Nice : la justice ordonne la suppression de 24h de vidéosurveillance : enfumage, traîtrise et scandale


Nice : la justice ordonne la suppression de 24h de vidéosurveillance : enfumage, traîtrise et scandale

Attentat Nice : la justice ordonne la suppression de 24h de vidéosurveillance du 14 sous un prétexte nul et non avenu.

 Mercredi à 11 heures, en effet, la sous-direction antiterroriste (SDAT)  a demandé la suppression de 24 heures d’enregistrement.

 http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/07/21/97001-20160721FILWWW00269-info-le-figaro-attentat-de-nice-la-justice-a-demande-a-la-mairie-de-supprimer-24-heures-de-videosurveillance.php

 Un faux prétexte, mais un vrai enfumage !

 Le motif : La peur de la transmission des données images de l’attentat à des tiers par respect pour les victimes ? Ben voyons, mensonges !

 Un véritable enfumage, je maintiens car cela n’est pas possible de supprimer en partiel des données sur disque dur, et les opérateurs comme les utilisateurs ne sont pas formés pour effectuer cet ordre.

 Le seul moyen étant de vider l’intégralité des disques durs, la seule possibilité étant de ré initialiser ces derniers à leur état d’origine par défaut (donc les faire redevenir vierges)…

 Un ordre, il faut le dire judicieusement donné pour supprimer de facto 10 jours d’enregistrement de données vidéo, qui pourrait permettre de pouvoir retracer tous les mouvements potentiels concernant la préparation de cet attentat sanglant. Donc très dérangeant pour certains !

A savoir : 

En tant que professionnel dans ce domaine, j’affirme que le local d’enregistrement est très sécurisé, et donc avec un groupe très, très, très restreint de personnes habilitées à y pénétrer comme à y effectuer les sauvegardes ainsi que les relectures. Le tout devant être effectué sur des réquisitions bien précises, et clairement enregistrées.

 D’autre part, ces possibilités de sauvegardes ne peuvent être effectuées que sur réquisition des services de l’état dûment habilités également.

 Personne d’autre que ces derniers ne peut le faire sans encourir de très graves sanctions, car les mots de passe d’accès sont nominatifs et forcement restrictifs.

 Ceux qui voudraient donc passer outre sur les consignes sécuritaires de ces données enregistrées seront obligatoirement identifiés, et appréhendés.

 Nota :

 Il faut également savoir que la durée légale de ces données enregistrées sur les disques durs des stockeurs vidéo ne peut dépasser réglementairement les 30 jours.

 Dans la très grande majorité des installations, ces dernières n’excèdent pas 10/15 jours pour des raisons de flux vidéo et/ou de coûts financiers importants en rajout serveurs et disques durs notamment… Dix jours enregistrés serait donc le cas suite à cet article :

http://www.20minutes.fr/societe/1896087-20160721-attentat-nice-justice-demande-mairie-supprimer-24h-videosurveillance

 En clair, les derniers enregistrements effacent automatiquement et de facto les premiers pour libérer de la place sur les disques durs…

 La ville de Nice avec plus de 1.200 caméras en service conserve donc les données enregistrées sur 10 jours, du fait que le poste de commandement central vidéo travaille en vidéosurveillance, et non en videoprotection… Soit en surveillance en temps réel !

 En résumé :

 Ou bien, on ne fait pas confiance à des personnes dûment habilitées à effectuer ces surveillances, et là, c’est d’une gravité extrême !

 Car ces personnes ont obligatoirement un agrément préfectoral de par leurs fonctions de superviseur PC, y compris les maires ou adjoints, et donc OPJ de fait, de par leurs fonctions.

 Ou alors,  la véritable raison qui est forcément non avouée, est de soustraire à toutes enquêtes complémentaires futures, la préservation des preuves de mensonges d’Etat du 14/07/2016 au soir.

 Les responsables de ce laxisme et de cette incompétence sont effectivement en situation de danger réel en termes de responsabilité judiciaire.

 N’oubliez pas que même si on conserve des preuves par sauvegarde de la totalité des disques durs du stockeur vidéo (cela a été effectué dans le cadre de l’enquête, soit 10 jours)… 

 Ces dernières peuvent mystérieusement disparaître (déjà vu dans les enquêtes de pédophilie organisée notamment), et donc forcément comme logiquement bien utile pour certains !

 Je mettrai donc en avant ce dicton : « prudence est mère de sûreté »

 Je ne saurais que conseiller de faire une deuxième sauvegarde globale, et un stockage dans un coffre-fort, pour le cas où, plutôt que de demander un effacement de ces dernières de manière volontaire.

 Mais étant déjà le 21/07, les données restantes à sauvegarder, et éventuellement compromettantes ne sont plus que de 2 jours à la date du 21/07/2016…

 C’est à la justice de contrecarrer cet ordre absurde et très litigieux ! 

 Voilà, le but de cet article étant fait pour informer le maximum de sans-dents.

 cazeneuve-lasfar

Salutations dévouées d’un élu du peuple, pour le peuple, mais aussi d’un professionnel depuis plus de 30 ans dans la protection des biens et des personnes !

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Alain Barnier

Président du groupe Viviers Bleu Marine Conseiller municipal vivarois


10 thoughts on “Nice : la justice ordonne la suppression de 24h de vidéosurveillance : enfumage, traîtrise et scandale

  1. AvatarUTR

    Dans le but d’établir un résumé de cette affaire , nous pouvons avancer les éléments suivants les plus probables

    Le dispositif de protection contre l’intrusion d’un véhicule lourd, était totalement inexistant, constituant un argument supplémentaire massif, pour démontrer la désinvolture inacceptable du ministére de l’interieur , dans le cadre de la protection de grands rassemblements humains

    En l’espéce , seuls un puissant barrage de véhicules complété même par des blocs de béton posés préventivement , aurait pu s’opposer à la course meurtriére de ce terroriste , et tout indique que ce dispositif pour le moins indispensable , n’avait pas été mis en place !

    De fait les images vidéo précises de la scéne , sur une période assez longue, permettent normalement de constater la matérialité du dispositif policier et par voie de conséquence , la non présence de moyens matériels de protection suffisamment conséquents, pour empêcher ou limiter le drame !

    C’est la raison pour laquelle, et en toute logique, ces enregistrements mettent dangereusement en lumiére la faillite de la mission d’un ministére, d’ou la montée d’un immense malaise au plus haut sommet de l’état , dont la traduction est cette injonction judiciaire arbitraire , destinée bien sur à faire disparaitre les preuves insupportables de l’impéritie d’un gouvernement

    Ce terroriste ( je n’arrive pas à prononcer son nom !) a pu sans aucune entrave matérielle , lancer son camion à travers la foule sur une longueur considérable , et de fait a gravement compromis la confiance des français dans la compétence des pouvoirs publics en charge de sécurité

    Ce pouvoir éxécutif , fut profondément inquiété par les sifflets de la foule , rejettant désormais son autorité pour trahison et irresponsabilité , d’ou le recours à de médiocres artifices policiers et judiciaires , dans le but de couper la route à un discrédit absolu.

    1. AvatarLéon

      Justice? quelle justice? Celle du mur des cons, sans doute. La justice qui demande l’effacement des preuves, ne peut être que la justice du mur des cons.
      Ceux la même qui ont ordonné cette manipulation doivent passer en justice, justement. Et la vraie.
      Ça me rend malade de voir cette décomposition de la société dans l’indifférence presque générale.
      Cordialement.

  2. AvatarPARA D'AVANT

    Le ministre « CAZEVIDE » est en train de faire « kaka » à la culotte et il veut faire disparaître les preuves. J’espère qu’au centre des enregistrements de toutes ces vidéos accablantes, il y aura au moins un vrai Patriote de la Police pour faire des copies, car nul doute que les « barbouzes » de sieur CAZEVIDE vont tenté de les faire disparaître par tous moyens (vol, destruction du matériel, par surtension électrique, voir incendie, que sais-je!!!). Protégez vous Policiers de terrain, tant Nationaux que Municipaux, car au bout du compte ils trouveront toujours un lampiste parmi vous pour porter le « chapeau ». J’invite toutes les familles des victimes à déposer une plainte en groupe contre le ministre de l’intérieur pour faute très grave dans le cadre de sa mission 1° qui est la protection et sécurité des personnes. Allez, ayez le courage de le faire, n’ayez plus aucun doute, ces « guignols » qui nous gouvernent n’en n’ont plus pour longtemps à nous enfumer.

    1. hoplitehoplite

      ils ont des choses à cacher… surtout ce qu’on ne voit pas: les militaires en poste dans le cadre de l’état d’urgence!!

  3. AvatarHUGUEL

    Je ne suis pas du tout étonné car, ne l’oublions pas Casevide avait dit que prôner le djihad n’était pas un délit.On en voit les résultats.A traduire en justice pour haute trahison et complicité avec le terroriste.

  4. Alain BARNIERAlain BARNIER

    Nice : Demande de suppression des vidéos et pression sur les l’état euros !

    La vérité commence à transpirer, et les personnes à responsabilité refusent de cautionner cette tartufferie et ce mensonge d’état.

    Sandra Bertin, chef du Centre de supervision urbain (CSU) de Nice et secrétaire générale du Syndicat autonome de la Fonction publique territoriale (SAFPT) Métropole-Ville de Nice, et en poste au soir du 14/07/216 accuse le ministère de l’Intérieur…

    Une personne a judicieusement demandé si les conversations audio étaient enregistrées, et voici ma réponse :

    Ce n’est pas une obligation sauf si le poste de commandement vidéo et sa salle sont APSAD.

    La certification NF Service est délivrée conjointement avec la certification APSAD, Le référentiel unique de certification : NF Service & APSAD NF367-I82.

    A ce moment-là, un système d’enregistrement est obligatoire….

    Mais je ne pense pas que cela soit le cas à Nice malgré l’importance de gestion et de matériel !

    Il faut également se référer au texte légal (par exemple, pour les services d’urgence comme le SAMU). Les dispositifs d’écoute et d’enregistrement des conversations téléphoniques sur le lieu de travail sont installés également à des fins de formation ou d’évaluation, et n’ont qu’une durée limitée !
    Le lien : http://www.lejdd.fr/Societe/La-policiere-responsable-de-la-videosurveillance-a-Nice-accuse-le-ministere-de-l-Interieur-798751

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Merci Alain pour ce complément d’info, on a justement publié ce matin l’interview de Sandra Bertin, Cazeneuve sent de plus en plus le souffre

Comments are closed.