On ne peut pas accepter qu’on nous refasse le coup de Charlie Hebdo une deuxième fois


On ne peut pas accepter qu’on nous refasse le coup de Charlie Hebdo une deuxième fois

« Unité dans le combat, oui. Unité pour masquer les responsabilités, pour anesthésier les consciences, non ! On ne peut pas accepter qu’on nous refasse le coup de Charlie Hebdo une deuxième fois. »

Ainsi s’exprimait récemment Robert Ménard sur Boulevard Voltaire.

Pour lire l’intégralité de son entretien, voici le lien :

http://www.bvoltaire.fr/robertmenard/on-ne-accepter-quon-refasse-coup-de-charlie-deuxieme,219134

            Nous y sommes pourtant… Aucun des malfaiteurs de la bande à Trouduc l’Audacieux n’a démissionné, pas même son ministre de l’Intérieur. Bien au contraire. Ils s’appuient sur le besoin d’unité nationale qu’ils réclament alors que depuis longtemps ils favorisent le communautarisme musulman et la dictature des minorités contre la République ; il est vrai que l’unité autour d’un président que son incompétence a rapidement rendu illégitime est une aubaine pour lui. Ils s’appuient sur l’expression de la douleur adroitement organisée en rituel avec musique, fleurs et bougies pour s’afficher en représentants du deuil national. Ils s’appuient sur les résultats obtenus à grands risques par nos forces de l’ordre pour se présenter en gardiens de notre sécurité alors qu’ils réduisent leurs moyens. Ils s’appuient sur l’efficacité de nos services de renseignements alors qu’ils ignorent délibérément leurs avertissements depuis longtemps.  À force de s’appuyer ainsi, ils vont finir par tomber, en tout cas souhaitons-le !

            Comment pourrions-nous leur faire confiance ? À peine des bruits d’attentats avaient-ils résonné autour du Stade de France que Trouduc l’Audacieux a été évacué. Tous les autres présents au stade pouvaient bien être désintégrés, Trouduc l’Audacieux était sauvé ! Pendant la Seconde Guerre mondiale, Winston Churchill parcourait les quartiers de Londres ravagés par les bombardements allemands pour réconforter ses concitoyens. Il détestait la voiture blindée avec laquelle il était transporté et s’extrayait au plus vite de ce qu’il appelait une « boîte de conserve » pour aller au devant de ceux qui étaient dans le malheur. Trouduc l’Audacieux, lui, s’est précipité au très sécurisé ministère de l’Intérieur. Mais cela ne l’empêche pas de se présenter en chef de guerre en ordonnant de nouvelles frappes contre cet État islamique dont il se refuse à citer le nom contenant « islam » en utilisant un acronyme qu’il ne sait même pas prononcer.

            Mais il ne peut pas compter encore une fois sur la sollicitude souvent intéressée de plusieurs dizaines de chefs d’État pour venir faire sa promotion en défilant avec lui dans une rue protégée, à la mémoire de victimes dont son absence de responsabilité et son aveuglement partisan sont les principaux responsables de la mort. Il lui reste les sondages, ces trucs de journaleux qui prétendent dire à leur place ce que pensent les Français. L’un des derniers prétend que « 73% des Français trouvent qu’il a été à la hauteur et approuvent sa riposte. » Voici le lien permettant de lire l’article :

http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/12419-attaquesparis-francais-trouvent-francois-hollande.html

Je peux noter que cela doit être encore efficace en observant le désintérêt des gens pour des actions patriotiques dont je parlerai dans un prochain article. Tout va bien  braves gens, Trouduc l’Audacieux veille sur votre sécurité ! Et, surtout, contentez-vous des photos floutées du Bataclan, parce que les corps massacrés de vos compatriotes par des commandos de l’islam, il ne faudrait pas que vous en fassiez l’objet d’une « atteinte grave à la dignité humaine », et même au « secret de l’enquête », comme en témoigne l’article ci-après, dont voici un extrait :                                        « Le ministère de l’intérieur a demandé dimanche 15 novembre au réseau social Twitter de bloquer, sur le territoire français, l’accès aux photographies prises à l’intérieur du Bataclan après l’attaque terroriste qui a fait des dizaines de morts, deux jours plus tôt.                                                    Apparue sur des comptes Twitter proches de la mouvance identitaire dimanche à la mi-journée, une photographie a rapidement attiré l’attention de la policequi a appelé sur le réseau social à ne pas la diffuser. Parallèlement, une demande officielle a été adressée à Twitter. La place Beauvau a invoqué une « atteinte grave à la dignité humaine (images de cadavres) » et au « secret de l’enquête »selon un document fourni par le réseau social à l’organisation Lumen, qui recense les demandes de blocage de contenus en ligne. »

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/11/17/le-gouvernement-a-demande-a-twitter-de-bloquer-l-acces-aux-photos-prises-dans-le-bataclan_4812146_4408996.html

 

Bien sûr, l’exploitation de la photo du petit Aylan, dont on a su rapidement qu’elle était une mise en scène abominable et sans aucun scrupule de ses auteurs, n’était pas une « atteinte grave à la dignité humaine », puisqu’elle était destinée à servir l’invasion de ces singuliers migrants dont les trois quarts sont des hommes en âge de combattre et qui comprennent parmi eux des djihadistes dont au moins un vient de frapper à Paris. Quant au « secret de l’enquête », nul besoin : il n’y a pas eu d’enquête officielle sur la mort de cet enfant, seule celle de personnes soucieuses de vérité en a révélé la supercherie, surtout pas propagée par les médias !

 

            Reste donc surtout le soutien des bobos compassionnels et des gens désorientés, cherchant un légitime réconfort, hébétés qu’ils sont par cette tragédie que le moindre bon sens politique et moral aurait probablement permis d’éviter, mais lequel a le grand désavantage de desservir les idéologies d’idiots utiles prenant la place des vertus ancestrales. Ce sont pourtant ces dernières qui ont édifié notre civilisation et notre République. Je me revois le samedi 10 janvier dernier, prenant publiquement la parole sur la place de mon village cévenol, conspué pour avoir déclaré qu’il ne faut pas laisser l’islam s’installer chez nous car partout où il s’est imposé il n’a apporté que du malheur. Combien faudra-t-il encore de tragédies pour que nous redevenions un peuple lucide, uni, patriote et fort ?

 

Daniel Pollett, responsable Résistance républicaine Gard

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Daniel Pollett

Retraité actif et patriote vigilant. Auteur du livre « Citoyens ce roman est le vôtre ». Responsable Résistance républicaine du Languedoc Roussillon


3 thoughts on “On ne peut pas accepter qu’on nous refasse le coup de Charlie Hebdo une deuxième fois

  1. AvatarChristian

    Manipulation, mensonge, dhimmitude, terrorisme, complicité, l’islam gangrène notre pays par tout les moyen. Le pire dans tout ça c’est les Français complice complaisant qui aident l’islam dans sa conquête de la France. Que vont ils y gagner, rien peut être, le savent ils, j’en doute.

  2. DiogèneDiogène

    Je reviens de la FNAC et un petit livre a attiré mon attention : »sagesses de l’islam ». Faut-il en rire ? Faut-il en pleurer ? Est-ce une provocation ?

    Il paraît qu’il n’y a pas d’amour : il n’y a que des preuves d’amour et j’en suis bien persuadé. Plutôt que de grandes, et parfois indécentes, déclarations je préfère les actes. Je fais partie des gens qui pensent qu’étaler ses sentiments est impudique : je préfère les démonstrations non ostentatoires d’affection, d’amitié et d’amour.

    Peut-être aussi qu’il n’y a pas de haine (?!…) Comme veulent nous le faire croire les joueurs de pipeau du gouvernement, mais alors qu’est-ce qu’il y a comme preuves de haine.

    Ces preuves de haine pullulent, de la part de la secte de paix, d’amour et de tolérance, alors expliquez-moi donc ce qu’il convient d’en conclure ?

    Je ne souhaite en aucun cas le pire.

    Mais la prochaine étape, en France, pourrait être : 500 morts /1000 blessés et les thuriféraires de la bien-pensance vont, encore, s’exhiber dans les médias pour expliquer, aux demeurés que nous sommes, qu’il ne faut pas faire d’amalgame et proner le « vivre-ensemble » qui ne veut rien dire car on « vit » ou « survit » à côté de communautés qui se « tolèrent » de moins en moins. Nous aurons droit au même scénario : avec les mêmes petites bougies, les larmes, et, bien sûr, les mines contrites des pieds nickelés du gouvernement.
    Les mêmes individus, perroquets de plateau, atteints d’un psittacisme chronique, nous fixerons, avec leur arrogance et leur moue de dégoût (n’est-ce pas « Jean-luc Mescouillons » ?), via les caméras, pour asséner que toute revendication d’identité « nationale » relève du fascisme pur et simple…

    J’ai peur, hélas !, que tout ça se répète…comme un manège qui tourne et tourne…Tournez manège !

    Diogène

  3. Avatarxtemps

    L’extermination silencieuse de l’Europe par nos politiques ne se fera pas car les gens se réveillent partout.
    Ce n’est pas une crise c’est le système
     » En principe, le but de la guerre est de maintenir la société au bord de la famine.
    La guerre est mené par le groupe dirigeant contre ses propres sujets et son objectif n’est pas de vaincre, mais de maintenir la même structure sociale intact. »
    George Orwell. ( 1909-1950)

Comments are closed.