Bruxelles voudrait même nous obliger à considérer la carotte comme un fruit !


Bruxelles voudrait même nous obliger à considérer la carotte comme un fruit !

Il est grand temps de sortir de l’Union européenne pour toutes les raisons déjà dites ici ou là, mais aussi parce que l’Europe avait pour mission de réaliser le rapprochement des peuples également sur le plan juridique, en cherchant à harmoniser voire unifier le droit des différents Etats.

Cette mission me paraît achevée. Elle a été menée par un monstre bureaucratique, là où des conventions ponctuelles auraient pu suffire. Le droit européen relève du totalitarisme juridique : tout ou presque a été appréhendé par lui. Ainsi, l’Europe a même prétendu nous apprendre que la carotte et la patate douce doivent être considérées comme des fruits et non des légumes (DIRECTIVE DU CONSEIL du 18 novembre 1988 modifiant la directive 79/693/CEE relative au rapprochement des législations des États membres concernant les confitures, gelées et marmelades de fruits ainsi que la crème de marrons :
http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:31988L0593:FR:HTML).

Aujourd’hui, les textes juridiques du droit européen procèdent souvent à des révisions censées perfectionner la législation européenne actuelle, mais avec le même zèle que celui du Parlement français, c’est-à-dire que la plupart du temps, la réforme fait pire que le texte initial.

L’Europe a contribué à la complexité croissante du droit, devenant aussi éloigné des peuples que l’UE elle-même.

De même que les superpositions de niveaux administratifs engendrent des coûts et font perdre de l’efficacité à l’action politique, de même la superposition des couches de corpus juridiques est nocive et fragilise l’idée démocratique autant que l’idée républicaine. La démocratie comme la République sont tuées par l’excès de production normative.

Nous n’avons déjà pas besoin d’un Parlement qui siège à longueur d’année (les Etats généraux n’étaient convoqués que ponctuellement dans l’ancien Régime, ce qui avait au moins le mérite de poser les questions essentielles, même si la réponse n’était pas toujours adaptées, mais cela en raison de l’absolutisme royal…).
Nous avons encore moins besoin d’instances européennes permanentes.

Désormais, les droits nationaux en Europe se sont considérablement rapprochés. Cela facilitera l’intégration des immigrés venant d’un pays européen (l’immigration étant cependant remise à l’appréciation de chaque Etat, donc dans la mesure où tel Etat la permettrait plus ou moins facilement) et le commerce entre les Etats membres (exportations et importations).
Pour les secteurs qui resteraient à harmoniser, la bonne vieille méthode de la convention internationale négociée entre chaque Etat aura le bienfait de restaurer la responsabilité politique de dirigeants qui, autrement, sont tentés de dire que ce n’est pas leur faute, mais la faute à l’Europe.

Responsabilité politique, république, démocratie mais aussi clarté et lisibilité du droit ne pourront que profiter d’une sortie de l’Europe, même si, au-delà de ces considérations, nul doute que la pression économique du système sera intimidante. La refondation du pacte social le mérite bien…

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Maxime

"On ne peut vivre agréablement si l'on ne vit avec prudence, honnêteté et justice" (Epicure). La France ne pourra retrouver la jeunesse de Bacchus peinte par Bouguereau qu'en renforçant le principe de précaution.


12 thoughts on “Bruxelles voudrait même nous obliger à considérer la carotte comme un fruit !

  1. SCHNEITER

    Juncker et Schulz, vous savez ce qui va vous arriver avec les carottes….? Je vous laisse deviner !

  2. Christian jour

    Ben oui L’UE c’est du totalitarisme pur comme l’islam et son coran qu’ils veulent nous imposer à tout prix mais nous on en veux pas et il est grand temps de virer tous ces cons.

  3. Lavéritétriomphera

    Alors que l’Europe est en proie à des difficultés croissantes, Bruxelle augure des querelles byzantines http://gigeoju.eklablog.com/chute-de-constantinople-p1001510. Il n’est évidemment pas question de parler du sexe des anges mais de savoir si la carotte qui est une racine, doit dans certaines circonstances devenir un fruit. J’ai l’impression que l’on subventionne des personnes pour dire et faire n’importe quoi.
    À moins, comme il est dit dans l’article sur la chute de Constantinople, que Bruxelle craigne également un éclatement de l’union (empire). Nous savons tous quel fut le destin de Byzance. Son empire fut reconstitué et même élargi, mais avec majoritairement une autre religion et d’autres lois. Son héritage fut donné à d’autres, à la Russie notamment.

  4. Maxime

    Précision : en cas de sortie de l’UE généralisée donc implosion de l’UE, il faudrait quand même comme institution permanente seulement une Cour de justice pour veiller à l’application des traités et des textes déjà entrés en vigueur (directives et règlements). Il y a ici un réel besoin d’harmonisation et je serais favorable à l’élection de tels juges suprêmes.
    Par ailleurs, je ne pense pas qu’on puisse comparer l’effondrement de l’UE à celui d’un Empire, car l’UE n’en a pas la dimension historique, politique, culturelle, etc. (heureusement). Si l’UE est vaste comme un Empire, l’habit ne fait pas le moine !

  5. hathoriti

    Eh ben ! Si Bruxelles commence à prendre des racines pour des fruits , on n’est pas sorti de l’auberge ! Ces dégénérés incompétents non élus, qui n’ont aucun droit sur les peuples européens, qui ne sont même pas capables de différencier un requin d’une tortue marine , sont en train d’abêtir les peuples d’Europe…volontairement ! C’est ce qui s’appelle du foutage de gueule ! Ils veulent nous transformer en néanderthaliens pour mieux nous asservir… J’espère de tout mon coeur que ce qui les attend sera, cette fois, définitif…

  6. Sandrine

    Les carottes, un fruit ?…Très bien, ce soir pour le dessert je mettrai sur la table une corbeille de carottes et rien d’autre. Et demain au petit déjeuner, confiture de carottes. Si seulement ça pouvait rendre tout le monde aimable et donner un teint rose…

  7. patito

    c’est un exemple un peu tiré par les cheveux car cela fait très longtemps que la confiture de carotte est acceptée car c’est une recette portugaise ; de même la patate douce est très sucrée et se prête à des préparations caramélisées.

    Si il n’y avait que cela de critiquable sur l’l’Europe ce ne serait pas grave mais c’est un bon indicateur de l’implication de ses milliers de fonctionnaires dans la vie courante des Européens

    1. MaximeMaxime Post author

      pas faux, mais quand même, même cette directive sur les légumes a été réformée… comment vivaient les Romains dans un Empire qui à son apogée était infiniment plus vaste que l’Europe ? Certes, la technique n’était pas développée comme elle l’est aujourd’hui, mais ils se contentaient d’un corpus juridique très réduit.
      Avant l’UE, le droit était beaucoup plus simple, facile à connaître, désormais à peine connaissez vous les règles nécessaires pour faire du conseil dans un domaine ou exercer une activité dans ce domaine qu’il faut remettre le travail à l’ouvrage. C’est épuisant et très coûteux de plus car il faut être abonné à je ne sais combien de revues, mettre à jour ses ouvrages (ce qui a plus de 5 ans ne vaut plus grand chose), ce qui fait le bonheur des éditeurs juridiques au passage…

  8. Rudolph

    c’est ça ; et les choux bruxelles, ce sont les bijoux de famille de Junker ?

    Putasserie d’ eurabiens dégénérés …

  9. inconnue

    de plus en plus débiles ces technocrates, je suis certaine qu’ils sont incapables capables de reconnaitre les différents produits agricoles, mettez les dans des champs ou des vergers, vous verrez qu’ils sont nuls et ignares

Comments are closed.