Pourquoi le Grand Remplacement n’est pas un complot mais une politique bien programmée


Pourquoi le Grand Remplacement n’est pas un complot mais une politique bien programmée

 En réponse à notre article expliquant à Florian Philippot que le Grand remplacement était une réalité et non un complot,  Bat Ye’or, qui a fait connaître le projet Eurabia dans ses oeuvres, notamment « Eurabia, l’axe euro-arabe » ou »l’Europe et le spectre du Califat »  nous a fait l’honneur et le plaisir de nous envoyer ce complément.

Chère Christine,

 Le problème que vous soulevez : pas de complot mais une politique bien programmée, est essentiel. Car si c’est un complot, une fantasmagorie, tout ce que nous voyons et constatons est imaginaire et une falsification du réel. Mais si la situation actuelle correspond à une politique programmée, elle implique une idéologie, une planification, des buts et des responsabilités. Si Eurabia représente une politique avec ses financements et ses réseaux, on peut casser ses mécanismes et arrêter le processus de décomposition de l’Europe, on peut juger ses responsables et ses cerveaux. Ceci serait pire qu’une catastrophe pour l’Union européenne et les chefs d’Etat et de partis qui participèrent à la création d’Eurabia ou y contribuèrent.

Je ne crois pas que le Grand remplacement était prévu à l’origine de la politique d’union euro-arabe (Eurabia). Il y eut en effet depuis 1973, des étapes et des développements inattendus qui nous ont conduits à cette situation. Mais les objectifs politiques exprimés dans les textes permettent d’affirmer avec une certaine certitude les orientations de la Communauté européenne décelables dans les textes du Dialogue euro-arabe et ses promoteurs :

1.    Transformer l’Europe en continent euro-islamique, par la création d’une civilisation méditerranéenne christiano-musulmane, d’où l’affirmation que l’islam fait partie de l’Europe autant que le christianisme. Adoption d’une politique d’immigration portes ouvertes favorisant le mixage des populations ; jumelage et réalisations de projets  associés euro-arabes dans les secteurs de l’information, des médias audio-visuels, des universités, dans les domaines politiques, économiques et de la jeunesse.

2.    L’immigration de masse en Occident, imposée par l’OCI car conforme à la doctrine jihadiste, mais approuvée par l’Europe qui estime qu’elle détruira les nationalismes des Etats-nations et renforcera ainsi le pouvoir de l’UE sur l’ensemble des Etats membres.

3.    L’immigration musulmane est le vecteur du rapprochement des deux rives de la Méditerranée et du prolongement de l’Europe en Asie et en Afrique, lui ouvrant de nouveaux marchés, des bases de contrôle économiques et stratégiques dans le contexte de la mondialisation. Avec l’islam, l’Europe deviendrait plus riche, plus puissante que l’Amérique et la Russie, elle contrôlerait le monde (la fable de la grenouille qui voulait devenir plus grosse qu’un bœuf). C’est en ce sens que l’immigration est source de pouvoir et de richesses.

4. La réalisation du projet nazi cher à Hitler et au mufti de Jérusalem, Amin al-Husseini représentant des Frères Musulmans en Palestine. Les nazis souhaitaient détruire un christianisme enraciné dans le judaïsme et préféraient l’islam. Cet antichristianisme est renforcé par la vision marxiste du mixage des peuples libérés des religions, des nationalismes et des hiérarchies, fraternisant dans l’universel.

5.    Dans cette optique Israël représente l’Etat-nation, bête noire de l’UE et obstacle à l’harmonie parfaite entre l’Islam et une Europe qui s’est engagée en novembre 1973 à construire la Palestine sur les ruines de l’Etat d’Israël. L’acharnement de l’Etat hébreu à maintenir son existence sur son territoire national provoque la guerre larvée stratégique, politique et médiatique d’une Europe devenue mercenaire du jihadisme international contre Israël.

On peut dire que l’UE et les gouvernements qui adhèrent à cette stratégie, appliquent contre les mouvements nationalistes de leurs propres populations attachées à leurs racines historiques et culturelles une politique calquée sur leurs mesures anti-israéliennes. Car le but est le même : parvenir par l’éradication d’Israël ou la dhimmitude de l’Europe à la fusion euro-islamique. C’est ce désir ardent qui s’exprime dans les textes du Dialogue euro-arabe, la Déclaration de Barcelone, le Dialogue des Civilisations, l’Alliance des Civilisations, et les lettres écrites par de hautes personnalités politiques, des ministres, des diplomates chevronnés, des Commissaires et hauts fonctionnaires de l’UE. Une politique enrobée de l’humanitarisme des droits de l’homme qui demeurent, cependant, fort sélectifs. Quels sont les droits de l’homme des chrétiens et autres minorités dans les pays musulmans ? Ou ceux des Israéliens agressés quotidiennement par les terroristes palestiniens ?

Pour justifier sa politique inique envers Israël, l’UE modifie la terminologie. Les lignes de cessez-le-feu en 1949 d’une guerre d’extermination menée contre l’Etat d’Israël par cinq armées arabes, renforcée par une milice de la Ligue arabe composée d’anciens soldats nazis, d’Italiens, de musulmans des Balkans et du Caucase des armées nazies en déroute – futurs réfugiés palestiniens de la débâcle arabe – ces lignes sont désignées par l’Europe, frontières internationales. Or c’est par cette guerre illégale que l’Egypte, la Syrie et la Transjordanie se sont approprié des territoires dont ils ont chassé et exproprié les antiques communautés juives de Judée.

Les noms plusieurs fois millénaires de Judée et Samarie sont remplacés par Cisjordanie ou territoires arabes occupés. Un procédé d’islamisation de la géographie et de l’histoire du peuple d’Israël qui pourrait facilement se reproduire en Europe. Après quarante ans d’une guerre larvée euro-arabe pour remplacer Israël par la Palestine arabe et islamique, l’on ne doit pas s’étonner de la Déclaration de l’UNESCO qui efface tout simplement l’histoire trimillénaire du peuple d’Israël par l’adoption du narratif coranique qui islamise les personnages bibliques. Qu’un organisme qui se proclame la conscience culturelle de l’humanité dénie la véracité des sources pharaoniques, babyloniennes, grecques et romaines confirmant cette histoire, a de quoi terrifier. Car l’on arrive là devant un abîme d’ignominie, sans parler des gouffres engloutissant des milliards de dollars avec comme résultat l’abolition du sens même de la culture. Mais que dire du silence des deux milliards et demi de chrétiens indifférents à la suppression de leur propre histoire. Car si l’histoire d’Israël devenue par le juif Jésus, le patrimoine sacré du christianisme, n’a jamais existé, sur quels fondements repose le christianisme lui-même ? N’est-il pas forcé de renoncer à la substance même de sa civilisation et de sa spiritualité ?        

L’adoption par l’Europe des critères historiques du Coran révèle l’islamisation de la pensée de nos dirigeants. Le christianisme comme Israël sont condamnés à disparaître, remplacés par l’islam. D’où abandon des chrétiens d’Orient, victimes collatérales de l’islamisation de l’Occident. Le déni de l’historicité d’Israël implique le déni du christianisme. Ce qui est proclamé est l’islam et le Jésus musulman. La guerre des nostalgiques de Vichy et du nazisme, alliés du Mufti, ne se limite pas à détruire la légitimité d’Israël, elle s’attaque aux fondements même de la chrétienté.

  Bat Ye’or





14 thoughts on “Pourquoi le Grand Remplacement n’est pas un complot mais une politique bien programmée

  1. JackJack

    En bref, les dirigeants européens, ainsi que Florian Philippot, jouent les aprentis sorciers. Mais leur problème est que l’islam, lui, ne joue pas… Il profite tout simplement de la situation. Aucune transaction ni aucun compromis n’arrêteront la conquête du monde par l’islam. Seule la force ramènera l’islam à la raison.

  2. Olivier de V

    Je suis d’accord avec ce concept, global, qui peut-être décliné de façon complotiste ou non, mais qui s’attache à l’évidence, au fait.
    De même que Gunther Anders est allé sur les lieux d’Hiroshima après 1945 et en a tiré des réflexions sur la réalité de la conscience politique moderne et la notion de catastrophe, de même l’observation de la population d’Europe conduit à formuler le thème de grand remplacement.
    La place que tient le mot remplacement n’aurait elle pas été mieux remplie par le mot substitution ? Plus négatif, moins neutre. On remplace celui qui veut être remplacé et n’en peut plus. Est-ce l’Europe qui veut être remplacée ou l’Islam qui n’en peut plus, n’est bien nulle part et détruit toute civilisation à laquelle il touche ?

  3. schweitzer

    pas d’accord avec vous Olivier de? on remplace une pièce de voiture parce qu’elle est défectueuse afin de ne pas sortir de route non ? les jeunes français ne sont pas défectueux que je sache non ? le vautour chasse l’aigle qui a fait son nid pour ses petits, il pratique la substitution forcée…qu’est-ce que le substitut du procureur ?

  4. Roland l'Alsacien

    Jack tout a fait d’accord avec toi .Seule la force ramènera l’islam à la raison.
    je verrez bien Poutine avec Trumpp et les Chinois et l’inde avec l’Europe entière sans ces bouffons de traîtres politiques en Europe , ce grouper et s’unir et écraser et foutre la raclée définitif une bonne fois pour toute à cette secte sanguinaire de tueurs d’êtres humains qui s’appelle islam .Qu’attends t’ont pour le faire que sa ce termine toute ces saloperies dans le monde entier avec cette merde sectaire hein ? Salut Jack et bonne soirée .Roland l’Alsacien.

    1. WIETRICH

      ET ENCORE , ILS SONT DUR A CUIRE , ET QUAND ILS ONT QUELQUE CHOSE DANS LE TÊTE , DUR DE LEUR ENLEVER !

  5. AntiislamAntiislam

    Merci, Madame, pour ce beau texte, dont j’ai médité chaque ligne.

    Je commence à croire que l’Europe est frappée de folie et j’ai le désespoir, comme catholique, de voir notre Pape y sombrer.

    Les dernières décisions de l’UNESCO et de l’OMS m’ont terrifié.

    La non-réaction des Chrétiens me frappe aussi beaucoup.

    Ils sont paniqués à l’idée d’être accusés d’ « ethnocentrisme », mais sont incapables de ne pas penser Mahomet comme étant un autre Jésus.

    La solution ne viendra plus d’eux, mais de laïques décidés à sauver leurs toutes simples libertés devant la montée d’un totalitarisme chaque jour plus prégnant.

  6. J

    Le problème des chrétiens est qu’ils sont réduits à l’impuissance. D’abord, ils sont en majorité blancs, donc dès qu’ils ouvrent la bouche, ils se font taxer de toutes les infamies (racistes, nazis et j’en passe…). Ils ne bénéficient d’aucune association de poids pour les défendre (l’AGRIF face à la LICRA, devinez qui gagne…). Et pire, leur chef meneur prend position contre eux (A croire que le prénom François est maudit).
    Comment voulez-vous qu’ils réagissent ? Sas oublier que la foi chrétienne est non-violente, les pratiquants ne se risqueront pas à attaquer les premiers.
    Le lavage de cerveau subi aussi a laissé des traces : puisqu’on nous rabâche chaque fois que tout est de notre faute, que nous payons pour des siècles de colonialisme; etc… ils ont fini par croire que oui, ils payent pour des fautes, que celles-ci soient avérées ou pas.
    Il ne reste comme solution que le réveil des peuples et la propagation de la révolte. Il faut agir intelligemment et unir toutes las nations, toutes les croyances, contre l’islam. Ce sera un long travail de sape, mais il faut le faire.

  7. patriote

    Que cela s’appelle un complot ou pas , le fait est qu’ils sont en train de nous empapaouter !

  8. Huet Briend Françoise

    D accord avec toi J il ne reste que le réveil des peuples qui,doivent s unir pour combattre l islam conquérant ! Ils reculerons nécessairement ! Nous devons les bâillonner les maîtriser Les désamorcer les anéantir ce n est pas si dur que cela realiser ! nous,sommes les plus,fort !!! Travail de longue haleine certes mais nous devons le faire si nous ne voulons pas disparaître c est eux ou nous ! Ils n ont rien à faire chez nous,nous n’avons aucune histoire commune ! Nous,devons prendre le pouvoir et juger les juges et les politiques qui ont organisé le genocide de la race blanche chrétienne ! Chaque citoyen doit prendre conscience que sa terre c est la sienne et non celle d un autre et que l on peut tout a loisir décider pour lui de son sort soit il funeste par le déplacement de population ! Les politiques ont tord de prendre les gens pour des moutons bêlant ! Cette politique ne gagnera pas car le peuple se soulèvera le peuple a soif de justice et puisque les politiques les religions ont décidé de faire disparaître les,chrétiens d orient le,peuple leur,fera payer cher cette décision car le peuple n est pas soumis ! Il est simplement endormi mais ne dors que d’un œil ! Ça vous pouvez me croire !

Comments are closed.