Que j’aime Cornillon-Confoux, son maire et sa gazette anti-migrants !


Que j’aime Cornillon-Confoux, son maire et sa gazette anti-migrants !

Cornillon-Confoux, c’est près de Salon de Provence et du Pont du Gard. C’ est un village qui a été construit il y a très longtemps.Il est perché sur une colline rocheuse et domine toute la région avec un magnifique panorama sur au moins 300°.Il est perché parce qu’à l’époque (déjà) on ne voulait pas se laisser envahir par des barbares venus d’ ailleurs.On défendait sa terre !

A côté de sa très vieille église agrandie se trouve une très rare statue (il en existe seulement 39 dans le monde, dont 20 pour la France), celle d’une vierge enceinte datant de 1865 et, sur sa fontaine, trône une Marianne. On peut aussi admirer sur la place la Victoire d’Ikaria, statue en bronze offerte par le sculpteur polonais Igor MITORAJ en 2007 pour remercier le village de son accueil.

Sur la place de l’église, une statue en bronze du sculpteur polonais, Igor MITORAJ. Elle est intitulée IKARIA et représente la Victoire. Elle s’inspire de la mythologie grecque et représente un travail poétique sur l’héritage de nos origines gréco-latines. Cette sculpture a été réalisée par l’artiste en 2001, et offerte à la commune en remerciement de son accueil.
L’artiste a souhaité qu’elle soit dressée sur la place de l’église pour parachever une image, celle des « 3 femmes de Cornillon » : la Vierge Marie, la Marianne au-dessus de la fontaine, et la Victoire d’Ikaria. Source

vierge_enceinte-cornillonfontaine.cornillon jpgvictoire-ikaria-Cornillon statue (3)

 

Aujourd’hui comme hier Cornillon défend et cultive nos origines gréco-romaines et chrétiennes, tout en gardant son âme de village français provençal, même s’il est vrai que les accents provençaux ont été un petit peu remplacés par des accents plus « pointus ». Les Français migrent souvent pour s’ installer au soleil.

Quant au maire du village, c’est un digne héritier de Pagnol,  amoureux de sa terre et ne mâchant pas ses mots.
Je vous invite à déguster l’édito de la gazette du village parue après les attentats du 13 novembre. 
C’est du nanan…
Chères Cornillonnaises, chers Cornillonnais,
L’épouvantable tragédie du 13 novembre nous a tous glacés d’effroi. Tant de vies fauchées au cri d’ « Allah Akbar » nous obligent à sortir de notre léthargie pour prendre en considération la réalité : une organisation terroriste qui se revendique comme « Etat islamique », que les biens pensants de notre pays nomment pudiquement « DAESH » a pour objectif de nous exterminer. Appelons un chat, un chat ! Obligeons nos politiques à prendre les mesures nécessaires pour endiguer ce fléau, s’il est encore temps…
Pour nous relever, nous nous appuierons sur nos racines, notre histoire, notre héritage culturel… notre civilisation. Le peuple français a déjà montré dans le passé qu’il est capable de résister à la barbarie et à la peur. Mais la force d’âme des Français, l’unité nationale si souvent évoquée et les bons sentiments ne peuvent pas tout ! Au-delà de la lutte directe pour anéantir l’Etat islamique et ses émanations, ennemi de la France et de toute « civilisation », il faut que la France se donne les moyens de reprendre les territoires perdus de la Nation. Nombre de «fous» sont parmi nous! Il faut en finir avec la culpabilisation mortifère, reconstruire une école républicaine saccagée par un demisiècle de réformes démagogiques, maîtriser les flux migratoires, endiguer la montée de l’intégrisme religieux par des mesures concrètes et impitoyables, arrêter de « reporter » cette « guerre », mais la « remporter » !
L’espoir est que ce 13 novembre nous ait enfin ouvert les yeux. Chacun de nous aura compris qu’être unis et indivisibles est une force. Les valeurs prônées par la République ont inscrit ce principe dans l’histoire. Ces évènements nous renvoient à y réfléchir, tant sur un plan national, local que personnel. Je ne peux que penser à notre petite communauté en disant cela, à ses divisions « pagnolesques » incontournables et récurrentes… mais qui finalement nous divisent… Diviser pour le plaisir de diviser… cela ne peut plus être d’actualité… Soyons factuels et voyons la réalité des choses, tout simplement en regardant notre village évoluer, dans l’espace et dans le temps… Tout ce qui se voit… et aussi tout ce qui ne se voit pas. C’est l’objet de cette gazette, nous vous y exposons nos réalisations qui « ne se voient pas» mais qui sont tout aussi essentielles à notre qualité de vie. Pour terminer, j’ai le plaisir de vous inviter à notre prochaine rencontre, il s’agira de la cérémonie des vœux pour l’année 2016, le vendredi 29 janvier 2016 à 18h30 à l’Espace Pièle. D’ici là, toute mon équipe se joint à moi pour vous souhaiter de bonnes fêtes et un joyeux Noël.
Daniel Gagnon Maire de Cornillon-Confoux Vice Président de Ouest Provence
 Est-ce  grâce à ce maire que la gazette, comme le village,  fleure encore bon la France, dans les manifestations proposées, dans les noms et photos des différents citoyens cités ici ou là, notamment dans les dernières pages  ?
cornillon_Affiche_marche_de_noel_-2015
Une exception, Cornillon ? Non, un miracle…
 D’ailleurs, dans les exceptions françaises on notera que Cornillon fait partie des 188 communes françaises (sur 36700) qui ne sont pas endettées.
Faut-il y voir un lien avec le fait que le village est resté majoritairement gaulois et que l’on y travaille plus que l’on ne profite du système ?   D’ailleurs, le village toujours propre, en constant embellissement, avec très peu de vandalisme…
On ne peut que partager l’inquiétude de son maire quant à l’avenir :
Au 1er juillet 2015, la commune de Cornillon est entrée dans le club très fermé des communes qui n’ont aucune dette (sur 36700 communes françaises, seules 188 sont dans ce cas). Il y a maintenant 14 ans lorsque j’ai été élu maire de Cornillon-Confoux, les précédentes équipes municipales avaient contracté quatre prêts auprès de différents organismes bancaires. Les remboursements représentaient 80 % de l’excédent du budget de fonctionnement de la commune. L’excédent du budget de fonctionnement se constitue de l’argent qu’il reste après les dépenses incontournables (salaires, taxes, impôts, fluides, ordures ménagères, etc.) et permet l’investissement. Cette façon de gérer n’est en soi pas condamnable, mais ne me permettait pas de dégager suffisamment d’argent pour faire tout ce que nous avons fait en quatorze ans (une nouvelle école, une médiathèque, des kilomètres de réseau d’eau et d’assainissement, des kilomètres de voiries nouvelles, de réseau pluvial, de nouveaux WC publics, de nouveaux services publics -poste communale notamment, des garages municipaux, d’acheter des véhicules utilitaires, de créer une nouvelle station d’épuration aux Grandes Bastides ainsi que trois autres stations de relevage des eaux usées, etc. Il nous a donc fallu, tout en continuant à rembourser ces dettes, trouver d’autres modes de financement que le budget municipal. Nous avons réussi et cela sans jamais emprunter. Ce qui fait qu’à ce jour, la commune n’a aucune dette. C’est avec une grande inquiétude qu’aujourd’hui, grâce à la politique de Messieurs Hollande et Valls, nous allons livrer notre commune, rénovée, moderne, sans dette, à la fiscalité très basse, à la métropole Aix-Marseille Provence. Ce transfert va forcément se traduire et se traduit déjà, par des augmentations métropolitaines répercutées sur vos feuilles d’impôts. Ce n’est pas sans amertume que je fais ce constat mais, bien entendu, nous respecterons la loi et nous allons donc nous dissoudre dans cette « monstropole » pensée et mise en place par des irresponsables. Revenons à plus de bonheur et de joie pour féliciter tous les intervenants, Office de Tourisme, associations, bénévoles, employés municipaux, étudiants, stagiaires, qui ont fait le bel été de cette année : fête du rosé, fête des écoles, festivités, stage de musique classique dans l’école, sport golf, centre de loisirs ; tel notre beau feu d’artifice, Cornillon a brillé de tous ses éclats. En point d’orgue, l’une des premières visites effectuées dans le département par la nouvelle Présidente du Conseil Départemental, Mme Martine Vassal, qui a tenu à venir constater et encourager tout le travail qui a été fait à Cornillon. Au cours de son allocution, elle a précisé qu’elle soutiendrait, dans la mesure de ses possibilités, les dossiers pertinents que la commune lui présenterait. Elle m’a aussi adressé un message très amical : nos carrières professionnelles se sont croisées dans les années 1990 et nous partageons les mêmes façons de travailler. Quatorze maires étaient également présents dont certains pour la première fois à Cornillon. Leurs réactions positives face à ce qu’ils ont découvert lors de la visite du village ne peuvent que m’encourager à continuer dans ce sens. Dans l’immédiat : nous allons commencer d’ici la fin de l’année, les travaux de construction d’un nouveau lieu de vie dont vous nous présentons le projet dans cette gazette. Ce lieu de vie accueillera une épicerie générale, salon de thé, glacier, café, snack, petite restauration dans un espace convivial, facile d’accès et attractif, ainsi qu’un nouveau logement. Un investissement de 580 000e€ financés par le Conseil départemental, l’Etat, le FISAC et la commune, grâce à la vente d’un terrain communal, qui n’aura pas de conséquence sur vos impôts. La prochaine gazette sera un numéro spécial « eau et assainissement » afin que les Cornillonnais soient informés sur tout ce qui est fait mais qui ne se voit pas, sur les réalisations de ces dernières années et surtout sur ce que nous allons faire dans les trois ou quatre ans à venir. Chers Cornillonnais, je vous souhaite une bonne rentrée, en espérant que vous avez passé d’excellentes vacances et vous remercie de toute l’attention que vous portez à la vie de notre commune.
Bien cordialement
Daniel Gagnon Maire de Cornillon-Confoux Vice Président du SAN Ouest Provence
 Alors, amis patriotes, pensez à encourager un tel maire, un tel village, d’abord en envoyant des petits mots de félicitations à Monsieur le Maire, ensuite en privilégiant Cornillon pour vos week-ends et vacances, que la manne touristique vienne leur donner les moyens de leurs idéaux…
Mairie  de Cornillon, Place Bruno Carsignol  13250 Cornillon Confoux
Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


12 thoughts on “Que j’aime Cornillon-Confoux, son maire et sa gazette anti-migrants !

  1. AvatarPatriote

    Je suis de la région et il est vrai qu’il reste quelques communes ou il fait bon vivre grâce a la bonne et sage gestion de leurs maires , d’ailleurs pas mal de « politiciens  » de renom devraient en tirer exemple . Pour l’instant ces maires peuvent encore gérer a leur façon , qui est la bonne , mais ce sera bientôt fini .
    La mise en place de la métropole Aix – Marseille va changer tout ça , la majorité des maires est d’ailleurs contre et l’a fait savoir a maintes reprises , mais là comme ailleurs cette décision a été imposée . D’après ce que j’ai compris les maires de toutes les communes englobées dans cette métropole vont perdre beaucoup de compétences et le pouvoir de décision qui en découle , c’est cela qui est très dangereux . C’est inquiétant au vu de ce qu’est devenu Marseille et ses alentours , bétonnage a outrance , quartiers pourris par la délinquance , saleté , scandales tels que celui de la rocade L 2 toujours en travaux depuis des années , le budget initial englouti plusieurs fois etc …. Sans compter qu’il va en découler la création de nombreux postes totalement inutiles et fort bien rémunérés , il y a déja beaucoup de monde dans les starting-block , et oui le fric !…
    Ces dernières années , les impôts locaux ont explosés a Marseille , pour exemple un ami retraité et locataire en HLM dans un quartier vraiment pas engageant paye 1200 euros !! Alors avec la métropole ….ça va être un carnage !! Et le peu de collines qu’il reste vont être couvertes de constructions et de routes car les permis de construire vont pleuvoir , le maire de ma commune se bat d’ailleurs depuis des années contre la construction d’une route traversant le massif de l’ Etoile , un site magnifique , et bien il n’aura plus son mot a dire . On ose appeler ça le progrès !

  2. AvatarXtemps

    Vous voyez bien qu’il y a encore des villages gaulois qui résistent à l’occupant.
    Vous avez bien raison Madame Tasin, amis résistants n’ encouragez que les Maire qui respectent et aiment la France et les français et les traditions bien françaises, est une des façons de faire de la résistance contre ceux qui n’ont que de la haine contre nos peuples européens.
    Le multiculturel et le métissage raciste imposés de force, c’est comme le mariage forcé, le bonheur cela ne s’impose pas et n’a jamais fait le bonheur de personne.
    Ici c’est l’Occident, civilisation Judéo-Chrétienne, pas l’Islam!, dehors!, nous sommes en rupture total avec l’ état totalitaire de Bruxelles, et il faut oser le dire: non à la dictature fasciste de l’union européenne, vive la liberté et vive l’indépendance.

  3. Avatarozone

    Avec la « métropôle » il va vite se retrouver visé,son conseil municipal ne sera plus qu’un décors sinistre en mémoire des communes déstinées a disparaitre d’ici cinq ans

  4. AvatarBética Dominique

    Bravo pour Cornillon. Originaire de région, je viens souvent voir la famille sur Miramas, commune voisine. Voisine mais quel monde les sépare ! Demeurent encore quelques îlots, comme le Vieux Miramas ou Saint-Chamas et encore ! Le processus y est déjà entamé. L’on ne sait pas comment cela finira, J’ai passé un Noël très sympathique, il y a trois ans, à Cornillon. Comme tous les habitants de ces lieux, l’on voit petit à petit ou plutôt à grand pas, tout changer. Comment voir l’avenir radieux ? Lorsque l’on regarde le passé, le pays et la civilisation s’en sont sortis, certes, mais ils étaient alors dirigés par des élites qui invitaient à résister et à se battre. Aujourd’hui, ce sont elles qui nous coulent et nous salissent. Dire qu’elles nous mettent sur le trottoir comme des putains, c’est être encore en deçà de leur trahison. La République au Village sera bientôt assassinée, une nouvelle fois, mais là, rien à voir avec 1848-1851. Et qui peut dire que nous nous en relèverons. J’ai peut-être ce soir l’âme trop lucide pour afficher un optimisme militant de façade. Ce n’est pas manquer de courage d’avouer que l’on a peur. Il faudra se battre et j’ai tout simplement peur.

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Merci Dominique pour ce témoignage sur Cormillon ; quant à la peur, elle est légitime puisque la perspective d’une guerre n’a rien de rassurant

  5. Avatarbonchar

    bravo a vous monsieur le maire que la force soit avec vous,et a tous vos administrés que dieu vous garde

  6. hoplitehoplite

    Quelles sont les conditions pour émigrer vers Cornillon? Faut-il un faux passeport syrien ou un vrai passeport Français suffit-il?

    Si une centaines de maires de France de cette trempe formaient une association, je pense que cela ferait un bon bras de levier pour virer le dhimmi Baroin.

  7. AvatarLéopolda

    Dommage qu’il n’y ai pas de potion magique dans ce petit village de Gaule, cela aiderait bien!!!
    Bravo à Daniel GAGNON.

Comments are closed.