Les conséquences de l’élection américaine sur globalisation, crise financière et islamisme


Les conséquences de l’élection américaine sur globalisation, crise financière et islamisme

Les conséquences de l’élection américaine

                Le triomphe de Donald Trump représente l’évènement le plus important depuis la chute du mur de Berlin et ses conséquences vont concerner trois domaines vitaux, distincts, mais complémentaires :

     On sait que la globalisation a été conçue par un capitalisme apatride pour transférer la richesse des ethnies blanches aux peuples du tiers monde afin d’éviter les risques de surproduction. Elle reposait sur les délocalisations, l’immigration de masse et l’enracinement d’un sentiment de culpabilité parmi les Européens pour qu’ils acceptent de se laisser dépouiller ou envahir sans réagir. Compte tenu du poids des USA dans les différentes instances internationales (FMI, Banque mondiale, OCDE), le nouveau président supprimera cette politique insensée en rompant des traités dévastateurs et en discréditant les lubies du « politiquement correct ».

 Cette mondialisation a provoqué à partir de 2008 une crise financière interminable. Pour en sortir, les cercles les plus malsains ont envisagé une guerre entre l’Occident et la Russie afin de nous entretuer au seul profit des autres ethnies. Les puissances arabes ont acheté une partie des élites occidentales pour soutenir cette orientation suicidaire (les dons de l’Arabie Saoudite à la fondation Clinton en donnent un bon exemple). Avec Donald Trump, les relations avec la Russie seront assainies et le risque d’une guerre fratricide se trouvera écarté.

          Enfin, l’islamisme s’est greffé comme un détonateur sur cette mondialisation avec la volonté de nous remplacer au nom de la haine des « petits Blancs » propagée par une élite corrompue. Dans ce domaine aussi, le retour d’une Amérique « normale » doit changer la donne. Américains et Russes vont s’allier pour arracher les racines de l’islam conquérant au Moyen-Orient et pour extirper ses métastases cancéreuses en Occident. Il en résultera à terme une rémigration générale de populations qui n’ont rien à faire chez nous ! 

    Quelles seront les conséquences de ce bouleversement sur les futures élections en France et en Europe ? Désormais, cet aspect ne revêt plus une importance primordiale. Tous les islamo-collabos, tous les corrompus, tous les tièdes devront s’aligner sur le nouveau partenariat russo-américain ou disparaître sous le choc de « révolutions oranges » qui seront opportunément provoquées en suivant des processus bien connus ! Nous étions désespérés. Nous attendions un miracle. Il vient de se produire. À nous d’en amplifier au plus vite les effets salvate

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Gerard Pince

Président de Free World Academy, économiste et romancier


23 thoughts on “Les conséquences de l’élection américaine sur globalisation, crise financière et islamisme

    1. marco13

      C’est vrai mais dans toutes les élections depuis que le vote existe, les candidats promettent beaucoup pour être élu, et font ce qu’ils peuvent ensuite.

      il en sera de même pour Donald qui sera obligé de mettre de l’eau dans son vin.

      Mais dans 4 ans le monde aura considérablement changé sous sa présidence.
      C’est une certitude.

    2. SarisseSarisse

      Ce ne sera pas Trump le fautif mais un Congrès de chausses-trappes et de faux-culs démocrates mais aussi républicains où sans doute tout sera mis en oeuvre pour l’empêcher de mettre en place sa politique , l’oligarchie à pris une grosse claque mais n’a rien perdu de ses capacités de nuisance.

      Et le président en exercice c’est encore Obama avec ses soutiens jusqu’à l’investiture de janvier, c’est surtout ça l’incertitude: le savonnage de planche déjà jusqu’à son investiture en lui pourrissant les dossiers (curieusement la reconquête de Mossoul redevient difficile, bizarre quand de l’autre côté syriens et russes avancent à Alep) et puis après, au Congrès en multipliant des motions de censures incessantes.

      Trump est un Thémistocle (pas un Miltiade qui était un tyran , même pour la bonne cause) c’est un super compétiteur, un battant, mais il va falloir qu’il se méfie des traits qui lui seront encore lancés par les traîtes , les Hippias qui viennent d’être dépossédés de leur pouvoir tyrannique sur les peuples.

      Quand je vous disais que des leçons de l’Antiquité qui sont éternelles , comme des leçons bibliques et évangéliques qui ont forgé l’âme de notre civilisation tout revient, tout se reproduit!

      Qu’il ne se laisse pas faire même s’il n’a pas autant de pouvoir que Poutine sur ces oligarques qu’il a remis au pas , envoyé en exil ou en prison!

      La démocratie est rude la vraie démocratie est un combat, on parle d’aristocratie, diarchies, monarchies etc… et de toutes sortes de régimes mais Trump démontre que si dans la démocratie peuvent prospérer des loups , des renards , de veules , des lâches et des vendus, il peut aussi en sortir comme un Churchill et un Clémenceau en leur temps comme à Athènes il y a 2500 ans de véritable héros et champions du peuple.
      Ces grands ont toujours des ennemis, surtout à l’intérieur.

      Oui, si Trump ne se laisse pas manoeuvrer il sera un Thémistocle du Nouveau Monde, un défenseur de valeur et non un conquérant*, mais aussi un restaurateur du peuple.

      * J’ai toujours fait une forme de différence entre la magnifique civilisation hellénique qui sauve tout un continent en renvoyant manu mlilitari l’envahisseur chez lui et la construction hellénistique d’un Alexandre que je compare à…Mahomet, obsédé de conquêtes.
      Oui nous ne sommes plus des conquérants et c’est tant mieux mais une forteresse qui défend des valeurs de démocratie authentique et de liberté(s), sûrement! Nous n’avons pas besoin de satrapies comme les perses, nous n’avons pas besoin de diadoques mais de gardiens qui sauvegardent férocement notre mode de vie si nécessaire avec les armes si ll’on nous agresse ou cherche à nous soumettre à un ordre inique dont nous ne voulons pas pour nos peuples.

      1. SarisseSarisse

        Cela dit la civilisation hellénistique ça reste malgré tout nettement mieux que l’anti-civilisation islamique.

        1. jacqueline

          Sauf pour les animaux qu’il n’aime pas . Il a déclaré également qu’il punirait les végétariens et végétaliens, qu’il interdirait même la distribution de tracts parce que, soi-disant, nous mettons en danger l’Amérique. Il continue en affirmant que l’Amérique est un pays de viande et de pommes de terre. Apparemment ce personnage bi-polaire ( ne l’oublions pas) ne sait pas trop comment fonctionne l’économie car les végé mangent des légumes, des graines et tout aliment végétal transformé. Les primeurs verront donc grandir leurs ventes. Je plains les pauvres bêtes dans les abattoirs qui subiront une fois de plus l’innommable et que les défenseurs ne pourront pas aider sous peine des pires condamnations de l’enfer ! Cet homme est un dictateur car il veut tout selon ses caprices. Qu’il renvoie les migrants dégénérés je suis d’accord mais toutes ses déclarations sont aussi extrémistes que celles qu’il veut combattre.

          1. SarisseSarisse

            Trump nous a permis d’éliminer la clique des Clinton corrompus, il n’est effectivement pas à mettre sur un piédestal.
            J’ai peur qu’il ne se « recentre » et oublie une partie notable de don programme.
            L’autre crainte c’est qu’il se « recentre » aussi au sujet de l’islam.
            Robert Spencer évoque l’intégration de Ayaan Hirsi Ali au staff présidentiel, mais j’ai bien peur que le système récupère Trump!
            Attention aussi aux chantages qu’il pourrait subir.
            Reagan à su impressionner les nomenclatures communistes et les bluffer, et ça a marché !
            Trump doit nouer un partenariat avec la Russie tout en menaçant la Chine de sanctions économiques (effet réversible avec les bons d’État américains détenus par ce pays qui aspire à retrouver son rang d’empire fu Milieu numéro un planétaire ) et en ayant Arabie Saoudite et Qatar ainsi que d’autres pays du Golfe dans le collimateur.
            Trump à permis d’éliminer Clinton et même la clique Bush, mais il n’à pas éliminé l’oligarchie.
            A -t-il les épaules d’un Churchill (qui on ne le sait pas est le vrai fondateur de l’Otan).
            Il doit tenir bon et rester fidèle à son discours où il souligne l’enjeu de civilisation qui nous anime tous!

  1. Pierre978

    C’est une victoire hors norme pour une partie des américains. Ce matin aux informations, des émeutes ont eu lieu à travers le pays contre l’élection de Trump. Nous avons un avant goût de ce qui se passera en 2017 si Marine accède au pouvoir. Malgré cette réussite inespérée pour les partisans de Trump, tout danger n’est pas écarté pour nous les Français, les Européens. Nous aurons encore l’invasion programmée par nos élites, le risque de guerre civile est toujours là quelque soit l’issu de l’élection présidentielle de 2017. Marine doit être élu, c’est notre dernière chance. L’intérêt de nos élites c’est de nous remplacer par tous les moyens le plus rapidement possible, de déclencher une guerre civile ou guerre ethnique en France, en Europe, cela permettrait aux américains aussi de revenir en Europe pour nous soutenir dans ce combat et les russes sont aussi concerné par ce problème. Même si Trump et Poutine s’allie militairement pendant un certain temps pour anéantir Daesh et ces alliés, ils sont trop nombreux en France et en Europe pour éviter les représailles. Oui, Trump c’est notre espoir à tous niveaux, c’est le chemin que nous devons suivre avec certitude même si nous devons en passer par un cataclysme. Nous rebatirons ensuite.

  2. frejusien

    oui, nous attendions un miracle, il vient de se produire !!
    les « LUBIES » si bien décrites vont être balayées par trump et sa nouvelle politique,
    cela fait 30 ans que les islamistes convertissent les blacks dans les prisons américaines,
    chez nous, il est question de former des « aumôniers » musulmans pour nos prisons, directement payés sur nos impôts, silence sur les merdias…
    si » les cercles les plus malsains  » ont envisagé une guerre contre la Russie, je pense qu’ils essaient aujourd’hui de réaliser sur le territoire de la race blanche, une de leur dernière lubie gocho, le grand métissage, pour pouvoir prouver que les races n’existent pas, car c’est sorti au début de l’année, je crois, ces milieux là ont affirmé que les races n’existaient pas et que toute la communauté scientifique s’est trompé depuis des siècles, et que le nom même de race devait disparaitre de la constitution ! quelle grosse ânerie gocho !
    comme ils ne peuvent empêcher de voir les différentes couleurs, le mieux encore, c’est de tout mélanger, comme ça c’en sera fini du racisme et des races !
    voilà une idée qu’elle est bonne !!! et si par la même occasion on islamise toutes nos campagnes, arabie saoudite et gocho, main dan la main pour un même combat, on fait d’une pierre deux coups !!

  3. SPQR

    D’accord pour TRUMP, mais première déception à son premier discours au cours duquel il a pommadé au maximum la Clinton.
    Qu’il soit cordial, poli et fair play, c’est normal et même nécessaire.
    Mais de là à en faire beaucoup comme nous avons pu le voir !?.
    J’espère qu’il ne décevra pas.
    Les conséquences en seraient désastreuses pour les USA, l’Europe et la France.
    Nous, les « populistes » aurions du mal à nous en relever.

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Je crois que, quoi qu’il fasse dans le réel, son élection est une étape décisive, après le Brexit, dans la révolte contre la politique menée par les politiciens occidentaux.

  4. Jack 2

    Sarisse et Fréjusien, :
    Outre l’article de Gérard Pince, je viens de me régaler de deux commentaires: Quel plaisir de constater que je n’aie pas à avoir quelques scrupules résiduels (tant les attaques contre les « pauvres d’esprit » les beaufs, les salauds de petits-blancs ont été si virulents) pour avoir préféré Trump à Clinton et qu’il existe des esprits éclairés et déterminés pour me conforter dans la certitude que, oui, il faut se féliciter de l’élection de Trump :
    Bravo d’abord pour l’article de Gérard Pince, concis et si éclairant. Bravo aussi au commentaire de Sarisse auquel je souscris totalement (j’aime sa référence à Thémistocle et j’aime son pseudo – qui m’avait déjà interpellé auparavant mais que je m’explique mieux maintenant – : il aime la Grèce antique et fait partie de ceux qui défendront « La Forteresse », avec sa sarisse bien tendue). Bravo aussi à cet ami fréjusien (dont je suis voisin – R sur A -) avec qui je partage l’opinion selon laquelle l’accession de Trump à la présidence des Etats-Unis constitue pour tout le monde occidental, Russie comprise, un miracle susceptible de le conduire vers une complète renaissance.

      1. Claude LaurentClaude Laurent

        Oui ca fait du bien d’entendre un langage vrai.

        Combien de djihadistes en Russie ? Peu. Normal, V.Poutine a déclaré « je les poursuivrai jusque dans les chiottes ».
        Que voulez-vous, il y a des peuplades qui ne reconnaissent qu’un langage fort!

        1. SarisseSarisse

          Poutine le petit colonel du KGB qui a servi en ex RDA à un super QI et s’ est entouré d’arabisants et d’islamisants hors pairs.
          J’ai peur que Trump qui est intelligent mais un peu fantasque ne se iaisse vite phagocytercpar le système.
          Ma connaissance un peu meilleure du monde slave, balkanique et arabe par rapport au monde anglo-saxon le le suggère.
          Pourvu que Trump sidéré par sa propre victoire ne flanche pas!

  5. SarisseSarisse

    Intéressant (même si j’aurais préféré Wafa Sultan , euh , évidemment sans doute plus « électrique », en bonne psychiatre , l’électrochoc elle connaît), un possible poste d’ambassadrice en Ayyan Hirsi Ali pour un Donald Trump investi.
    J’envoie une traduction automatique (désolé pour le sCometh l’heure, Cometh l’homme (Wo), Ou, Ayaan Hirsi Ali pour l’ambassadeur à l’U.N.
    NOVEMBRE 10, 2016 4:12 AM PAR HUGH FITZGERALD 85 COMMENTAIRES

    ayaan

    Le premier rendez-vous de Donald Trump – celui qu’il pourrait annoncer urbi et orbi dans la semaine, si la personne que je pense est disposée – devrait être celui d’Ayaan Hirsi Ali comme le prochain ambassadeur américain aux Nations Unies.

    Quelles sont ses qualifications?

    Elle est extrêmement intelligente, articulée – douce, parlée, mais écurie – dans la parole, écrivain lucide et passionnée, et ce qui ne fait jamais de mal à faire un procès à l’U.N. ou à la télévision, attire exceptionnellement.

    Elle a écrit quatre livres: La Vierge en cage: une proclamation d’émancipation pour les femmes et l’islam; Infidèle: Ma Vie; Nomade: De l’islam à l’Amérique. Un voyage personnel à travers le choc des civilisations; Et hérétique: pourquoi l’islam a besoin d’une réforme maintenant.

    Si elle devait être nommée, ces livres seraient sans doute reproduits et lus par des diplomates de l’ONU qui veulent en savoir plus sur elle, par des chanceliers dans le monde entier et même dans des cours sur l’islam Non enseigné par les propagandistes pour la foi).

    Elle est née en Somalie et y a passé ses neuf premières années. Elle a ensuite vécu en Arabie Saoudite et au Kenya avant de déménager aux Pays-Bas. Là, elle a travaillé avec des femmes musulmanes maltraitées, a appris le néerlandais et est devenue membre de la chambre basse du Parlement néerlandais.

    Aux Pays-Bas, Ayaan Hirsi Ali avait la liberté d’étudier et de questionner l’islam, ce qui l’a finalement amenée à abandonner la foi pour toujours. Mais elle ne laissa pas tomber le sujet. Elle n’oubliait pas ce qui la dérangeait à propos de l’islam, une foi qui, par sa faute, était née. Elle a vu l’islam tel qu’il était pratiqué en Somalie, en Arabie saoudite, en Europe et aux États-Unis. Elle était une amie de Theo van Gogh, avec qui elle a fait le film Soumission, sur la position des femmes dans l’Islam. Pour ses peines, Van Gogh a été assassiné par un musulman. Ayaan Hirsi Ali a déménagé aux États-Unis.

    En tant que représentante américaine à l’U.N., elle ferait ridicule la charge fraîchement accusée que l’élection présidentielle signalait le triomphe des «nationalistes blancs». Et sur la rencontre avec son prédécesseur pour discuter du travail, Hirsi Ali serait capable de dire la vérité au pouvoir.

    Et elle serait capable de conduire les représentants musulmans fou de fureur comme personne d’autre ne le pouvait. Chaque tentative de Taqiyya ou de Tu-Quoque par ces représentants sera retenue par elle pour inspection et moquerie. Elle sera en mesure de citer – et ne manquera pas de citer – du Coran et du Hadith. Que vont-ils dire? Comment peuvent-ils réagir? Qu’elle ne sait pas ce qu’est l’islam? Elle sait.

    Les ambassadeurs des pays non musulmans n’ont jusqu’à présent pas osé parler honnêtement de l’islam. Sans doute certains sont volontairement ignorants, ou intolérablement stupides, tandis que d’autres ont une peur hypertrophie d’offenser les musulmans qui sont maintenant au milieu d’eux, vivant dans les pays que représentent ces diplomates. La capacité d’Ayaan Hirsi Ali à discuter l’Islam avec autorité, à réfuter silencieusement mais implacablement ce que les défenseurs de la foi offrent, sera d’abord une source de plaisir secret. Et puis certains de ces représentants autrefois effrayants seront encouragés à ajouter leur voix à ce qui a commencé comme un chœur d’un: Ayaan Hirsi Ali.

    Il y a encore une chose. C’est la question de la sécurité. Partout où Ayaan Hirsi Ali va, partout où elle parle, il doit y avoir des gardes du corps. Il y a déjà beaucoup de gardes dans tout l’U.N. Mais plus serait nécessaire pour garder une personne particulière, Ayaan Hirsi Ali. Il y a des problèmes logistiques. Il ya le coût supplémentaire. Mais ça en valait la peine. La présence même de ces gardes du corps serait un rappel constant à tout le monde de la menace du terrorisme musulman et de ce qu’Ayaan Hirsi Ali et d’autres qui quittent l’Islam et proclament les raisons de leur apostasie doivent durer. Et ce n’est pas une mauvaise chose. Il devrait même être possible que l’ONU paie la facture pour sa sécurité, parce que «le terrorisme qui menace Ayaan Hirsi Ali menace le monde» – ou du moins pour que le gouvernement américain fasse à haute voix cette demande de l’ONU et, s’il est refusé , À tout le moins faire connaître ce refus ou même menacer de déduire le coût de cette sécurité supplémentaire de ce que notre gouvernement contribue à l’ONU

    Comme on disait sur Delancey Street, qu’est-ce qui ne va pas?

  6. SarisseSarisse

    Ayaan Hirsi Ali avait déjà travaillé au Pays-Bas avec Geerd Wilders, Wafa Sultan est également remarquable , plus encore car également très documenté sur les textes elle n’hésite pas à foncer dans le lard de ses interlocuteurs (ce qui , certes , est moins diplomatique).
    Mais comment crever enfin l’abcès avec l’islam sans déclarer de guerre mais en lui présentant ses propres textes et en jouant cartes sur table.
    La franchise dans les rapports resteront de toute façon, toujours ce qu’il ya de mieux à faire.

  7. SarisseSarisse

    Et puis le coup de la « réforme » comment, laquelle, Sami (Aldeeb) éclairez nous , là, ça n’a pas l’air possible pour le moment?
    En « démédinisant » leurs textes et en « déchariatisant » leur droit , déjà ce serait un progrès, peut-être en offrant à des millions de gens une porte de sortie pacifique, mais je garde quand même mon bouclier, mon épée et ma sarisse au flanc , on ne sait jamais.

Comments are closed.