Les Français veulent eux aussi sortir de l’Europe, 53% pour un referendum !


Les Français veulent eux aussi sortir de l’Europe, 53% pour un referendum !

Les Français en ont marre de l’Europe ! Frexit !

 

Une majorité de Français souhaite un référendum sur la sortie de la France de l’UE

Une majorité de Français (53 %) souhaite un référendum sur le maintien ou non de la France dans l’Union européenne (UE), à l’instar de celui prévu au Royaume-Uni le 23 juin. C’est l’une des révélations de l’enquête menée début février auprès de 8 000 électeurs dans six pays de l’Union (Allemagne, France, Pologne, Irlande,Espagne et Suède) par l’université d’Edimbourg et le cercle de réflexion allemand D/part.

Cette étude, publiée jeudi 10 mars, est la première à rendre compte de l’état des opinions publiques européennes à l’égard du débat ouvert au Royaume-Uni et à comparer les perspectives qu’il ouvre, tout comme les espoirs et les craintes qu’il suscite. De tous les Européens interrogés, les Français sont les plus favorables à la sortie du Royaume-Uni de l’UE, mais, en même temps, les plus enclins à réclamer les mesures anti-immigrés que David Cameron a partiellement obtenues pour son pays.

Pour près de la moitié des Français, le « Brexit » (« British exit » ou sortie du Royaume-Uni de l’UE) ne serait pas une catastrophe : ils sont 44 % à penser que « la Grande-Bretagne devrait quitter l’UE », alors que seuls 27 % des Allemands et 19 % des Espagnols partagent ce point de vue.

D’ailleurs, les Français, comme les Suédois, sont nombreux à estimer que l’économie britannique bénéficierait d’un Brexit. Tandis que les Allemands sont 56 % à s’attendre à des effets négatifs pour les Britanniques, les Français ne sont que 27 %.

Une majorité en faveur du maintien de Londres dans l’Union
L’enquête permet d’une autre façon de prendre la mesure de l’empathie relative des Français à l’égard des Britanniques : 33 % des Français, qui pensent que le Brexit serait mauvais pour le Royaume-Uni, en sont cependant partisans. Seuls 6 % des Polonais et 22 % des Allemands ont la même « mauvaise » pensée.

Globalement, cependant, une majorité se dégage dans les six pays étudiés, en faveur du maintien de Londres dans l’Union. Mais les Français sont décidément les plus réticents : Ils sont 56 % à souhaiter garder les Britanniques dans l’UE, alors que les Allemands sont 73 % et les Polonais 80 %.

L’appartenance du Royaume-Uni à l’UE est-elle bonne pour ce pays en particulier ? Pour l’UE tout entière ? Les avis sont partagés : « Les Français et les Allemands sont plus nombreux à penser que l’adhésion est bonne pour le Royaume-Uni lui-même plutôt que pour l’Union », souligne Jan Eichhorn, chercheur à l’institut de sciences politiques et sociales de l’université d’Edimbourg, coauteur de l’étude.

Seuls 40 % des Français estiment que l’adhésion britannique est bonne pour l’UE, contre 48 % des Allemands et… 68 % des Irlandais, dont le commerce dépend largement de Londres. De toute façon, les deux tiers des Français et des Allemands pensent que le Brexit n’aurait « aucun » ou « peu » d’effet sur leur vie personnelle.

Hostilité aux exceptions
Les Européens semblent plus proches entre eux sur deux autres points importants : ils pensent que l’UE ne devrait pas multiplier les exceptions en faveur du Royaume-Uni et ils sont réticents à accorder à Londres le bénéfice du maintien dans le marché commun en cas de sortie de l’Union.

Dans les six pays étudiés et singulièrement en Allemagne (62 %), les électeurs interrogés estiment que les réformes de l’UE doivent s’appliquer à l’ensemble des Etats membres, seuls un quart acceptant que Londres bénéficie d’un traitement spécial.

Mais, lorsqu’on interroge les citoyens européens sur les concessions effectivement négociées par David Cameron avec Bruxelles, ils sont nombreux à les revendiquer pour leur propre pays. Les Français en particulier ne sont pas en reste.
Ainsi, 32 % des Français sont partisans de priver les étrangers européens de prestations sociales pendant les quatre premières années de leur séjour (23 % des Allemands et seulement 17 % des Suédois), tandis que 25 % défendent le principe de droits sociaux immédiats.

Les Français se distinguent encore par leur propension relative à accepter la fin de la libre circulation des travailleurs en Europe : 25 % souhaitent qu’il soit mis fin à ce principe fondateur de l’Union, tandis que 35 % le défendent.

« Un laboratoire pour d’autres référendums en Europe »
Après toutes ces questions liées au référendum britannique, on a donc demandé aux Européens s’ils souhaiteraient qu’une telle consultation soit organisée dans leur pays. Les Français (53 %) sont les seuls à en être majoritairement partisans (45 % pour les Allemands et 47 % pour les Espagnols).

« Le référendum britannique est un laboratoire pour d’autres référendums en Europe. Une telle banalisation pourrait produire des effets dévastateurs »,commente Anand Menon, professeur de politique européenne au King’s College de Londres et directeur de « UK in a changing Europe », un réseau de chercheurs spécialisés dans les relations entre le Royaume-Uni et l’UE.

L’extrême droite française peut-elle se réjouir de tels chiffres ? Pas sûr, si l’on considère que les partisans d’un référendum sur le « Frexit » (rupture entre la France et l’UE) sont loin de vouloir quitter l’Union : 40 % y répondraient d’ailleurs négativement. Au total, 45 % des Français voteraient pour rester dans l’UE, 33 % pour quitter (22 % n’ont pas d’opinion).

En Allemagne (60 % de votes pour rester), en Pologne (66 %) ou en Espagne (68 %), les majorités proeuropéennes sont beaucoup plus nettes et les indécis moins nombreux.

Ainsi, les Français, s’ils professent une relative indifférence à un éventuel Brexit, apparaissent comme le peuple le plus travaillé par l’euroscepticisme, probablement après les Britanniques. Mais aussi le plus clivé sur la question européenne : tandis que 47 % peuvent être qualifiés d’« eurosceptiques » car ils souhaitent soit que la France quitte l’UE, soit que l’Union soit moins puissante, une forte minorité (30 %) défend un point de vue radicalement inverse : ils veulent une UE renforcée, voire rêvent d’un gouvernement fédéral unique pour l’Europe.
• Philippe Bernard (Londres, correspondant)

http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/03/12/une-majorite-de-francais-souhaite-un-referendum-sur-le-frexit-la-sortie-de-la-france-de-l-ue_4881768_3214.html#xtor=AL-32280515




Alain de Catalogne

Responsable Résistance républicaine Espagne


17 thoughts on “Les Français veulent eux aussi sortir de l’Europe, 53% pour un referendum !

  1. Roland l'Alsacien.

    La France sera encore plus grande qu’avec cette Europe qui détruit les pays occidentaux ! il est grand temps que ce référendum soit fait et surtout qu’ont sorte rapidement de ce gouffre financier et de cette escroquerie d’immigration qu’ont nous impose.La France retrouvera sa grandeur et pourra ce battre avec les Allemands au niveau Entreprise et économie ont a les gens capable pour et tout les bons ingénieurs ! ils attendent quoi pour sortir de cette Europe de Gangster à cols blancs ? et combien de temps la France va lécher les Bottes de Merkel et des Babouches ??? Non à cette Europe et non à la rentrée de la Turquie en Europe point barre.Roland l’Alsacien .

  2. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Pour le moment, « nos » dirigeants nous octroient le droit de voter sur le nom à donner aux nouvelles régions …

    C’est cela qu’ils appellent la démocratie !

    Mais pas question, pour nous, de pouvoir moufter sur le changement fondamental de civilisation en cours …

  3. maury

    D’accord avec vous Roland !Plus on avance et plus on s’aperçoit que cette UE est une vaste escroquerie ,une entité liberticide comme le dit Bouckovsky qui a connu le communisme ça doit s’appeler l’uerss Et comme le dit Nigel Farage de l UKIP aux députés européens: « VOUS ÊTES DES GENS DANGEREUX

  4. Robert Alépée

    Encore un sondage orienté , un de plus , comment croire que seulement 40 % des Français veulent sortir de cette UE alors qu’ils étaient 55 % en 2005 , or depuis la situation de la France n’a cessé de s’aggraver

  5. suzanne94

    Il serait temps que la France sorte de cette UE et vite…..Surtout que la Turquie risque de rentrer, ce qui ne présage rien de bon avec le Traître d’Erdogan….Mais hélas si Hollande est réélu en 2017, il nous y maintiendra qu’on le veuille ou non…..

    1. jeannine wietrich

      Il faut qu elle sorte et rapidement de l UE et pourvu que Hollande ne soit pas de nouveau élu en 2017 , ce que j espère !

  6. Gabriel

    J’aimerais vous interpeller sur un sujet très important : le changement de nom des régions, par des noms ridicules et pauvres étymologiquement. Les socialistes, avec l’aide de citoyens devenus complètement débiles, vont ainsi effacer l’histoire, la spécificités régionale et créer des régions économiques européennes de consommateurs amnésiques. Voyez les articles de presse sur le nord et la champagne. …la France est détruite morceaux par morceaux, dans l’indifférence la plus complète.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      nous sommes entièrement d’accord avec vous, il y a là effectivement matière à un bel article.Nous avons déjà fustigé la prétendue Occitanie mais il y a encore bien à faire ! Souhaitez-vous écrire cet article et nous le proposer ?

    2. jeannine wietrich

      Je suis entièrement d accord avec vous , il serait l heure que ça change , marre de tout ceci

  7. veverre

    si on repassés aux francs,on verrait comment on se fait escroquer dans les magasins en général.

  8. Christian Jour

    Oui il faut sortir de l’euro car depuis l’euro la France a connu la perte des agriculteurs, des éleveurs, la perte des emploies, un chaumage de masse, des délocalisations des usines, la monté des prix, la baisse des salaires et des retraites, la pauvreté toujours plus grandissante et une invasion de masse, d’émigrés qui vivent la canne à la main vu le manque de travail, le déficit de la sécurité sociale. Et sans oublier la dette colossale qui plonge notre pays dans l’inflation et qui pourrait passer en récession dans quelques mois d’après l’économiste Marc Touati. Ce dernier rappelle en effet que sur les quatre derniers trimestres, la variation trimestrielle moyenne du PIB est de 0%. Alors vite il faut se sortir de l’euro.

  9. J

    L’Europe économique nous tue. Il fallait rester sur une alliance en cas de guerre, mais pas ce foutoir économico-politique. Si la France devait sortir de l’Europe, il faudrait relancer l’emploi en baissant les charges des TPE-PME et favoriser l’achat-vente de produits français sur le territoire. Le savoir-faire français était reconnu mondialement. Avec les délocalisations, tous les produits ont perdu en qualité, mais en plus, on a exporté le savoir-faire ailleurs, favorisant des pays étrangers. Comment se tirer une balle dans le pied.

Comments are closed.