Seuls les chrétiens d’Orient parlent et enseignent l’arabe contrairement aux imams d’une ignorance crasse


Seuls les chrétiens d’Orient parlent et enseignent l’arabe contrairement aux imams d’une ignorance crasse

Les chrétiens d’Orient lisent et écrivent l’arabe classique BEAUCOUP mieux que leurs compatriotes musulmans, car ce sont eux les fondateurs des meilleurs écoles au Moyen-Orient. Précisons que ce sont des religieux et religieuses chrétiens qui enseignent dans ces écoles, ainsi que des chrétiens laïcs (enseignants chrétiens qui ne sont pas membres du clergé).

La premier manuel de grammaire arabe a été imprimé dans un monastère de la montagne libanaise, donc par des moines chrétiens.
Le mouvement de renaissance de la littérature arabe (« nahda » en arabe) est l’oeuvre d’auteurs qui sont chrétiens dans leur écrasante majorité.

Les meilleurs professeurs d’arabe classique sont des chrétiens d’Orient, et leurs universités sont très prisées, y compris par des étudiants occidentaux.
Madame Anne-Marie Delcambre par exemple, qui est agrégée en arabe, a étudié à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, qui est gérée par des Pères Jésuites.

Le seul Arabe, à ma connaissance, ayant traduit le coran et classé ses sourates par ordre chronologique est un Arabe chrétien, Monsieur Sami Aldeeb (son site http://sami-aldeeb.com/ est intéressant, et constitue une mine inestimable d’informations fiables sur l’islam).

Les pays musulmans, même les plus riches d’entre eux, ont un taux effrayant d’illettrisme. Moins il y a de chrétiens dans un pays arabe, plus il y a d’illettrés.
Au Moyen-Orient, seuls les chrétiens font reculer l’illettrisme. Même dans les familles chrétiennes les plus pauvres, les enfants vont à l’école, y compris les filles. Il n’y a pas d’illettrés chez les Arabes chrétiens, qui connaissent l’arabe classique beaucoup mieux que les musulmans, et qui accordent une importance capitale à l’apprentissage d’au moins une langue étrangère.

J’ai souvent entendu des amis occidentaux me vanter les mérites linguistiques de leurs amis musulmans, supposés maîtriser l’arabe classique, et qui leur avaient fait croire qu’un Occidental « ne peut pas comprendre le coran car il ne peut pas le lire en arabe ».
Rien que l’idée que le coran soit le seul texte religieux impossible à traduire correctement me fait rire. Et lorsqu’on me présentait ces amis musulmans dont le niveau en arabe était supposé être impressionnant, je constatais dès les premières minutes que ceux d’entre eux qui ont grandi en France ne connaissaient pas l’arabe classique.
Ceux de ces musulmans qui ont grandi dans un pays arabophone avaient souvent un niveau de misère, et avaient l’outrecuidance de se faire passer pour des connaisseurs aux yeux de leurs amis occidentaux, qui ne pouvaient pas vérifier leurs dires.

Il est important de noter qu’au Moyen-Orient, les imams sont souvent ignorants, certains sont même illettrés, et connaissent des versets du coran par coeur pour les avoir récités pendant des journées entières à l’école coranique. Et ceux des imams qui savent lire sont souvent d’une ignorance crasse.
Dans ces mêmes pays, le clergé chrétien est instruit, parfois érudit. Dans certains des ordres de l’Eglise chrétienne, il est exigé des religieux d’avoir 2 doctorats, un en théologie, et un autre dans la matière que le prêtre désire enseigner, puisque l’une des missions principales du clergé chrétien en Orient est l’enseignement.
Nous sommes loin des imams qui enseignent que chaque nuit, le soleil s’ensevelit dans la boue…

Le clergé chrétien d’Orient comprend de nombreux islamologues, qui ont écrit des ouvrages de référence sur l’islam.
Mais il n’y a pas de christianologue chez les imams, ni chez les intellectuels musulmans. Pour les musulmans, le christianisme n’est pas une religion. D’ailleurs le coran ne parle pas de « religions du livre », mais de « gens du livre », appellation péjorative pour désigner les juifs et les chrétiens.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Eva

J'ai choisi pour me représenter un « noun » (la lettre N en arabe), que les musulmans peignent sur les portes des maisons des « Nazaréens » (chrétiens d’Orient) afin que leurs hommes de main passent les piller et les brûler.


39 thoughts on “Seuls les chrétiens d’Orient parlent et enseignent l’arabe contrairement aux imams d’une ignorance crasse

    1. EVAEVA

      Caughnawaga,

      Le « a » de « a beau mentir » ne prend pas d’accent, car c’est un verbe.
      Et il vaut mieux ne pas mettre d’accent sur les lettres majuscules.
      J’espère que ça ne vous chiffonne pas qu’une Arabe vous le fasse remarquer 🙂

    2. EVAEVA

      J’ai relu votre post, Caughnawaga, et je me dis que ce n’est peut-être pas moi qui vous visiez en parlant de mensonge.
      Le fait est que je suis très susceptible en ce moment, car je suis au bout du rouleau: ma jeunesse a été consacrée à informer sur l’islam, et je constate que des musulmans ont été chargés de « protéger » des églises chrétiennes le soir de Noël. Autant faire garder la bergerie par des loups.
      Et l’on vient de s’apercevoir que ces musulmans sont en fait des islamistes qui faisaient leur « taqiyya » pour gagner la confiance des paroissiens et du Clergé chrétien. L’un d’entre eux avait même publié sur son compte Facebook une Marianne décapitée !
      C’est pour ça que je suis à bout.
      Que Dieu protège la France, car notre gouvernement nous livre à nos ennemis pieds et poings liés.

  1. AvatarThierry1354

    C’est bien par jalousie et envie que ces reptiles et autres primates persécutent et massacrent les Chrétiens là-bas

    1. EVAEVA

      En effet, Thierry, les musulmans savent que nous sommes chrétiens par choix, alors qu’eux seraient mis à mort s’ils tentaient de quitter leur secte meurtrière.
      Plutôt que d’unir leurs forces pour sortir collectivement de l’islam et tenir tête à leurs imams, ils s’unissent pour massacrer leurs voisins chrétiens, qui les instruisent dans leurs écoles et les soignent dans leurs hôpitaux.
      Il y a bien sûr des écoles en Orient fondées par des musulmans, mais on en sort semi-illettré et borné. Quant aux hôpitaux musulmans, on en sort les pieds devant, et les musulmans le savent, et se font soigner dans les hôpitaux fondés et gérés par des chrétiens.

    1. EVAEVA

      Merci Alain pour cette précision.
      Mais je conseille aussi la lecture des articles et commentaires du site « savoir ou se faire avoir », car ils sont édifiants.

  2. Alain de CatalogneAlain de Catalogne

    Excellent article qui devrait éclairer les non arabisants, là encore nous patriotes sommes victimes d’un amalgame qu’on créés les musulmans eux mêmes : la langue arabe de même que le peuple arabe sont assimilés à l’islam. Cet article est l’illustration du contraire. J’ai personnellement fréquenté le centre dominicain de Lille où il y avaient de nombreux frères dominicains irakiens d’une érudition exquise.
    Anne Marie Delcambre est en effet la personne idéale pour démonter le mensonge d’un islam modéré de paix et d’amour, là encore il lui suffit de lire les textes et elle en connait toute les nuances.
    Finalement si la ministre de l’éducation réussit son projet d’imposer l’enseignement de l’arabe, cela pourrait très bien se retourner contre elle et l’islam: les français connaissant la langue arabe seront à même de lire le coran – je dis bien de lire – et non pas d’apprendre sans comprendre (ce que qu’enseignent les imams) , les français sont curieux et ils analyseront vite les sourates contradictoires du coran, il ne sera plus possible de les berner avec des arguments comme « c’est mal traduit ou c’est une mauvaise interprétation » .
    Encore une fois bravo Eva pour cet article très éloquent. Je suis sûr que beaucoup de lingüistes -dont évidemment Christine – ont dû apprécier.

    1. AvatarMaxime

      Oui, merci à Eva qui, par ses témoignages, nous montre que des gens formidables viennent du monde arabe et nous conseille des lectures édifiantes.

  3. Jean LafitteJean Lafitte

    J’ai connu dans ma jeunesse un séminariste syrien qui m’avait pris en amitié. Il m’avait enseigné le « Je vous salue Marie » en arabe; il m’en reste les premiers mots « Assalam alaïki ya Maryam, al Rabbou maaki… ».
    Il est devenu, normalement, prêtre de la congrégation des Lazaristes et quand je me suis marié; nous a offert, dans un joli cadre, une photo d’un tableau de la Ste Vierge, qui orne une église de Nice.
    Nous nous sommes perdus de vue, mais ce cadre est depuis toujours au dessus de notre lit, et nous le regardons en faisant notre prière du soir.
    Bien sûr, je pense à ce prêtre et prie pour lui, qu’il soit encore en vie ou qu’il ait rejoint Marie.
    J’ai donc apprécié au plus au point cet article d’Eva.
    Merci à elle, Merci à Christine, Merci à Résistance républicaine !

    1. EVAEVA

      Oui, cher Jean, c’est bien cela:

      « Assalam-ou alayki ya Mariam, ya moumtali’a naama
      (Je vous salue Marie pleine de grâce)
      Al Rabb-ou mâaki, moubârakatoune anti fil-nissâ’…
      (Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes)

      Nous continuerons la prochaine fois.
      En attendant, je vous souhaite un Joyeux N…Hiver !
      (Ben oui, maintenant on dit: vacances d’hiver, marché d’hiver.. je me demande s’il vont dire crèche d’hiver et sapin d’hiver aussi…
      Ca devient ridicule, ne trouvez-vous pas ?)

  4. chris2achris2a

    C’est pas compliqué, il suffit de se brancher sur une station radio algérienne et d’écouter ce sabir incroyable de méli-mélo franco-dialecte algérien dans lequel sont quand même employés 10 à 20% de termes français…
    C’en est comique et néanmoins triste quand on se remémore, pour ceux qui l’ont connu, l’application toute particulière des petits arabes et surtout des petits kabyles à la maîtrise du français dans les écoles des bleds les plus reculés et des concours de la + belle écriture à la plume sergent-major…Mais c’était une autre époque…

    1. EVAEVA

      En effet, Chris: ce que parlent les Algériens est un mélange de dialecte berbère mélangé à des mots d’arabes (mots déformés, dont les Maghrébins éliminent souvent les voyelles ou inversent les syllabes). Le tout assaisonné de multiples mots de français. Ca donne un drôle de sabir que seule une oreille très exercée pourrait décoder. Chose que je n’ai toujours pas réussi à faire, car quand j’entends des Maghrébins parler dans le métro, je change de place, c’est au-dessus de mes forces.

      C’est pour ça que je rigole quand j’entends dire que l’arabe va être enseigné dans les écoles françaises. Car pour enseigner l’arabe, il faudrait déjà que les Maghrébins le parlent !
      Quand un Maghrébin et un Arabe du Moyen-Orient se rencontrent, il leur est quasiment impossible de communiquer en arabe: les Moyen-Orientaux ne comprennent pas le dialecte maghrébin, qui n’est pas de l’arabe.

  5. AvatarXtemps

    Une fois de plus c’est l’Islam qui appauvri, c’est les nom musulmans arabes qui connaissent mieux l’arabe que la plupart des musulmans, alors que cela devrait être l’inverse.
    Par le témoignage d’ Eva démontre l’énorme gâchis que l’Islam peut produire des illettrés, des ignorants musulmans en masse, que nos dirigeants veulent nous imposer chez nous!.

  6. AvatarLuc Forgeron

    Merci Eva pour ce bel article.
    Je vous souhaite un joyeux Noël entourée de vos Proches.
    Malgré une année difficile je souhaite aussi à tous les patriotes que l’Esprit de Noël flotte dans vos foyers et en Provence on mettait une assiette de plus pour les nécessiteux aussi il serait bien de rajouter des couverts pour accueillir les patriotes isolés et en souffrance financière, psychologique et physique.
    D’abord les nôtres et après les autres (pas tous)!!!

  7. AvatarRenoir

    Bravo à Eva qui nous affirme ici que les Maghrébins ne parlent pas l’arabe mais un dialecte arabo-berbéro-français !
    Un petit témoignage personnel qui date des années 70: dans le collège d’Algérie où j’enseignais, les collègues algériens me disaient à ce propos : nous on ne sait pas parler le « bon arabe » mais grâce à l’école nos enfants sauront, eux. J’avais beau leur dire qu’une langue qui avait des déclinaisons et qui les a abandonnées, c’est une marche irréversible, et que vouloir réintroduire un « arabe classique » c’est comme vouloir que les Français et les Italiens parlent le latin, rien n’y faisait ! Bien sûr les collégiens, dès la sortie du cours d’ « arabe », se mettaient à parler leur dialecte ! Mais le plus beau: les Algériens étant infoutus de parler donc d’enseigner cette langue, TOUS les profs d’arabe étaient étrangers (Irak, Palestine, Egypte…), payés bien cher pour enseigner une langue prétendument nationale en Algérie, vous voyez la connerie économique et culturelle du projet.
    Petit détail: avant la fin de l’année, deux de ces profs (un Irakien et un Palestinien) étaient en prison: ils couchaient avec des collégiennes.
    Quant à une famille de gens pauvres que je fréquentais, elle n’avait qu’un rêve pour les deux petites filles : les envoyer s’éduquer chez les Pères jésuites, qui tenaient encore à l’époque des écoles qui avaient la meilleure renommée en Algérie.

  8. AvatarMila

    Eva, j’aimerais avoir votre avis sur un article paru dans le Témoignage chrétien de cette semaine et signé Fatah Mebarki : elle y relate qu’elle se serait vu interdire l’entrée de la cathédrale de Nevers, au moment de l’office, en raison de ses traits orientaux. Cela vous paraît-il vraisemblable ?

      1. AvatarRenoir

        … sauf si la Fatah en question s’est pointée en tchador, nikab ou autre accoutrement islamiste, toutes les provocations étant possibles.

        1. AntiislamAntiislam

          Bonjour,

          Oui, vous avez raison : tout est possible, parce que nous sommes, du côté musulman, dans la surenchère et la provocation permanentes, sans réaction ,aucune, des « élites ».

      1. AvatarALPHA ... OMEGA .

        @ roaide ,

        toutes les formations qui , quelque soit leur confession religieuse , leur philosophie , accèdent au pouvoir , profiteront et souvent même abuseront avec leurs prérogatives . Ce fut le cas pour l’Eglise pendant des siècles en Europe , puis ce fut au tour des laïques au 20ème siècle , y compris les régimes dictatoriaux fascistes , nazis , socialistes d’URSS et de Chine ; aussi des démocrates socialistes ou libéraux de l’Occident ; bref tout le monde .
        Moi athée , j’ai l’intime conviction que nos meilleurs enseignants furent les Jésuites , mais en contrepartie il fallait subir leur hypocrisie et leurs vices .

        EVA , Christine , je vous souhaite un Joyeux Noël tardif et mes meilleurs vœux pour 2016 . Pierre …

        1. EVAEVA

          C’est faux, un Jésuite n’est pas plus vicieux et hypocrite que quiconque, mais c’est une mode en Occident de les accuser de tous les maux, car la Compagnie de Jésus a été fondée dans un but peu amical (Contre-Réforme).
          La sévérité des Jésuites fait partie du passé, mais pas leur exceptionnelle éducation, ils ont évolué et leur discipline est moins implacable, mais leurs écoles et universités sont les meilleures, jusqu’à aujourd’hui.
          Ce sont eux qui instruisent et civilisent les enfants des pays du tiers-monde, qui leur donnent accès à une éducation remarquable, soit gratuitement soit en échange de cotisations raisonnable.
          Les écoles privées tenues par les Jésuites sont les moins chères (et les meilleures) au Moyen-Orient.
          Si un élève ne peut plus payer sa scolarité, il n’est pas exclu de l’école si ses résultats sont bons. Si un élève est issu d’une famille nantie mais ne travaille pas ou n’est pas discipliné, il sera renvoyé.
          Je connais des tas d’écoliers issus de familles modestes ou carrément pauvres, et qui ont pu décrocher des diplômes grâce aux Pères Jésuites.

          Joyeux Noël à vous aussi Alpha !

    1. EVAEVA

      Chère Mila,

      Merci pour le lien.
      J’ai rédigé une réponse à l’attention de Farah Mbarki. Je doute que « Témoignage Chrétien » acceptera de la publier, mais je la poste ici pour vous.
      La voici (les propos entre guillemets sont ceux de Madame Mbarki):
      —————————
      « Nevers, dimanche 15 novembre, interdiction d’entrer à la cathédrale au moment de la messe. Il était onze heures dix à peine. Je n’étais pas vraiment en retard. J’avais simplement hésité à me décider, quoique prête depuis longtemps, parce qu’à force d’être repoussée d’une manière ou d’une autre, souvent par des personnes autorisées, je suis devenue craintive ».

      En France, il y a des milliers de chrétiens qui ont le même physique que vous. Comment se fait-il qu’ils ne soient pas rejetés ?
      Les chrétiens d’Orient qui vivent en France n’ont pas des têtes de Scandinaves: ils ne se plaignent pas d’être rejetés dans les églises françaises.
      Pourquoi vous ne vous posez pas la question de savoir pourquoi vous êtes souvent repoussée, quand d’autres, qui ont le même physique que vous, sont accueillis ?

      « L’homme se tenait à la porte, à l’intérieur, lorsque j’entrouvris le vantail, un petit homme moustachu, aux cheveux clairsemés, en costume gris. « Vous ne pouvez pas entrer, a-t-il déclaré. Il y a un office en cours. C’est une célébration chrétienne. » J’ai répondu doucement que je venais à la messe, moi aussi. « Vous ne pouvez pas entrer », a-t-il répété. Il enjamba le châssis et se posta au-dehors. Les yeux me picotaient. Je me suis détournée, j’ai descendu les quelques marches et contourné le chœur roman, espérant accéder à la cathédrale par son entrée nord. Je pleurais. J’ai renoncé. Comment avais-je pu, catholique, être une fois de plus chassée de ce lieu ? »

      Vous dites être souvent chassée: l’idée ne vous est pas venue d’en demander la raison, ou de vous en entretenir avec le prêtre, ou de changer d’église ?
      Actuellement, les gens sont à cran, parce-que les églises et cimetières français sont profanés régulièrement par des gens qui ont le même physique que vous, et parce-que plusieurs attentats ont été déjoués contre des églises françaises ou d’autres institutions. Les gens ont peur, et cette peur est légitime.

      « J’ai repensé au conseil acide chuchoté, une autre fois, par une paroissienne en charge des feuilles de chant : « Ce n’est pas un endroit pour vous. »

      Et vous ne lui avez pas demandé pourquoi ce n’est pas endroit pour vous ?
      L’église est ouverte aux non-chrétiens, alors pourquoi serait-elle fermée aux chrétiens ? Vous n’avez pas cherché à savoir pourquoi on vous rejetait, afin d’y remédier ?

      « J’ai pris conscience que le partage d’une foi ne garantissait pas l’amitié d’une communauté et j’ai pris la mesure de la notion de groupe. Un groupe inclut ou exclut. J’étais dans l’exclusion ».

      Ce n’est pas parce-que vous êtes chrétienne que serez amie avec toute la communauté chrétienne. Vous aurez des affinités avec certains chrétiens, pas avec d’autres.
      Vous auriez dû prendre conscience de la « notion de groupe » au temps où vous étiez musulmane. En islam, les musulmans se considèrent tous frères et soeurs, même s’ils ne se connaissaient pas il y a 5 minutes. Mais ils peuvent être voisins avec des chrétiens depuis des lustres, s’entendre avec eux comme des larrons en foire, et puis les voir se faire massacrer par des musulmans sans broncher, tout en cherchant des circonstances atténuantes pour les meurtriers.
      Certains chrétiens en Orient ont été massacrés par des musulmans qu’ils avaient invités à leur anniversaire quelques jours auparavant, et qui étaient leurs voisins depuis des années.

      « Je me suis sentie affreusement seule. Espérer l’accueil d’une famille, d’une amicale, d’une société… et faire l’expérience de son rejet imprime en soi une solitude douloureuse ».

      On ne se convertit pas au christianisme comme on adhère à un club. Et même dans un club, il faut du temps pour tisser des liens, pour s’intégrer.
      Vous partez du principe que les chrétiens, comme les musulmans, forment un clan monolithique, et que dès votre baptême, vous devenez un membre de ce clan, qui vous doit amitié et chaleur humaine.
      Les chrétiens français, à ma connaissance, accueillent correctement les nouveaux-venus, mais il est vrai qu’il faut du temps pour connaître les gens et gagner leur confiance. D’autant plus que vous êtes d’origine maghrébine, et que les relations de la France avec le Maghreb sont compliquées, c’est le moins qu’on puisse dire. La France a maintes fois été attaquée par des pirates musulmans maghrébins, qui ont pillé et saccagé des villes françaises, et réduit des Français en esclavage.
      Plus récemment, des Français ont été chassés des terres maghrébines qu’ils ont civilisées, et certains ont été torturés et massacrés.
      Vous ne pouvez pas, du simple fait que vous êtes chrétienne, faire abstraction de ce passé et de ses blessures.

      « Le groupe semble imposer à ses éléments une forme d’égoïsme de groupe, de vanité de groupe, comme une exigence du corps vis-à- vis de ce qu’il pense être son intérêt à lui seul. C’est-à-dire ce qui est bon et ce qui ne l’est pas. Or, a-t-on jamais songé que l’intérêt de l’autre participe à l’intérêt de soi ? Le groupe m’a paru un phénomène détestable parce que stérilisé par la dualité qui l’obsède, parce que contraire aux mouvements d’ouverture dont la nature s’embellit. Même une mer, close par les terres, se révèle être un monde de vie et de couleurs et sait refléter le ciel, ses berges, et bercer les nefs à sa surface, qu’elles soient noires ou blanches».

      Quelle prose sirupeuse, et surtout, quelle vacuité !
      Critiquer un esprit tribal quasiment inexistant chez les chrétiens français, alors que vous venez de l’islam, c’est révoltant. Vous reprochez aux chrétiens un travers musulman.
      Si vous aviez été acceptée par ce que vous voyez comme un clan, lui auriez-vous reproché de fonctionner comme un clan ?
      La religion chrétienne n’est pas exclusive, au contraire: les écoles et les hôpitaux chrétiens acceptent d’instruire et de soigner les non-chrétiens. Les oeuvres chrétiennes de bienfaisance ne viennent pas en aide aux seuls chrétiens.
      La France, bien que nation laïque sans religion officielle, est un pays aussi généreux et inclusif que l’église chrétienne: en France, j’ai pu faire mes études universitaires en payant les mêmes droits d’inscription que ceux que paient les Français, alors que je n’avais pas la nationalité française, et que mes parents n’avaient jamais cotisé en France.
      Au Moyen-Orient où je suis née, un étranger ne peut pas bénéficier de l’investissement des citoyens de son pays d’accueil. Il peut aller dans l’enseignement privé, qui est payant.

      « Le surgissement du groupe m’a effrayée. Je suis restée à ranimer quelques souvenirs : ma naissance à proximité, la mort de la petite chauve-souris récemment – je l’appelais Bella –, nous nous étions apprivoisées, elle vivait dans la cathédrale. J’étais liée à Bella comme aux pierres dont le calcaire n’est finalement que le sommeil de très vieux ossements, comme aux herbes dont je me nourris et dont je respire l’arôme, et que j’aiderai à grandir un jour. Je n’ai jamais eu le sentiment d’être d’un corps exclusif. Cela m’a peut-être appris à vraiment aimer l’autre, forcément différent, car ce lien était une dilatation depuis l’intérieur, un don qui avait levé, pas une leçon reçue comme un gargarisme ».

      Je trouve que vous vous gargarisez pas mal avec un éloge de vous-même, et médisez sur les autres, en vous posant en exemple. J’ai l’impression que la modestie ne vous étouffe pas…

      « J’ai les cheveux très noirs, bouclés sans discipline. Les yeux sont assortis. Le nom aussi, et le prénom : arabes tous les deux. On s’entête à vouloir enfermer les personnes dans des catégories. Il faut des arabes et des non-arabes, des juifs et des non-juifs, des gens civilisés et des primates, des hommes et des bêtes, etc. Voilà de bien mauvais chemins ».

      Je suis Arabe et j’ai vu surtout des mains tendues depuis mon arrivée en France. Chez les chrétiens comme chez les non-chrétiens. J’ai dû bien sûr faire mes preuves, leur donner le temps de me connaître.
      C’est bien une revue chrétienne qui publié votre plainte ? C’est la preuve que les chrétiens ne vous rejettent pas à cause de vos traits ou de votre origine, et qu’ils sont à votre écoute.

      « Des sagesses nous invitent pourtant à l’aménité du cœur pour tout ce qui vit, a vécu et vivra. Qu’est-ce qu’un arabe pour un arabe ? Et un arabe pour un nonarabe ? Parle-t-on de la langue de communication, de la langue liturgique, du berceau géographique, de la génétique, de la citoyenneté, d’un stéréotype physique, de schémas mentaux, d’un mode de vie, d’une image fantasmée ? Qu’est ce qu’un musulman ? Un chrétien ? »

      Un chrétien est quelqu’un qui se réclame de Jésus, qui a condamné la pédophilie, l’esclavage, la lapidation, la polygamie, l’amputation, la décapitation, la trahison, le meurtre, le pillage…
      Un musulman est quelqu’un qui se réclame de Mahomet, qui a pratiqué, et donc légalisé toutes ces horreurs que Jésus avait condamnées 7 siècles plus tôt.
      Donc un chrétien est l’opposé d’un musulman. Tous deux sont des êtres humains, mais le musulman approuve des comportements inhumains, et vénère celui qui les a commis et légalisés, qu’il prend pour un prophète. 

      « Je n’ai pas pu m’abriter avec les autres sous les voûtes au sommet de la colline, en cette fin de matinée dominicale. Deux jours auparavant, des armes avaient tué à Paris, des armes à feu et des explosifs avec des hommes pour les porter. Mais combien d’âmes déchirées, dans les petits territoires comme Nevers, lorsque fuse la haine humaine par les mots, les gestes, les regards et la froide indifférence ? »

      N’ayez pas peur de franchir le pas, et de prétendre que c’est le rejet de la société française qui fait le lit du terrorisme musulman. D’autres que vous l’ont fait, alors ne vous gênez pas: nous sommes en France, le pays dont les citoyens sont réduits au silence, vilipendés, culpabilisés, et sommés d’accepter l’inacceptable.
      Comment se fait-il que la plupart des terroristes sont devenus terroristes sur leur terre de naissance, dans un pays à majorité musulmane, où personne ne les a rejetés, et où ils massacrent méthodiquement leur compatriotes non-musulmans, qui étaient enracinés dans ces terres des siècles avant les invasions musulmanes ?
      Vous osez comparer votre sentiment de rejet, qui est le lot de tout un chacun à un moment ou un autre de sa vie, avec la douleur des familles endeuillées ?
      Je suis choquée par votre attitude.
      On peut se sentir rejeté dans la cour de récréation en classe de CM1, on peut se sentir rejeté quand on est nouveau dans une entreprise…ce sont des déconvenues qui s’oublient.
      Mais comment oublier qu’une soeur ou un fils a été déchiqueté par des balles, tirées par une personne qui ne les connaissait même pas ?

      « Si une religion, et quelle qu’elle soit, n’est qu’un groupe, alors elle ne vaut pas mieux que tous les « ismes » ayant conduit aux plus grands désastres ».

      Non Madame: le christianisme ne ressemble pas au nazisme, ni au communisme, ni à l’islamisme (1). Encore une fois, vous insinuez des horreurs sans les dire clairement, comme font les manipulateurs.
      C’est vous qui voyez le christianisme comme un club, et qui êtes dépitée de ne pas y avoir été adoubée du simple fait que vous êtes baptisée.
      Les chrétiens ne sont pas comme les musulmans, ils ne forment pas une tribu, une confrérie fermée qui vous qualifie de « soeur » dès que vous y mettez les pieds, et qui veut vous mettre à mort dès que vous cherchez à en sortir.
      La solidarité des musulmans coûte cher, car elle exige de vous obéissance et soumission à des règles inacceptables, et vous prive de votre libre-arbitre.
      Vous êtes-vous convertie au christianisme pour adhérer au message de Jésus, ou pour bénéficier des « avantages du club » ?
      Vous parlez de votre amitié avec la chauve-souris de la cathédrale, mais vous ne mentionnez pas Jésus une seule fois.
      Vous êtes-vous impliquée dans la vie de votre paroisse ? Faites-vous du bénévolat ? Chantez-vous dans la chorale ? Donnez-vous un coup de main pour nettoyer l’église les jours de fête ?
      Discutez-vous quelquefois avec les paroissiens à la fin de la messe ? Cela permet de se faire connaître, de tisser des liens, et d’être utile aux autres.

      J’ai un grand respect pour les apostats de l’islam, mais je trouve en vous des traits de caractère répandus chez les musulmans: auto-victimisation, explications vaseuses, accusations, insinuation, manipulation, justification du terrorisme à demi-mot, assimilation du christianisme à l’islam.
      Le tout d’une manière habile, indirecte, sous-jacente, pour culpabiliser sans se mouiller, et peut-être pour pouvoir nier si l’on vous dit votre fait.
      Vous êtes sans doute sortie de l’islam, mais l’islam n’est pas encore sorti de vous, et c’est peut-être la raison pour laquelle vous n’avez pas encore trouvé votre place dans l’Eglise.
      Mais ça viendra, si vous vous remettez en question. Car Jésus vous aime, et ne vous aurait pas rejetée.
      Et c’est Jésus qui compte, pas la cathédrale.
      ————————
      (1) J’ai écrit « islamisme » au lieu de « islam » pour que ça rime.
      Mais l’islam est l’islamisme au repos.

  9. EVAEVA

    Merci à vous Mila, de m’avoir signalé cet article. Je dois dire que « Témoignage chrétien » m’a donné l’impression d’être une publication gauchiste-bisounours: j’y ai lu des articles qui s’inquiètent de la montée du FN comme s’il s’agissait des jeunesses hitlériennes, et un autre article qui se liquéfie sur le sort de Zyed et Bouna, les deux crétins qui se sont électrocutés en fuyant des policiers, alors qu’ils n’avaient rien à se reprocher.

    C’est un peu comme « La Croix », une revue chrétienne tendance mièvre.
    Je conseille la lecture de la revue chrétienne « Reconquête », rédigée par des chrétiens à colonne vertébrale, pas des échines courbées, et qui laisse la parole à des catholiques, des protestants, des chrétiens d’Orient…bref c’est assez varié, et ni mièvre ni convenu ni bisounours.

    Bonne Année à vous Mila !

  10. AvatarMila

    Je vous remercie Eva : je ne connaissais pas cette revue mais elle me paraît tout à fait intéressante. Je partage votre jugement sur Témoignage chrétien que je me garde de lire ; cet article m’est arrivé par une amie. Je viens de vérifier à l’instant sur la page de l’article en question : à ce jour encore, votre commentaire n’apparaît pas… La rédaction de Témoignage chrétien a bien fait un choix, comme vous le supposiez. Encore des adeptes de la liberté d’expression !
    Je me permets à mon tour de vous indiquer un périodique que j’apprécie beaucoup, non que j’aie rien à vous apprendre bien sûr, mais pour le plaisir de partager : il s’agit du Sel de la terre des dominicains d’Avrillé :
    http://www.dominicainsavrille.fr/category/le-sel-de-la-terre/
    Je suis en train de relire un article passionnant de l’hiver 2000-2001 sur l’Eglise d’Orient (il s’agit d’une lecture critique de l’ouvrage de Raymond Le Coz). Je n’en extrais qu’une phrase pour vous : « … vu la pénurie des livres consacrés à l’Eglise d’Orient, nous pensons que, pour les personnes averties, cet ouvrage donnera une synthèse historique intéressante et fera réfléchir sur l’avenir des nations européennes qui reçoivent imprudemment l’islam à bras ouverts, comme l’ont fait les dirigeants de l’Eglise d’Orient il y a quinze siècles. »
    Meilleurs voeux à vous pour cette nouvelle année !

Comments are closed.