pas en faire un coucou. Et quand il donne en passant un coup de chapeau à la famille Le Pen, notamment aux femmes de la famille et surtout à Marion Maréchal le Pen, cela nous fait plaisir. Ce qui est étrange c’est que cette invitation date de juillet et que les medias n’en parlent qu’à présent.

Ou plutôt il n’est rien d’étrange là, tout le monde tape à coups redoublés sur Trump et Bannon… alors si dans la foulée on peut taper aussi sur la famille Le Pen, pourquoi se gêner ?

capture-decran-2016-11-15-a-17-15-35

capture-decran-2016-11-15-a-17-24-39

Si la républicaine que je suis, si la femme de gauche que je suis est ravie de voir que Trump a renoncé à remettre en cause le mariage homo mais s’inquiète de ses prises de position sur l’avortement, je serais américaine j’aurais néanmoins voté Trump parce que les questions sociétales sont tellement dérisoires en ce moment que l’important, ce qui doit primer et réunir les amoureux de leur pays c’est la lutte contre la mondialisation et son bras armé, l’immigration musulmane. En France nous n’avons pas d’autre solution non plus que de voter pour le candidat anti-EU, anti-système, anti-immigration, attaché à notre identité.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


14 thoughts on “Qui est Steve Bannon, bras droit de Trump et amoureux des femmes Le Pen ?

  1. Avatarmaury

    Les médias français sont déboussolés !!voilà que le politiquement correct vole en éclat et n’atteint plus les français !!les GG vont devoir changer de paramètre: Trump les inquiète, car avec lui, ils se demande si c’est » du lard ou du cochon »Les sondages ne font plus aucun effet depuis que l’on sait qu’ils sont trafiqués Le NYTIMES s’est repenti de ses mensonges(ce que ne feront pas nos journaleux ) VIVE MARION ET MARINE les seules vue comme crédibles hors de France ! »LA ROUE TOURNE!!!!!

  2. AvatarFauchon

    Il y a chez les Américains (que je connais bien) le fantasme involontaire des Françaises un peu faciles. Les femmes américaines sont souvent rébarbatives et moralisatrices, on peut comprendre qu’ils soient attirés par le charme féminin français. Voilà un homme intelligent qui a l’air d’avoir le même conseiller que DSK !! Il n’y a rien de sérieux dans tout ça le site est déjà concrètement implanté dans l’Angleterre de Theresa May, en Israël et l’alliance qu’il vise également en Allemagne serait avec une femme de caractère, Frauke Petry de l’AFD. Je ne vois vraiment pas ce qu’il ferait avec les femmes Le Pen, à part sortir en boite à Paris, danser et boire un verre ?

  3. Avatarkamisan

    « On y apprend que son media, Breitbart, serait devenu une référence pour la droite dure, y compris pour les neonazis et autres suprématistes…. » mdr l’intox…il suffit d’aller voir le site en question et on y découvre pas ça du tout !

  4. Avatarencore et encore

    sur un site juif marocain, spécialiste en onomastique, j’ ai extrait ça concernant les noms de juifs marocains

    «  »B

    Bach : ruisseau, en allemand

    Bahloul : signifie rieur, plaisantin en arabe.

    Bahtit

    Baïssa

    Banon: hebreu/phenicien

    «  » »

    ça laisse perplexe….les Bannon juifs marocains sont a mon avis a l’ origine des Ben Noun , francisé en Bannon

    Noun étant dans la Bible le fils de Josué

    mais, il existe en Provence pas mal de lieux dits les Banon ;;;;

    comme a Monoprix les Bas Dim 😆

    1. AvatarOTOOSAN

      Les « banons provencaux » viennent d’une racine oronymique désignant une hauteur, BAN signifie corne/pointe…exemple plus récent (et provençal) les banes du bouc…

    2. Avatarjolly rodgers

      il y’a le bénon dans les alpes c’est une source. mais cela dit n’oublions pas que la langue provençale ce différencie des autres dialecte Occitan parce que elle contient de l’hébreux . donc bénon , bannon … peuvent avoir la meme étymologie .

  5. Avatarencore et encore

    « Noun étant dans la Bible le fils de Josué »

    mélange de pinceaux!!

    la fameuse phrase sur la stèle nord africaine dit

    « c’est nous qui avons pris la fuite devant ce bandit de Josué fils de Noun »

  6. AvatarDUVAL Maxime

    Heu, si je puis me permettre…

    Je pense que nous avons assez de ce torchon que représente le Huffington, sans avoir le désagrément de voir un autre requin américain débarquer sur nos plages.

    Bon sang, on ne va pas, à peine vu s’éloigner la mégère Clinton, nous jeter dans les rets de Breitbart-Stev Bannon-Trump. Il faut vraiment un tempérament d’esclave et de colonisé pour saluer ce nouvel entrisme prêt-à-penser américain dans nos affaires.

    Toute allégeance à une puissance étrangère quelle qu’elle soit est indigne et mortelle.

    Les journaleux bien de chez nous me suffisent amplement avec Science-Po pour me dire « Pense Américain »..

    Je ne donne pas longtemps si ces gens s’imposent dans notre presse, voir des sites comme BV et nous-mêmes déchanter.

  7. AvatarFauchon

    Moi je veux bien de cet « impérialisme américain » si ça peut aider la France à se libérer du politiquement correct et du marxisme ! Les Américains ont été les premiers à parler du « white genocide » et tout l’argumentaire qui va avec à savoir qu’être antiraciste c’est être anti-blanc pourquoi la notion ne serait pas diffusée en France

  8. Avatarlucifer

    Si ces « accointances » des femmes Le Pen et Trump, pouvaient les amener au pouvoir ,je suis doublement OK . Car personne d’autre que le FN ,veut sortir ce qui reste de la France de l’UE. Or c’est le critère (entre autre) qui nous fera retrouver des frontières dignes de ce nom et nous débarrasser de toute cette immigration indésirable.

  9. AvatarFauchon

    L’idée « d’exporter » la révolution identitaire américaine un peu comme Trotsky avec la révolution russe est tout à faite intéressante surtout il faut être réceptif avant que les Américains ne décrètent leur révolution « dans un seul pays » à la manière d’un…Staline !

Comments are closed.