Les zones rurales, un bastion de la Résistance qui s’ignore face aux territoires perdus de la République


Les zones rurales, un bastion de la Résistance qui s’ignore face aux territoires perdus de la République

Les zones rurales sont à mon avis un bastion de la Résistance qui s’ignore.

Les gens y ont souvent gardé le sens de la solidarité non dévoyée, celle qui s’exprime autrement que par des impôts que les gouvernants justifient par une solidarité invoquée à tout va et à mauvais escient et dont ils ont ainsi fini par nous dégoûter. Les ruraux que je connais sont aussi souvent méfiants à l’égard de l’étranger, ils ne le rejettent pas mais ils attendent qu’il ait fait ses preuves d’intégration avant de l’accueillir à bras ouverts.

On y est à mille lieues des « territoires perdus de la République », selon l’expression consacrée. Linternaute.com s’est d’ailleurs intéressé ces derniers jours à ceux qu’on appelle pudiquement « les quartiers sensibles ou prioritaires »:

http://www.linternaute.com/actualite/societe/1280178-les-30-quartiers-les-plus-sensibles-de-france/
« La chaîne américaine Fox News créait la polémique en évoquant, carte à l’appui, des « No-go zones » à Paris.

NDLR en voici une dizaine qui défilent, voir sur linternaute les 20 autres

sarcelles
marseille
lille
grenoble
corbeil-essonnes
colombes
colombes
bron
avignon
amiens

Pour la chaîne conservatrice, la plus regardée aux Etats-Unis, il s’agissait de zones de non-droit, « secteurs où non-musulmans et policiers ne pouvaient désormais plus pénétrer ». Devant la polémique et une plainte de la mairie de Paris, Fox News finira par s’excuser. Tout en nous détachant de ce mythe des « No-go zones », ces quartiers « interdits » où l’on porte des « t-shirts d’Oussama Ben Laden » selon l’ex-soldat et journaliste de Fox News Nolan Peterson, nous avons voulu nous intéresser à ces « quartiers chauds », autrement-dit aux zones urbaines les plus sensibles en France concentrant des difficultés à la fois économiques, sociales, de logement et de sécurité ».

Les experts ès désinformation y trouveront peut-être leur compte, ou rentreront bredouille… la chasse à la manipulation médiatique est ouverte.




Maxime

Mon avatar est Justinien car c’est son Digeste qui synthétise le meilleur état du droit romain. Redécouvert au Moyen Age à Bologne, il a influencé le droit français dans bien des domaines, notamment le droit civil contenu principalement dans le Code civil actuel.


23 thoughts on “Les zones rurales, un bastion de la Résistance qui s’ignore face aux territoires perdus de la République

  1. gaudet jean michel

    A l’occasion d’un autre commentaire, j’avais déjà mis l’accent sur les régions à forte identité culturelle, Alsace , Pays basque , Bretagne , Corse et dans une moindre mesure Catalogne , qui sont les foyers d’une population qui a d’assez bonnes chances de présenter une bonne résistance à la montée du salafisme, accompagnant une prédominance démographique dans les zones urbaines à grandes concentrations

    Je viens de prendre connaissance de l’incident angoissant d’étant produit à Vienne ou des membres du milice pro charia s’en sont pris à de pauvres habitants locaux les blessant grièvement . Ce drame intolérable a pu de produire dans un contexte urbain ou les citoyens sont peu adaptés aux attitude d’auto protection . Mais il n’en est pas de même par exemple en Corse , ou les habitants jamais de subir passivement la tyrannie de milices allogènes , et la multiplication des incidents , provoquera fatalement des réaction de grande violence , probablement armée

    1. AntiislamAntiislam

      Bonjour,

      J’ai bien peur que souvent la haine de l’Etat national fasse souvent préférer le gentil musulman à son compatriote.

      Alain (Et la Catalogne fait montre actuellement d’une « identité forte ») nous a bien expliqué, très récemment, que les régionalistes vouaient à l’enfer les Castillans tout en ayant les yeux de Chimène pour l’immigration musulmane: le problème est donc complexe.

          1. Christine TasinChristine Tasin

            c’est un hoax qui circule sur le net depuis des années, j’ai oublié quelle était la raison de ce rassemblement mais en tout cas il n’est pas musulman et ce ne sont pas des mariages musulmans qui n’ont pas cette allure d’ailleurs

  2. J

    Marseille jouit d’une mauvaise réputation à cause, notamment, des trafiquants de stupéfiants, des parrains. Mais vous devez savoir que ces bandits ne s’en prenaient jamais aux innocents. Maintenant, les petites frappes de banlieues qui ont fait main basse sur le trafic de drogue ont créé de vraies zones où personne ne peut approcher. La police, les pompiers, les ambulances se font caillasser. Il faudrait que la Légion Etrangère y aille, avec ordre de tirer après sommation, et qu’elle nettoie tous ces HLM contaminés. Ce n’est pas étonnant que M. S. Ravier ait été élu dans les 13ème et 14ème arrondissement. Les gens en ont ras-le-bol.

  3. Xtemps

    Le coup de Molenbeek Bruxelles a fait son effet dans le monde, désormais, les vrais journalistes comptent les zones de non droits en Europe.

  4. Armor

    je suis d’une de ces régions à forte identité culturelle
    mais quand même , le baratin des journaux télévisés ou autre presse teintée… laisse des traces
    et quand même il m’ est arrivée d ‘entendre une fois ( pauvre émigrés )

    les hordes infiltrées comportant quelques femmes et enfants et cela suffit à faire s ‘émouvoir dans nos chaumières
    mais il faut espérer en nos traditions , et en nos régions
    kénavo

  5. Nestor Mackno

    Bonjour à tous, effectivement les zones rurales sont et seront les bastions de la résistance . Quand l’assaut ennemi commencera, nous laisserons les villes entre les mains des autorités incompétentes . Nous résistants devrons nous replier en campagne . En effet c’est là que nous trouverons tout ce qu’il nous faut pour combattre et survivre ( nourriture, bois de chauffage, retranchement, … ) . C’est de là aussi que nous lancerons la contre-attaque . Si nous maitrisons nos campagnes, nous tiendrons et affamerons l’ennemi dans une forme de siège qui n’en aura pas l’apparence . L’ennemi sortira et seront tirés comme des lapins
    La campagne sera notre maquis .

  6. gentilitas

    La Bretagne a le cul entre deux chaises. Cette notion d’identité forte, quand elle est revendiquée par la gauche néo-celte – très impliquée dans les écoles Diwan pour formater de futurs éleveurs de chèvres maoïstes bio – sert paradoxalement l’ idéologie de la pensée dominante selon laquelle avoir mauvaise conscience donnerait bonne conscience sur une planète où l’Amour de l’autre, d’où qu’il vienne, ferait de chacun le citoyen du monde qu’il a toujours été. Mais comment peut-on faire cohabiter sans heurt l’idée d’un héritage patrimonial régional et linguistique, forcément préservé par ses propres limites d’expression, avec l’ouverture sur un espace sans frontière où tout ce qui ramène à une forme de revendication identitaire tient du blasphème?
    Quant aux Anciens, encore imprégnés des souvenirs de la guerre et du contre-exemple allemand, eux non plus n’ont pas envie de se retrouver assimilés à la nostalgie gestapiste. Aussi restent-ils finalement discrets sur leurs réelles intentions, principe de précaution oblige.
    Entre le Vieux breton qui dormait dans la paille avec les chevaux, faute de confort supplémentaire, et le jeune bretonnant gauchiste qui se fabrique une précarité parce que ça fait plus terroir, il y a des types comme moi, qui aime la Bretagne au point d’en avoir fait une terre d’adoption à défendre au prix de sa vie.
    Les Vieux ne bougent plus, ils ont assez donné, et par peur du combat et de l’étiquetage d’extrème droite les néo-celtes et autres bardes de carnaval préfèrent se laisser bouffer en dissimulant leur couardise sous les lambris des bons sentiments. Les Robert Wallace vont se faire rares, malgré la beauté toute apparente de l’identité forte…

    1. DUVAL Maxime

      Ma doue benniget.

      Ce que vous dites là est assez bien vu, pour ce que j’en ressens. Etant breton puisque né en Bretagne de parents grands-parents et au-delà, du coin et habitant de Bretagne.

      Le courant qui me parcourt est un peu la synthèse de ce que vous décrivez; Pour ma part,simplement fier de cet état comme il est normal d’être fier pour un Inuit d’être Esquimeau (par exemple pour sourire). Entre le « vieux Breton qui dormait dans la paille des chevaux »… des autres et le vieux marin qui n’en revenait pas d’en être revenu (de ses courses lointaines… vous savez), mes grands-pères ont fait grandir des petits Français qui aimaient leur petite et grande patrie… celles de Renan, né toujours pas loin d’ici d’où je pianote.

      Mais justement, aujourd’hui, je pianote… d’un doigt, et sur le net, ce qui conduit vers des rivages jusqu’ici difficiles à explorer. car jusqu’à présent bien cachés, qui permettent de se remettre en question sur des certitudes que l’on relativise dès lors qu’on les confronte.

      Ainsi, il y a eu tout un courant Breton vraiment de gauche et qui m’était occulté… qui n’avait rien à envier aux « extrémistes Breiz Atao » d’aujourd’hui.

      Un de ses plus illustres représentants en fut Marcel Cachin, que vous pouvez retrouver ici :

      http://ablogjeanfloch.over-blog.com/article-marcel-cachin-un-breton-dans-le-mouvement-ouvrier-51022546.html

      Bonne lecture, en tout cas.

  7. robertr

    ma zone rurale serrât mon maquis!!! ou mon tombeau! , mais avant je veut amené le maximum de ces bêtes immonde qui violent ,qui tuent et qui ne respecte pas nôtres nation ,nous sommes en guerre, mais personne ne le diras ,tenez vous prêt !

  8. patriote42patriote42

    j’habite à la campagne , et je peut-dire qu’ une seule personne étrangère au village est immédiatement repérée !

    il en est de même que si des « coucous ou autre » .. venaient à mettre le boxon … !
    là…. ils seraient vraiment servis !

  9. Armor

    je préfére le commentaire de Monsieur Nestor Mackno
    porteur d’espoir

    je crois que lorqu’ il faudra ( se réveiller vraiment les gens trancherons )
    ont ne peut renier totalement des traditions séculaires )

    Des personnes très anciennes se font de plus en plus rares ..

    et des gens comme moi ( qui ont les fesses entre deux chaises ) eh oui la derniére guerre me fut racontée par mon Pére j ‘étais trop jeune pour prendre position )
    mais les gens dans mes âges je compte dessus aussi
    je pense qu ‘ils se sentirons un esprit guerrier en pensant à leurs ancêtres qui ont donnés dans les dernières guerres meurtrières

    merci de m ‘avoir lu ……
    kenavo

    ( dans la Bretagne intérieure il reste encore quelques hameaux à retaper ) si vous vous sentez le courage …. faut voir )

    1. patriote42patriote42

      en effet pour  » l’instant  » la plupart  » de nos campagnes sont assez préservées , par contre dans certains villages ….!

      un exemple qui m’a fait bondir et qui peut avoir être dans la continuité de cet article .

      http://tempsreel.nouvelobs.com/l-obs-du-soir/20150622.OBS1310/salafistes-du-berry.html

      détail amusant pas si amusant que cela …. si on regarde bien la photo cette mosquée est en contrebas d’un monument historique un château du XVe siècle et normalement dans le cadre de la loi de l’urbanisme et des monuments de France , hors un périmètre de 500 mètres est défini .
      voir l’article L.621-31 du code de l’Urbanisme

      «Lorsqu’un immeuble est situé dans le champ de visibilité d’un édifice classé au titre des monuments historiques ou inscrit, il ne peut faire l’objet, tant de la part des propriétaires privés que des collectivités et établissements publics, d’aucune construction nouvelle, d’aucune démolition, d’aucun déboisement, d’aucune transformation ou modification de nature à en affecter l’aspect, sans une autorisation préalable.»

      En clair : chaque fois que vous voulez faire des travaux construction, démolition, modification d’aspect, installation d’enseigne, aménagement extérieur… au seing de ce périmètre, vous devrez obtenir l’autorisation de l’Architecte des Bâtiments de France.

      d’autre part L’ABF est un agent du Service Départemental d’Architecture et du Patrimoine (SDAP) de la Direction Départementale des Affaires Culturelles (DRAC). Son rôle est de veiller à ce que l’architecture du voisinage du monument historique soit en « harmonie » avec celui-ci. Son avis portera sur les matériaux utilisés (bois ou PVC pour les fenêtres, type de tuile pour les toitures, type d’enduit pour les façades) la couleur de ces éléments (pour les portes, les façades …)

      donc au vu de la photo cette mosquée moi je dirais plutôt la devanture d’une baraque à frites ….ne respecte pas loi pour résumer la loi est faite pour les uns mais pas pour les autres …..!

      1. patriote42patriote42

        le château est bien classer …!

        et désoler pour la faute …un exemple qui m’a fait bondir  » et qui peut avoir être » dans la continuité de cet article

        un exemple qui m’a fait bondir et qui peut être dans la continuité de cet article là c’est mieux !!

Comments are closed.