Le Conseil d’Etat ordonne d’aménager la « Jungle » de Calais aux frais du contribuable


Le Conseil d’Etat ordonne d’aménager la « Jungle » de Calais aux frais du contribuable

Nous dénoncions il y a peu   les décisions du tribunal administratif de Lille, condamnant la ville et l’Etat à aménager  la jungle de Calais.

http://resistancerepublicaine.eu/2015/calais-le-secours-catholique-et-medecins-du-monde-voulaient-que-les-logements-inoccupes-soient-requisitionnes/

Apparemment le secours catholique, médecins du monde et quelques migrants très  au fait de nos lois et des prescriptions européennes n’ont pas renoncé à aller plus loin, et le Conseil d’Etat leur a donné raison… Voici l’Etat condamné à transformer la Jungle en centre d’accueil permanent avec tout le confort…

Lire ci-dessous l’excellent communiqué de Gille Le Breton.

 

Communiqué de Gilles Lebreton, député français au Parlement européen

Une ordonnance du Conseil d’Etat vient de dénoncer, le 23 novembre, « les conditions actuelles d’hébergement, d’alimentation, d’accès à l’eau, d’assainissement et de sécurité » de la population de migrants, estimée officiellement à environ 6 000 personnes, vivant dans la « Jungle » de Calais. Elle a été rendue en référé-liberté sur requêtes des ONG Médecins du monde et Secours catholique, et de quatre migrants manifestement bien conseillés.

Concrètement, le Conseil d’Etat constate toutefois que l’Etat a passé, le 19 octobre, un marché pour un montant de 750 000 euros en vue de créer 1 500 places d’hébergement supplémentaires sur le site, lesquelles seront prêtes dès fin décembre. Il ne le condamne donc pas en matière d’hébergement pour tenir compte de ses efforts. Il enjoint seulement au préfet du Pas-de-Calais de recenser les mineurs étrangers isolés et d’organiser leur placement dans d’autres lieux.

En revanche, il condamne l’Etat sur tous les autres griefs. Il lui ordonne de « créer sur le site dix points d’eau supplémentaires comportant chacun cinq robinets, cinquante latrines, et un dispositif de collecte des ordures », de « procéder au nettoyage du site », et de « créer un accès à l’intérieur du camp pour permettre l’accès des services d’urgence ». Chaque mesure doit être réalisée dans les huit jours, sous astreinte pour chacune d’elle de 100 euros par jour de retard.

Cette ordonnance peut choquer à deux points de vue, étant entendu que ce sont les gouvernements UMPS Sarkozy/Hollande qui sont responsables de l’existence de la Jungle de Calais, et non le Conseil d’Etat. D’abord elle consolide l’existence de cette Jungle, ce qui va renforcer son attractivité auprès des migrants. Ensuite, elle renforce le sentiment qu’existe parfois en France une sorte de « préférence étrangère », dans la mesure où beaucoup de sans-abris français ne bénéficient pas de la même sollicitude.

Cette affaire confirme en tout cas qu’il est urgent de retrouver notre souveraineté pour contrôler nos frontières et arrêter la submersion migratoire qui alimente ce type de bidonvilles.

http://www.frontnational.com/2015/11/le-conseil-detat-ordonne-damenager-la-jungle-de-calais/

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


6 thoughts on “Le Conseil d’Etat ordonne d’aménager la « Jungle » de Calais aux frais du contribuable

  1. AvatarMAQUIGNON

    Et oui, çà pique ! çà pique même du plus en plus. Mais bon, si on ne veut pas choper le choléra, faut en passer par là. C’est de mon point de vue la meilleure campagne électorale dont nous n’aurions osé réver et qui devrait aboutir à la déconfiture totale des enclumes actuellement au pouvoir. Je me régale à l’idée de voir la tête de manolo au soir des élections. Chassé et pour longtemps, il va peut-être retrouver un poste de larbin chez Camba, je me régale. Les régionales sont là ! et 2017 arrive au galop. Aux urnes citoyens !

  2. Avatargentilitas

    Et puis, pardon, mais à part se plaindre sur le Net en se cachant derrière des masques, ils font quoi, les Calaisiens pour mettre fin à cet incroyable tas de merde qui leur sert d’environnement ?
    On va bientôt exiger d’eux qu’ils viennent nettoyer les chiottes après les avoir installés…Ils le feront ! Ou on le fera en leur nom ! C’est pas le fumier associatif qui manque. Ton sur ton, finalement…

  3. Avatarhathoriti

    J’irai pas nettoyer leurs chiottes ! Il faut faire ce qu’a dit Vladimir (Poutine) dans sa célèbre phrase « nous buterons les terroristes dans les chiottes ! » Voilà qui est parler ! Mais il l’a fait…lui !

  4. AvatarChristian

    Ben voyons et la facture va être salé en plus. Oui aux urnes, à condition qu’au deuxième tour les Français ne change pas d’avis.

  5. AvatarNico57

    Le contribuable que je suis serait plus content de payer pour un aménagement au bulldozer propre et net mieux encore je me propose comme bénévole dans ce cas…Jusqu’où l’état ira pour souiller la France qu’il prétend aimer…

Comments are closed.