Je suis le prochain ?


Je suis le prochain ?

Bien mieux que « je suis Charlie », non seulement parce que Charles Martel c’est autre chose que Charlie, mais aussi parce que cela interpelle ceux qui n’ont pas encore compris ce qui se passe et qui va se passer sur une grande échelle…

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


14 thoughts on “Je suis le prochain ?

  1. AvatarPhilippe le routier

    Ce serait excellent !

    Mais je te pari que l’état ferait arrêter les gens portant ce slogan sur un tee-shirt par exemple, car ce serait faire un amalgame rappelant les heures les plus sombres de notre histoire, entre les terroristes et les musulmans lambda.

    Que tout terroriste ait commencé par être un musulman lambda ça ne peut pas franchir la barrière idéologique de nos ténors de la politique.

    Cela étant,

     » JE SUIS LE PROCHAIN ?  »

    Génial je me répète, mais pourquoi ne pas ajouter,

    « OU EST-CE QUE CE SERA VOUS ?  »

    Car dans le fond, tant que le prochain est un autre, j’ai l’impression que les Français s’en foutent un peu -ils ont déjà presque oublié cet attentat dans L’Isère pour se passionner pour le référendum en Grece- mais la seconde question pourrait les interpeller beaucoup plus.

  2. AvatarSandrine

    Excellent je crois. Le réveil peut être dur pour certains. Et on peut avoir des surprises…
    Il y a une histoire racontée par un blogueur que je n’oublierai pas. Une famille vivait en Algérie depuis trois générations, à la campagne. Tout se passait très bien avec la famille arabe voisine : les deux familles s’invitaient aux fêtes, communions etc, la famille française avait creusé un puis dont profitait aussi la famille arabe, etc.
    Arrive 1958. Le voisin arabe vient voir la mère de famille :
    – Vous partez quand ?
    – mais… on ne part pas ! Pourquoi ?
    – parce que le FLN m’a dit qu’ils me tueraient si je ne vous tue pas.
    – Vous le feriez ?
    – Oui.
    La famille est rentrée en France.

  3. AvatarDiogène

    Plus provocateur :

    A qui le tour religion d’amour ?

    Je ne pourrai pas être à la manifestation : je travaille !
    Je suis de tout coeur avec vous amis patriotes éclairés.

    Diogène

  4. deniauddeniaud

    l’anecdote de Sandrine est impressionnante de réalisme et un modèle du genre : « choses vécues » !
    Elle dit à la fin :
    « Arrive 1958. Le voisin arabe vient voir la mère de famille :
    – Vous partez quand ?
    – mais… on ne part pas ! Pourquoi ?
    – parce que le FLN m’a dit qu’ils me tueraient si je ne vous tue pas.
    – Vous le feriez ?
    – Oui.
    La famille est rentrée en France. »

    Un ami Normand qui était commercial à cette époque à Alger m’a raconté les mêmes choses, et il avait hâte de rentrer en métropole après cette mission.

    Mais le pire, c’est que si l’on raconte ceci aujourd’hui autour de nous, il y a encore beaucoup de gens qui se bouchent les oreilles, on gâche leur petite vie pantouflarde et béate.

    Bonne manif et bonne défense de notre belle France, je ne viendrai pas, je suis trop loin.

  5. AvatarSandrine

    @Deniaud
    C’est vrai que cette anecdote est impressionnante. Et il en est arrivé beaucoup de même genre à cette époque là en Algérie comme vous le dites. Bonnes jusque là parfaites tuant à l’heure du bain dans la baignoire les enfants dont elles avaient la garde, employés décapitant leurs patrons, (tiens ça me rappelle quelque chose…) voisins faisant une boucherie dans l’immeuble, etc etc etc

  6. AvatarMaxime

    Bonjour,
    on parle beaucoup de dhimmis, c’est-à-dire ceux qui sont soumis, dans un Etat où le droit musulman est le droit officiel, à des traitements discriminatoires (d’ordre fiscal notamment).
    Au cours de quelques lectures, j’ai vu apparaître le terme de « harbi ».
    Or, je suis très surpris de voir qu’il en est très peu question sur le web notamment.
    Il n’y a, même sur le site de RR, aucun résultat quand on cherche avec ce mot clé.
    Sur wikipedia en français, on nous dit que ce terme signifie « guerrier » (rien de grave a priori).
    Sur wikipedia en anglais, des éléments plus intéressants apparaissent : https://en.wikipedia.org/wiki/Harbi
    Le terme désignerait, en « droit musulman classique » (selon le site), « ceux qui habitent en terre de belligérance », donc dans des pays non islamiques. C’est contre eux qu’une guerre doit être menée étant donné cette appellation.
    Ce concept fait quand même froid dans le dos… quelle en est l’actualité ? Comment se fait-il qu’on ne trouve sur google en français quasiment aucun résultat quand on fait des recherches sur ce mot ?
    comparez aussi avec http://wikiislam.net/wiki/Dar_al-Harb#Who_is_a_harbi.3F
    Celui qui habite « dar al harb » ne voit ni son sang, ni sa propriété protégés.
    Ces sources ne sont pas des plus sérieuses, comme tout ce qui émane de wiki, mais l’existence du statut de HARBI m’a été révélée par la lecture d’un article d’un ancien professeur de droit à l’Université de Paris II, M. Sélim JAHEL.
    Existe-t-il quelque discours officiel reniant publiquement ce concept ? Ce serait peut-être de nature à rassurer quelques uns d’entre nous… de savoir que nous ne sommes pas des « harbi » aux yeux de certains habitants de la.
    Etonnant silence…

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Cher Maxime si vous mettez les mots dhimmi ou dhimmitude dans la case « rechercher » à droite sous notre bandeau vous allez trouver pas mal de textes évoquant la dhimmitude et notamment ceux-ci
      http://resistancerepublicaine.eu/2014/les-chretiennes-dorient-sont-des-dhimmies-chez-elles-et-elles-ne-manquent-pas-de-courage-par-eva/
      http://resistancerepublicaine.eu/2014/chaque-chretien-de-raqqa-en-syrie-doit-payer-500-euros-aux-musulmans-au-titre-de-la-jizia-par-bernard-dick/

      1. AvatarMaxime

        Chère Christine,
        merci pour ces indications mais j’ai l’impression que Harbi et dhimmi s’opposent, précisément.
        Le harbi refuse la soumission, contrairement au dhimmi.
        Quant aux pages francophones, je n’ai trouvé que celle-ci qui en parle plus longuement: http://www.fnb.to/FNB/Article/Bastion_52/islam.htm
        « Suis-je un harbi ? » pourrait-on se demander…

        1. Christine TasinChristine Tasin Post author

          je ne connais que dhimmi, sans aucun droit, soumis à l’impôt et à l’humiliation, sans doute Eva ou Philippe Jallade pourront-ils nous e dire plus….

Comments are closed.