55 zones «interdites» en Suède, 3 policiers démissionnaires par jour…


55 zones «interdites» en Suède, 3 policiers démissionnaires par jour…

Zones «interdites» en Suède : la situation tendue vue par un journaliste local

Les autorités de l’UE nient depuis des années les problèmes concernant l’immigration, et désormais, la crise explose, s’aggrave, le nombre de zones «interdites» s’accroît, notamment en Suède, fait remarquer la journaliste Ingrid Carlqvist.

Selon un récent rapport,  la police suédoise ne parvient pas à contrôler les banlieues du pays, suite à l’apparition de 55 «zones interdites». La police aurait fait face à des agressions verbales et à des jets de pierre lors de troubles dans ces zones. On évoque également dans ces zones vandalisme, crimes liés à la drogue et agressions sexuelles.

Un tireur a blessé au moins quatre personnes dans la ville de Malmö mais est resté libre. La situation est tendue.

RT : La Hongrie a publié une brochure contenant tous les risques liés à la crise migratoire. Selon le papier, en Europe, et surtout en Suède, il existe des centaines de «zones interdites» où règne une anarchie absolue. Pourtant,  l’ambassade de Suède en Hongrie a rejeté les allégations de Budapest, insistant sur le fait que ces zones n’existaient pas. Pensez-vous que ces brochures soient une exagération ?

Ingrid Carlquist (I. C.) : Non, elles ne le sont pas. Ce n’est que de la sémantique. Les autorités suédoises ne veulent pas les appeler les «zones interdites». Selon eux, les «zones interdites» sont des lieux où personne ne peut entrer. Mais les gens normaux ne le comprennent pas comme ça. Pour eux, cela veut dire que les ambulances ne peuvent pas s’y rendre sans escorte policière. Lorsque la police y arrive, elle fait face à des jets de pierre, les gens essaient de brûler les voitures de police et ainsi de suite. Ce sont des zones sans loi, c’est cela que les gens appellent les «zones interdites». Aucune personne normalement constituée n’y entrerait.

 Lorsque les journalistes suédois y viennent, ils leur répondent «dégagez», parce que ce n’est pas la Suède

RT : Vous croyez donc que les dénonciations hongroises sont justifiées ? Cela reflète vraiment la situation en Europe d’aujourd’hui ?

I. C. : Pas dans toute l’Europe. Mais ce que nous voyons là, c’est que les gens qui vivent dans ces zones-là, qui sont musulmans dans leur majorité, disent la chose suivante. Lorsque les journalistes suédois y viennent, ils leur répondent «dégagez», parce que ce n’est pas la Suède. Ils essaient d’imposer dans ces zones la charia et ils le font bien. La police pourrait faire des choses : y entrer, arrêter tout cela, quand ils brûlent des voitures, quand ils jettent des pierres. Mais plus ils attendent, plus cela devient difficile, parce que maintenant nous avons au moins 55 zones de ce style en Suède.

Trois policiers quittent leur travail chaque jour

RT : Les médias évoquent ce chiffre de 55 «zones interdites» dans les banlieues. Cette information, est-elle précise et réaliste ? Après tout, Stockholm l’a niée…

I. C. : C’est exact, parce que c’est la vérité. Les autorités suédoises et les autorités européennes ont depuis pas mal d’années prétendu qu’il n’y avait aucun problème avec l’immigration musulmane, qu’en une génération ils allaient devenir tous comme nous et il n’y aurait aucun problème. Mais maintenant ce problème est en train d’exploser, cela s’aggrave tous les jours. Prenons l’exemple des forces de l’ordre : trois policiers quittent leur travail chaque jour. La plupart d’entre eux essaient de trouver d’autres emplois, parce que le travail est horrible : ils ne sont pas assez nombreux, ils sont en danger, et le chef de la police ne les laissera pas faire leur travail. S’ils n’agissent pas sérieusement dès maintenant, vous aurez de larges parties de la Suède dans lesquelles la police ne pourra plus rien contrôler. Il faut agir maintenant, tout de suite.

https://francais.rt.com/opinions/26921-migrants-charia-suede

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




11 thoughts on “55 zones «interdites» en Suède, 3 policiers démissionnaires par jour…

  1. JackJack

    La Suède est l’exemple de l’abandon total du peuple par le pouvoir. La Hongrie est l’exemple d’un pouvoir protégeant son peuple. Français, voulez-voujs la Suède ou la Hongrie ? A vous de choisir en 2017.

  2. encore et encore!

    bien fait pour leur gueule a ces gauchos béni oui-oui et pro-palestiniens a fond…

    ils n’ ont pas volé les centaines de Gaza qui vont bien proliférer chez eux

    Pays de merde assassin de son peuple !!

  3. Léon

    Lorsqu’on arrive à ce stade de danger, il n’existe qu’une méthode pour y palier : la réponse est à la mitraillette; dans ce cas ils se sauvent comme des lapins ce qui leur permet de réfléchir.
    Plus de non droit. Plus de charia. Plus de prière dans les rues.
    Sauf qu’il y a l’europe et les règles (souvent mal appliquées ou pas appliquées) qui nous enterrent petit à petit.
    Cordialement.

  4. Xtemps

    Pour en arriver là, il faut une profonde haine pour son peuple, le gouvernement de ce pays est Fasciste, c’est aussi çà l’union européenne aux dictatures, la Suède suit son exemple, de l’union des Fascistes de Bruxelles serait plus approprié.
    L’union européenne n’est pas européen, il est plutôt anti-européens, une véritable dictature qu’il nous faut arrêter par tous les moyens leurs folies.
    La dictature se mesure par la rareté du référendum et seul moyens aux peuples en démocratie de s’exprimer est bridé la dictature.

  5. Dany laurence

    Les croisades ne datent pas d aujourd hui…..sauf que, à l epoque, aucune loi, ni hommes au pouvoir n autorisaient l invasion de ses terres, de son pays….pourquoi toute cette immigration chez nous et pas en arabie saoudite ou chez les quataries?? Ils ne veulent pas de leur propre race sur leur sol.
    Il est temps d employer la maniere forte, se mettre au niveau de cette vermine qui gangrene notre pays ou la suede…..trop de social tue le social…trop de tolerance bouffe la tolerance

  6. lucifer

    Les effets de la politique de soumission de l’ UE se fait sentir de plus en plus dans tous les pays de cette Europe ouverte à tous vents. Aucune réaction de cette Europe qui , au contraire va ,en Mer rechercher les bateaux « en perdition vers la Libye » ; le Grand Remplacement ne va pas assez vite à leurs yeux. En France , c’ est certainement la même chose qu’ en Suède ;les démissions doivent être nombreuses remplacées par des gens de la diversité; on voit de plus en plus de colorés dans les rangs de la police. Dramatique….

  7. JC. P.

    La Suède est plus petite en surface (environ 450 000M²) que la France et comporte 6 à 7 fois moins d’habitants toujours par rapport à notre pays, la France.
    Comme chez nous « ON » refuse de nous donner des chiffres, je peux extrapoler : LA FRANCE A DONC (55 x 7) 350 à 390 de zones de NON DROIT.
    Ces chiffres sont réalistes, et ce sont ceux, dont « ON » entend parler, de ci, de là.

    C’est dire l’ampleur des dégâts, et le travail qu’aura MARINE, après son élection en MAI 2017.
    Comme le demandent certains élus (y compris à gôôôôche) il faudra envoyer l’armée, dans ces zones de non droit.
    Que nos militaires et forces de l’ordre, aient la possibilité de tirer à balles réelles, sur les rebelles, dealers, encapuchonnés, incendiaires, fainéants, attardés, et autes fauteurs de troubles divers et variés.
    Ces gens violents, n’entendent que la violence, et au DIABLE les droits de l’homme (et de la femme) jusqu’au rétablissement de l’ordre et de la véritable paix sociale.

    LE GRAND REMBARQUEMENT, LA REMIGATION DE MASSE, LES EXPULSIONS, doivent être nos objectifs prioritaires.
    Les juges (ROUGES pour la grande majorité), devront appliquer les lois et directives, édictées par le nouveau gouvernement de MARINE, ou bien ils seront virés sans solde.

  8. Bess

    Le nettoyage doit commencer par les élus qui ont décidés la destruction de leur pays. Ces traitres doivent être mis hors d’état de nuire !

Comments are closed.