Les crèches de Noël à la mairie interdites sauf exception [MAJ]


Les crèches de Noël à la mairie interdites sauf exception [MAJ]

Mise à jour du 10 novembre à 13 heures.

Nous avions repris, pour titrer cet article, celui de la Nouvelle République, en ajoutant « inacceptables » ( Les crèches de Noël à la mairie autorisées sous conditions, inacceptables) et notre conseiller juridique, Maxime, nous a fait remarquer qu’en fait, il s’agit plus d’une interdiction assortie d’exceptions.

« Juridiquement, c’est plutôt une interdiction sauf exception qu’une autorisation sous conditions…
Je ne serais donc pas vraiment d’accord avec le titre.
La nuance existe : les exceptions sont d’interprétation stricte en cas de doute.
Si c’était une autorisation sous conditions, ce serait le contraire.
Cependant, la tradition de la crèche n’a-t-elle pas des originaires païennes également ?
J’ai toujours considéré que c’était décoratif, culturel donc que la laïcité n’avait rien à voir avec cela. De ce point de vue, c’est effectivement l’autorisation sous conditions qui devrait s’imposer et non l’interdiction sauf exceptions.« 

D’où le changement de titre ne correspondant plus au lien Internet de l’article.

 

Le Conseil d’État a estimé mercredi dans une décision prudente que des crèches de Noël pouvaient être installées dans des mairies, mais a posé une série de conditions strictes, pour écarter tout prosélytisme religieux.

 La plus haute autorité administrative a jugé que « dans les bâtiments publics, sièges d’une collectivité publique ou d’un service public, une crèche de Noël ne peut pas être installée, sauf si des circonstances particulières montrent que cette installation présente un caractère culturel, artistique ou festif ». 

Elle appelle également à vérifier si une telle installation répond ou non à un « usage local ».

La mise en place d’une crèche de Noël ne peut en aucun cas signifier « la reconnaissance d’un culte ou une préférence religieuse », a par ailleurs averti le Conseil d’État.

Il a aussi fait une distinction entre l’intérieur des bâtiments publics et les autres « emplacements publics » tels que des marchés, où selon lui installer des santons est a priori légal, à condition d’éviter toute manifestation religieuse contraire à la neutralité s’imposant aux pouvoirs publics.

Comme le demandait à l’audience du 21 octobre le rapporteur public, le Conseil d’Etat a donc choisi une voie médiane entre une application pure et dure du principe de laïcité de l’Etat, et une tolérance tous azimuts.

Il laisse une importante marge de manœuvre aux collectivités locales, mais donne aussi toute latitude aux juridictions administratives locales pour sanctionner des dérives.

Le juge administratif suprême, qui avait pour l’occasion réuni sa formation la plus solennelle, l’assemblée du contentieux, base son raisonnement sur le constat suivant.

Pour lui une crèche a « plusieurs significations »: « Elle présente un caractère religieux, mais elle est aussi un élément des décorations et illustrations qui accompagnent traditionnellement les fêtes de fin d’année, sans signification religieuse particulière. » Comme un sapin ou des guirlandes par exemple.

Réactions positives 

Sur le plan du droit pur, le Conseil d’Etat a cassé les deux arrêts de cours administratives d’appel dont il avait été saisi, et qui étaient contradictoires.

Il y avait d’une part celui de la cour de Paris, qui avait interdit l’installation d’une crèche de la Nativité à la mairie de Melun (Seine-et-Marne); et d’autre part celui de la cour de Nantes, qui autorisait au contraire la même chose dans les locaux du conseil général de Vendée.

Dans le premier cas, la cour administrative d’appel de Paris a eu une interprétation excessive du principe de neutralité religieuse, selon le Conseil d’Etat.

Mais il a tout de même confirmé l’interdiction de la crèche de Noël, faisant valoir que les critères énoncés mercredi n’étaient pas remplis à Melun: pas d' »usage local », pas non plus d' »environnement artistique, culturel ou festif ».

La cour de Nantes devra elle revoir sa copie en tenant compte des conditions posées mercredi, a dit le Conseil.

Bruno Retailleau, sénateur Les Républicains et ex-président du conseil général de Vendée, a salué une « décision de sagesse et de bon sens » qui « clôt un mauvais débat », dans un communiqué.

La décision du Conseil d’Etat a aussi été saluée sur Twitter par des élus d’extrême droite, tels que le maire de Fréjus David Rachline (Front national) ou celui de Béziers Robert Ménard.

Mais Laurent Tribouillard, président de la Fédération des libres penseurs du Val-de-Marne, qui avait attaqué la crèche de Melun, a lui aussi fait part à l’AFP d’un « sentiment de satisfaction ».

Selon lui, si le Conseil d’Etat n’a pas prononcé d’interdiction totale, il a néanmoins « donné le la » en énonçant des critères stricts et en maintenant l’interdiction d’une crèche dans la mairie de Melun.

La Conférence des évêques de France a annoncé dans un communiqué très neutre « prendre note de la décision ». « Les défis à affronter par notre société dépassent largement la question de la présence des crèches dans les bâtiments publics. Il s’agit de permettre à tous, croyants et non-croyants, de pouvoir affirmer leurs convictions pour construire ensemble une société où chacun est respecté », a-t-elle commenté.

http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2016/11/09/Les-creches-de-Noel-a-la-mairie-autorisees-sous-conditions-2897243

Je pense qu’il nous faut aller directement demander aux associations musulmanes ce que nous pouvons faire qui ne les frustre pas.
La laïcité n’a jamais interdit les crèches, ce sont les musulmans qui par l’intermédiaire de ceux qu’ils ont acheté(le gouvernement traitre), l’interdisent.
Le pire dans tout cela, c’est nous, le peuple, qui laissons notre patrimoine s’évaporer sans que nous le défendions réellement. un peuple qui laisse faire à ce point là ne mérite plus d’être reconnu comme tel. gouvernement traitre,peuple lâche, j’ai honte.

Note de Christine Tasin

On notera avec effarement -mais eu égard aux nombreux islamo-collabos de l’église catholique, le pape en tête, tout est normal- le communiqué de la Conférence des Evêques de France ne se formalisant pas d’une éventuelle interdiction de la crèche mais réclamant le droit pour chacun, de manifester en public sa religion… Suivez mon regard….

On notera avec effarement que le Conseil d’Etat maintient l’interdiction de la crèche à la Mairie de Melun parce qu’il n’y aurait pas de coutume locale. C’est monstrueux. Cela signifie que la crèche n’est pas reconnue comme faisant partie de l’identité française et cela signifie que les islamo-collabos vont pouvoir interdire notre crèche dans pas mal de Mairies.

On remarquera également que pavoise l’ECLJ, European Centre for Law and Justice, « organisation internationale non gouvernementale fondée en 1998 et dédiée à la promotion et la protection des droits de l’homme en Europe et dans le monde » (sic ! le seul titre dit clairement où ils vont...).

https://eclj.org/religious-freedom/french-institutions/conseil-dtat–la-crche-peut-tre-expose-dans-les-btiments-publics

« L’ECLJ est titulaire du statut consultatif spécial auprès des Nations Unies / ECOSOC depuis 2007. L’ECLJ agit dans les domaines judiciaires, législatifs et culturels et défend en particulier le droit à la liberté religieuse, la vie et la dignité des personnes devant la Cour européenne des droits de l’homme et à travers les autres mécanismes offerts par les Nations-Unies, le Conseil de l’Europe, le Parlement européen et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

L’ECLJ fonde son action sur « les valeurs spirituelles et morales qui sont le patrimoine commun des peuples européens et la véritable source de la liberté individuelle, de la liberté politique et de la prééminence du droit, principes qui sont à la base de toute démocratie véritable » (Préambule du Statut du Conseil de l’Europe)« .

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




40 thoughts on “Les crèches de Noël à la mairie interdites sauf exception [MAJ]

  1. MaximeMaxime

    Juridiquement, c’est plutôt une interdiction sauf exception qu’une autorisation sous conditions…
    Je ne serais donc pas vraiment d’accord avec le titre.
    La nuance existe : les exceptions sont d’interprétation stricte en cas de doute.
    Si c’était une autorisation sous conditions, ce serait le contraire.
    Cependant, la tradition de la crèche n’a-t-elle pas des originaires païennes également ?
    J’ai toujours considéré que c’était décoratif, culturel donc que la laïcité n’avait rien à voir avec cela. De ce point de vue, c’est effectivement l’autorisation sous conditions qui devrait s’imposer et non l’interdiction sauf exceptions.

      1. MaximeMaxime

        Je vais encore pinailler sur le vocabulaire, chère Christine, mais le titre de « responsable juridique » que vous m’attribuez est usurpé : c’est trop d’honneur. Je préfère celui de « conseiller officieux ». 😉

        1. Christine TasinChristine Tasin

          Cher Maxime je veux bien que vous pinailliez… allez on fait la part des choses, « conseiller juridique » ça vous ira ?

    1. AvatarVictoire de Tourtour

      Non, la crèche n’a pas d’origines « païennes ».Le choix de la naissance de Jésus dans la nuit du 24 au 25 décembre, oui :solstice d’hiver,déjà fêté à Rome..
      Le sapin de Noël est, lui, d’origine exclusivement païenne.

    2. AvatarJarczyk

      Tradition païenne de la creche???Vous sortez ça d’où ?
      Elles ne datent que du 13eme siècle !!!
      Et que je sache,le Christianisme ne date pas du 13ème siècle !
      Bien des traditions sont apparues au fil des siècles au sein du Christianisme intégrant d’anciens rites païens, comme la fête de Pâques.
      Et c’est bien parce que les crèches ont peu à peu quitté l’espace religieux,initialement consacré, même privé, qu’elles sont devenues traditions culturelles autant que pratique cultuelle….Bref,elles se sont  »laicisees » et,du reste,à des époques ou les deux sphères, la religieuse et la laïque, la privée et la publique se confondaient souvent.
      La rupture de ce processus s’effectua lors de la Révolution française, certes,mais les crèches doivent être regardées comme une manifestation de notre identité judeo chrétienne.
      C’est bien la problématique musulmane qui veut révéler une contradiction entre les deux sphères, alors qu’elle même n’en connais aucune,puisqu’elle n’en revendique qu’une seule et même.
      Devons nous faire acte de surenchère de laïcité, en ce cas?
      Le Conseil d’État botte en touche, comme Ponce Pilate,autrefois…
      Pour autant, c’est à nous chrétiens ou pas de veiller à nos traditions chrétiennes, parce qu’elles nous élèvent vers le spirituel, par la sagesse et la beauté morale, la noblesse,qu’elles expriment.
      Redonnons sens à ces manifestations et nous bâtirons tout naturellement un rempart contre d’autres manifestations prétendument religieuses qui nous sont exotiques tant du point de vue géographique, que spirituel et moral.
      J’ai déjà exprimé sur ce site,mon point de vue en expliquant que l’on ne devait pas instrumentaliser les crèches…sous prétexte d’une identité à revendiquer!
      Je ne me souviens pas d’avoir vu des crèches dans les mairies où j’ai pu me rendre par le passé, mais mes yeux d’enfant étaient émerveillés dans les nombreuses églises catholiques que je fréquentais mais aussi par celles qui ornaient nombres devantures de magasins, surtout des librairies qui pourtant, n’avaient rien de spécifiquement catholique !
      Les traditions ne valent que par le souffle qui les anime, il faut bien le reconnaître !
      Donc,nous en revenons toujours au même problème : la déchristianisation croissante de notre civilisation qui semble ne vouloir briller que par ses innovations technologiques et sa capacité à réduire les individus en nomades consuméristes, égoïstes et prosaïques.
      Alors,à tout prendre,je préfère encore adopter l’attitude d’une athée qui défend NOS traditions chrétiennes, surtout lorsqu’elles sont »laicisees » comme le fait Christine Tasin que de les voir disparaître et s’effacer peu à peu devant d’autres, dont les manifestations présentes sont loin,très loin, d’être des modèles d’élévation Spirituelle, morale,et même matérielles.
      Sans leur denier pour autant l’absence totale de ces capacités, ce qui serait probablement injuste car,si je me place du point de vue d’un authentique chrétien,je dois bien admettre que le sacrifice du Christ le fut pour le bénéfice de toute l’humanité, ce qui signifie très concrètement que cette dernière ,dans tout ce qu’elle produit,est peu ou prou  »contaminée » si j’ose dire par cette impulsion d’évolution globale, qu’elle en soit consciente ou non,et quelques soient les formes de cultures et civilisations.

  2. AvatarPhiliberte

    Dans mon enfance, dans mon village (29000 habitants environ), il n’y avait qu’une crèche, à l’église, et ça n’entraînait pas de polémique.

  3. Avatarclaude t.a.l

    Il s’agit d’une offensive généralisée contre tout ce qui peut, de près ou de loin, ramener à une identité nationale, les crèches n’étant qu’un aspect de cette offensive. ( sapins de Noël, vacances  » d’hiver « , de « printemps « , etc …). Et je ne suis pas croyant !

    Certaines mairies avaient pris les devants :

    http://www.larep.fr/orleans/religion-spiritualite/institutions/2016/11/09/pas-de-creche-dans-les-mairies-de-l-agglomeration-orleanaise_12145818.html

  4. AvatarXtemps

    C’est toujours à cause cette même saloperie d’islam, que les autres communautés doivent prendre des précautions pour ne pas heurter les sensibilités de ces musulmans et musulmanes.
    Qu’ils aillent se faire foutre avec leur saloperie d’islam de merde, nous n’avons pas demandé qu’ils viennent chez nous, ils ont été imposé de force contre notre volonté par des salopards, des crapules qui n’ont que de la haine envers nous les européens.
    Bande de Fascistes.
    Une dictature comme l’Islam haineux et criminogène n’attire que les dictateurs criminels malhonnêtes et haineux qui les ressembles.
    Ces crasseux Fascistes aux pouvoirs ne leurs trouvent que des excuses bidons, sans jamais les condamner, ou tellement peu, pour leurs crimes contre l’humanité dans le monde, en nous obligeant à vivre avec chez nous, sans référendum en plus pour ces Fascistes.

  5. UlysseUlysse

    Et, de plus, voilà sur quelles matières – absolument prioritaires, de toute évidence – bûchent les responsables du gouvernement, faisant allègrement fi de problèmes apparaissant clairement – pour eux – comme secondaires pour notre Nation.
    Misère et décadence dhimmitiforme de ces instances.

  6. Avatarromantique

    Oui sous quelles conditions ? une crèche est une crèche , et ne peut s’appeler ainsi qu’à la seule condition qu’il y ait tous les éléments jésus la vierge Joseph le boeuf l’âne et les rois mages. À moins que nous parlions de crèche à bambinos….. rien à voir

  7. TEMPLIERTEMPLIER

    > Objet : TR: Philippe de Villiers : « nous sommes aujourd’hui devant une conquête et même une colonisation »

    > Extrait de l’entretien donné par Philippe de Villiers à L’Homme Nouveau :

    « Sommes-nous confrontés à une guerre de sécession qui ne dit pas son nom ?

    Oui ! À la suite de l’immigration de masse organisée par deux générations d’hommes politiques, nous sommes aujourd’hui devant une conquête et même une colonisation. Sur le sol français, deux France coexistent, avec deux peuples : un peuple neuf qui s’installe, avec ses fiertés, ses mœurs et ses héros et un peuple exténué, hagard, qui ne sait plus ni qui il est ni où il habite. Ces deux peuples sont face à face et cette situation révèle un conflit de civilisations. Je montre dans mon livre que cette colonisation n’est pas arrivée par hasard mais qu’elle s’est réalisée à partir du « plan secret des élites ».

    « Le plan secret des élites » constitue d’ailleurs le titre d’un des chapitres du livre. Quel est-il exactement, ce plan ?

    Il repose sur une instruction des Nations unies, elles-mêmes à la solde des firmes anationales, constamment à l’affût d’une main-d’œuvre bon marché. Il porte un nom : «Remplacement migration » et décrit un scénario pour la France qui prévoit l’entrée de « 16 millions de migrants de 2020 à 2040, soit 800 000 personnes par an ».

    Ce plan est ensuite décliné par un projet de recherche européen, intitulé « l’Eurislam » ou « Mutual accomodation » (accommodement mutuel) qui vise à acclimater l’Europe à l’islam. Ce plan a été appliqué par les pouvoirs publics successifs. Mais le plus fascinant et le plus vertigineux est que se réalisant sur fond de vieillissement de la population et de stérilisation du renouvellement, il va à la rencontre du projet secret des Frères musulmans. Celui-ci porte également un nom : « Tamkin », c’est-à-dire l’islamisation tranquille, par imprégnation et capillarité des territoires, des structures sociales et du récit collectif. Nous sommes donc confrontés à une situation où les élites occidentales, d’un côté et les Frères musulmans et les salafistes, de l’autre travaillent de concert à l’établissement d’un Califat islamiste en Europe considérée, selon les propos de al-Adnani, porte-parole de l’État islamique, comme le « ventre mou » de l’Occident.

    Ne craignez-vous pas en parlant de projet, d’instruction, de plan, de vous laisser emporter par une vision complotiste ?

    Ce n’est pas moi qui me laisse happer par une vision complotiste. Ce sont les élites européennes et les islamistes qui œuvrent pour changer la population occidentale. Ce que j’affirme dans mon livre s’appuie sur des documents et des faits. C’est le fruit d’une recherche. Pas d’une élucubration en chambre.

    Mais pourquoi les élites occidentales voudraient-elles ce

    changement de population ?

    Mais parce qu’elles prônent « la mondialisation heureuse » qui postule d’écarter les autochtones trop coûteux pour les remplacer par une main-d’œuvre bon marché. Toute la politique de la chancelière allemande, Angela Merkel, vis-à-vis des migrants (lire clandestins), repose sur la volonté du patronat allemand de transplanter en Allemagne de nouvelles populations dont on espère qu’elles seront moins chères. […] »

    commentaire de Michel S. :
    >

    La franc-maçonnerie adhère à ce projet criminel, le recommande et le favorise !
    >

    1. AvatarJarczyk

      Son dernier livre est à lire absolument et nous ne pouvons que nous réjouir, O certes,encore modestement, que celui ci figure en tête de gondole d’un grand distributeur comme la FNAC !
      Il dit les choses telles qu’elles sont,rien de plus.
      Et si le Conseil d’Etat a émis cet avis mesuré, de mon point de vue,la vraie question est de savoir pourquoi ? En 2016? Et non pas voilà 10 ou 20 ans?
      De quel malaise ,cet avis est il le nom?

  8. Avatarclaude t.a.l

    Une crèche avec mahomet en train de sauter Aïcha quand elle avait 9 ans, passerait sûrement ! (  » environnement artistique, culturel  » et « festif  » )

  9. Avatarjolly rodgers

    cela fait partie de notre culture et histoire , non de non ! je suis agnostique et pour moi la crèche me rappelle des souvenirs d’enfance et de convivialité . de plus si ça continue ils vont interdire les cathédrales et les calvaires sur les chemins( a quand Vinci et bulldozer ) , bref ils veulent effacé toute traces de notre héritages et civilisation. par contre le halal a touts les coins de rues , les renifleurs de culs qui traversent nos rues aux heures de priéres , certaines mairies qui font la fete du ramadan , ça ils l’interdisent pas ? gouvernement , mairies et notables collabos à la lanterne. la victoire de TRUMP annonce une aire et une prise de consciences nouvelle des peuples d’ Europe , préparés vos valises collabos !

  10. AvatarJC.P.

    C’est pour quand l’interdiction des crèches dans nos maisons ?? Ils pourraient aussi nous interdire de sapin, non?

  11. AvatarLouis

    Très bon article sauf que je me disais bien qu’il y avait quelque chose de « politiquement incorrect » dans le titre..
    Un peu comme laisser filtrer que Trump a gagné les élections: Nos medias faiblissent..

  12. AvatarJ

    Pourquoi ne pas à notre tour exiger que notre culture soit respectée dans NOTRE pays ? Exigeons les crèches, demandons le soutien pour nos santonniers (il faut sauver des métiers, non ?), revendiquons nos racines judéo-chrétiennes haut et fort. Refusons le bouillon infâme du multiculturel qui ne ressemble à rien. C’est parce que nous ne protestons pas assez fort qu’ils se permettent de rogner notre France et de l’islamiser. Nous ne protestons pas quand ils célèbrent leur fin de ramadan dans les mairies. Nous ne protestons pas quand ces pourris font leur prière dans la rue. Il faut taper du poing sur la table et dire : maintenant ça suffit. Nous ne voulons pas que l’on remplace nos us et coutumes (par ailleurs bien plus poétiques) par leurs rites barbares.

  13. AvatarFougère

    Et les voilées qui rentrent dans les mairies avec leur voile c’est pas du prosélytisme islamique doivent-elles l’enlever quand elles rentrent dans un sanctuaire républicain…..ben non c’est vrai cela s’appelé de l’islamophobie. La nouvelle arme des djiadsites et du gouvernement français pour nous imposer l’islam et détruire le christianisme.

  14. AvatarNagau06

    J’ai bien crû qu’on allait arriver aux marchés noirs de vente de santons. j’imagine bien un vaste trafic…. »hé tu l’as vu mon petit jésus !! » sous la cape….

  15. Charles MartelCharles Martel

    Tout un patakès pour des crèches alors que c’est dans notre culture et nos traditions depuis des siècles. Par contre quand la mère Hidalgo bafoue toutes les règles de la laïcité en organisant officiellement une fête à Paris pour célébrer la sortie du ramadan, Mr Laurent Tribouillard et sa bande de collabos, semblent trouver ça normal ainsi que toutes ces pourritures d’associations de faux culs et tous les vendus qui nous gouvernent, là personne ne dit rien!! Je suis certain que si dans un édifice public on affichait un jour je ne sais quel symbole religieux musulman personne ne dirait rien et toutes ces associations véreuses de bobos de gauche applaudiraient des deux main au nom du « vivre ensemble » ..

  16. Avatarjean marc

    nous somme peut être laïque, mais aussi un peuples de chrétiens, Noël fait partie de notre cultures et nos traditions, là laïcité c’est la séparation de l’église et de l’état,c’est à dire que l’église n’a pas à intervenir dans les affaire et la gouvernance de l’état français comme à l’époque de la royauté ,cela n’a riens à voir avec la culture et les traditions du peuples français, maintenant l’église c’est la croix, les autre religions ont le droit de fermer leurs gueules et ce soumettent à notre cultures, et s’ils ne sont pas contentes cela ne les empêchent pas de foutent le camps de notre pays.

  17. Avatarinconnue

    et les prières dans les rues ? à quand les interdictions, alors eux « ces musulmans) ont le droit d’investir les rues , et ceux tout l’année, par contre nos crèches (une fois par an) interdites
    ?

  18. AvatarNadège

    On nous retire nos crèches, on nous enlève petit à petit notre identité, jusqu’à ce qu’elle disparaisse totalement au profit de l’islam. Qui aurait imaginé il y a quelques années que vouloir installer une crèche dans une mairie conduirait au tribunal ? On nous enlève nos crèches, mais on nous impose l’islam tous les jours et de + en +, avec les voilées et les barbus qui apparaissent partout. Deux poids deux mesures…On est pourtant encore chez nous, non ?? Bientôt on nous interdira de fêter Noel , mais les envahisseurs voudront continuer à toucher la prime , à laquelle beaucoup de français n’ont pas droit. Une honte. Il est urgent de réagir avant de tout perdre. Le remplacement a bien lieu, à vitesse grand V. Il est urgent de virer l’UMPS avant qu’il ne soit trop tard.

  19. AvatarSylvie D.

    J’ai trouvé sur Wikipedia l’origine des crèches. La première crèche a été créée par François d’Assise au 13eme siècle puis sous l’impulsion de Claire d’Assise. Il s’agissait de crèches vivantes.
    Les premières crèches miniatures datent du 16eme s. : la 1ere à Prague en 1562 et les 1eres creches domestiques en 1567. Les figurines étaient fabriquées par des moines.
    Les crèches ont été interdites pendant la Révolution mais elles se sont multipliées dans les maisons.
    C’est au début du 19eme que les crèches retournent dans la rue sous formes d’automates de personnages grotesques.
    La crèche reste un symbole chrétien.
    Alors, je me pose une question : la place de la crèche est-elle dans l’espace public en plus des églises et des habitations, ou bien sa place est-elle exclusivement dans les églises et les habitations ?
    Quand j’étais gamine dans les années 50 et 60 , je faisais ma crèche dans ma chambre et je respectais le symbole chrétien à la lettre. C’est à dire que je mettais le petit Jésus seulement à Noël et les rois mages je les faisais avancer jusqu’à l’Épiphanie. Bon, c’est vrai, j’étais un formatée par le catéchisme !
    Je ne me souviens pas avoir vu de crèches dans les mariés. Mais cela reste pour moi un symbole chrétien et je ne trouve pas que la place de la crèche soit dans les mairies. Si on en met dans l’espace public, elle perd son caractère religieux et n’est qu’une tradition. Et si on la laisse dans l’église, elle reste un symbole chrétien et je trouve cela plus important pour préserver nos racines chrétiennes.
    Qui pense à l’Épiphanie quand il mange sa galette ? C’est aussi l’adoration de Jésus par les rois mages …..!!

    1. AvatarSylvie D.

      Ah ! L’écriture intuitive du clavier Google !! Ce n’est pas les « crèches dans les mariés » mais dans les Mairies…..

    2. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Vous avez raison.

      Mais la laïcité a été totalement pervertie par la Gôche : il s’agit de dégommer tout ce qui est Chrétien pour faire place nette à l’islam.

      Parce que jamais ces pseudo-laïques ne reconnaissent que, partout où il domine, l’islam est totalitaire, massacre tout ce qui n’est pas musulman et … se fout bien de la laïcité !

      L’islam, par simple réciprocité, ne devrait avoir AUCUN droit en France.

      Ou le les droits du Christianisme au Maroc, en Algérie, en Turquie ou .. en Arabie Saoudite et autre Qatar.

  20. AvatarSylvie2

    Ah! laïcité quand tu nous tiens! Mine de rien peut-être que l’on s’est piégé nous-mêmes lorsque la loi 1905 a été promulguée ? Les « Elites » n’ont pas été visionnaires…. Seuls trois départements de la France sont encore sous concordat et résistent, pour combien de temps ?
    A présent, notre culture menacée, on revendique notre appartenance à la culture judéo-chrétienne qu’on a oubliée pour Liberté, Egalité, Fraternité. Il faut savoir ce que l’on veut.
    Et pourtant, je crois me souvenir que la France est la « fille ainée de l’Eglise » depuis Clovis.

  21. AvatarLili

    Je travaille dans une école maternelle….Hier, j’ai demandé à la directrice si on allait mettre un sapin pour Noël, elle répond : oui …
    Puis, je lui parle de la crèche, elle répond : « non, c’est pas laïque « ..
    Je prend mon air le plus angélique et innocent et rétorque que la crèche célèbre la Nativité…. Sa réponse est que des parents se sont plaint……
    Encore plus angélique, je m’étonne que l’on s’en plaigne puisque la naissance d’un enfant concerne tout le monde…et certains plus que d’autres étant donné leur nombre d’enfants……… Je ne suis pas sûre qu’elle ait saisi mon ironie…….
    Donc, il n’y aura pas de crèche, peut-être un sapin…si les muzz ne s’en plaignent pas !

    1. Avatarromantique

      il fallait lui préconiser une statue d’un barbu représentant Mahomet épousant Aïcha fillette de neuf ans…… pour représenter l’islam qui est qu’on le veuille ou non religion pédophile puisque elle autorise le mariage de fillettes à peine pubères avec des vieux

  22. kitty.kitty.

    C’est la suite logique de  » vacances d’hiver  » et  » vacances de printemps « .
    Les gauchos vont finir par mettre un chalet suisse avec 1 paire de skis dans les Mairies et pourquoi pas dans les Eglises.
    Mettez vos crèches à vos fenêtres, c’est déjà ça. Et une grande dans vos maisons, les enfants adorent s’occuper des sapins et de la crèche. C’est un moment de douceur qui reste en mémoire pour toujours, même quand les parents ne sont plus de ce monde.

  23. Avatarjean marc

    avant dans les école maternelle Saint Nicolas, et le père Noël passer, ils fêté même la galette des rois, maintenant avec ces musulmans et de ses pourritures de vendus ,tout cela est terminés.

    1. Avatarromantique

      avec la complicité des professeurs des écoles car si les directeurs et instituteurs disaient leur volonté de perpétuer la tradition, les crèche et Saint Nicolas auraient encore de beaux jours devant eux.

  24. AvatarDorylée

    Je ne me souviens pas que le conseil d’état ait fait autant de foin à propos des mosquées financées avec de l’argent public, baux emphitéotiques et compagnie ! (Voir  » Ces maires qui courtisent l’islamisme  » ) Je ne me souviens pas que le conseil d’état ait gourmandé Sarko quand il s’est mêlé, en violation de la loi de 1905, de présider aux destinées de la fondation pour les œuvres de l’islam ou la création du CFCM….

  25. frejusienfrejusien

    je retiens cette phrase, l’installation d’une crèche ne peut en aucun cas signifier une préférence religieuse »,
    eh bien, je ne suis pas du tout d’accord, interdire une crèche qui ferait ombrage à l’autre religion, voilà ce que ça signifie,
    donc je ne peux accepter cette nouvelle infiltration sournoise de l’autre religion,
    nous sommes chez nous et notre devise qui comprend 3 mots , le premier c’est « LIBERTE », nous devons garder cette liberté de mettre des crèches pour les fêtes de Noël, car c’est notre tradition, la joie de nos enfants, et un merveilleux symbole, ont-ils ce genre de symbole, les autres d’en face qui nous éliment de plus en plus, je dis bien élimer, comme avec une lime ou une râpe, on gratte, petit à petit jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien,
    je savais bien qu’ils allaient encore nous emmerder pour Noël, et la décision du conseil d’état ne vise qu’à refroidir la marmite, car ils sentent bien que la marmite va exploser après tous ces massacres, qu’on supporte encore qu’on touche à nos crèches

Comments are closed.