Conseil d’Etat : les centres pénitentiaires peuvent refuser de servir de la nourriture halal !


Conseil d’Etat : les centres pénitentiaires peuvent refuser de servir de la nourriture halal !

A propos des interdits alimentaires, en complément de mon article du 24 janvier relatif au halal en prison : ( http://resistancerepublicaine.eu/2016/01/24/halal-en-prison-et-taxe-halal-pour-financer-lislam-le-point-sur-la-loi-et-la-jurisprudence-1/), alors j’indique ici que le 10 février dernier, le Conseil d’Etat a confirmé la décision de la Cour administrative d’appel de Lyon :

Texte intégral

Vu la procédure suivante :

M. A…B…a demandé au tribunal administratif de Grenoble d’annuler, pour excès de pouvoir, la décision du 11 avril 2013 du directeur du centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier, au sein duquel il était détenu, rejetant sa demande tendant à ce que, d’une part, soient proposés régulièrement aux personnes détenues de confession musulmane de cet établissement des menus composés de viandes  » halal  » et, d’autre part, soit instauré un tarif de 8 euros mensuel pour les prestations de télévision en cellule et, en conséquence, qu’il soit enjoint au directeur de prendre ces mesures. Par un jugement n° 1302502 du 7 novembre 2013, le tribunal administratif de Grenoble a annulé cette décision et prononcé l’injonction demandée.

Par un arrêt n° 14LY00113 du 22 juillet 2014, la cour administrative d’appel de Lyon, saisie en appel par la garde des sceaux, ministre de la justice, a annulé ce jugement en tant seulement qu’il a annulé la décision du directeur du centre pénitentiaire dans la mesure où elle rejetait la demande de M. B…tendant à ce que soit proposé de manière régulière aux personnes détenues de confession musulmane des menus composés de viandes  » halal  » et a rejeté la demande tendant à l’annulation de cette décision dans cette mesure.

Par un pourvoi sommaire et un mémoire complémentaire, enregistrés les 24 novembre 2014 et 24 février 2015 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat, M. B…demande au Conseil d’Etat :

1°) d’annuler cet arrêt de la cour administrative d’appel de Lyon du 22 juillet 2014 en tant qu’il a, d’une part, annulé les articles 1er et 2 du jugement du tribunal administratif de Grenoble annulant la décision du 11 avril 2013 ainsi que l’injonction prononcée sur ce point et, d’autre part, rejeté sa demande tendant à l’annulation de la décision du directeur du 11 avril 2013 ;

2°) réglant l’affaire au fond, de faire droit à sa demande ;

3°) de mettre à la charge de l’Etat la somme de 4 000 euros au titre des articles L. 761-1 du code de justice administrative et 37 de la loi du 10 juillet 1991.

Vu les autres pièces du dossier ;
Vu :

– le pacte international relatif aux droits civils et politiques ;
– la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales ;
– la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne ;
– le code de procédure pénale ;
– la loi n° 2009-1436 du 24 novembre 2009, notamment son article 26 ;
– le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

– le rapport de M. Vincent Villette, auditeur,

– les conclusions de Mme Aurélie Bretonneau, rapporteur public ;

La parole ayant été donnée, avant et après les conclusions, à la SCP Spinosi, Sureau, avocat de M. A…B…;

1. Considérant qu’il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que, par une décision du 11 avril 2013, le directeur du centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier a refusé de distribuer régulièrement des menus composés de viandes  » halal  » aux personnes détenues de confession musulmane de cet établissement ; que M. B…se pourvoit en cassation contre l’arrêt du 22 juillet 2014 par lequel la cour administrative d’appel de Lyon a infirmé le jugement du 7 novembre 2013 du tribunal administratif de Grenoble qui avait annulé cette décision ;

2. Considérant qu’aux termes de l’article 9 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales :  » 1. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites. / 2. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d’autrui.  » ; qu’aux termes de l’article 18 du pacte international relatif aux droits civils et politiques :  » Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté d’avoir ou d’adopter une religion ou une conviction de son choix, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, individuellement ou en commun, tant en public qu’en privé, par le culte et l’accomplissement des rites, les pratiques et l’enseignement. (…) / La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet que des seules restrictions prévues par la loi et qui sont nécessaires à la protection de la sécurité, de l’ordre et de la santé publique, ou de la morale ou des libertés et droits fondamentaux d’autrui. (…)  » ; qu’au sens de ces stipulations, l’observance de prescriptions alimentaires peut être regardée comme une manifestation directe de croyances et pratiques religieuses ;

3. Considérant qu’aux termes de l’article 26 de la loi du 24 novembre 2009 pénitentiaire :  » Les personnes détenues ont droit à la liberté d’opinion, de conscience et de religion. Elles peuvent exercer le culte de leur choix, selon les conditions adaptées à l’organisation des lieux, sans autres limites que celles imposées par la sécurité et le bon ordre de l’établissement.  » ; qu’aux termes du premier alinéa de l’article 9 du règlement-type des établissements pénitentiaires annexé à l’article R. 57-6-18 du code de procédure pénale, relatif à  » l’alimentation  » des personnes détenues :  » Chaque personne détenue reçoit une alimentation variée, bien préparée et présentée, répondant tant en ce qui concerne la qualité que la quantité aux règles de la diététique et de l’hygiène, compte tenu de son âge, de son état de santé, de la nature de son travail et, dans toute la mesure du possible, de ses convictions philosophiques ou religieuses  » ; qu’en vertu de ces dispositions, il appartient à l’administration pénitentiaire, qui n’est pas tenue de garantir aux personnes détenues, en toute circonstance, une alimentation respectant leurs convictions religieuses, de permettre, dans toute la mesure du possible eu égard aux contraintes matérielles propres à la gestion de ces établissements et dans le respect de l’objectif d’intérêt général du maintien du bon ordre des établissements pénitentiaires, l’observance des prescriptions alimentaires résultant des croyances et pratiques religieuses ;

4. Considérant, en premier lieu, que, pour statuer sur la légalité de la décision par laquelle le directeur du centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier a refusé de distribuer régulièrement des menus composés de viandes  » halal  » aux personnes détenues de confession musulmane, la cour administrative d’appel de Lyon a apprécié l’ensemble des conditions dans lesquelles l’offre journalière de menus est organisée dans ce centre ; qu’elle a relevé que l’administration fournit à l’ensemble des personnes détenues des menus sans porc ainsi que des menus végétariens, que les personnes détenues peuvent demander à bénéficier, à l’occasion des principales fêtes religieuses, de menus conformes aux prescriptions de leur religion et, enfin, que le système de la cantine permet d’acquérir, en complément des menus disponibles, des aliments ou préparations contenant des viandes  » halal  » ; qu’elle a ainsi pris en compte non seulement la circonstance que les personnes détenues de confession musulmane ne sont pas exposées au risque de devoir consommer des aliments prohibés par leur religion, mais aussi le fait que l’administration fait en sorte qu’elles puissent, dans une certaine mesure, consommer une alimentation conforme aux prescriptions de leur religion ; que, dès lors, contrairement à ce qui est soutenu, c’est sans commettre d’erreur de droit que la cour a jugé que le directeur du centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier n’avait méconnu ni les obligations incombant à l’administration pénitentiaire, qui ont été rappelées au point 3 ci-dessus ni les stipulations citées au point 2 ; que, par ailleurs, le requérant ne saurait utilement invoquer une méconnaissance de l’article 10 de la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, dès lors que la décision attaquée n’a pas été prise pour la mise en oeuvre du droit de l’Union ;

5. Considérant, en second lieu, que le principe d’égalité ne s’oppose pas à ce que des situations différentes soient réglées de façon différente ni à ce qu’il soit dérogé à l’égalité pour des motifs d’intérêt général, pourvu que la différence de traitement qui en résulte soit, dans l’un et l’autre cas, en rapport avec l’objet de la norme qui l’établit et ne soit pas manifestement disproportionnée au regard des différences de situation susceptibles de la justifier ; que, par ailleurs, aux termes de l’article 14 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales :  » La jouissance des droits et libertés reconnus dans la présente Convention doit être assurée, sans distinction aucune, fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l’origine nationale ou sociale, l’appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation.  » ;

6. Considérant que la cour administrative d’appel de Lyon a relevé que les conditions dans lesquelles l’offre journalière de menus est organisée dans le centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier, rappelées au point 4 ci-dessus, sont identiques pour toutes les personnes détenues, qu’elles pratiquent ou non une religion et quelle que soit la religion qu’elles pratiquent, y compris en ce qu’elles prévoient la faculté de recourir au système de la cantine ; que, par ailleurs, aux termes de l’article 31 de la loi du 24 novembre 2009 pénitentiaire:  » Les personnes détenues dont les ressources sont inférieures à un montant fixé par voie réglementaire reçoivent de l’Etat une aide en nature destinée à améliorer leurs conditions matérielles d’existence (…)  » et aux termes de l’article D. 347-1 du code de procédure pénale:  » (…) L’aide que reçoivent les personnes détenues dépourvues de ressources suffisantes est attribuée par l’administration pénitentiaire. Il est tenu compte des aides attribuées à la personne détenue intéressée par toute personne physique ou morale de droit public ou privé autorisée à le faire par l’administration pénitentiaire. / L’aide est fournie prioritairement en nature, notamment par la remise de vêtements, par le renouvellement de la trousse de toilette dans les conditions prévues à l’article D. 357 et par la remise d’un nécessaire de correspondance (…)  » ; qu’il résulte de ces dispositions combinées qu’il appartient à l’administration pénitentiaire, lorsque les modalités d’organisation de l’offre journalière de menus qu’elle retient impliquent, pour que les obligations mentionnées au point 3 ci-dessus soient respectées, que les personnes détenues puissent se procurer par le système de la cantine une alimentation complémentaire conforme aux prescriptions de leur religion, de garantir à celles qui sont dépourvues de ressources suffisantes la possibilité d’exercer une telle faculté en leur fournissant, dans la limite de ses contraintes budgétaires et d’approvisionnement, une aide en nature appropriée à cette fin ; que, dans ces conditions, en jugeant que les modalités d’organisation de l’offre journalière de menus dans le centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier n’impliquaient pas de discrimination entre les personnes détenues à raison de leur religion ou entre les personnes détenues pratiquant une même religion à raison de leurs ressources et, par suite, que la décision du directeur du centre ne méconnaissait ni le principe d’égalité ni les stipulations de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales citées ci-dessus, la cour administrative d’appel de Lyon n’a pas commis d’erreur de droit ;

7. Considérant qu’il résulte de tout ce qui précède que M. B… n’est pas fondé à demander l’annulation de l’arrêt qu’il attaque ; que les dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce qu’une somme soit mise à ce titre à la charge de l’Etat, qui n’est pas, dans la présente instance, la partie perdante ;

D E C I D E :
————–
Article 1er : Le pourvoi de M. B…est rejeté.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. A…B…et au garde des sceaux, ministre de la justice.


Analyse

Abstrats : 26-03-07 DROITS CIVILS ET INDIVIDUELS. LIBERTÉS PUBLIQUES ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE. LIBERTÉ DES CULTES. – OBLIGATION DE L’ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE D’ASSURER UNE ALIMENTATION DES DÉTENUS CONFORME À LEURS CONVICTIONS RELIGIEUSES – 1) OBLIGATION DE MOYENS – EXISTENCE [RJ1] – 2) APPRÉCIATION DU RESPECT PAR L’ADMINISTRATION DE SON OBLIGATION – APPRÉCIATION GLOBALE ET CONCRÈTE – 3) CAS OÙ DES DÉTENUS DOIVENT, POUR SE PROCURER UNE ALIMENTATION CONFORME AUX PRESCRIPTIONS DE LEUR RELIGION, RECOURIR AU SYSTÈME DE LA CANTINE – OBLIGATION DE L’ADMINISTRATION D’AIDER LES DÉTENUS SANS RESSOURCES SUFFISANTES À BÉNÉFICIER DE CE SYSTÈME, DANS LA LIMITE DE SES CONTRAINTES BUDGÉTAIRES ET D’APPROVISIONNEMENT.
37-05-02-01 JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES ET JUDICIAIRES. EXÉCUTION DES JUGEMENTS. EXÉCUTION DES PEINES. SERVICE PUBLIC PÉNITENTIAIRE. – OBLIGATION DE L’ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE D’ASSURER UNE ALIMENTATION DES DÉTENUS CONFORME À LEURS CONVICTIONS RELIGIEUSES – 1) OBLIGATION DE MOYENS – EXISTENCE [RJ1] – 2) APPRÉCIATION DU RESPECT PAR L’ADMINISTRATION DE SON OBLIGATION – APPRÉCIATION GLOBALE ET CONCRÈTE – 3) CAS OÙ DES DÉTENUS DOIVENT, POUR SE PROCURER UNE ALIMENTATION CONFORME AUX PRESCRIPTIONS DE LEUR RELIGION, RECOURIR AU SYSTÈME DE LA CANTINE – OBLIGATION DE L’ADMINISTRATION D’AIDER LES DÉTENUS SANS RESSOURCES SUFFISANTES À BÉNÉFICIER DE CE SYSTÈME, DANS LA LIMITE DE SES CONTRAINTES BUDGÉTAIRES ET D’APPROVISIONNEMENT.

Résumé : 26-03-07 1) Il appartient à l’administration pénitentiaire, qui n’est pas tenue de garantir aux personnes détenues, en toute circonstance, une alimentation respectant leurs convictions religieuses, de permettre, dans toute la mesure du possible eu égard aux contraintes matérielles propres à la gestion des établissements pénitentiaires et dans le respect de l’objectif d’intérêt général du maintien du bon ordre de ces établissements, l’observance des prescriptions alimentaires résultant des croyances et pratiques religieuses.,,,2) Pour apprécier si l’administration pénitentiaire respecte ses obligations mentionnées au 1), une cour administrative d’appel a apprécié l’ensemble des conditions dans lesquelles l’offre journalière de menus est organisée dans un établissement pénitentiaire. Elle a relevé que l’administration fournit à l’ensemble des personnes détenues des menus sans porc ainsi que des menus végétariens, que les personnes détenues peuvent demander à bénéficier, à l’occasion des principales fêtes religieuses, de menus conformes aux prescriptions de leur religion et, enfin, que le système de la cantine permet d’acquérir, en complément des menus disponibles, des aliments ou préparations contenant des viandes halal. Elle a ainsi pris en compte non seulement la circonstance que les personnes détenues de confession musulmane ne sont pas exposées au risque de devoir consommer des aliments prohibés par leur religion, mais aussi le fait que l’administration fait en sorte qu’elles puissent, dans une certaine mesure, consommer une alimentation conforme aux prescriptions de leur religion. Elle n’a, ce faisant, pas commis d’erreur de droit.,,,3) Il résulte des dispositions combinées de l’article 31 de la loi n° 2009-1436 du 24 novembre 2009 pénitentiaire et de l’article D. 347-1 du code de procédure pénale qu’il appartient à l’administration pénitentiaire, lorsque les modalités d’organisation de l’offre journalière de menus qu’elle retient impliquent, pour que les obligations mentionnées au 1) soient respectées, que les personnes détenues puissent se procurer par le système de la cantine une alimentation complémentaire conforme aux prescriptions de leur religion, de garantir à celles qui sont dépourvues de ressources suffisantes la possibilité d’exercer une telle faculté en leur fournissant, dans la limite de ses contraintes budgétaires et d’approvisionnement, une aide en nature appropriée à cette fin. Lorsque l’administration pénitentiaire respecte cette obligation, il n’en résulte aucune discrimination entre les personnes détenues à raison de leur religion ou entre les personnes détenues pratiquant une même religion à raison de leurs ressources.
37-05-02-01 1) Il appartient à l’administration pénitentiaire, qui n’est pas tenue de garantir aux personnes détenues, en toute circonstance, une alimentation respectant leurs convictions religieuses, de permettre, dans toute la mesure du possible eu égard aux contraintes matérielles propres à la gestion des établissements pénitentiaires et dans le respect de l’objectif d’intérêt général du maintien du bon ordre de ces établissements, l’observance des prescriptions alimentaires résultant des croyances et pratiques religieuses.,,,2) Pour apprécier si l’administration pénitentiaire respecte ses obligations mentionnées au 1), une cour administrative d’appel a apprécié l’ensemble des conditions dans lesquelles l’offre journalière de menus est organisée dans un établissement pénitentiaire. Elle a relevé que l’administration fournit à l’ensemble des personnes détenues des menus sans porc ainsi que des menus végétariens, que les personnes détenues peuvent demander à bénéficier, à l’occasion des principales fêtes religieuses, de menus conformes aux prescriptions de leur religion et, enfin, que le système de la cantine permet d’acquérir, en complément des menus disponibles, des aliments ou préparations contenant des viandes halal. Elle a ainsi pris en compte non seulement la circonstance que les personnes détenues de confession musulmane ne sont pas exposées au risque de devoir consommer des aliments prohibés par leur religion, mais aussi le fait que l’administration fait en sorte qu’elles puissent, dans une certaine mesure, consommer une alimentation conforme aux prescriptions de leur religion. Elle n’a, ce faisant, pas commis d’erreur de droit.,,,3) Il résulte des dispositions combinées de l’article 31 de la loi n° 2009-1436 du 24 novembre 2009 pénitentiaire et de l’article D. 347-1 du code de procédure pénale qu’il appartient à l’administration pénitentiaire, lorsque les modalités d’organisation de l’offre journalière de menus qu’elle retient impliquent, pour que les obligations mentionnées au 1) soient respectées, que les personnes détenues puissent se procurer par le système de la cantine une alimentation complémentaire conforme aux prescriptions de leur religion, de garantir à celles qui sont dépourvues de ressources suffisantes la possibilité d’exercer une telle faculté en leur fournissant, dans la limite de ses contraintes budgétaires et d’approvisionnement, une aide en nature appropriée à cette fin. Lorsque l’administration pénitentiaire respecte cette obligation, il n’en résulte aucune discrimination entre les personnes détenues à raison de leur religion ou entre les personnes détenues pratiquant une même religion à raison de leurs ressources.

[RJ1] Cf. CE, 25 février 2015, M.,, n° 375724, à mentionner aux Tables.  

https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000032008512&fastReqId=1844862407&fastPos=1

Les centres pénitentiaires peuvent donc refuser de servir de la nourriture halal.




Maxime

Mon avatar est Justinien car c’est son Digeste qui synthétise le meilleur état du droit romain. Redécouvert au Moyen Age à Bologne, il a influencé le droit français dans bien des domaines, notamment le droit civil contenu principalement dans le Code civil actuel.


4 thoughts on “Conseil d’Etat : les centres pénitentiaires peuvent refuser de servir de la nourriture halal !

  1. Maxime

    Un vilain smiley tout triste s’est glissé dans le texte de l’article. Il faut mettre un espace entre le : et le ( simplement 😉
    Il y a plutôt lieu de se réjouir de cette décision en effet, car elle est pleinement respectueuse de la laïcité et accessoirement de nature à dissuader certains d’aller faire un tour en prison…
    J’ai d’ailleurs lu sur internet que les prestations dites de « cantine » sont très chères en général, environ deux fois plus chères que la nourriture dans le commerce, donc si la viande halal restera disponible selon le système de la cantine, il faudra que le délinquant soit un peu « blindé » pour se l’offrir.
    Cette affaire présentait aussi d’autres aspects sur lesquels je ne me suis pas attardé, notamment le droit d’avoir la télévision à un très faible coût en prison… et pourquoi pas un massage des pieds ?

  2. Maxime

    Juste une remarque pour ceux qui auraient lu la décision reproduite. On ne voit apparaître nulle part les mots « laïc » et « laïcité ». On dirait que ce sont devenus des gros mots, alors qu’il est normal que l’établissement pénitentiaire, public, ne prenne pas en compte la religion de ses usagers emprisonnés dans son action. C’est sans doute lié au fait que la laïcité ne figure pas dans la Convention européenne des droits de l’homme et le Conseil d’Etat anticipe ainsi un éventuel recours devant la Cour européenne des droits de l’homme en menant le débat sur un autre terrain que celui de la laïcité. On voit ainsi l’impact de l’européanisation des droits fondamentaux sur la laïcité comme spécificité française. Comme je l’ai expliqué dans l’article du 24 janvier, le recours devant la CEDH, qui reste le seul ouvert à présent, vu que le Conseil d’Etat a statué, devrait ne pas aboutir malgré sa décision favorable à un bouddhiste végétarien.

  3. Xtemps

    Maxime a raison, mais encore une fois de plus, c’est nos responsables qui minent tout et ne respectent pas la démocratie, ni la laïcité, ils font à leurs modes comme ils veulent, l’union européenne est une véritable tyrannie, une dictature pour tous les peuples européens, qui se voit, sans besoin de devoir le dire.
    Tous les peuples européens sont persécutés par la dictature union européenne.
    Ils mettent tous les peuples européens dans la merde et ruinés par l’excès d’immigration, sans compter les autres excès.
    D’après la constitution républicaine, c’est la séparation de l’église et de l’état, pour la France et le peuple français, pas pour les autres peuples, ni pour la religion des autres, autrement vous pensez bien que l’intégration à devenir français ne serait pas demandé.
    Et donc, il ne faut pas s’étonner de ne pas voir dans la constitution républicaine française, l’Islam inexistant, et pas de séparation de la mosquée et de l’état, et donc les musulmans sont inconnus dans la constitution française, mais aussi avec la démocratie, la laïcité et les droits de l’homme.
    Que même l’Union Européenne a reconnu l’incompatibilité des droits du Caire, qui n’est rien d’autre que la charia, et que les musulmans ne peuvent pas appliquer en Europe des droits de l’homme et ils ne peuvent rien réclamer à ce sujet.
    Nous avons même le droit de dire que nous sommes envahis par les musulmans et que nos dirigeants ne font rien contre l’invasion musulmane.
    Et donc les musulmans ne peuvent que se revendiquer que d’être seulement français, mais pas musulmans, ni la religion musulmane, c’est un blanc seing total.
    Qui tourne a notre avantage et montre bien l’escroquerie total de nos dirigeants et leurs tentative de nuire aux peuples européens.
    Et l’Union Européenne ne peut pas se revendiquer comme étant une démocratie, s’il se revendique au dessus du pouvoir des peuples sans être une dictature lui même.
    Le pouvoir du peuple est indépassable en démocratie et les élus du peuple n’en sont que les représentant et au service du peuple, et pas celui des autres, aussi non le peuple est dominé par une dictature.

  4. Collectif REC

    LA FRANCE N’EST PAS HALLAL !
    Commençons par interdir l’abattage rituel hallal ou casher et faisons de même avec les mammifères !
    Stop viande de mammifères !
    Urgence, changeons ce monde, lisez le livre interdit « Têtes à Flaques »;
    Politique, social, santé, éducation, religion, 650 pages pour vous prouver que tout est possible, pour le prix d’un paquet de cigarettes.
    En ligne sur :
    http://www.thebookedition.com/stats_banniere.php?action=clic&id=96895
    Ou tapez le titre dans la recherche. 
    (Ces 650 pages ne rapportent que 1€ à son auteur)
    Et 365 jours / an : http://collectif-rec.20minutes-blogs.fr

Comments are closed.