Catholique, je dénonce la lettre des évêques de France, islamophile et pas bandante…


Catholique,  je dénonce la lettre des évêques de France, islamophile et pas bandante…

Dans un monde qui change retrouver le sens du politique

Conseil permanent de la conférence des évêques de France

http://www.eglise.catholique.fr/espace-presse/communiques-de-presse/428281-sortie-en-librairie-dune-lettre-du-conseil-permanent-dans-un-monde-qui-change-retrouver-le-sens-du-politique/

D’emblée on ne sait pas si ce texte a pu être validé, entériné ou approuvé par le reste du syndicat des évêques de France. Seul le soviet suprême l’a signé.

Le nom du Christ n’apparaît qu’à la dernière phrase du supplément « 2017, année électorale ».  Il s’agit là sans doute d’un oubli malencontreux mais  le Christ a pourtant indiqué qu’il renierait celui qui l’aura renié devant les hommes…

L’islam est très peu présent dans ce document ;  il n’apparaît ni dans l’introduction ni dans la conclusion. Une  incursion en page 34,  aux côtés d’autres problèmes aussi préoccupants que les transformations climatique et écologiques. Une autre en page 39 consent à observer que  « le monde arabo musulman est devenu une source de dangers pour beaucoup de de nos concitoyens ». En fait non c’est plutôt la présence  massive d’arabo musulmans en France,  qui est ressentie comme une menace  tant pour notre identité que pour le « vivre ensemble  ». Il s’agit pour eux de reconnaître qu’ « incivisme, violence, communautarisme, embrigadements, etc… tous ces éléments se confondent dans le visage de l’étranger » (p 39). Non ! D’abord, ce sont souvent des personnes qui ont déjà la nationalité française, et ensuite qui se réclament  d’une religion qui est une contre société, ainsi qu’ils l’affirment  eux même, avec arrogance et mépris,  et non pas tels que moi, catholique,  je voudrais  les voir.

Le reste du document se contente d’observer qu’il y a un problème avec le contrat social ; lequel est donc devenu la référence. Quid des dix commandement ? Quid de l’amour de la patrie ? Aucune référence religieuse chrétienne n’apparaît dans ce texte,  sauf l’inévitable Laudato Si qui semble être le seul  texte que les évêques français aient lu, depuis leur dernier opus sur la politique.  Quel contrat social pouvons-nous signer avec des personnes pour qui la religion l’emporte sur les lois civiles ? Les évêques ne se posent même pas la question. De quoi parle-t-on ? Qui, en France a signé quel contrat social,  avec qui ?

Dans le §  8, on nous indique que « le politique va être sans cesse  appelé à gérer des équilibres provisoires entre différents intérêts à l’instant T » (p 58). C’est donc cela la politique selon nos évêques ? Pitoyable ! Pas très bandant leur truc ! Le politique est ce qui a trait au bien commun et, dans une perspective catholique, doit faire en sorte que la Jérusalem terrestre puisse s’élever vers la Jérusalem céleste. C’est cette vision eschatologique qui donne un  sens au gouvernement de la cité.

Les références incessantes à la République, l’obligation de veiller à la démocratie sont l’alpha et l’oméga de leur pensée, ce qui devrait séduire Résistance républicaine (voir note ci-dessous). Mais cette vision est très idéologue et ce document est écrit  à l’eau tiède de la sociologie la plus consensuelle.

Notre salut même terrestre n’est pas là. L’heure est à la vérité,  à la désignation de l’ennemi, et ce texte n’est pas de nature à nous donner le courage de lutter pour la  France, ni pour le Christ d’ailleurs.

Pour cela il vaut mieux relire « Mémoire et identité » de Jean  Paul II,  le grand oublié de ce texte.  Mais sa lutte courageuse contre deux totalitarismes et son amour charnel pour sa patrie sont aux antipodes de nos sociologues mitrés.

 

Note de Christine Tasin

Si, à Résistance républicaine, nous aimons et défendons la République, c’est au nom du bien commun, la res publica romaine. Or ceux qui défendent immigration et islamisation trahissent ce bien commun au nom de la préférence étrangère, ils trahissent la République en pervertissant sciemment ses fondamentaux. Je n’ai rien contre la Cité de Dieu et le fait que les chrétiens essaient, avec le politique, de faire de la Cité terrestre une copie de la Cité de Dieu idéale à laquelle ils aspirent, à condition qu’ils n’imposent pas à tous des dogmes, des restrictions, des préjugés, des interdits et obligations qui ne relèvent que de la religion catholique et qui n’auraient pas été choisis par le peuple dans son ensemble.

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




15 thoughts on “Catholique, je dénonce la lettre des évêques de France, islamophile et pas bandante…

  1. AvatarRoland l'Alsacien

    Ce Pape qui est à Rome actuellement est aussi un traître qui soutien les islamistes au lieu de s’occuper de tout nos pauvres européens ,ce n’est pas mon Pape est qu’il aillent au Diable ce traître de lèche babouche qui soutien ouvertement la secte sanguinaire islam

    1. AvatarPouf

      Pour ceux qui regardent Bistro Libertés sur tvlibertes, vous avez remarqué le dialogue de Chrétiens qui ne reconnaissent pas ce pape et la réponse de l’avocat Gardères, « c’est mon pape »…or on ne peut pas dire que Gardères soit un chrétien !…ni un patriote d’ailleurs !

  2. AvatarPhgiliberte

    Jean-Paul II, c’est bien celui qui a embrassé le coran? (c’est ironique, je sais pertinemment que c’est lui).

  3. AvatarXtemps

    Et oui, c’est pas seulement les partis politiques qui sont infiltrés par des Pinochet, même les religions sont infiltrés par des Pinochet, y compris les musulmans eux mêmes, que l’Islam ne leurs appartient déjà plus depuis longtemps, comme chez nous d’ailleurs.
    Avec les Pinochet, c’est toutes les religions, comme avec la politique partout et centralisés, le plus mauvais que nous avons tous de la politique et des religions, musulmans comme pour chez nous et tous les autres.

  4. AvatarAnne

    Aucune référence religieuse chrétienne n’apparaît dans ce texte ? Normal, ce pape ne parle plus du tout du Christ, mais seulement des hommes.

  5. AvatarSandrine

    On croirait que le CEF a écrit pour les musulmans, qu’il n’est préoccupé que par eux. Heureusement ce n’est qu’officiellement qu’ils représentent l’Eglise de France, bien des catholiques ne se reconnaissent pas dans le CEF et ne le lisent même plus.

  6. Avatarbidou.net

    le catholicisme et ses représentants vivent dans le monde des bisounours, hélas le réveil risque d’être brutal CQFD

  7. Avatarlucifer

    Je me fous pas mal du clergé ; mais ce qui me fait marrer c’ est le suicide programmé car voulu par ceux qui appellent à l’ invasion par les musulmans, de ce qui reste de l’ église catholique.Vous participez à votre propre disparition Les croyants pratiquants (parce que l- on peut être croyants et ne pas participer à la messe), devraient se mobiliser et dire non à leur disparition voulue par le Pape et le clergé;catholiques si vous voulez assister à votre disparition , votez Juppé l’ami des musulmans, qui agit à votre remplacement; pensez à votre descendance ……

    1. Avatarchris83

      Les « vrais » catholiques sont les premiers touchés par ce phénomène de rejet de ce pape. Ils en souffrent mais malheureusement l’Eglise a pendant des années fait une « politique » de gauche et voilà le résultat. L’Eglise devrait s’abstenir de faire de la politique car les croyants n’ont pas tous la même sensibilité c’est pourquoi Elle devrait se contenter d’appliquer les valeurs des écrits du Nouveau Testament soit « respecter la Nature Créature sans pour autant aller faire la politique des « verts » et même si nous avons des idées charitables inutile d’aller voter à gauche pour autant! Surtout que tout le monde sait maintenant depuis le PS de Mitterant et de Hollande, que les gauchistes ont les idées à gauche mais le portefeuille bien rempli à droite…!

Comments are closed.