ENTRETIEN : SÉBASTIEN JALLAMION Je saurai un jour qui a commandité mon agression, et pourquoi…


ENTRETIEN : SÉBASTIEN JALLAMION Je saurai un jour qui a commandité mon agression, et pourquoi…

http://ripostelaique.com/jallamion-et-blacquart-pareillement-balances-par-laareg-et-belkacemi.htmlhttp://ripostelaique.com/linsupportable-mysterieuse-agression-de-sebastien-jallamion.html

Sébastien Jallamion vient de sortir de l’hôpital, suite à une lourde opération. Celle-ci faisait suite à ses terribles blessures au visage occasionnées par une agression qui pose beaucoup de questions. Notre fondateur, Pierre Cassen, qui a été régulièrement en contact avec Sébastien, a posé ces quelques questions à celui qui est toujours officiellement policier. Un entretien exclusif à lire jusqu’au bout, et qui vous permettra, si vous le souhaitez, de soutenir à votre façon un vrai patriote victime de ses engagements.

Riposte Laïque : Je te propose de revenir sur ces deux dernières semaines. Tu es invité le 23 avril à Viviers par Alain Barnier, au nom de Viviers Bleu Marine. Tu y fais la connaissance des organisateurs, de Christine Tasin, Francis Gruzelle et la mienne. Le dimanche 25, sur ta page facebook, tu donnes les noms de trois personnes de la police que tu estimes responsables de ta suspension. Nous nous rencontrons le mardi 26 avril, à midi, dans l’Ardèche, autour d’une bonne table, pour approfondir certaines discussions. Et c’est le mardi 26, au soir, que tu es très violemment attaqué et blessé dans les rues de Lyon.  Te souviens-tu des circonstances de cette agression ?

Sébastien Jallamion : Je me suis rendu à Lyon visiter des proches, avec qui j’ai passé la soirée. Alors que je regagnais mon véhicule, j’ai reçu un coup dans le dos qui m’a fait tomber au sol. J’ai alors été frappé à plusieurs reprises au niveau du visage, sans que je ne puisse réagir. Un automobiliste s’est arrêté et a crié, mettant en fuite mes agresseurs (ils étaient au moins deux) qui l’ont invectivé (avec un fort accent maghrébin) avant de monter à bord d’un véhicule. Les pompiers, ainsi qu’un équipage de police, sont intervenus et j’ai été conduit aux urgences où l’on m’a diagnostiqué une pluralité de fractures des os du crâne (mâchoire, nez, ainsi que sous l’oeil gauche). J’ai également perdu trois dents.

SebastienJallamionagresse

Riposte Laïque : Quel est ton état physique, à cette heure ?

Sébastien Jallamion : J’ai été opéré mercredi 4 mai. L’intervention a duré deux heures et demie, et le chirurgien m’a posé trois plaques métalliques dans le crâne afin de reconstituer une partie de mon visage. Je devrai les garder à vie. Après deux jours d’observation liés au risque de compression d’un nerf optique, j’ai pu regagner mon domicile où je reçois des soins quotidiens en attendant un prochain bilan post opératoire.

Riposte Laïque : Tu as rapidement communiqué sur cette affaire, et évoqué une agression de type racaille. Pourtant, la violence des coups qui t’ont été portés et l’organisation mise en place (une voiture attendait les agresseurs) ne ressemblent pas à une attaque classique de voyous…

Sébastien Jallamion : Je suis très surpris par la violence et l’efficacité de cette agression et je m’interroge aujourd’hui quant à ce qui aurait pu m’arriver si un automobiliste ne s’était pas rapidement manifesté. D’après le chirurgien qui m’a opéré, il paraît impossible que de telles fractures aient été causées par des coups portés à mains nues. J’ai bon espoir que l’enquête permette l’identification des auteurs, seul moyen de savoir quel était leur mobile. A l’évidence cela n’est pas très clair, et j’ai hâte de connaître la vérité.

Riposte Laïque : Manifestement, ton agression n’a pas intéressé la presse traditionnelle, que nous appelons de propagande, qu’elle soit locale ou nationale, et pas davantage ton ministre (car tu n’es pas radié définitivement de la police), qui, de passage à Lyon le week-end dernier, n’a pas jugé utile de t’apporter un mot de soutien. Cela t’étonne ?

Sébastien Jallamion : Absolument pas. J’ai clairement compris à travers l’acharnement dont j’ai fait l’objet sur le plan administratif et sur le plan judiciaire, que j’étais « l’homme à abattre », au seul motif que j’ai eu le tort de déplaire aux mauvaises personnes, du fait de mes opinions. Ma hiérarchie m’a traité comme un voyou, et continue à le faire, sans qu’il n’y ait un lien quelconque avec ma valeur professionnelle. Ce qui me rassure, c’est que la disproportion entre les faits qui me sont reprochés et les sanctions dont je suis l’objet n’échappe à personne…

Je tiens par ailleurs à apporter une précision qui en surprendra plus d’un : aucun équipage de police n’est venu prendre ma plainte à l’hôpital alors que c’est la procédure habituelle en matière de flagrance et lorque la victime ne peut se déplacer. J’ai dû attendre une semaine pour me rendre à la gendarmerie de mon domicile, qui transmettra le dossier aux services de police de Lyon pour qu’ils poursuivent l’enquête dans la forme préliminaire.

Riposte Laïque : Comment réagissent tes collègues à tout cela ? Espères-tu réintégrer la police un jour ?

Sébastien Jallamion : Je reçois de nombreux soutiens de la part de mes collègues, de manière plus ou moins discrète, certains ayant peur (et je le comprends), de le faire publiquement au risque d’avoir eux aussi des problèmes. S’agissant de ma réintégration, elle est prévue d’office le 6 octobre 2017, sauf que depuis la Cour d’Appel de Lyon m’a condamné à une peine de 200 jours-amende à 25 euros avec inscription au bulletin N°2 du casier judiciaire. Cette seule inscription entraîne ma révocation d’office, mais est suspendue par le pourvoi en cassation que j’ai décidé de faire sur les conseils de mon avocat Me Gabriel Versini. Dans l’hypothèse qui m’est la plus favorable, il existe aujourd’hui un obstacle supplémentaire : celui des séquelles médicales de mon agression qui pourrait entraîner mon inaptitude à exercer.

J’aime mon métier, et je suis affecté de ne plus pouvoir l’exercer pour des motifs qui n’ont rien à voir avec ma manière de servir, sur dénonciation d’autres policiers qui ont un point commun : aucun d’entre eux ne partage mes idées. Ce n’était pas une raison pour organiser ma mort sociale. Ce qu’ils m’ont fait est symptomatique d’une réalité inquiétante : il y a au sein de notre institution des éléments dont la servitude à l’égard du pouvoir politique n’a d’égal que la volonté de faire carrière à tout prix. Si nous voulons assurer efficacement la sécurité de nos concitoyens, il faudra se pencher sur ce problème.

Riposte Laïque : Tu as annoncé que tu serais à Béziers, les 27, 28 et 29 mai, à l’invitation de Robert Ménard. Tu es donc plus que jamais dans le combat politique ?

Sébastien Jallamion : Je suis un peu comme un os : lorsqu’on me casse, je me ressoude en étant plus solide. S’il se confirme que l’agression dont j’ai été victime a été commanditée, ceux qui en sont à l’origine n’ont rien compris à ma personnalité, car ce faisant ils ne font que renforcer ma volonté de mener à bien ce combat qui consiste dénoncer les injustices, à éclairer l’opinion, et à participer par tout moyen aux initiatives visant à redonner la parole aux Français et à retrouver notre souveraineté. Si ce combat est politique, il l’est au sens noble du terme.

Riposte Laïque : De nombreux lecteurs nous demandent comment tu vis, durant ta suspension. Et surtout, choqués par ton agression, ils veulent savoir comment ils peuvent t’aider…

Sébastien Jallamion : J’ai eu la chance d’entrer en contact avec l’association NCI – La France Rebelle qui a lançé un appel aux dons défiscalisables dans le but de me salarier. jallamion Archives – La France rebelle

Riposte Laïque : Souhaites-tu ajouter quelque chose, Sébastien ?

Sébastien Jallamion : Oui : je tiens à remercier les nombreuses personnes qui m’ont manifesté leur soutien, en particulier par le biais des réseaux sociaux, dernier espace de liberté, bien que relative, qui nous est offert aujourd’hui. Ces soutiens m’aident à rester debout et à continuer d’avancer. Cette solidarité prouve qu’il existe encore un espoir de changer les choses. Personnellement j’y crois.

Propos recueillis par Pierre Cassen

L’ensemble des articles sur l’agression de Sébastien Jallamion

http://ripostelaique.com/denonciatrice-de-jallamion-ouarda-laareg-a-t-amis-police.html

http://ripostelaique.com/linsupportable-mysterieuse-agression-de-sebastien-jallamion.html

http://ripostelaique.com/quelques-heures-agression-sebastien-jallamion-interviewait-christine.html

http://ripostelaique.com/loperation-sebastien-jallamion-laffaire-neyret-concernent.html

http://ripostelaique.com/jallamion-et-blacquart-pareillement-balances-par-laareg-et-belkacemi.html

http://ripostelaique.com/je-saurai-un-jour-qui-a-commandite-mon-agression-et-pourquoi.html

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Pierre Cassen

Fondateur de Riposte laïque


17 thoughts on “ENTRETIEN : SÉBASTIEN JALLAMION Je saurai un jour qui a commandité mon agression, et pourquoi…

  1. Avatarassureur92

    Sans preuves, difficile d’accuser ! mais avec un peu de logique….. des amis ou de la famille de l’une des personnes dont il a révélé le nom ?

  2. Avatarlucides50

    Les responsables sont les traites hollande cazeneuve valls et toute la clique, aussi puante, socialiste.
    j’espère vivre encore plusieurs années afin d’admirer ces collabos rendre leur dernier souffle balancés au bout d’une corde.
    Courage Mr Jallamion vous êtes un exemple pour la jeunesse Française et l’histoire retiendra votre patriotisme.

  3. AvatarJean Michel Gaudet

    Les circonstances de cette agression , semble bien permettre , sans trop risque de se tromper, d’identifier les commanditaires parmi le personnel de la police, étant opposé à Jalamion sur le plan politique .

    Je ne serai pas surpris d’apprendre que ces « flics » ( si on peut encore les appeler ainsi ? ) , ont utilisé leurs relations dans le milieux de la délinquance , et celui des indicateurs pourris , pour monter cette attaque dégoutante

    La mentalité dans certains milieux policiers fortement marqués politiquement , a atteint parfois un tel niveau de délitement , que cette hypothése doit être envisagée solidement .

    Mais surtout , et là je m’adresse à Monsieur Jalamion en ma qualité d’ancien militaire, nous devons considérer que le danger persiste de maniére trés inquiétante ,et que notre ami policier à la sortie de l’hopital , doit prendre immédiatement des mesures d’auto préservation , au vu d’un péril véritablement désormais mortel !

    J’aimerai donc pouvoir être en relation avec Monsieur Jalamion pour lui parler de cette question au combien sensible !

    1. Avatargege34

      Bonsoir Jean Michel.

      Sébastien n’a pas réintégré son domicile en sortant de l’hosto, prudence !. Il est ailleurs, mais je n’ai pas l’autorisation de divulguer ses coordonnées. Il est en quelque sorte en sécurité.

  4. Avatargege34

    Bien entendu soutien total pour Sébastien. Je l’ai appelé vers 13 heures 30 et lui ai laissé un message. Puisqu’il vient a Béziers fin mai, pour les « journées de Béziers », et le sachant pas très friqué, je lui propose de l’héberger. J’attends qu’il me rappelle, sinon je le rappelle demain. Personne n’est a l’abri de ce genre d’agression.

      1. Avatargege34

        De rien Christine.

        Il n’y a pas longtemps on avait parlé de l’idée de répertorier les lecteurs de RR ayant un peu de place chez eux pour recevoir un ou une patriote (ou les deux) persécutés par les muzzs, ou par la justice. Je me dois de recevoir ce brave Sébastien.
        Christine, avez vous commencé une liste de patriotes accueillants ?
        Bizous patriotes.

  5. AvatarMathilde

    J’aimerais bien aider Sébastien à se rendre à Béziers. Ce site de France Rebelle à son bénéfice, est-ce qu’on peut encore l’utiliser? Je vois qu’il est marqué «Archives»

  6. DANIEL POLLETTDANIEL POLLETT

    Une question essentielle, me semble-t-il : Sébastien Jallamion ne réside pas à Lyon, il s’y rendait pour visiter des amis. Pourtant, sa voiture en stationnement a été reconnue par des agresseurs visiblement organisés, avec une voiture les attendant pour s’enfuir après un coup visiblement préparé et ciblé. On peut donc se poser la question de savoir quels effectifs et quels moyens ont été nécessairement utilisés pour localiser Sébastien Jallamion. Seuls les services de l’État sont censés avoir ces moyens, illégaux pour le commun des citoyens. De plus, comme cité dans le texte, la police ne s’est pas déplacée à l’hôpital pour commencer une enquête, ce qui peut avoir pour objectif de retarder cette enquête ou de laisser le temps à des individus ou des éléments matériels de disparaître… Les staliniens ne sont pas tous morts…

  7. AvatarChristian jour

    Voila ce qui me choque.
    J’aime mon métier, et je suis affecté de ne plus pouvoir l’exercer pour des motifs qui n’ont rien à voir avec ma manière de servir, sur dénonciation d’autres policiers qui ont un point commun : aucun d’entre eux ne partage mes idées.

    Comment des policiers qui se font caillasser dans les cités ne peuvent pas partager les idées de Sébastien Jallamion, là j’avoue que je ne comprends pas., ou alors ils sont maso, ou il ont peur dans ce cas, ils font autre chose comme métier ou alors ils sont vendu à l’islam eux aussi.
    Le jour ou ça va péter je pense qu’on aura malheureusement, aussi, les flics sur le dos.

  8. Avatarchris83

    Dans quelle société pourrie vivons nous? quand un policier pour ses idées personnelles ne peut plus faire son métier, puis se fait tabasser dans la rue? et encore une chance pour lui car il aurait pu être tué il faut en être conscient. Je lui souhaite de se remettre, de continuer à rester « droit dans ses bottes » mais de rester très vigilant dans l’avenir! « on » ne sait pas d’ou viennent les coups…peut être du « haut », ses idées doivent déranger certains.

  9. Olivia BlancheOlivia Blanche

    Merci de bien vouloir transmettre mes meilleurs souhaits de rétablissement et mes encouragements à Monsieur Jallamion, bien que je sois pour lui une parfaite inconnue. Mais les idées communes, partagées, créent la solidarité et font tomber les barrières.

    Il faudrait tous nous tuer pour faire mourir notre lutte.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      merci pour lui, désolée si j’ai supprimé votre lien je ne suis pas sûre de l’honne^teté de la personne dont vous avez mis la video et elle est reprise sur des sites pas trop nets,je prèfère qu’il n’y ait pas de lien avec eux surRR

Comments are closed.