Laurent Obertone : « Lettre à un simple flic ».


Laurent Obertone : « Lettre à un simple flic ».

Laurent Obertone : « Lettre à un simple flic »

« Lettre à un simple flic.

Cher policier,

La première fois, ils t’ont pris de haut, t’ont menacé, t’ont crié dessus. Tu as remis ça cette nuit. Ils ne sont pas habitués… Tu as compris ? Ils ont peur. Cette fois ils vont te flatter, essayer de t’amadouer. Tu vas en avoir, tout à coup, de l’attention, de la compréhension, de la considération. Tu leur fais très peur, en réalité. Plus loin tu iras, plus bas ils s’aplatiront.

Alors ces prochains jours ils vont promettre, s’agiter, les syndicats vont temporiser, les médias feindre de t’ignorer… Peut-être bien que tu vas céder aux promesses et rentrer dans le rang. C’est normal, tu as une famille, une vie. Ceux qui te traiteront de lâche ne feront jamais le centième de ce que tu viens de faire.

Mais nul ne t’enlèvera une chose : ces dernières heures, tu as pris conscience de ton pouvoir.

C’est toi, le plus important. Tous, tu les tiens. En une nuit, tu es devenu immense et eux minuscules. Toi, le pompier du réel. Toi, qui te prends tous les jours soixante ans de politique inepte dans la gueule. Prends bien conscience de ce pouvoir. Tu es bien plus fort que leurs discours, que leurs mensonges.

Si tu crois qu’ils vont trop loin, tu pourras décider d’ignorer leurs menaces et de ne plus croire en leurs promesses. Tu pourras aller beaucoup plus loin. Tu sais qu’il n’est pas seulement question de moyens, de considérations. Tu sais que le problème va bien au-delà.

Tout cet État, toute ta hiérarchie ne tiennent qu’à un mot : devoir.

Ta hiérarchie, ton État, respectent-ils leurs devoirs ?

Tu connais la réponse.

Tu n’es pas le gardien d’une institution, ni d’un gouvernement, ni d’un régime.

Tu es le gardien de la France. Ton engagement sacré, c’est celui-là. Ta seule loyauté est là.

Toi seul en a les moyens. Le peuple ne descendra pas dans la rue : il te regarde à la télévision.

Toi, tu n’es pas désarmé. Que va-t-on faire, contre toi, contre ta colère, contre tes collègues et ton insurrection sacrée ? T’envoyer les gendarmes, les militaires ? Bien sûr que non. On ne peut rien faire contre toi.

On ne peut que se taire et t’écouter.

N’oublie jamais ça, immense policier. Tu es le garant de notre liberté. »

Page Facebook de Laurent Obertone

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




14 thoughts on “Laurent Obertone : « Lettre à un simple flic ».

  1. robertr

    bravo pour ce texte , j’aime la police, la gendarmerie ,l’armée ,les pompiers
    pour moi simple citoyen ils sont les garants de nos libertés, j’aime les forces de nôtres pays ,même l’lorsqu’ils me manche au bort d’une route (après tout il font leurs jobs) alors monsieur les politiques respectez les! donner leurs les moyens de faire leurs jobs et part dessus tout que la justice arrête de relâchée des assassins,voleurs, terroriste , sinon un de ces jours le peuple ce fâcheras .

  2. Phil

    Tout à fait d’accord. Il est grand temps que ces fonctionnaires se rebellent contre la technocratie qui les menotte. Bravo à eux et toute ma considération.

  3. Laurent P.Laurent P.

    Internautes résistants républicains, utilisez cette lettre de Laurent Obertone pour soutenir CONCRETEMENT les policiers et les inciter à taper du poing sur la table.
    Suivre le mode d’emploi exposé dans l’article
    http://resistancerepublicaine.eu/2016/10/20/pour-inciter-les-policiers-a-taper-du-poing-sur-la-table/
    Pour imprimer correctement la lettre d’Obertone en une pleine page, la seule différence par rapport au mode d’emploi c’est de choisir « taille de texte : 100% » (au lieu de 130%)
    Si vous voulez finasser la mise en page, vous pouvez choisir 120% puis cliquer sur les trois premières lignes et la dernière afin de les supprimer (elles ne sont pas strictement indispensables), ceci pour que seule la lettre en elle-même s’imprime bien sur une page unique (avec les 4 lignes pas strictement indispensables elle s’imprimerait en débordant de 4 lignes sur la deuxième page.)

    1. Dunois

      Bonsoir Laurent P
      L’équation de Zoran ? Ou je me trompe ?
      Pour le soutien aux policiers, il serait nécessaire de faire une diffusion globale car ils méritent bien que le peuple les soutienne à fond. D’un autre coté, en cas d’agression, je saurais non seulement me défendre mais aussi défendre ceux ou celles qui se font agresser. Sans hésiter un seul instant !

  4. Fatigué, Fatigué

    Merci pour cette lettre. Policier, tu viens de prendre conscience de qui tu es, tu viens de manifester ton désarroi. A tous ceux qui vont te promettre des jours meilleurs, ceux de ta hiérarchie, du plus haut, cazevide, au plus bas, qu’ils viennent avec toi pendant plusieurs jours sur le terrain, alors peut être comprendront-il, quel est ton travail et avec quels moyens tu as, ceux qu’ ils t-ont donnés. Mais, je rêvais, je viens de me réveiller.
    Alors, patriotes qui que vous soyez, réveillez-vous, pensez à vos enfants, votez bien en 2017.
    Celui qui n’en peut plus d’être fatigué.

  5. Lili

    Dans une vidéo postée sur Twitter, la présidente du FN leur adresse son soutien.
    Marine Le Pen ‏@MLP_officiel Mon message aux fonctionnaires de police :
    #JeSoutiensLaPolice
    https://twitter.com/MLP_officiel?ref_src=twsrc%5Etfw
    En 6mn 15s, elle développe son message…….
    « Si j’ai décidé de m’adresser directement à vous, c’est pour vous dire combien nous vous comprenons et vous soutenons dans les moments difficiles que vous traversez », déclare Marine Le Pen.
    « Votre mécontentement n’est pas seulement légitime, il est sain », poursuit-elle. « Il porte en lui une réaction salutaire devant une situation qui nous concerne tous, une situation dont on voit bien qu’elle met en jeu la liberté et même la vie de chacun d’entre nous ».
    « Ce n’est pas de menaces dont vous avez besoin mais de soutien et de décisions »
    Il y aurait 57 % d’entre eux qui voterait Marine…Souhaitons que leur situation et ce message augmente voire double ce taux…..

  6. MOLLARD Alain - Pierre

    Bravo,
    C’est très bien dit.
    Je suis tout à fait d’accord.
    Cela fait des années que je bouillonne en voyant la police et les pompiers se faire attaquer, sans pouvoir se défendre, parce que la justice est tolérante envers la racaille.
    De plus ce phénomène vient de loin, je peux personnellement témoigner que je me suis fais caillasser dans les rues du Vieux Nice en 1967, en simple patrouille de Police Militaire, en tant qu’appelé.
    À cette époque nous étions loin d’imaginer l’ampleur que cela allait prendre.
    Cela fait longtemps que j’attends un sursaut.
    Un Chef Lègitime qui montre la voie.
    Est ce que le corps de Police donnerait le signal?
    J’aurais 71ans à la fin de cette année, mais je suis encore prêt à laisser ma vie sur une barricade, pour sauver la France de la racaille à laquelle elle est livrée et laisser à mon fils la possibilité de vivre libre.
    Tout n’est peut être pas perdu.
    Hauts les cœurs, France vivra!

  7. patriote

    Belle lettre ou tout est dit ! je soutiens nos policiers et salue leur dévouement , c’est un métier difficile et ils en voient des choses horribles car tout ne passe pas dans les journaux loin de là !

  8. romulusromulus

    Très bonnes nouvelles: Zemmour, De villiers, Buisson sont bien en vue et en quantités dans les bacs chez Cultura et oh cerise sur les gâteux-traîtres du coin « pas de viols à la Saint Sylvestre en Allemagne », Obertone seul sur un présentoir en Maison de la Presse à Montrevel (2000 habitants); j’en connais qui vont avoir mal aux dents en venant acheter leur Libé préféré. Comme disait l’autre: « Thes times are changing! »

  9. ali l'apostat

    Bravo Nicolas, il faut que les gardiens de la paix assimilent leurs devoirs.
    Ils doivent servirent la France et les français, et non les phallocrates et les envahisseurs.

  10. lucifer

    L. Obertone ! merci pour ce moment ! je suis en train de « dévorer » votre dernier roman Guerilla ….ça fait froid dans le dos , mais très réaliste; si, il y a continuité dans la CORANERIE actuelle ;ce livre deviendra seulement qu’un simple compte-rendu de journaliste…….dans 5 ans ! les policiers ,en ce moment ,se défendent ,mais par ricochet ,défendent la population; aider la police aujourd’hui,c’est s’aider soi-même ,pour plus tard quand on en aura besoin.

  11. lafronde

    Texte fort, théâtral (mais j’aime le théâtre) et qui vient à propos. Le style me rappelle « La France Big Brother » du même auteur. Bravo pour cette prise de position courageuse qui peut valoir des ennuis : il peut être interprété comme un appel à la sédition. Pénalement réprimé. Mais bon si personne ne fait rien, on file vers la soumission houellebecquienne.

Comments are closed.