Le survivalisme est incompatible avec l’islam ( suite du débat à propos de Piero San Giorgio)


Le survivalisme est incompatible avec l’islam ( suite du débat à propos de Piero San Giorgio)

Un débat s’est ouvert sur Résistance républicaine à propos du survivaliste Piero San Giorgio accusé par certains contributeurs d’être islamophile et proche d’Egalité et Réconciliation et défendu par d’autres dans les commentaires sous les articles.

http://resistancerepublicaine.eu/2016/09/08/je-crains-bien-que-lislamophile-et-soralien-piero-san-giorgio-ne-soit-un-veritable-traitre/

http://resistancerepublicaine.eu/2016/09/09/je-regrette-davoir-relaye-sur-rr-le-livre-de-piero-san-giorgio-qui-dit-je-ne-rejette-pas-lislam/

J’aimerais ajouter ma pierre à l’édifice et répondre à Fred qui évoquait le communautarisme islamique qui selon lui serait plutôt proche du survivalisme.

Je ne connais pas Piero San Giorgio, mais à mon sens le survivalisme est un individualisme anarchiste totalement incompatible avec l’islam qui, lui, est fondé sur la communauté et l’allégeance à un guide, un ignare spirituel.

Le survivaliste justement doit fuir « la communauté » qui nécessairement l’emprisonne en le privant de sa liberté de choix. Le survivaliste n’a qu’un chef et qu’un soldat : lui-même. Aucune communauté ne lui convient. C’est un loup solitaire.

Il y a une contradiction Fred dans vos propos : S’appuyer sur une communauté c’est avoir nécessairement un peu d’empathie pour l’autre de la communauté. Or, vous soulignez que ce sentiment est impossible en temps de chaos !?

Abonder dans le sens de l’islam est une absurdité et toujours une trahison quand il s’agit de promouvoir le survivalisme.
Certes, mes « capacités de réflexion » sont limitées mais est-ce important pour un survivaliste dont le raisonnement est essentiellement fondé sur l’instinct de survie ? Ce qui compte c’est de s’en sortir seul parce qu’on ne peut compter sur personne. « Malheur à celui qui s’appuie sur l’homme » (St Mathieu) et avec tout le respect que je dois à St Mathieu, L’EXPÉRIENCE, nous permet de paraphraser « Malheur à celui qui s’appuie sur l’islam ».

Eh oui, la notion de réflexion est ambiguë en ce qu’elle est paradoxalement fondée en partie sur la notion de réflexe c’est à dire une raison instinctive, une raison de l’immédiateté: Cette « raison instinctive » est la marque du survivaliste qui, lucidement, avec une incroyable clairvoyance va vomir l’islam. Il y a quelque chose de l’ordre du religieux dans cette attitude de penser et D’Être . Mais un religieux qui sacralise l’homme en tant qu’homme, défiant tout, toutes et tous même dieu !
Si dieu existait le survivaliste le défierait.

Que peut dieu contre nous ? Rien! Au contraire puisque dieu est enfermé par la communauté humaine qu’il est censé avoir créé. Il est prisonnier de ses propres sentiments vis à vis de l’homme.

Alors que nous, en loup solitaire libre, par notre liberté on peut lui cracher à la gueule. Dieu n’est pas un survivaliste. Dieu est un ennemi du survivalisme. Les animaux n’ont pas de dieu et s’il en ont un il est bien faible vis à vis de nous.Ils ne comptent que sur eux pour survivre. Le sanglier chassé est seul face à la horde qui le poursuit. Le survivaliste est aussi seul face à la horde qui le poursuit. Il est un « homme-animal » qui se bat seul. Comme le sanglier se sachant perdu se retourne contre les chiens pour lutter à mort le survivaliste se bat jusqu’à la mort… la mort du loup (cf Alfred de Vigny, précurseur de l’existentialisme) .




Villeneuve

Paysan,Vilain insoumis, j'aime Voltaire, j'admire Maurice Barrès. La lumière fut le 26 août 1789 : Tòca-i se gausas (Gaston de Foix) [Touches-y, si tu oses]. Résistance républicaine Midi Pyrénées


14 thoughts on “Le survivalisme est incompatible avec l’islam ( suite du débat à propos de Piero San Giorgio)

  1. gentilitas

    Il n’y a aucune incompatibilité entre Dieu et le survivaliste, c’est même le contraire, car pour pouvoir se lancer chaque jour le défi d’atteindre le soir en restant vivant jusqu’au lendemain, il faut une sacrée foi en soi. Or, la vie coule en chacun, et la vie, c’est Dieu, non ?

    1. Nico57

      Le survivalisme c’est aussi la logique et le pragmatisme une pierre qu’on laisse tomber atteint le sol par exemple ou encore si on ne mange pas on meurt ce sont des exemples tout bête mais parlant…La religion sous toutes ses formes et ses dérives (je vous laisse voir les dérives muzz pour vous en convaincre) n’ont rien à faire là dedans…Bien sûr les pionniers avaient foi en dieu etc etc mais il n’est plus question de cette époque…Quant à dieu allah ou je ne sait quoi je suis impatient de voir le premier mois de jeûne en condition de survie dans la nature ça risque d’être marrant de voir comment des tarés se sacrifient inutilement pour un pote invisible et imaginaire car attention la nature c’est pas kebab et compagnie le jeûne hors des repères de la vie citadine c’est autre chose

    2. Villeneuve

      Non, dieu n’est pas la vie.
      La preuve : La porte qui nous ouvrirait à lui est étroite : c’est la mort !
      La preuve, dieu n’est pas dans l’ordre du vivant puisqu’il est éternel c’est à dire en dehors de l’existence qui elle suppose un début, la naissance, et une fin, la mort !!!
      Il n’y pas de transcendance. Cette théorie dégoûtante des lâches.
      Il n’y a que l’homme . Un être libre et condamné à l’être (JP Sartre).
      Dès lors, un survivaliste, comme l’animal, n’a pas besoin de s’encombrer d’un dieu inutile. Il n’est pas en communion avec la nature non plus. Il ne déifie pas « Nostre Mère Nature ». Le « retour à la terre » est plus un besoin qu’une base philosophique. Finalement, le survivalisme est un existentialisme athée inspiré par Nietzsche et Kafka.
      Le survivalisme repose sur trois piliers :
      1° L’intime conviction du Néant qui nous entoure
      2° La conscience de sa Liberté
      3° L’humanisme issu de son existentialisme athée.

      L’islam n’est pas un humanisme, il exige la servitude , et rien ne vient du néant.

      1. Alexcendre 62

        Cher Villeneuve intéressant ce que vous dite mais si vous le permettez une ou deux petites remarques sans plus : Vous ne pouvez pas nier que beaucoup de gens ont survécu a des situations désespérées grâce a leur foi donc pour ces gens Dieu était là ! ,ensuite sur le premier pilier que vous citez sur l’intime conviction du néant qui nous entour ou entourerait ? où voyez vous le néant ? ce n’est pas parce que vous ne voyez rien qu’il y a obligatoirement néant . Si demain je passe en situation de survie c’est que des forces du mal et belliqueuses m’entourent , si la situation s’améliore c’est que des forces du bien se sont misent en place, alors nous pouvons admettre que dans le soit disant néant il y a déjà au moins deux locataires le mal et le bien Sur le deuxième pilier que vous citez la conscience de sa liberté , moi j’aurais dis en situation de survie la conscience des limites de sa liberté dans un un milieu ou une situation hostile donnée , car dans le cas contraire c’est que l’on est libre et bien et qu’il n’y a pas lieu de se prendre la tête pour survivre .Je reviens a la question sur l’existence ou la non existence de Dieu ,pendant la guerre des gens mal barrés ont prié Dieu c’était leur dernier carburant de l’espoir pour franchir les dernier mètres de la vie , par respect de ces souffrances et la souffrance humaine en général de notre bas monde , pour mes propre doute de fragile terrien jamais je ne m’autoriserai a dire que dieux n’existe pas ,vu qu’il existe régulièrement pour un tas de gens . Je laisse donc la question au clou , un survivaliste peut un jour se retrouver en situation je ne rejoindrais donc pas le clergé qui a jugé Galilée . (analogie )
        Bien a vous Alexcendre 62

        1. Villeneuve

          Merci Alexcendre 62 de vos remarques : « ce n’est pas parce que vous ne voyez rien qu’il y a obligatoirement néant ». Là est la question : Peut on se fier à la connaissance ?

    3. SarisseSarisse

      La preuve les ermites sont des hommes de Dieu et des survivalistes , et ils peuvent même inspirer de puissants mouvements de résistance comme l ‘ermite suisse Nicolas de Flue patron de la Confédération Helvétique, et pas mal d’autres, il avait pas mal de moine pour s’associer au croisades , ou encore à la victoire russe de Koulikovo contre les tartares.
      Voyez comme vivent et s’alimentent les moines de Sainte -Catherine du Sinaï!

      Une vidéo sur Nicolas de Flue:
      http://www.rts.ch/play/tv/les-suisses/video/le-guerrier-et-le-saint?id=5374660

      Et dans le camp ennemi il y avait bien « le vieux dans la montagne ».

  2. severic2009

    ce n’est pas une religion,c’est une déclaration d’extermination à tout ceux qui ne sont pas musulmans,et,ils ne changeront »JAMAIS »,si,nous ne tuons pas l’ISLAM,c’est l’ISLAM qui nous tuera,il n’y a que deux choix,ou c’est « EUX »,ou,c’est »NOUS »..!!

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      L’islam nous imposera ce choix.

      Comme toutes les idéologies totalitaires, l’islam est binaire : il partage le monde en deux.

      « La terre de l’islam » (Dar-Al-Islam) face à la terre où l’islam ne règne pas, « la terre de la guerre » (Dar-Al-Arb).

      Un tel dispositif ne laisse pas beaucoup de choix à ceux qui veulent s’y opposer.

  3. Alexcendre 62

    Le survivalisme est le savoir survivre ! survivre aux dangers les plus divers , survivre aux maximum de dangers dans les conditions les plus défavorables est ce par où nous devons aller  » hors le dernier danger de la liste est cette religion d’amour qui égorge ceux quelle n’aime pas  » . je n’ai rien d’autre a ajouter sauf qu’il faudra impérativement survivre a ça ! et dans les meilleurs conditions possibles . Pour cela il faut voir précis et juste pour anticiper certaines situations qui ne pourrons pas être évitées , notons au passage qu’en survie l’invisibilité est notre meilleur alliè .

  4. Luc Forgeron

    Stop aux divisions, ne vous prenez pas la tête, c’est désespérant de toujours remettre sur le tapis les convictions religieuses, philosophiques… des uns et des autres. Seul compte la légitimité de notre combat contre ce terrible ét absolu mal islamique. Ét en revenant à notre survie ( survivalisme) il faut prendre les informations utiles de partout, peut importe l’idéologie affichée ou cachée du blog, seul le contenu compte, même les sites des milices d’extrême gauche apportent de superbes infos sur les techniques de guerilla, la législation sur son arrestation lors d’une manifestation, comment faire face à une garde à vue… Si je peux me permettre il faut uniquement faire du Jean Moulin, seule l’unité nous permettra de combattre et au final de gagner. Il ne doit y avoir que 2 camps: celui des patriotes et celui des pro-islam, nous devons donc purement rester binaire et pragmatique,il sera temps après la libération de nos pays de nous mettre allègrement sur la gueule en dissertant sur le sexe des anges mais bon me concernant je profiterai pleinement de mes dernières années de vie pour enfin me faire plaisir.

    1. NicolasNicolas

      Merci Luc pour cette très bonne conclusion !

      Je me devais d’alerter sur mes doutes. Maintenant, chacun doit se faire sa propre opinion.

      Enfin, vous avez raison, l’important, est de savoir extraire l’information  »utile » à notre but commun et ce, quelque soit la source.

      Nicolas

    2. SarisseSarisse

      Un Moulin et un de la Roque n’étaient pas du même bord mais ils étaient au final dans le même camps car en face il y avait un totalitarisme sans pitié qui a eu raison d’eux , mais ils ne sont pas morts en vain!

  5. jolly rodgers

    le problème avec la bande a soral, c qu’ils nous divise, c a croire qu’ils sont payés par nos ennemis voir par le système pour divisé le camp patriote . non je suis désolais, je veux bien prendre des infos et des idées chez nos ennemis de l’ultra gauche, car sur certains point on seras d’accord, comme l’écologie, l’anti capitalisme, la globalisation , face a la casse de la sécurité sociale…. mais chez soral il y’a rien a prendre , mais tout a perdre.il y’a rien de plus vicieux que des anti patriotes comme soral et c amis , osent ceux revendiqués patriotes. ils sont là pour nous divisés, j’en suis sur . quand a san giorgio , il est vraiment con . le but de la lutte c pas l’effondrement de la civilisation, mais la lutte contre un système corrompue au capitalisme marchand et a l’ultras libéralisme. on luttes contre la globalisation pour la survie de notre civilisation et de sont peuple et ses traditions.

  6. Fred

    Bonjour,

    Dès le départ vous partez sur une erreur de ce qu’est le survivalisme. Votre article est erroné et les conclusions aussi.

    Il ne peut y avoir de survivalisme seul et isolé. Personne n’a la connaissance absolu pour avoir de l’eau, faire pousser des légumes, élever des animaux, produire de l’énergie et savoir se battre à 1 contre 10.

    Je n’ai jamais dit qu’il ne fallait pas avoir d’empathie pour personne (vous avez mal regardé les videos de San Giorgio et vous avez tiré des conclusions des qq mots que j’ai prononcé). Il faut se constituer un groupe (famille, amis proches) et le pour le reste c’est donnant-donnant, pas de cadeaux et pas de pitié en cas de menace.

    Seul, votre espérance de vie en milieu hostile va se compter en jours.
    L’union fait la force, personne ne peut le nier. L’union des connaissances, le nombre de bras pour effectuer un travail, pour se soutenir moralement.

    Quelques exemples :
    – lorsque les racailles attaquent à 10 contre 1, devinez qui met un rouste à qui ?
    – 1 année je suis parti tout seul qq jours en montagne. Impossible de planter la tente, seul dans la montagne, la peur d’être seul m’a fait rebroussé chemin et j’ai dormi à l’hotel.

    On pourrait multiplier les exemples à l’infini.

    Ensuite, « le survivaliste est un anarchiste ». Mais c’est quoi ces idées « débiles » ?
    Les personnes qui essayent de survivre commencent par faire des stocks, essayent (je dis bien essayent) d’être autonomes dans certains domaines. Avoir une BAD n’est pas facile, cela demande des compétences. Les personnes survivalistes ne sont pas des Robinsons, ni des punks, ni des révolutionnaires, ni des despotes, ni je ne sais quoi d’autre.
    Elles payent des impôts, votent, apprennent le maniement des armes, se posent des questions sur les crises à venir.

    Vous êtes parti dans un délire religieux, alors que ça n’a rien à voir avec le survivalisme. En tout cas vos rapprochements me paraissent saugrenus.

    Alors, manifestement vous ne comprenez rien au survivalisme, à la vision globale que cela implique (vous vous attachez aux petites phrases en y décelant un dérapage verbal).

    On ne va pas vous ré-expliquer tout à chaque fois.

Comments are closed.