Nous avons besoin de légendes — ou nous mourrons de froid


Nous avons besoin de légendes — ou nous mourrons de froid

Un excellent article de Jean-Paul Brighelli à lire sur Causeur, Retour au western ! La fabrique du héros

En voici quelques perles :

« …….« Nationalisme insupportable ! », pensent aujourd’hui les profs d’Histoire (qui curieusement se disent « historiens », quand aucun prof de maths n’ose se dire « mathématicien »)…….. »

« ….. j’y découvris ce qui pour moi est le principe fondateur des vrais cours d’Histoire : « When the legend becomes fact, print the legend ! » (Ici, hurlements d’effroi et soupirs de commisération des « historiens »… Mais je t’emmerde, coco !)…… »

et la conclusion, magnifique !

« …….Tout ces films où l’on se bat « à un contre cent ». Nous avons besoin de légendes — ou nous mourrons de froid.

la-bataille-des-thermopyles

Ne pas plier ! Ne pas se rendre ! Et se battre jusqu’au bout !

La génération qui bat (faiblement) le pavé en ce moment, et qui geint dès qu’un CRS lui casse un ongle, a été décérébrée par des pédagogues fous, mais surtout ramenée au niveau le plus bas de l’humanité : l’individualisme du selfie, du spring breack et du binge drinking — trois concepts écrits en anglais, le français étant mort sans tambour ni trompette.
Sens du combat, néant. Sens du risque, néant. Sens du sacrifice, néant.
Et pendant ce temps, nous sommes en guerre et ils ne s’en sont pas aperçus, parce que les « historiens » ne les y ont pas préparés. Crime d’Etat. Comptez sur moi, si j’en ai l’occasion, pour vous faire passer en conseil de guerre. Parce que ça suffit, la culture de l’impunité.
Comme dit un autre western : pendez-les haut et court !  »

Tout l’article vaut le coup d’être lu !

http://www.causeur.fr/heros-histoire-western-wayne-38392.html

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




11 thoughts on “Nous avons besoin de légendes — ou nous mourrons de froid

    1. Lanlignel ArmandLanlignel Armand

      Oui, on voudrait bien se faire plaisir en faisant souffrir à leur tour ceux qui nous persécutent. Mais il faut voir plus loin. Si nous avions subit les influences qu’ils ont eues, nous serions peut-être comme eux. Alors, abandonnons nos désirs de cruauté réciproque et contentons-nous d’assurer notre sécurité et l’avenir de nos descendants en supprimant rapidement ces dévoyés, sans les faire jouir sadiquement.

  1. Avatarhathoriti

    Les Thermopyles et Léonidas, Achille, Hector, Bayard, Du Guesclin, Jeanne d’Arc, Jeanne Hachette (une autre courageuse celle-là!), le Cid Campéador, Jean Sobieski, Don Juan d’Autriche, le maréchal de Saxe et le duc de Richelieu à Fontenoy (recherchez donc les paroles de Louis XV à son fils à l’issue de la bataille, édifiant !), etc…On n’en a pas, des légendes ? Elles ne sont pas belles, nos légendes ? Et les légendes littéraires ou mythologiques, elles ne sont pas belles, elles aussi ? Les 3 Mousquetaires (merveille!) les héros de W. Scott et ceux de Tolkien ? Les dieux nordiques (j’aime Thor et son marteau!) germaniques, celtes avec Cuchulainn entre autres, les fées, les elfes et tous les personnages du Petit Peuple ? Quelles beautés ! Quel courage! Quelle bravoure ! J’adore toutes nos traditions anciennes ! On nous a gonflés durant des décennies avec les histoires sirupeuses d’Aladin et son génie, et des légendes arabes ! On s’en fout, des légendes arabes ! On aime les nôtres, pas vrai ? Oh ! Flûte ! J’ai failli oublier la geste du Roi Arthur et de ses chevaliers, la Table Ronde et le St Graal, Merlin, Morgane et la forêt de Brocéliande ! Oui, je suis toujours émue et enchantée quand je relis tous ces textes magnifiques ou que je revois des films plus ou moins bien faits, d’accord,mais tout de même…Le Seigneur des Anneaux…hein?

  2. AvatarRoland l'Alsacien

    A hathoriti je vous répond !
    Vous avez oublier notre Astérix et Obélix et idéfix !
    Obélix et son bon sanglier le bon cochon ou tout est bon, hé hé hé !!!
    On s’en fout, des légendes arabes ! On aime les nôtres,eh oui !
    a quand un Libérateur de l’Europe contre cette saloperie de secte islam ?
    Bonne journée a vous .Roland l’Alsacien.

  3. AvatarRenoir

    Les 300 (des Thermopyles) : titre d’un formidable film dont le message était parfaitement limpide: les Grecs représentaient l’Europe alors que leurs ennemis (et leur roi aussi ridicule qu’efféminé) y évoquaient l’orient (avec un O minuscule), celui de la barbarie et de la vanité.
    Voir et revoir ce film, esthétiquement très réussi, ça vous redonne un moral d’acier !
    La suite, « 300, la naissance d’un Empire », tout aussi réussi dans l’esthétique héroïque, date de 2014 et vaut aussi la peine d’être visionné et savouré pour ce match Grèce-Perse, sur mer cette fois-ci.
    Ces DVD valent trois fois rien, si vous ne les avez pas alors courez vous les procurer !
    je ne sais ce que notre Christine, toute pétrie de culture grecque, en aura pensé ? La réalité historique est peut-être mise à mal, mais justement on est entré dans la légende héroïque de l’Histoire, de notre Histoire !

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Bravo Renoir pour ce rappel, bien évidemment, il faut acheter (on trouve les dvd pour trois fois rien en effet) et on peut les regarder sur ordinateur même quand on n’a pas la télé comme moi. Achetez, amis patriotes, les films qui ont bercé votre enfance, les films qui font naître l’amour des héros et de la patrie et regardez-les avec vos enfants et petits-enfants, il en restera, forcément, des traces….

  4. Avatarpatito

    les 300 et sa suite sont splendides surtout la suite du point de vue esthétique

    il s’est trouvé des décérébrés pour voir dans les 300 un film raciste

    je vous invite à lire l’odyssée des 10 000 grecs racontée par Xénophon
    son cri de joie THALASSA en voyant la mer Noire est connu de tous

    1. Christine TasinChristine Tasin

      En complément pour ceux qui ne connaîtraient pas l’histoire, extrait de wikipedia : « Né dans le dème d’Erchia en Attique, dans les premières années de la guerre du Péloponnèse, Xénophon est le fils de Gryllus, membre d’une riche famille aristocratique. Il fréquente les sophistes, dont Prodicus à Thèbes, et devient l’élève de Socrate.
      Hostile à la restauration de la démocratie après la tyrannie des Trente, il s’engage dans l’expédition menée par Cyrus le Jeune, fils de Darius II, contre son frère Artaxerxès II. Lors de la bataille de Counaxa, en 401 av. J.-C., l’issue du combat est incertaine, mais la bataille tourne à l’avantage des perses lorsque Cyrus est tué. Peu après, le chef grec, le spartiate Cléarque, est pris et exécuté. Xénophon est alors élu commandant de l’arrière-garde de l’armée des mercenaires grecs, qui se retrouvent seuls sur les plaines entre le Tigre et l’Euphrate. Il conduit alors la retraite des 13 600 Grecs, surnommés les « Dix Mille » — retraite qu’il conte dans son ouvrage le plus fameux, l’Anabase, et qui aboutit au célèbre cri « θάλαττα! θάλαττα! / thalassa ! thalassa ! » (« La mer ! La mer ! ») poussé par les Grecs apercevant le Pont-Euxin à la sortie des montagnes. Arrivé en Thrace avec ses compagnons, il se met au service du roi Seuthès qu’il rétablit sur son trône. Puis il met ses hommes au service du roi Agésilas II de Sparte.
      A son retour à Athènes, il est mal accueilli, et part à Sparte, où il fait partie des troupes du roi Agésilas II combattant en Perse. Il est alors banni par Athènes, alliée des Perses, et dépossédé de ses biens. En 394 av. J.-C., il se bat contre les Athéniens à Coronée. Il s’installe à Scillonte, en Elide, où il passe plus de 20 ans, occupé à la rédaction de la plupart de ses ouvrages notamment l’Anabase. A la suite d’une guerre entre Sparte et les Eléens, il doit quitter Scillonte et se réfugie à Corinthe en 371 av. J.-C.. Athènes étant alors l’alliée de Sparte, la sentence de bannissement est levé en 367 av. J.-C., mais il n’existe aucune preuve qu’il rentre à Athènes. On suppose qu’il est mort en 355 av. J.-C.. « 

  5. Avatarhathoriti

    Roland l’Alsacien, mea culpa ! J’ai oublié Astérix et Obélix et Idéfix !!!! Vous avez raison, ils font eux aussi partie de nos légendes littéraires et comme vous, je les adore et je ris toujours autant (Aaaaah! les noms des camps romains disséminés tout autour de la Corse!!) Et c’étaient de vrais bon français, nos « petits » bretons, par Toutatis et par Amora, déesse de la moutarde qui monte au nez ! Chaque fois que je mange du sanglier (oui, ça m’arrive assez souvent !) je pense à eux ! Et eux, nos irréductibles gaulois, ils ne se soignaient pas avec de la pisse de sanglier…oui, mais…ils avaient Panoramix ! D’accord pour 300 ! Superbe ! à voir et à revoir et je vais acheter la suite, chez Gibert on doit pouvoir trouver ! Merci!

  6. SarisseSarisse

    Il y a une continuité des Thermopyles à Diên Biên Phu (défaites glorieuses) mais surtout d’un Thémistocle à un de Lattre de Tassigny qui écrivait: « ne pas subir ».
    L’Europe , si elle veut se relever doit retrouver ses légendes et ses gloires , et elles nous réconcilient toutes, antiques si nous ne sommes pas chrétiens ou croyants ou des actes de bravoure et de résistance de la Chrétienté face à l’Islam: Covadonga, Toulouse , Poitiers et toute la Reconquista de 711 à 1492, Lépante après le Grand Siège et la résistance victorieuse de Jean Parisot de la Valette, le grand siège de Vienne en 1683 et l’arrivée de Jean III Sobieski à la rescousse et les reconquêtes d’un Eugène de Savoie taillant croûpières sur croûpières aux ottomans maîtres de l’Europe Orientale et Centrale.

    Réveillons-nous, car ils ne nous feront pas de cadeaux.

Comments are closed.