« Donald Trump se moque éperdument qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas » (vidéo)


« Donald Trump se moque éperdument qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas » (vidéo)

« J’ai toujours dit que c’était le meilleur. » Invitée d’Europe 1 mercredi matin, l’essayiste Évelyne Joslain n’a pas caché sa préférence pour Donald Trump dans la course à la Maison-Blanche.

Seul capable de battre « le monstre Clinton ». Membre des Republicans Overseas, elle est l’une des premières observatrices de la politique américaine à avoir parié sur le milliardaire. « Dès son entrée en campagne le 15 juin 2015 », précise-t-elle, « parce que les seize autres candidats ne m’emballaient pas. Ils avaient tous de grandes qualités mais je n’en voyais aucun capable de battre le monstre Hillary Clinton ». Auteure du premier ouvrage pro-Trump, Trump, pour le meilleur et pour le pire, Évelyne Joslain s’agace du traitement médiatique que réserve la presse occidentale à son champion. « Les médias continuent à le présenter comme un clown. Ils restent tous récalcitrants à l’idée d’un président Trump », juge-t-elle.

Une confiance indéfectible. Les nombreuses polémiques à l’encontre de Donald Trump n’ont pas altéré la confiance de l’essayiste envers le candidat à la Maison-Blanche. Ses récents propos sur les parents d’un soldat américain musulman mort au combat lui ont attiré une vague de réactions indignées au sein même de son propre parti. Pas de quoi paniquer, selon Evelyne Joslain. « Il y a une minuscule fraction du parti républicain résolument anti-Trump – sans doute pour des intérêts particuliers – et qui est prête à lui sauter dessus encore plus férocement que la gauche. On ne peut pas les prendre au sérieux, ils ne sont que 5% », balaie l’essayiste. Donald Trump « ne veut pas rentrer dans un moule politiquement correct. Il ne veut pas être poli quand il est attaqué, comme par le père de ce soldat américain, vicieusement », affirme-t-elle.

Des polémiques qui servent Trump. À en croire Évelyne Joslain, ces multiples polémiques serviraient même les intérêts du milliardaire. « Donald Trump, lui, se moque éperdument qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas. Il a remarqué que tout ce qui était présenté comme une gaffe, une bavure ou une provocation, faisait un tollé dans la presse de gauche. Cela se manifestait ensuite par un gain de popularité et des voix supplémentaires », se réjouit-elle. En dépit des sondages – qui voient désormais Donald Trump devancé de huit points par Hillary Clinton – Évelyne Joslain en est certaine : « Trump a autant de chance de gagner qu’Hillary Clinton ».

Europe 1


Donald Trump « se moque éperdument qu’on l’aime… par Europe1fr

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Tommy Fransen

Pas de reddition face à l'ennemi !


8 thoughts on “« Donald Trump se moque éperdument qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas » (vidéo)

  1. AvatarLili

    Ben moi je l’aime bien Donald et je déteste la chamelle cornue!!
    Et bravo à cette journaliste qui ose soutenir et défendre Trump !

  2. Avatarmaury

    Evelyne Joslain a raison !Donald Trump est tres lucide ,il parle vrai et franchement ce qui a le don de mettre en rage les islamo gauchistes(on a les mêmes) mais le peuple ne s’y trompe pas (‘sans jeu de mots)Il est en train de renverser la table du politiquement correct ,de l hypocrisie suicidaire gauchiste et il fout la trouille à notre flanby de mauvaise augure!!le salut viendrait il en premier des states???

  3. AvatarBUTTERWORTH

    OBAMA PRESIDENT NORMAL NE L AIME PAS IL PREFERE UN PRESIDENT NORMAL COMME HOLLANDE ARTICLE OBAMA LES NOIRS NE LUI DISENT PAS MERCI ENTRE NORMAUX COMME PRESIDENTS MIEUX VAUT CHOISIR UN ANORMAL AU VU DES RESULTATS

  4. AvatarPUGNACITÉ

    Trump à priori patriote doit convaincre les USA
    Nous devons prioritairement être attentifs au respect des principes démocratiques…
    Or en réalité étant minoritaires dans notre propre pays et au sein des entreprises communautaristes pour déjà une très grande partie voire une majorité..nous n’avons P lus qu’à réagir en conséquence..c’est à dire prendre majoritairement les armes défensives ou acter notre inféodation politico religieuse.

  5. Avatarpjp

    Donald trump , a recu la promesse du demi frere de baraque obama qu’il viendra en novembre pour voter . ( Il n’apprécie pas du tout son demi frangin ) .

  6. Avatarxmt

    Hillary Clinton! sans déconner! Ils ont déjà eu le mari adultère Bill le saxophoniste, je ne pense pas qu’ils veulent d’Hillary la joueuse de pipeau!

  7. AvatarEric Martin

    Moi ce qui me saute aux yeux, c’est que dès qu’il y a un candidat qui veut faire respecter les lois de son pays, voir les durcir, il est la cible de tous les médias, des gauchistes et de la bien-pensance (jamais choquée par contre par les égorgements). Et on fait passer ce candidat, pour un négationniste, un nazi, un fachiste, un lâche, un désaxé etc etc en somme et en résumé un sale con. Et tout ça parce qu’il attaque un système qui a montré sa faillite dans tous les domaines. C’est la même chose aux USA et la même chose en France, où tous les médias font du Trump bashing à un niveau en dessous de zéro. Alors, oui devant ces merdias et ces incapables gouvernementaux, qui ont ruiné le pays, je voterai sans aucun doute possible pour Marine en 2017, comme j’aurai voté pour Trump si j’avais été américain. En attendant, les pigeons de la société peuvent toujours allumer leur télé, qui leur racontera que Trump est le méchant et Hollande le gentil gars, et déplorer en même temps dans une logique qui m’échappe, que le monde s’écroule.

  8. AvatarSUD

    Vive TRUMP,

    Lors de la mandature CLINTON, ce qui s’est passé dans le bureau ovale est une abomination. L’épouse était-elle consentante….. peut-être !

    Quant à l’affaire des emails…bravo pour la légèreté !

    Est-ce que les codes nucléaires seront mis en ligne sur le net ?

    Sur les conseils de l’une de ses conseillères, apparemment membre des frères musulmans la charia sera-t-elle appliquée aux état-démunis.

Comments are closed.