Grèce : comme à Calais, à Idomeni les « réfugiés » font la loi


Grèce : comme à Calais, à Idomeni les « réfugiés » font la loi

Il n’y a pas qu’à Calais que les clandestins font la loi. En Grèce aussi ils bloquent les routes sans que la police intervienne. C’est un gouvernement socialiste aussi en Grèce? J’ignorais!

A Idomeni, la tension montre, affrontements avec la police, blocage des points de passage… 

Hoplite

 

En Grèce, les musulmans occupent les rues, harassent les Grecs, gènent la circulation des camions et la police reste passive.

Le 7 avril 2015 par Andrew Bieszad.

Que vous arriverait-il si, en tant que Grec vous vous comportiez de la sorte dans votre propre pays ? Tout le monde a la réponse : la police anti-émeute serait appelée et il serait mis un terme au désordre à vos risques et périls. Des côtes seraient cassées, des visages ensanglantés et de nombreuses personnes se retrouveraient en prison et mises en examen pour un maximum de raisons. Mais quand ce sont les musulmans qui font cela, la police reste passive.

Écoutez la vidéo ( traduction ci-dessous). Les sous-titres en anglais sont de Golden Dawn.

Ne vous y trompez pas, tout ceci est en rapport avec l’invasion de l’UE (voyez ce qui se passe en Allemagne) et cela ne concerne pas que la Grèce. Cela se produit dans toute l’Europe, pas forcément à l’identique, mais c’est avec la même malveillance que les musulmans font ce qu’ils veulent en s’en prenant [à vous, à vos biens] aussi méchamment que possible.

Qu’en diront les historiens dans un, deux ou trois siècles quand ils visionneront les vidéos ou liront [les journaux] à propos de tous ces évènements ? Nos descendants seront choqués et se demanderont comment nous avons pu brader nos propres sociétés et [l’avenir] de nos enfants alors que tout simplement cela se produit là, sous nos yeux.

Traduction de la vidéo :

(0:04) Un grec : Alors, comme ça, je n’ai pas le droit d’aller nourrir mes enfants ?

(0:06) La journaliste : Avec force sifflements, applaudissements et des slogans, les réfugiés demandent qu’on leur ouvre les frontières.

(0:11) La journaliste : Dès qu’un camion essaie de franchir la frontière, ils l’arrêtent.

(0:15) Le chauffeur est contraint de faire demi-tour.

(0:17) Un peu plus tard, un autre chauffeur a essayé de les convaincre de le laisser passer.

(0:22) — Où vas-tu ? — En Suède.

(0:25) —J’ai [un chargement] de fruits. — Des fruits ? Non, non.

(0:28) Le chauffeur : [comment ça] non ?

(0:30) Le chauffeur montre ses papiers d’identité pour prouver au réfugié qu’il est grec.

(0:36) Le réfugié : Tout le monde doit passer [la frontière].

(0:40) La journaliste : Les réfugiés [doivent passer] mais pas le trafic commercial ?

(0:41) Le réfugié : Non, on bloque le transit [des camions].

(0:43) La journaliste au chauffeur : Qu’allez-vous faire maintenant ?

(0:45) Le chauffeur : Je fais demi-tour et je vais trouver un autre point de passage.

(0:47) La journaliste : Un peu plus tard « des volontaires indépendants » comme ils s’appellent eux-mêmes,

(0:51) débarquent d’un véhicule et commencent la distribution de nourriture pour ceux qui bloquent le passage en fermant la route.

NdT : une question est posée en grec à un « volontaire » qui répond en anglais. La question n’a pas été traduite. Le « volontaire » répond dans un anglais approximatif. Ce n’est donc pas un Grec …

(0:55) Le « volontaire » : Nous sommes là pour assurer les besoins vitaux : alimentation …

(1:01) La journaliste : Vous n’êtes pas favorable à [ce blocage de la route] ?

(1:05) Le « volontaire » : Non, nous voulons la réouverture de la frontière.

(1:06) La journaliste : Nous avons demandé aux réfugiés de nous indiquer leur pays d’origine.

(1:09) La journaliste : Avec des commentaires douteux, ils ne nous révèlent pas leur nationalité.

(1:12) Le « volontaire » aux rastas (qui parle un bon anglais avec un accent): Pourquoi voulez-vous savoir quel est leur pays d’origine ?

(1:15) La journaliste : [En quoi cela vous regarde-t-il] ?

(1:15) Le « volontaire » aux rastas : Je veux savoir pourquoi vous demandez tout le temps de quel pays ces gens sont originaires. En quoi est-ce utile ?

(1:22) La journaliste : Pour rien.

(1:22) Le « volontaire » aux rastas : Si ça n’a aucune importance, alors, pourquoi posez-vous la question ?

Traduit de l’anglais par Denis.

Source : Muslims Take Over Streets In Greece And Harass Greek People And Trucks, The Greek Police Do Nothing

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Denis

Hermès Trismégiste est le symbole égyptien du savoir. Sans la connaissance, il ne peut y avoir de liberté ni de vérité. C’est pour cela que toutes les idéologies totalitaires commencent par s’attaquer à l’information. Toutes les dictatures manipulent la connaissance et abolissent le sens critique. En sens inverse, l’information est le principal ennemi des dictatures. Les Grecs donnent le nom de leur dieu Hermès à la divinité égyptienne Thot.


11 thoughts on “Grèce : comme à Calais, à Idomeni les « réfugiés » font la loi

  1. Renoir

    Excellent, tout ça ! Les Grecs vont peut-être enfin comprendre qu’ils ne sont plus chez eux et que leur gouvernement pro-immigration les trahit et les humilie.
    Quant aux émeutiers étrangers, un de ces jours ils vont tomber sur un chauffeur de camion qui va péter un plomb et leur passer dessus avec son poids lourd, ça va faire mal !

    1. jarczyk

      Il ne vous est jamais venu à l’idée qu’il existe une forme de perversion morale,et aussi intellectuelle qui consiste à se complaire dans l’humiliation ? Il peut s’agir d’un jeu sexuel tout autant qu’intellectuel, lorsque, par exemple un type se fait violer par un migrant Somalien comme ce politicien Norvégien et en vienne à excuser son  »agresseur » ? Le cas est loin d’être unique ! Cette relation quasi sado – masochiste peut être partagée par un nombre incalculable de gens! Lâcheté ? Certainement. À cela s’ajoute la culpabilisation massive,savamment orchestrée par tous les pouvoirs et notamment les médias qui nous vendent à longueur de journée toutes sortes de  » produits » culturels ou pas, en infantilisant des masses entières, sur le mode de l’hebetude ludique, feminisante de surcroît … Les Grecs ne sont plus que l’ombre d’eux même et le  »pays » avec,et ce,depuis des années… Lentement mais sûrement, l’industrie alimentaire alliée au consumérisme mondialisé nous métamorphosent en sages eunuques tels ces boeufs que l’on menait autrefois au sacrifice, avec un bel anneau dans le nez… Jupiter lui même doit s’en émouvoir et le déplorer … Lui qui enleva Europe grâce à l’artifice que l’on sait !

  2. Alain de CatalogneAlain de Catalogne

    quand va-ton d’abord se débarrasser de tous ce volontaires ? c’est eux le problème, appelons à l’aide les hongrois et polonais !!!!!!!

    1. hoplitehoplite

      Pourquoi appeler les hongrois et les polonais? Nous ne sommes pas capables de nous démerder seuls?

  3. J

    Ces abrutis de no-borders, j’aimerais qu’ils se fassent tous *censuré* par les migrants, histoire qu’ils ouvrent les yeux. Ces fouteurs de merde ne sont bons qu’à fumer de l’herbe. Des nuisibles, comme ceux qu’ils défendent.

  4. PUGNACITE

    En Gréce comme en France,il est temps que le peuple s’exprime démocratiquement pour tenter de mettre fin à la prédominance politico -religieuse la plus terrible qui soit et qui est autorisée par les gouvernants européens.

  5. coco

    Avec tout ce que les grecs subissent de la part de Bruxelles depuis des années, je n’arrive pas à comprendre comment ils peuvent encore en supporter sans brocher….

    1. jarczyk

      Non, X temps, ce ne sont pas eux qui cherchent les conflits,c’est leur faire encore trop d’honneur que de supposer qu’ils ont le pouvoir pour cela… C’est bien au delà de toutes ces marionnettes, que se jouent les parties de ceux qui décident du destin des peuples, nous le savons que trop bien, surtout ici ! Rien que l’exemple du cas Soros,milliardaire de son état peut le démontrer, lui qui finance les  » no borders » entre autres  »révolutionnaires » ultra connectés !

  6. Armor

    des immigrés sont arrivés à Roscoff , et ont trouvés refuge dans des bâtiments désaffectés pas loin du port des ferries ( Angleterre , Irlande )
    pour le moment pas nombreux mais …… ………..

    un nouveau Calais ????
    kénavo

  7. hoplitehoplite

    Les chinois viennent de racheter le port du Pirée. Si les chances pour l’europe viennent y foutre la pagaille, ça va claquer fort.

Comments are closed.