Le Qatar défend la liberté de la presse partout… sauf au Qatar !


Le Qatar défend la liberté de la presse partout… sauf au Qatar !

A mourir de rire le Qatar défend la presse libre ! Al Jazira, sa chaîne officielle, a toujours été favorable aux « printemps » arabes sauf…..au Qatar !

Cherchez l’erreur: Le Qatar sponsorise la presse libre
Ils osent tout… c’est même à ça qu’on les reconnaît, MédiasRéseau International

Le 5 février au Palais de l’UNESCO, l’élite mondiale de la presse va casser la croûte au frais de l’émir du Qatar
Discourir de la liberté des journaux et de ceux qui les font tout en étant nourri par un autocrate, c’est vraiment banqueter dans un monde idéal.
Bon appétit ô journalistes intègres.
A l’UNESCO, nul n’a vu malice dans le fait qu’Al Jazira, la télé haut-parleur du Qatar, offre un repas bien mérité aux confrères, après qu’ils aient transpiré et souffert pour sauver une noble cause : la liberté de la presse.
Dans le même esprit l’UNESCO devrait nous proposer bientôt un symposium de la liberté offert par le camp de Guantanamo, une réunion sur le journalisme libre pistonné par la Turquie, et la liste des oxymores peut être longue.
Oui à la Foi, oui, non à la Loi
Parlons de ce Qatar qui aime tant la liberté à Paris pour mieux la combattre à Doha. C’est un pays avec foi –le wahhabisme radical- mais sans lois, en tout cas dignes de ce nom, votées par une assemblée. Un pays sans presse libre, où ce qui est imprimé n’est que la feuille d’avis du palais. Sauf, révérence gardée, quand le livre sur l’islam de notre confrère Edwy Plenel y est diffusé en feuilleton.
Au risque de se répéter, faut-il rappeler que le poète Mohamed Al Ajami est cloîtré pour quinze années en prison, au prétexte qu’il a souhaité que le « printemps » soit une saison qui n’oublie pas de faire un tour par le Qatar. Le pays d’Al Jazira l’a d’abord condamné à mort avant que la sentence soit généreusement commuée. Rappelons que les maîtres de Doha avaient réussi la performance de traiter le printemps arabe en bon produit d’exportation pour les pays « frères » (Tunisie, Egypte, Libye), mais en poison pour leur propre régime.
Al Jazira synonyme de liberté !
Le mot chaîne lui va si bien à Al Jazira. N’est-ce pas sur son écran que l’on peut entendre le cheikh Qaradawi, grand prédicateur devant l’éternel, souhaiter « qu’Hitler revienne pour finir le travail ». Voilà une télé moderne, une télé qui a révélé son vrai visage lors des « printemps » de Tunisie, d’Egypte et de Libye. C’est alors que cette arme de presse a sorti son droit canon pour imposer dans ces trois pays « libérés » des gouvernements tenus par des frères wahhabites, pas vraiment hostiles au noble combat conduit par Daech et d’Al Nosra en Syrie.
Pour la toute petite histoire, au temps de ce chaos et dans le rêve de l’exporter en Algérie, sachez qu’Al Jazira a tourné en studio de fausses séquences « d’émeutes » censées se dérouler au pays de « Boutef », alias le président Bouteflika… Histoire d’allumer la mèche au pays de l’émir Abdelkader.
Mieux vaut en rire
Après un bon déjeuner offert par un despote, il est bon de rire et voici donc une blague, elle se déroule en Egypte après la tempête du « printemps ». Elle décrit une caricature publiée dans la presse du Caire. On voit une mère en colère et qui tire l’oreille de son fils :
Ali, tu sais où on met les petits menteurs ?
-Oui maman, à Al Jazira.
Jacques Marie Bourget
http://www.mondafrique.com/cherchez-lerreur-qatar-sponsorise-colloque-liberte-de-presse/

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Alain de Catalogne

Responsable Résistance républicaine Espagne


4 thoughts on “Le Qatar défend la liberté de la presse partout… sauf au Qatar !

  1. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Le Qatar finance aussi une fondation pour expliquer, à l’ensemble de la Planète, quelles sont les bonnes méthodes éducatives …

    On croit rêver : rien n’est jamais sorti de ces terres intellectuellement et culturellement stériles (si ce n’est la taqiya de Tariq Ramadan) et ils prétendent donner des leçons en matière d’éducation ….

    http://www.wise-qatar.org

  2. AvatarXtemps

    Si l’Islam est fasciste et criminel, qui pratique la takkia même entre eux, qui tue, qui massacre, pédophilie et viole du berceau jusqu’au linceul, même à 90 ans les femmes, et autres joyeusetés, Allah doit être pareil, un tyran, c’est normal que ces gens là sont des escrocs criminels tout comme.

  3. Avatargaudet jean michel

    Je ne me scandalise pas de voir les dirigeants du Qatar , engager ce genre d’initiative destinée à conforter leur image internationale et donc la solidité de leur régime . Ils sont bien sur des tyrans, et agissent en conséquence par pure calcul de tacticien , jouant de la veulerie et des fragilités d’autrui, comme toutes les dictatures de l’histoire ont pu le faire .

    Par contre je suis sidéré de voir l’élite de la presse mondiale se prêter de bonne grâce à ce genre de manipulation et de mascarade , feignant même d’ignorer qu’un de leur confrère est en train de croupir en prison pour avoir simplement déplu au régime .

    Ainsi donc ces journaleux huppés, sont capables de balancer leurs principes d’amour de la démocratie et de liberté de la presse, pour un bon diner luxueux et éventuellement bien arrosé, bien que cela soit contraire aux principes de l’islam fondamental ? Voilà donc un comportement bien méprisable et que doivent désapprouver leurs lecteurs fidéles , qui eux sont bien attachés aux principes de libertés essentielles !

    Ce seul fait lamentable nous permet de ruiner la réputation d’une bonne partie de la presse internationale ayant participé de bon gré ,à cette pantalonnade nullissime , digne d’une tyrannie liberticide, mais non pas d’hommes censés libres, et soucieux de protéger l’humanité de la violence intolérable de régimes despotiques et ignoblement brutaux !

  4. AvatarDorylée

    On va se flatter d’y être alors que d’autres non, on va se flagorner. Évidemment on va s’empiffrer et s’enivrer et peut-être même forniquer ; allez savoir, un émir ça peut tout. Même le pire !
    En remerciement, on va se décarcasser à l’avenir pour trouver mille excuses à ce bon émir ou bien on étouffera ses ignominies si on ne parvient pas à lui trouver d’excuse. Peut être rougira-t-on un peu mais un moment de honte est vite passé. Seule demeurera sur la cheminée la photo du journaliste serrant cordialement la main de cet immense personnage qatari. La Gloire Éternelle… Certes, la carte de presse en sortira un peu froissée mais, de nos jour, laquelle n’a pas besoin d’un bon coup de fer ?

Comments are closed.