Fils de « raciste », je suis un « raciste » et je soutiens un peuple « raciste »


Fils de « raciste », je suis un « raciste » et je soutiens un peuple « raciste »

A propos de ce qui s’est passé en Corse, j’aimerais faire une petite mise au point destinée à l’un des commentateurs, Invite2018.

Invite, vous avez du mot « racisme » une définition très élargie qui n’est pas la mienne. je ne vois pas en quoi « à bas l’islam » ne serait pas « raciste » à vos yeux, et « Arabi fora » le serait.  N’est-ce pas vous qui justement êtes en train de jouer sur les mots ?
Quant à « cautionner », tel n’était pas mon propos, ni caution ni condamnation, juste une tentative d’explication, comme vous le remarquez vous-même.
Et je crois que vous ne comprenez pas (n’essayez pas de comprendre) ce qui s’est passé en Corse, tout à votre volonté de classer, de séparer les « bons » et les « mauvais ». Moi j’affirme qu’une violence a été faite aux Corses, et qu’ils ont réagi en peuple fier de son histoire, la violence faisant partie de cette histoire. Condamnez tant que vous voudrez, mais toute résistance est faite de violence : violence qui se retourne contre une situation d’injustice ou de violence première.

On ne se réveille pas un matin en se disant: tiens, aujourd’hui je suis en forme, je vais résister. On résiste à quelque chose, contre quelque chose, et ce quelque chose on le définit, même si les mots paraissent mal choisis aux beaux esprits bien pensants. Mon père, lui, résistait « aux Allemands », alors que le peuple allemand, n’est-ce pas, ne pouvait pas être traité de « boche » sauf par des « racistes », selon votre vision du monde.

Donc fils de « raciste » selon votre façon de penser et de classifier, je suis moi-même un « raciste » et je soutiens un peuple « raciste » : si ça vous fait plaisir de penser le monde ainsi, dites-vous bien que ça ne me dérange pas le moins du monde. Comme disait en substance Baudelaire: être pris pour un imbécile par un crétin, c’est un plaisir d’esthète.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




12 thoughts on “Fils de « raciste », je suis un « raciste » et je soutiens un peuple « raciste »

  1. Avatarcatou29

    Petite « passe d’armes » chacun a le droit de dire ce qu’il pense cependant il est inutile de jouer au juge… ce sont toujours les « bien-pensants » qui croient détenir la vérité !!! mais NON contrairement à ce que vous croyez vous n’êtes pas « la vérité »!

    1. AvatarRenoir

      Ni mon interlocuteur ni moi-même n’avons parlé de « vérité », je ne vois donc pas à qui s’adresse cette remarque. Quant à l’emploi du mot « racisme » il doit continuer à faire l’objet de discussions et de débats, là était l’essentiel de notre propos.

  2. AvatarXtemps

    Le racisme n’existe pas quand défend son pays contre une invasion, demandez aux envahisseurs si nous pouvons traiter de raciste dans leur pays aussi.
    Les pays qui avaient été colonisé dans le passé, étaient-ils racistes aussi contre les colonisateurs, soit ils étaient des indépendantistes ou des racistes.
    Le racisme n’est qu’un prétexte malhonnête de la part de ceux qui veulent s’imposer chez nous, un peuple n’est pas obligé d’accepter d’être envahis par d’autres et on envahis pas un peuple par respect, çà n’existe pas.
    Et pour nos biens pensants, ils ne sont que des dictateurs haineux malhonnêtes qui imposent de force contre la volonté du peuple, pas des démocrates, les vrais démocrates aiment leur peuple et le racisme est bien pratique pour les dictatures.
    Surtout ne vous culpabilisez pas pour des insultes que vous ne méritez pas, comme disait l’ex- soviétique Vladimir Boukovsky :  » j’ai vécu dans votre future, vous n’avez rien fait et vous n’avez rien demandez  » lui aussi avait vécu les mêmes choses que nous en ce moment.
    Dite simple que le racisme n’existe pas, que vous êtes chez vous, que vous n’avez rien demandé et rien fait, qu’ils n’accepteraient pas la même chose dans leurs pays d’origines.

  3. AvatarWalker Fiamma Corsa

    Merci à Renoir

    Je n’ ai même pas essayé de lui expliquer. A quoi bon…
    Certains n’ ont toujours pas compris que ce n’ est pas en mettant des gants avec les musulmans qu’ on va s’ en débarrasser !

  4. AvatarInvite2018

    1/

    Le terme « Arabi foria » signifie « Dehors les Arabes », ce qui vise arbitrairement des gens en fonction, non pas de ce qu’ils font, mais de la ladite « ethnie » à laquelle chacun parmi eux appartient, tandis que « À bas l’islam » ne vise pas des personnes mais simplement une religion.

    C’est en raison de cela que le premier terme est raciste et que le second ne l’est aucunement.

    2/

    Je signale que je n’ai pas condamné ce que les Corses dont il est question ont fait, dans la mesure où je ne sais ni s’il y a eu légitime défense ou non, ni en fonction de quoi les manifestants ont choisi à qui et à quoi s’en prendre, ni vraiment comment se sont déroulés les incidents pour lesquels ils sont interpellés.

    Je condamne simplement le fait que quelques personnes utilisent le terrorisme islamique comme prétexte pour lancé des message raciste, comme ce fameux « Arabi foria ». Nuance!

    3/

    Toute résistance requiert comme vous dîtes un minimum de dureté verbal et psychologique que l’on peut qualifier de « violence ». Mais s’il faut de la violence, il ne faut pas n’importe quelle violence.

    S’attaquer à l’islam est quelque chose que les islamistes perçoivent comme une violence psychologique. Cette même « violence » est une violence qui ne pose aucun problème et à laquelle tout le monde peut recourir sans jamais risquer d’être à raison qualifier de raciste en raison de ça.

    Alors pourquoi lancer des cris de guerres anti-Arabes alors qu’on peut facilement les éviter sans que cela atténue en quoi que ce soit la puissance de la lutte anti-Charia? À efficacités équivalentes, autant prendre le meilleur anti-islamisme.

    4/

    Pour ce qui du parallèle que vous faîtes avec la Seconde Guerre Mondiale, je vous informe que je suis cohérent(e), et que je condamne sans l’ombre d’une réserve la germanophobie en vigueur à cette époque-là. Ni souffrir ni avoir souffert n’excusent de phrases immondes telles que « Un bon Allemand est un Allemand mort ».

    De même que moi qui m’oppose sans réserve à tous les impérialismes subis par les peuples africains et par ceux orientaux n’en estime pas moins que l’attitude du Front de Libération Nationale algérien qui a été de désigner arbitrairement comme ennemis « les Français » était une attitude raciste et indéfendable.

    Parler d’une « classification » que j’aurais prétendument faite vis-à-vis d’individus est donc vide de sens.

    1. AvatarInvite2018

      La toute dernière phrase de mon commentaire ci-dessus à été inséré par erreur. Elle était affecté à tout autre chose, et n’a aucun rapport avec le reste de mon intervention.

      J’ai fait une erreur de sélection de copier-coller. Au temps pour moi.

  5. AvatarGrenier

    Je vais une fois par an au minimum en Corse, et même 2 fois, dans 10 jours direction Ajaccio, faire du vélo alentours …Les Corses écrivaient aussi Francesci fora , et n’étaient pas traités de racistes !
    Anecdote croustillante dans une auberge au dessus de Porto Vecchio : le patron, invite son ouvrier marocain à partager un bout de saucisson maison , il sort son canif , je vois le Marocain blêmir , le patron rougir de colère en pensant que l’ouvrier allait lui refuser son offre sous prétexte de religion .
    Rouge de colère « Je suis chez moi ici , et tu m’insultes ! » le voir avec son couteau à la main, je décide qu’il est temps d ‘aller ailleurs, l’histoire ne me regarde pas …Je ne connais malheureusement pas la suite de cette histoire..
    Les Corses sont habitués à faire la loi chez eux , voir le dynamitage, sport « départemental  » qui leur a permis de garder ce magnifique coin dans un état magnifique et des bords de mer préservés …A faire, une fois Calvi-Galéria par les bords de mer , route pourrie,étroite donc peu de monde, même en plein mois d’août ; idéal à vélo !!!

  6. AvatarPouf

    Nous vivons une époque où tous les mots sont utilisés n’importe comment ! On change le sens des mots : on finira par ne plus se comprendre !

    Quotidiennement, la religion est assimilée à une race…qui d’ailleurs n’existe plus : rires ! Quand je suis avec ma belle-sœur, noire, j’ai du mal à ne pas dire qu’il y a des races différentes sur terre ! Et elle, elle voit bien qu’on est blanc de peau !!! Tout cela ne nous empêche pas de discuter de tout, de s’amuser d’un rien, elle a la mentalité française : elle est française ! Ah, oui, elle est chrétienne et elle a réussi à entraîner mon frère à la messe le dimanche !!! Nous ne sommes pas du même avis sur tout mais nous pouvons en discuter sans animosité. Alors qu’on ouvre les yeux, le problème n’est pas racial mais religieux…et politique.
    Il faut lire l’histoire ( compliquée ) de la Corse pour mieux comprendre qu’on ne joue pas avec les allumettes !…On demande toujours à respecter les étrangers, on leur offre toujours une généreuse hospitalité et par contre on ne devrait pas respecter les particularismes régionaux, ici, encore plus vifs car insulaires…
    De toutes façons, faisons un referendum sur l’immigration…on verra le résultat et personnellement, en vrai démocrate, je m’y plierai ! …mais ce referendum ne risque pas de se faire sauf quand les musulmans seront plus nombreux que les autres !

    1. AvatarRenoir

      Merci Pouf pour ce témoignage sensible et sans ambiguité: bien sûr que les races existent, au sens le plus direct et évident du terme ! Et bien sûr qu’elles ne posent aucun problème, chacun ayant la couleur de peau qu’il a reçue en héritage.
      Le problème c’est: qu’est-ce qu’on fait de cet héritage ? Une arme contre les autres (CRAN et autres « anti-racistes ») ou un détail de notre histoire individuelle ? Votre témoignage montre bien le chemin, simple et naturel, qu’il faut suivre.

  7. AvatarLavéritétriomphera

    @catou29,

    Une agression reste une agression et peu importe que la vérité de l’un ne soit pas celle de l’autre. Le terme de racisme est accomodé à toutes les sauces, ce qui signifie qu’à l’arrivée, il ne veut plus rien dire. On est totalement en droit d’être nationaliste et de préférer les blondes aux brunes sans pour autant être un raciste au sens étymologique du terme.

Comments are closed.