Mythe de l’Andalousie : le terrible sort des chrétiens et des juifs de l’Espagne islamique


Mythe de l’Andalousie : le terrible sort des chrétiens et des juifs de l’Espagne islamique

Pour saboter l’avenir, mentez sur le passé (extraits)

 Dario Fernandez-Morera, professeur à l’université « Northwestern University » s’attaque au moulin du mythe andalou, et le mythe s’effondre. (Northwestern University est une université de recherche privée américaine ayant des campus à Evanston et Chicago dans l’Illinois).

 Le 26 avril 2016, par Danusha V. Goska

http://www.frontpagemag.com/fpm/262602/sabotage-future-lie-about-past-danusha-v-goska

Le livre (en anglais) de Dario Fernandez-Morera sur « Le mythe du paradis andalou : les Musulmans, Chrétiens et Juifs sous la règle islamique dans l’Espagne médiévale » inspire un énorme respect. L’auteur, Dario Fernandez-Morera, professeur à l’université « Northwestern University », détendeur d’un doctorat en philosophie de Harvard, soutient que des universitaires, et non des moindres, colportent un mythe : que l’Espagne islamique, de 711 à 1492, était un paradis. Le livre de Dario Fernandez-Morera, publié en février dernier, révèle les réalités historiques.

 

Cette œuvre est un match de boxe intellectuel. L’auteur ne met pas K.-O. qu’un seul opposant, mais une pléiade de bigots intellectuels, de prostitués et de manipulateurs. Le bras de fer de Fernandez-Morera rayonne alors qu’éblouissent un travail de force et une recherche sans pareil. Notre héros prend beaucoup de risques, des courriers haineux à un statut de moins que rien.

Le lecteur se trouve plongé dans de vastes paysages, des intrigues internationales, des coutumes mystérieuses et un héroïsme hors du temps. En pensée, on visualise des femmes voilées et des jeunes esclaves couvertes de bijoux, des ruines d’églises qui fument encore, des chrétiens fouettés, réduits à l’esclavage, emportant les cloches de leurs cathédrales pour qu’elles soient fondues et viennent embellir les mosquées, une souffrance qui brise le cœur et, finalement, la victoire.

 

L’auteur offre aux propagandistes assez de corde pour qu’ils se pendent eux-mêmes. Tout ce qu’il a à faire est de les citer : les universités de Harvard, Princeton, Yale, Columbia, Chicago, Boston, New York, Londres, Cambridge, Oxford, etc… quelques têtes connues telles que Sarah Lawrence, Tony Blair, Barack Obama, Carly Fiorina, sans oublier des médias comme l’Économiste, le Journal de Wall Street, la chaîne PBS, La Revue des livres de New York, etc… (en cliquant sur la traduction du titre du livre en tête d’article, puis sur l’image de couverture et en descendant, quelques citations sont visibles, dont celle du Président Barack Obama que voici : « L’Islam a une fière tradition de tolérance. Nous le voyons dans l’Histoire de l’Andalousie »). Tous sont à placer sur le même banc des accusés, aveuglés par leurs propres faux témoignages. Et ce n’est pas tout, dans la publication catholique First Things  (Premières choses), Christian C. Sahner fait la louange des musulmans qui ont « fait preuve d’un surprenant degré de flexibilité » parce qu’ils avaient attendu plusieurs dizaines d’années avant de raser la Cathédrale St. Jean-Baptiste à Damas, plutôt que de la détruire dès leur arrivée. Vraiment ?

 

Quel est donc le motif des propagandistes ? L’argent, la publication de nombreux livres (une longue liste est visible en cliquant sur le titre du livre). La caisse enregistreuse de la maison close déborde de pétrodollars.

 

En 2008, le Français Sylvain Gouguenheim, spécialiste du Moyen-Âge médiéval, a publié Aristote au Mont Saint-Michel, affirmant que l’Occident ne devait rien à l’Islam pour la connaissance des textes grecs anciens ; la plupart de ces textes avaient été préservés, traduits, transmis et utilisés par des chrétiens. Pour cette modeste affirmation, Sylvain Gouguenheim s’est vu accuser « d’exorcisme académique ».

 

Pour comprendre, il faut suivre l’agenda : le Moyen Âge importe aux propagandistes pour une seule raison, à savoir les projets d’aujourd’hui. Al-Andalus (territoire espagnol et portugais occupé par les musulmans) démontre que « l’Islam peut efficacement gouverner un mode pluraliste ». Al-Andalus démontre qu’il n’existe par de « différences essentielles » entre l’Islam et l’Ouest. Al-Andalus démontre qu’Israël peut être remplacé par un « modèle palestinien dans lequel les juifs, chrétiens et musulmans peuvent de nouveau vivre sous la protection de l’islam ». Et, bien évidemment, la mosquée de Ground Zero devait être la reproduction de la « Maison de Cordoue » du califat de l’Espagne musulmane.

 

Quelles tactiques les propagandistes utilisent-ils dans leurs publications ? Ils salissent les chrétiens. Dans un livre publié par l’université d’Oxford, les chrétiens étaient « une bande de fanatiques » qui se refusaient à « profiter » de la bonne fortune qu’offrait la vie en Espagne musulmane. Que disent donc les propagandistes des 48 martyrs chrétiens de Cordoue ? Ils les ridiculisent, ils devaient être malades, ils sont morts de leur faute. Ces morts étaient des « fomentateurs de troubles » qui se sont « immolés eux-mêmes », coupables « d’extrémisme » pour préférer mourir en chrétiens plutôt que de vivre comme des musulmans. C’étaient des masochistes qui voulaient être torturés et tués.

 

Pelagius était un jeune chrétien désiré par Abd-al-Rahman III. Pelagius, aussi connu comme Pelayo, a résisté. Les propagandistes de l’Islam ne condamnent pas le désir du calife qui viole un enfant. Peu importe la souffrance de celui-ci. Les Pelagius de l’Espagne musulmane violés, castrés et tués sont innombrables, dans la plus pure règle du jihad, et la tradition s’est perpétrée de nos jours à Cologne le jour du nouvel an 2016, mais c’était la faute des victimes, et encore dans la tradition du « jeu du petit garçon » en Afghanistan, découvert par des soldats américains en 2015 qui ont reçu l’ordre de l’ignorer ; le jeu consistait à enchaîner un jeune esclave sexuel à un lit. « On pouvait les entendre crier » a dit un Marine. « Respectez leur culture » était l’ordre donné.

 

Les exemples cités par Dario Fernandez-Morera sont sans fin. Alors que les colporteurs vantent la « délicieuse poésie d’amour de l’Andalousie », ils oublient de mentionner que le poème avait été écrit à propos de jeunes filles non musulmanes, esclaves sexuelles, non à propos d’un amour libre entre adultes, hommes et femmes musulmans. Ils oublient aussi de parler du prix des esclaves sur les marchés, selon la couleur de leur peau ou le genre de « travail » qu’on attendait d’eux ou d’elles.

Les apologistes de l’Islam passent sous silence les déportations massives de chrétiens, notamment celle de 20 000 familles vers l’Afrique. Ils oublient de mentionner la façon dont l’Espagne musulmane était hiérarchisée, les Arabes musulmans étaient les patrons, les non arabes convertis à l’Islam restant inférieurs ; 300 de ces soi-disant musulmans, dont les ancêtres étaient chrétiens furent crucifiés, 5 000 furent décapités. Après une telle « tolérance », un poète andalou avait célébré le « massacre de fils d’esclaves ». Ces morts étaient musulmans, mais leurs ancêtres étaient chrétiens et non arabes, d’où leur appellation de « fils d’esclaves ».

 

Une autre méthode pour les apologistes d’ignorer le passé : ignorer tout ce qui est inconvénient, ignorer des publications publiées par un historien militaire, ignorer tout ce qui n’est pas écrit en espagnol et, avant tout, ignorer les écrits de chrétiens contemporains.

 

Dario Fernandez-Morera n’épargne personne. Il utilise objectivement les faits pour plaider sa cause, des faits qui font sonner les cloches de cathédrales longtemps condamnées au silence. La conquête musulmane de l’Espagne fut un déferlement brutal qui a été enregistré, selon les mots d’un jihadiste criminel de guerre, comme  le « jour du jugement » pour les victimes.

 

Les esclaves sexuelles étaient le butin des jihadistes. Des bibliothéques étaient incendiées. Les corps de chrétiens étaient placés dans des chaudrons d’eau bouillante. Toute question sur l’islam ou Mohamet pouvait entraîner la torture et la mort. De simples plaisirs comme le vin, l’ail, le porc, la soie et la musique étaient condamnés. Les juges musulmans ordonnaient la confiscation et la destruction des instruments de musique. Les juifs et les chrétiens étaient pollués et leur contact à éviter de même que les instruments dont ils s’étaient servis. Les chrétiens ne pouvaient même pas passer à proximité de sépultures musulmanes, de peur de polluer le défunt. La liste est sans fin… Crucifixions, mutilations étaient communes mesures. Ainsi un musulman achetant une esclave non-musulmane devait pratiquer l’excision.

 

Voilà ce qu’était l’Espagne musulmane avec des esclaves par milliers. La principale exportation était celle des esclaves. Des milliers d’hommes et garçons esclaves étaient castrés. La loi islamique offre le reste de l’histoire : le voile, la lapidation, le silence imposé aux femmes pour qui un homme devait parler si elles avaient besoin de s’exprimer en public. « Leur seul utilité est la procréation » avait dit succinctement le philosophe Averroes dont le nom était Abū l-Walīd Muḥammad Ibn Aḥmad Ibn Rušd, né à Cordoue le 14 avril 1126.

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Jack

Résistance républicaine Etats-Unis “Those who surrender freedom for security will not have, nor do they deserve, either one.” « Ceux qui sacrifient la liberté pour la sécurité n'obtiendront, ni ne méritent, ni l'une ni l'autre » Benjamin Franklin


16 thoughts on “Mythe de l’Andalousie : le terrible sort des chrétiens et des juifs de l’Espagne islamique

  1. Alain de CatalogneAlain de Catalogne

    TRES BELLE étude d’une situation historique <. Mais curieusement, je me rends compte que ça fait longtemps que cette Taqqiyya existe. IL y a 36 ans j'ai été étudiant l'été à Grenade, et d"jà le conservateur de l'Alhambre qui étéit notre professeur d'histoire nous par lait du "raffinement" des arabo-andalous par rapport aux chrétiens d"écrits comme "sales" . Je veux bien croire que ces "arabo-andaous" avaient un "art de vivre -d'ailleurs très sensuel" mais plus lié à leur civilisation je dirais berbere et kabyle (car ceux eux qui ont envahis l'Espagne encadrés par les arabes de l'Est,) mais je dis bien civilisation arabo berbere et NON PAS ISLMAM, qui comme le dit Jack n'a apporté que souffrance et rien de positif, ni dans la transmission des textes grec , hindous, hébreux, rien dans l'avancée technique et peu dans l'art !!!!

  2. Avatarromantique

    j’espère que les espagnols n’ont pas oublié leurs siècles sous le joug des maures , islamistes aujourd’hui.

    1. Avatardurandurand

      Une grande majorité d’espagnol(e)s sont devenus amorphes sans réflexion abrutis ,suicidaires,ils sont comme la grande majorité des peuples européens , gobant tous ce que disent les gauchiottes sur le bien vivre ensemble ,sur la toléééérennnce etc.etc.

  3. AvatarJean Michel Gaudet

    Nous avons ici en main un ouvrage indispensable de grande valeur . Personnellement j’attends l’arrivée d’un historien aussi courageux ,qui établira les conditions de la conquéte de l’Afrique du nord , par les arabo musulmans ,qui mirent fin à l’existence d’une brillante civilisation chrétienne .

    Le public vit dans l’idée que le Maghreb fut toujours mahométan, ce qui constitue un mensonge colossal, et il nous faut faire revivre le souvenir émouvant de l’existence de cette chrétienté disparue , sous les coups atroces de monstres sanguinaires issus de la lointaine Arabie !

  4. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    A quand une traduction française ?

    L’histoire de l’église de Saint Jean-Baptiste de Damas nous a été déjà servie sur Arte dans une série turco-musulmane, d’une propagande islamique absolument ignoble, sur Arte.

    Bat Ye’Or a déjà fait un travail excellent sur cette question mais une mise à jour serait fort passionnante.

    Encore une fois : à quand une traduction ?

  5. AvatarXtemps

    Personne de saint d’esprit, d’intelligent et bon ne peut accepter l’Islam, de beaucoup de malheurs sur terre, comment nos dirigeants peuvent ils accepter cette saloperie d’Islam en Europe, qui a fait bien pire que les Nazis, les fascistes et les communistes réunis ensemble, de quoi sont ils fait nos dirigeants pour accepter une ignominie et une horreur total qu’est l’Islam de tant de malheurs.
    Le cheminement des 14 siècles de l’Islam n’aura été que malheurs sur malheurs et de haine total de la part des musulmans contre les autres qui ne le sont pas et même entre eux.
    L’islam ne peut que grandir que par les lâches qui ne l’entrave pas, en lui laissant toutes les portes et fenêtres ouvertes, aussi coupables que les criminels eux mêmes, comme le fut pour les nazis et les Fascistes et combien de malheur ont ils laisser faire derrière eux par les ennemis.
    Nos dirigeants sont pires que nos ennemis.
    Pour que les malheurs de l’Islam s’arrêtent, pour ne plus voir des victimes sous le joug de l’Islam imbécile et pour nos générations futurs, pour qu’ils puissent ne pas à subir les tourments de l’Islam, ses malheurs et ses vices et que l’on tente de cacher par des lâches , il faut anéantir totalement une fois pour toute l’Islam, ne lui laissons aucune chance, le laisser vivre cette horreur dans le monde serait criminel pour le futur.
    Nous devons tellement harceler les lâches qui osent encore protéger cette merde d’Islam, qu’ils doivent en avoir aussi peur que d’être traité de Nazi ou de racistes pour oser protéger l’islam, qualificatifs seul droits qui doivent revenir aux vrais criminels pour protéger les vrais victimes.
    L’islam n’a pas le droit d’être considérer comme une religion, mais d’être une organisation criminel et les musulmans pratiquants de cet Islam, comme des assassins potentiel et dangereux pour la vie en société et doivent être rejetés partout comme la peste dans le monde.
    Ceux qui soutient l’Islam meurtrière sont des assassins, des collabos et doivent être traité, pas autrement, en tant que tel.
    L’Islam est une tyrannie, une insulte et une honte pour le monde entier, car l’Islam mérite tous les attributs qui honorent sa laideur, n’arrêtons pas de parler et de mettre à jour les victimes de l’Islam et n’hésitons pas de l’éclabousser avec des images et photos outrageantes de ses esclaves et ses massacres partout sur le net, dans les boites aux lettres, sur les murs, sur les ponts partout des horreurs monde musulmans, dénonçons ses crimes au grand jour, qu’il fait déjà de lui même et nous avantage.
    c’est tout ce que méritent les musulmans et leur saloperie d’Islam de merde inhumain, car nous n’avons pas à avoir de respect pour ce qui ne respecte rien.
    Accepter l’Islam, c’est accepter d’être son esclave et d’être soumis privé de liberté.
    Alors hommes et femmes libres de ce monde, demande un acte de bravoure, debout!, on se lève pour la liberté.

  6. Avatarhathoriti

    Ils n’ont jamais rien apporté, rien inventé, excepté la désolation, la cruauté et la mort ! Ils ont dit que pour les chrétiens de l’époque, les horreurs perpétrées par ces sauvages étaient « le jour du jugement « ? Sales connards ! Le jour où le « jour du jugement  » leur tombera sur la gueule, ils sauront ce que cela veut dire ! Et pensons donc au Cid Campéador dont le cadavre fixé sur son cheval a fait détaler ces courageux comme des lapins ! Ah ! Ah! Ah !

  7. AvatarClaude Urbain

    TRES belle étude en effet! Nous devons n’avoir de cesse d’affirmer que l’islam est la haine de toute vie. Malgré nos vies de plus en plus bousculées, j’essaie pour ma part de répondre à ce devoir.

    Mes questions sont pratiques: comment faire disparaitre l’islam de nos terres. Peut-on déposer une propriété INPI des noms importants et de tous symboles. Je pense à Averroès en particulier.

    Voici un article qui demanderai d’avancer cette réflexion. Les traîtres et les islamo-fascistes de Rodez sont en action.

    La dépêche du Midi.Publié le 27/04/2016 à 03:48, Mis à jour le 27/04/2016 à 09:49
    Averroès, un vide-greniers sous le signe de la diversité
    Société

    Les bénévoles d’Averroès
    Les bénévoles d’Averroès
    [Zoomer]

    La jeune association Averroès a organisé son deuxième vide-greniers. Après Les Costes-Rouges en 2014, c’est aux Quatre-Saisons que les exposants étaient attendus très tôt le matin. Des exposants venus en nombre puisque 120 stands étaient proposés aux chalands.

    «Nous avons dû refuser du monde mais nous ne voulions pas que la salle soit trop pleine. Permettre aux acheteurs de s’arrêter devant les stands sans empêcher aux personnes en fauteuil ou aux mamans avec des poussettes de circuler dans les allées, c’est important», explique Fatima Bouhouari, la vice-présidente de l’association.

    Tout aussi important que l’espace convivialité aménagé devant la buvette où chacun, exposants ou visiteurs, pouvait prendre le temps de s’arrêter pour discuter et goûter aux pâtisseries orientales (un délice) ou au gâteau à la broche fait maison, thé à la menthe et coucous, le tout confectionné par les membres de l’association et très apprécié des connaisseurs et des curieux. Si la convivialité était au rendez-vous avec de la musique, une animation calligraphie et tatouage au henné, cette journée était aussi placée sous le signe de la diversité, ce qui n’était pas pour déplaire aux organisateurs.

    «Imaginez que 56 ans séparent les plus anciens et les plus jeunes des inscrits et que nous avons des personnes originaires du Laos, du Venezuela ou du Togo et même des Tarnais ou des Cantaliens», plaisante Delphine Roche, la présidente de l’association.

    «Quand on écoute les infos en ce moment, on pourrait croire que les Français sont racistes mais une journée comme celle d’aujourd’hui prouve le contraire. Les gens se parlent et se respectent», commente Mohamed Bouhouari, le secrétaire d’Averroès. Les visiteurs, venus nombreux malgré un temps mitigé, pouvaient trouver de tout sur les 360 mètres linéaires de déballage : vêtements, bibelots, livres, jouets, matériel informatique, collections, tableaux, bijoux… L’embarras du choix et de quoi faire de bonnes affaires.

    «Notre objectif est atteint, nous avons fait le plein d’exposants et de visiteurs. La recette de cette journée devrait servir à financer en partie un voyage en Andalousie, sur les traces d’Averroès, que nous souhaitons proposer à nos adhérents», confie Rachid Bakhtaoui, le trésorier.

    À l’issue de cette journée, les membres du bureau voulaient remercier la municipalité d’Onet pour son aide et son soutien, saluer le travail de l’atelier de couture Aiguille des anges pour les gilets rouges et jaunes de l’organisation. Une organisation «au top», assurée par une quinzaine de bénévoles très motivés qui a reçu de nombreux messages d’encouragement laissés dans le livre d’or de d’Averroès, parmi lequel celui-ci : «Un grand merci à tous les bénévoles qui ont su faire de cette journée un rayon de soleil sur Onet».

    Les membres du bureau : Mohamed Bouhouari, secrétaire ; Fatima Bouhouari, vice-présidente ; Delphine Roche, présidente ; Rachid Bakhtaoui, trésorier.
    La Dépêche du Midi

    Claude Urbain RR Sud-Auvergne et Nord-AVEYRON

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      Averroès s’est fait chasser à coup de pieds au c** de « sa » mosquée d’Andalousie par ses propres frères pour déviance : « le plus grand jour de honte de ma vie. » disait-il

      Au Maroc, Averroès est conspué par tout Musulman qui se respecte.

      Averroès est une escroquerie montée par les Musulmans « français » pour dissimuler l’horreur anti-occidentale de la secte mahométane …

  8. Avatarpatito

    le mythe de el andalous est si fort que les jeunes guides qui font visiter Séville ou Grenade nous sortent les mêmes boniments sur ce qui fut pour eux une période de coéxistence pacifique avec les msulmans

  9. Avataryoniii

    hi

    complement

    XX ème siècle: sous l’empire Ottoman plus de 2 500 000 chrétiens ont été génocidé parce que chrétiens

    Des chiffres effrayants décrivant l’empire Ottoman, soit la Turquie, comme un régime extrêmement violent, lequel sous couvert de nationalisme a exterminé des millions de chrétiens au nom de l’Islam.

    L’Empire Ottoman ne fut rien d’autre qu’un Qalifa, une zone régie par l’Islam nourrie par le modèle nationaliste, en réaction miroir aux nationalismes européens. Une exposition sur le génocide des assyriens en même temps que celui des Arméniens vient illustrer le crime contre l’humanité.

    Même s’il est toujours nié par la République de Turquie, le génocide qui coûta la vie à quelque 1 500 000 Arméniens pendant la Première Guerre mondiale est aujourd’hui bien connu. On sait moins, par contre, que ceux-ci ne furent pas les seules victimes de la politique de purification ethnico-religieuse du gouvernement jeune-turc. S’y ajoutèrent en effet 500 000 victimes grecques ainsi qu’un nombre compris entre 500 000 et 750 000 Assyriens ou Syriaques chrétiens.

    De ces derniers ne survécurent que 25 % de la population. Ils ne sont plus que quelques milliers en Turquie. Beaucoup furent convertis de force à l’islam. Ceux qui passèrent en Perse, en Syrie, au Liban… subirent encore des massacres (notamment en Irak en 1933). Leurs descendants sont aujourd’hui pris en étau entre Daesh et les Kurdes. D’autres ont constitué une importante diaspora en Amérique et en Europe. En Belgique, elle est notamment représentée par l’Institut syriaque, qui a son siège à Liège, et la Fédération assyrienne.

    « Nous avons voulu sensibiliser les jeunes en particulier, explique Pierre Gabriel, de l’Institut, en montrant que la haine de l’autre conduit à ce genre d’événement tragique. Nous sommes heureux que plusieurs écoles aient déjà pris contact avec nous« . Dans cette perspective, la remontée aux causes de la tragédie revêt toute son importance : « C’est la réponse nationaliste des Jeunes-Turcs alors que l’Empire ottoman, à la fin du XIXè siècle , voyait son territoire se réduire, précise Pierre Gabriel. Au départ, les Jeunes-Turcs avaient un discours presque démocratique, ils avaient souvent fait des études en France, ils étaient des laïques inspirés par la Révolution française. Mais quand ils ont pris le pouvoir, leur discours est devenu un discours de haine envers les minorités« . En 1909 déjà, plus de 20 000 Assyriens (Syriaques) et Arméniens d’Adana, d’Antioche et d’autres villes de la Cilicie furent massacrés.

    Des intellectuels turcs reconnaissent

    Parmi les pièces exposées, on trouvera notamment le télégramme chiffré du ministre de l’Intérieur au gouverneur de la province de Van, le 26 octobre 1914, ordonnant la déportation et l’expulsion des assyriens (Syriaques) de la région du Hakkari « en raison de leur prédisposition à être influencés par des étrangers (l’occident chrétien) et à devenir un canal et un instrument« . La déportation tournera au carnage et aux marches à la mort.

    Source: la libre Be

    il est sain de hair son ennemi , a juste raison
    cela renforce notre capacité a liu survivre ; a l affaiblir et a le vaincre

    by

  10. Laurent CLaurent C

    Questions à l’éventuel islamophile lecteur:

    Nous savons tous que allah est omniscient.
    Je suis encore étonné….comment se fait-il que ce dieu si savant a transmis sa science aux mécréants ?

    En effet pourquoi y a-t-il si peu d’inventeurs dans les pays d’islam ?

    Pourquoi ces malheureux fidèles au prophète sont-ils obligés; de faire venir des architectes mécréants pour construire des gratte-ciels dans le sable, des barrages, d’acheter toute la technologie chez les kouffars, de la simple paire de lunettes à l’Airbus A320 etc ?

    Pourquoi cette meilleure communauté de la planète a-t-elle du faire appel aux mécréants pour extraire le pétrole ou le gaz de leur sol ?

    Pourquoi ces malheureux fidèles au prophète ont-ils été obligés de faire écrire leurs bouquins religieux par des moines chrétiens au début des invasions musulmanes pour ensuite profiter de l’invention de Guttenberg?

    Ne serait-ce pas que Allah les a abandonné ou que Mahomet leur a menti ?

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      C’est au XIX ème siècle (!!!) que l’on a imprimé un premier livre dans l’Empire Ottoman !

  11. AvatarEric

    A défaut de ce livre,ou en complément plutôt un autre excellent ouvrage :  » Les négriers en terre d’islam », de Jacques Heers. Résumé: l’islam a pratiqué massivement l’esclavage ; bien plus longtemps et de façon bien plus atroce que l’Occident, car cet esclavage était basé sur une pratique quasi systématique de la castration, avec une mortalité épouvantable et des souffrances inouïes. Premières victimes: les noirs, l’Afrique fut saignée, mais les blancs européens furent nombreux aussi.

Comments are closed.