Comment la petite délinquance de banlieue alimente le terrorisme


Comment la petite délinquance de banlieue alimente le terrorisme

Sur TV Libertés, »Zoom » Jean-Paul Gourevitch : « Tout sur l’islamo-business »

L’islamo-business désigne l’utilisation, au seul profit de l’islamisme radical, des ressources de l’économie parallèle sous ses diverses formes : trafics de stupéfiants, d’armes, d’animaux, piratage, contrefaçon, escroquerie à l’identité, délinquance de proximité ou organisée, rackets, mafias. Avec la rigueur intellectuelle qui lui est reconnue, Jean-Paul Gourévitch établit un tableau détaillé et sidérant du processus complexe qui mène de la petite délinquance de banlieue au terrorisme. L’auteur, spécialiste de l’immigration, décortique les parcours des Khaled Kelkal, des Mohammed Merah ou de Medhi Nemmouche qui sont passés de la voyoucratie à la légitimation de la pratique délictueuse au nom de l’islamisme radical puis à l’action directe. De l’islamoracaille à l’islamobusiness, vivier du terrorisme.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




2 thoughts on “Comment la petite délinquance de banlieue alimente le terrorisme

  1. AvatarAndrej

    Voila un personnage qui nous pousse à réflexion.
    Il semble avoir raison lorsqu’il prétend ne pas être partisan.
     » Le ver est dans le fruit » : il faut éliminer le ver, c’est à dire interdire l’islam en France pendant 10 ans afin de retrouver la « santé » de la nation.
    Utopique? Le chirurgien n’attend pas que le patient soit mort pour opérer et le sauver.
    Cordialement.

  2. AvatarRudolph

    Saluons en passant la qualité de plus en plus remarquable des articles proposés par Résistance Républicaine !

    Pour ce qui est de celui-ci, fort édifiant, il méritrait d’être prolongé par une étude détaillée sur l’implantation des kébabs dans nos centres-villes , car franchement, si ça ne sent pas plus l’argent sale que le méchoui …

Comments are closed.