Un policier allemand : « Nous avons ordre d’ignorer les crimes commis par les migrants »


Un policier allemand : « Nous avons ordre d’ignorer les crimes commis par les migrants »

Les terribles attaques et agressions sexuelles survenus à Cologne et dans d’autres villes d’Allemagne n’en finissent pas de secouer le pays. De plus en plus, de nouveaux délits sont mis en lumière.

 

Version originale

Hessen: Ein hochrangiger Polizeibeamter aus Frankfurt/M. erklärt BILD: „Bei Straftaten von Tatverdächtigen, die eine ausländische Nationalität haben und in einer Erstaufnahmeeinrichtung gemeldet sind, legen wir den Fall auf dem Schreibtisch sofort zur Seite.“

Der Beamte weiter: „Es gibt die strikte Anweisung der Behördenleitung, über Vergehen, die von Flüchtlingen begangen werden, nicht zu berichten. Nur direkte Anfragen von Medienvertretern zu solche Taten sollen beantwortet werden.“

Traduction :

Région du Hesse : Un policier haut gradé de Francfort explique au BILD :« Pour les délits commis par des criminels possédant une nationalité étrangère et qui sont enregistrés dans un centré de réfugiés, nous classons immédiatement le dossier sans suite ».

Le policier continue : « Il y a de strictes instructions venant de la hiérarchie pour ne pas reporter les crimes et délits perpétrés par les migrants. Seules des requêtes directes émises par des journalistes ou des médias peuvent être suivis d’effet ».

http://www.fdesouche.com/688521-un-policier-allemand-nous-avons-ordre-dignorer-les-crimes-commis-par-les-migrants

Source Das Bild

 

La manipulation et les mensonges à grande échelle pour endormir la méfiance du peuple un instant ébranlé par Cologne, c’est maintenant.

Cela confirme bien que des ordres ont été donnés pour que la police taise ce qui s’est passé le 31 décembre et peut-être même pour qu’elle n’intervienne pas.

Merkel aime tant ses petits réfugiés et déteste tant ses concitoyennes que les idées les plus folles ne paraissent plus absurdes. Merkel main  dans la main avec l’Etat Islamique pour que ses petits protégés se sentent bien, qu’il n’y ait pas d’attentat sur le sol allemand et pour obliger les Allemandes à respecter la charia ?

Fou. Sans doute. Mais on a compris qu’ils étaient capables de tout. De tout.




Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


7 thoughts on “Un policier allemand : « Nous avons ordre d’ignorer les crimes commis par les migrants »

  1. Agnes

    Si la police allemande reçoit des ordres d’ignorer les crimes commis par les migrants , cela signifie que le gouvernement allemand encourage le viol des femmes allemandes.
    Vu que le gouvernement français est vis à vis des migrants dans le même état d’esprit que le gouvernement allemand , on peut prévoir sans risque de se tromper qu’une vague de viols collectifs se prépare en France contre les Françaises avec la bénédiction des autorités . Depuis quelques jours, nous voyons les jeunes français ( adolescents et jeunes adultes) se déplacer de plus en plus en bandes de dix ( garçons et filles) afin de pouvoir se défendre et défendre les filles contre les hordes barbares. La jeunesse française et les femmes abandonnées par le pouvoir au viol et à l’extermination essaient avec l’énergie du désespoir de se protéger comme elles le peuvent.

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Un petit article sur nos jeunes se déplaçant en groupes ou incitant les jeunes à le faire ?

      1. Agnes

        À vrai dire, je n’ai vraiment observé cela que là où j’habite et ce, depuis les événements de Cologne. Je ne peux pas certifier qu’ailleurs ce soit identique. Il y a peut- être dans d’autres régions des lecteurs qui ont observé la même chose. Est-ce une réaction à court terme ou un pli qui sera pris pour longtemps ? Mystère …

  2. Louvois

    Maître Isengrin, vieux loup solitaire
    Des moutons de France, faisait son ordinaire.
    Le berger excédé sortit son escopette
    Et au creux d’un vallon coinça la grosse bête.
    Hurlant de rage non contenue :
    « De plombs je vais te farcir le c.l ! »

    Les archers du roi sur les lieux appelés
    Ne tardèrent pas à héler le berger :
    « Que fit donc cette bête pour mériter ce châtiment ? »
    Sur de son bon droit, le berger répondit benoitement :
    « Je m’en vais de ce pas transformer en pelisse
    Cet animal cruel qui croqua mes brebisses ! »
    « Maraud, faquin, halte là !
    « Ne sais tu pas, que les loups ont des droits ? »
    « Les loups… Des droits ? » Balbutia le berger
    Calmé, voyant du bonhomme, la bonne foi
    L’archer du roi doctement expliqua :
    « Bobo Premier, notre roi bien aimé
    L’état de droit, hier, a proclamé.
    Dorénavant, toute bête aura droit à être jugée
    Devant le tribunal, elle pourra s’expliquer.
    Conséquemment, ce loup est déclaré innocent
    Jusqu’à ce que le juge en décide autrement !
    Ca s’appelle, bougre de gueux, présomption d’innocence
    Et peu me chaut ce que tu en penses ! »
    A ces mots, le pâtre, déboussolé, ne put que dire :
    « Et que deviennent mes moutons morts, Messire ? »
    « Bobo Premier, notre roi bien aimé,
    Sur ce sujet ne s’est point encore penché,
    Mais sache, tout à fait entre nous,
    Que tes moutons morts, tout le monde s’en fout ! ».

    Isengrin, le vieux loup ricanant
    En liberté, fut remis sur le champ.
    Au tribunal dument convoqué
    A une date, encore, non décidée.

    Un loup reste un loup, le créateur le fit carnassier
    En attente du jugement, allons, qu’allait-t-il donc manger ?

    Le berger et les moutons allaient vite comprendre
    Que de Bobo Premier il ne fallait rien attendre,
    Aux dépends des moutons, le loup s’empiffra
    Et, ce qui devait arriver, arriva.
    D’une volée de plombs vengeurs
    Le berger ‘’escopétisa’’ le tueur.

    Les archers du roi sur les lieux appelés
    Ne tardèrent pas à héler le berger.
    « Es-tu magistrat pour déterminer une culpabilité ? »
    « Que nenni, messire l’archer »
    « Es-tu juge, pour décider d’une peine ? »
    « Non point, mon vieil Arsène »
    « Es-tu bourreau pour appliquer une sentence ? »
    « Je ne suis qu’un gueux qui peine pour sa pitance,
    Rien qu’un pauvre, un simple berger
    Qu’un méchant loup allait ruiner ! »

    Au château, chargé de chaînes, le berger fut amené.
    Bobo Premier, dans un cul de basse fosse le fit jeter.
    Aux dernières nouvelles, il y serait encore,
    Oublié de tous ; à moins qu’il y soit mort…

    Moralité :
    Si un loup s’attaque à vos proches, à vos biens…
    Appeler le guet, crier « au loup ! » ne sert à rien.
    Mieux vaut, discrètement, massacrer la fripouille
    Et aux cochons en donner la dépouille…

  3. catou29

    Louvois, j’admire et ne peux qu’être d’accord avec ce que ma foi vous dites
    si « bêlement » (si bellement bien sur!) Merci pour ce beau poème qu’il faudrait je pense envoyer en urgence à monsieur « bobo premier ».

  4. xrayzoulou

    Superbe cette fable !
    Mais qu’on le veuille (qu’ils le veuillent ou non), tout fini par transpirer ! Je souhaite que Merkel soit la proie d’une bande de barbare. Mais cela ne risque pas de lui arriver, elle a toujours son escorte !!!
    En ce qui concerne la France je leur donnerai bien en pâture tout le gouvernement pour qu’ils (elles) voient ce que cela fait…… Après tout ils le méritent bien.

Comments are closed.