51,5% des policiers et militaires voteraient pour le FN


51,5% des policiers et militaires voteraient pour le FN

Qui cela étonnera-t-il ? 51,5 % des policiers et militaires en faveur du Front National, et encore le sondage a été fait avant les élections régionales ! Qu ‘en est-il maintenant ?
Pour nous patriotes, c’est on ne peut plus logique, heureusement même, nous sommes encore en majorité dans la police et dans l’armée, ce qui est rassurant pour 2017, si Marine Le Pen passe, toutes les forces de l’ordre feront leur devoir et protégeront la démocratie, au cas où de mauvaises idées viendraient à la majorité sortante !!!!

Le vote FN explose chez les policiers et les militaires

Selon une étude réalisée à la veille des élections régionales, le vote pour le Front national s’est enraciné dans la fonction publique. Concernant les policiers et les militaires, les intentions de vote pour le parti de Marine Le Pen atteignaient 51,5 %.(…)

Jusqu’alors la fonction publique semblait résister à la déferlante du vote frontiste. Les digues semblent désormais rompues menée à la veille des élections régionales. 

 Le parti de Marine Le Pen a battu son record de voix lors des élections régionales en décembre. 

Selon une étude réalisée à la veille des élections régionales, le vote pour le Front national s’est enraciné dans la fonction publique. Concernant les policiers et les militaires, les intentions de vote pour le parti de Marine Le Pen atteignaient 51,5 %.
Jusqu’alors la fonction publique semblait résister à la déferlante du vote frontiste. Les digues semblent désormais rompues selon une enquête du centre de recherche de Sciences Po, le Cevipof, menée à la veille des élections régionales. Une élection qui a vu un nombre record de voix se diriger vers les listes du FN.
Alors que moins de 20% des salariés de la fonction publique ont voté Front national lors de l’élection présidentielle de 2012, près d’un fonctionnaire sur quatre (24,6%) avait l’intention de voter pour les listes du parti d’extrême droite au premier tour des élections régionales de décembre dernier . Un score qui se rapproche de la moyenne nationale (27,3%).
« Le Front national attire les suffrages de l’ensemble des fonctionnaires, qu’ils soient agents de l’État, des collectivités locales ou des établissements hospitaliers. La différence observable jusqu’ici entre les salariés du public et les salariés du privé s’estompe sérieusement, analyse le rapport du Cevipof, ce qui conduit à relativiser l’argument selon lequel le vote FN serait la marque politique des salariés précaires ou en danger de perdre leur emploi comme des personnes peu diplômées. »
Au sein de la fonction publique, la ligne de fracture se situe entre les fonctionnaires de catégorie C qui se tournent beaucoup plus vers le FN que les catégories A. Dans la fonction publique d’Etat, par exemple, où il culmine à 33,6% pour les catégories C contre 12% chez les catégories A.
51,5% des policiers et militaires pour le FN
Parmi les progressions notables, plus de la moitié (51,5%) des policiers et des militaires interrogés annonçaient s’apprêter à choisir le Front national alors qu’il n’était « que » de 30% en 2012. La fonction publique hospitalière voit elle aussi le vote frontiste progresser fortement dans ses rangs : il passe de 19 à 26%.
Population traditionnellement rétive, les professeurs des écoles (9,8%) et les enseignants du second degré (9,2%) résistent encore à la poussée du FN mais ce dernier augmente sensiblement et flirte désormais avec la barre des 10%. Ils avaient respectivement voté à 6 et 5% en 2012.
Les fonctionnaires face aux « demandes communautaires »
Pour Luc Rouban, directeur de recherche au CNRS et auteur du rapport du Cevipof, « les nouveaux électeurs viennent pour l’essentiel de la droite » avec, notamment, une grande part de votant ayant voté pour Nicolas Sarkozy en 2012. Même si environ 10% des fonctionnaires ayant voté François Hollande affirment désormais se tourner vers le FN.
Parmi les explications à cette progression, Luc Rouban note «  l’offre politique du FN qui défend désormais les services publics, tournant le dos à son ancien discours poujadiste. » Mais également « le gel du point d’indice et la réduction régulière des effectifs, notamment dans la FPE, ont créé des tensions fortes à l’égard d’un gouvernement de gauche » ou le ressenti d’une grande partie des fonctionnaires qui « souffrent du décalage entre les discours sur la République et la laïcité et les pratiques du terrain où les demandes communautaires se multiplient. »

http://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/021606314542-le-vote-fn-explose-chez-les-policiers-et-les-militaires-1190845.php?edXI97gmcR2Q2ZXM.99

Note de Christine Tasin

On notera avec agacement voire colère, mais sans surprise, les explications données à ces changements de vote. Le niveau d’étude plus bas, qui voudrait que l’électeur du FN soit un bas du front, la baisse du pouvoir d’achat, et enfin, avec la langue de bois, le « décalage entre les discours et le terrain ».

Tu l’as dit, bouffi. Est-ce un hasard si la police et le personnel hospitalier, en première ligne, et c’est peu de le dire, au quotidien, voient, comprennent et subissent l’horreur du grand remplacement et de l’imposition de la charia ? Même les enseignants s’y mettent peu à peu, c’est dire… Il faut avouer que le passage obligé à Créteil ouvre les yeux  des jeunes professeurs, et quand on a les deux pieds dans la merde, l’idéologie trouve ses limites.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Alain de Catalogne

Responsable Résistance républicaine Espagne


17 thoughts on “51,5% des policiers et militaires voteraient pour le FN

  1. AvatarPUGNACITÉ

    Au vu de ce qu’ils subissent au quotidien,je suis quelque peu surprise qu’il n’y ait pas 80 pour cent de patriotes policiers qui votent FN.
    À mon sens le résultat énoncé est inquiétant..

  2. Avatarmaury

    Déjà en 1990 ? N’en déplaisent à certaines portes et fenêtres ouvertes à tous vents !!!

    … En 1990,dans son livre « que survive la France », Mr Poniatowski (ancien ministre) écrivait ces lignes… Lisez bien attentivement . . . ..

    > > « Son âme, la France est en train de la perdre, non seulement à cause de la mondialisation, mais aussi, et surtout, à cause de la société à la fois pluri-ethnique et pluri-culturelle que l’on s’acharne avec de fausses idées et de vrais mensonges, à lui imposer. Si cet essai a permis à quelques-uns de mesurer devant quels périls nous nous trouvons placés, il aura déjà atteint son but. (…) Ces pages peuvent apparaître cruelles. Mais elles correspondent à un sentiment très profond. Le moment est venu de traiter énergiquement le problème de l’immigration africaine et notamment musulmane. Si tel n’est pas le cas, la France aura deux visages : celui du «cher et vieux pays» et celui du campement avancé du tiers monde africain. Si nous désirons voir les choses dégénérer ainsi, il suffit de leur laisser suivre leur cours. Le campement africain toujours plus grand, plus vaste, plus illégal, grignotera d’abord, puis rongera, avant de faire disparaître tout entier le cher vieux pays, dont la défaite sera annoncée du haut des minarets de nos nombreuses mosquées. Nos temps sont assez graves pour ne pas faire appel à de médiocres facilités politiciennes. Nous allons vers des Saint-Barthélemy si l’immigration africaine n’est pas strictement contrôlée, limitée, réduite et expurgée de ses éléments négatifs et dangereux, si un effort d’intégration ne vient pas aussi compléter cette nécessaire répression. Les mesures à prendre sont sévères et il ne faudra pas que le vieux pays frémisse de réprobation chaque fois qu’un charter rapatriera des envahisseurs illégaux. Il faut donc ainsi que ce cher vieux pays restitue à l’état sa place normale. Les libéraux l’ont affaibli, les socialistes l’ont détruit.  » Où sont les grandes tâches dévolues à l’État ? La Justice, l’Armée, l’Éducation nationale, la Sécurité, la Police, notre place en Europe ? En miettes. La France est à l’abandon, est en décomposition à travers le monde. Sa recomposition est dans un retour énergique à l’unité et à la cohérence, et de la Nation et de l’État. »

  3. AvatarAetius

    Depuis plusieurs années, je me rendais compte que ça n’allait pas dans la police et dans l’armée.
    Ces chiffres, 51,5 % de policiers et militaires qui VOTERAIENT Front National (on parle bien au conditionnel…), me confortent dans mes inquiétudes.
    Que même dans un milieu en théorie attaché à la patrie et à l’ordre, il ne se trouve encore qu’une moitié pour voir clair, après quarante d’un véritable affaissement national, excusez-moi mais c’est désespérant…
    Et cela confirme ce que j’ai affirmé à plusieurs reprises sur ce blog : on ne pourra pas compter sur une aide efficace de la police et de l’armée.

    1. Avatarmarco13

      Exact!
      Il faut aussi savoir qu’il y a de plus en plus de jeunes d’origine musulmane dans les rangs de l’armée et de la police. Ceci expliquant cela.

      Le jour ou le vrai chaos s’installera, ces gars là ne feront pas de zèle.
      Comment réagiront ils? Sur qui tireront ils? L’avenir nous le dira.

  4. AvatarAetius

    Une de mes amies appelle les Français des « mougeons », contraction de MOUTON et PIGEON… ce terme peut donc s’appliquer à la moitié de nos militaires et policiers.

  5. AvatarChristian

    Le jours ou sa va péter, nous aurons en face de nous, les musuls, les jeunes islamobobos, et…..les militaires et les flics. Pas sur que l’on remporte la victoire.

      1. Avataraziliz

        II n’est que de voir la prise position de M. Jallamion … Et aussi ceux de Calais et tous ceux envoyés dans les quartiers dits « sensibles ». Allez à Lille, Roubaix, Tourcoing … Ils en ont assez de se faire « caillasser tout comme les pompiers.

      2. AvatarAlain de Catalogne

        Oui je suis de votre avis Christine, 51,5% c’est une belle progression par rapport à quelques mois avant, il faut aussi penser aux « abstentionnistes » ceux qui n’ont pas d’idées mais qui en cas de coup dur suivront les plus déterminés, et puis comme vous dites la situation évolue très vite, quand nous serons devant un affrontement dur avec armes : il faudra choisir un camp ! J’aimerai avoir l’avis de nos camarades ex militaires comme Philippe le Routier et Para sur leur sentiment quant à la fidélité des forces de l’ordre et surtout de l’armée , qu’ils fréquentent encore

  6. Avatarhathoriti

    J’espère que ça évolue très vite ! parce que, je suis de l’avis de Pugnacité et des autres commentateurs, 51,50%, c’est pas assez ! Ils devraient voter à 90% pour le F.N !

  7. Avatargillic

    Il y a donc 48,5 % de militaires et de policiers qui sont masos et qui croient aux chances pour la France et à ceux qui les soutiennent !!
    Le tableau n’est pas très optimiste …..

  8. AvatarPatriote

    Le chiffre de 51,5% est très en dessous de la réalité . Quand a Mr Poniatowski il avait tout compris , il n’était sûrement pas le seul .

  9. AvatarAetius

    Vincent Vauclin, leader du mouvement La France Dissidente, a diffusé dans les milieux de l’Armée un libelle intitulé « Putsch » appelant les militaires à l’insurrection future aux côtés des patriotes. Il s’est fait traiter de charlot.
    Des commentateurs disent « ça évolue vite ». Sur la base de quoi affirment-ils cela ?
    Moi, je vois ce que je vois et je sais que les officiers, surtout les officiers généraux, sont majoritairement hostiles au FN, tandis que la base, les MDR, est de plus en plus gangrénée par les recrues issues de l’immigration que le gouvernement va chercher dans les cités.
    A l’époque de la guerre d’Algérie, le mouvement insurrectionnel pour l’Algérie française a été très peu suivi. Le colonel Antoine Argoud s’en est plaint amèrement dans ses mémoires. Il faudrait les lire. Ce serait le même attentisme demain, même si les troubles avaient lieu en France.
    Quant à la gendarmerie, c’est plié et emballé. Elle se targue d’être le dernier rempart de la république et du gouvernement, alors…
    Une fois de plus, je vous le répète : arrêtez de rêver et arrêtez de croire que l’armée ou la Russie vont venir vous sauver. Ne comptez que sur vous-mêmes et dépêchez-vous de prendre les choses en mains !

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Nous avons déjà dit ici à maintes reprises que l’armée n’interviendra pas tant que le peuple ne sera pas entré en insurrection elle n’en a pas le droit

      1. AvatarAetius

        Ce n’est pas mon propos. Ce que je dis, c’est que l’armée n’interviendra pas même après que le peuple soit entré en insurrection – ou alors peut-être contre lui, comme le fera la gendarmerie.

Comments are closed.