Occitan : Bel Kacem, Pellerin et le conseiller régional Grosclaude démantèlent la France


Occitan : Bel Kacem, Pellerin et le conseiller régional Grosclaude démantèlent la France

occitania

Langues régionales : la France à découper

Dans un article précédent paru sur Boulevard Voltaire, j’ai appelé l’attention sur l’incapacité juridique et pratique de la Charte européenne pour revitaliser des langues régionales quasi mortes, alors qu’elle est grosse de graves conséquences latérales par la probable extension “républicaine” de ses mesures aux langues de l’immigration.

Il me parait nécessaire maintenant d’insister sur l’aveuglement choquant des politiques sur la manœuvre politicienne où s’insère le combat pour ces langues et notamment celles qu’on dit d’oc.

Mieux que tout discours, la carte ci-dessus prise sur le site du conseiller régional d’Aquitaine David Grosclaude  :

http://r-p-s.info/+-David-Grosclaude-+

La carte montre le but de ces gens-là : ériger des circonscriptions nouvelles manifestement détachées de ce qui resterait de la France.

« Occitània » note, à la mode archaïque du mouvement occitaniste, le même mot sans accent apparu en 1838 chez un potier poète de Clermont-l’Hérault, par adaptation du français Occitanie attesté depuis 1644 ; celui-ci traduisait le latin Occitania par lequel les États de Languedoc nommaient leur province sur les jetons qu’ils frappaient depuis 1634 à l’occasion de leurs sessions. C’est donc une extension récente, à tous les pays où l’on parla les langues d’oc, du nom savant de la province de Languedoc de l’Ancien régime.

Or, lorsque ce mouvement présente des candidats aux élections, ses scores tournent autour de 2 %, témoins de l’indifférence, voire du rejet des électeurs. D’où la manœuvre consistant à créer des institutions publiques dont la compétence territoriale s’étendrait à tout l’ancien domaine linguistique d’oc, avec des cartes bien coloriées pour façonner les esprits.

C’est ainsi qu’en juin 2014, à l’initiative de M. Grosclaude en Aquitaine et de son homologue M. Latrubesse en Midi-Pyrénées, ces deux régions ont décidé de créer un « Office public de la langue occitane » (OPLO) qui aurait la forme d’un Groupement d’intérêt public (GIP) auquel devraient s’associer « d’autres partenaires, comme l’État ou d’autres Régions ». Pour tâcher d’obtenir l’indispensable accord de l’État, M. Grosclaude a entamé le 27 mai une « grève de la faim » bien réussie, puisque par lettre du 3 juin, les ministres de la culture et de l’éducation ont promis aux deux présidents de régions un arrêté interministériel « d’approbation de la convention constitutive du GIP OPLO ». On peut se demander s’il ne s’agit pas d’un scénario soigneusement préparé entre complices…

http://r-p-s.info/Nous-avons-gagne-Qu-avem-ganhat

occitan3

Mais ce qui est certain, c’est que la découpe de la France est en marche avec l’assentiment de deux ministres.

Où est passé donc l’article 1er de la Constitution « La France est une République indivisible,… » ? Certes, depuis 1994, la forfaiture n’est plus sanctionnée par le Code pénal, remplacée par des circonstances aggravantes pour certaines infractions ; mais le peuple de France finira peut-être par ne plus supporter ceux qui, aux plus hautes responsabilités de l’État,  trahissent la France, jusque dans son institution républicaine.

En complément, on examinera cette page qui nous informe sur la création il y a 3 ans d’un organisme « scientifique » de « régulation de la langue occitane » :
http://www.locirdoc.fr/E_loblog/?p=3042
Même les Catalans d’Espagne sont dans le coup !

Ce « Congrès » déjà porté par les fonds publics, doit être bientôt supporté par le nouvel organisme approuvé par l’État, l’« Office public de la langue occitane » ou OPLO.

Moins il y a de locuteurs authentiques, et même de locuteurs tout court, plus il y a d’organismes payés par le contribuable… et tendant à découper la France !

Et je ne parle pas de l’artificialité de la “novlangue” qu’ils régulent et font enseigner, bien loin de la conservation du patrimoine linguistique hérité des anciens dans chaque territoire.

C’est la France elle-même qui est en jeu, et entre la paresse naturelle et le cumul des mandats, nos politiques de tous bords trouvent cela trop compliqué et signent les chèques en blanc… contre la France.

Jean Lafitte




Jean Lafitte

Linguiste, colonel de l'armée de l'air retraité


5 thoughts on “Occitan : Bel Kacem, Pellerin et le conseiller régional Grosclaude démantèlent la France

  1. Philippe le routier

    Alors là, on a un gagnant au concours de la phrase la plus absurde !

    Ça mérite d’être cité,

     » Je suis heureux d’annoncer à tous ceux qui m’ont soutenu depuis une semaine qu’ils ont gagné une victoire.  »

    Est-ce du Français, de L’occitan ou de la novlangue, je l’ignore…

    … Mais gagner une défaite c’est tout de même assez rare !

  2. Jallade

    A propos de la Constitution: l’islam est anticonstitutionnel en France, rapport à l’article 1 de la Constitution.
    Il suffit d’étaler des versets du coran pour le prouver. Les traîtres à la tête de l’Etat continuent de faire semblant de l’ignorer.

  3. PUGNACITÉ

    Le démantèlement donc affaiblissement de la France est un dessein mis en oeuvre actuellement.Ce qui est inquiétant ,c’est que le peuple est sciemment trompé et qu’il ne s’en aperçoit pas.Ainsi majoritairement,les citoyen approuvent la promotion des langues régionales en étant persuadés que cela améliorera l’ancrage régional et donc national.
    Or l’effet sera inverse de celui escompté.
    La manipulation est tout autant subtile que perverse.

  4. Alain de Catalogne

    Jamais je n’aurais pensé dans mes rêves les plus fous que cela pourrait se passer dans la France jacobine.
    En Espagne ça a commencé par une région : la Catalogne qui demandait plus d’autonomie, puis accordé par les socialistes de Felipe Gonzaléz, les autres régions ont commencé à revendiquer: on a décidé « le café pour tout le monde » c’est à dire l’autonomie de chaque région avec gouvernement, police locale, impôts régionaux, langues régionales. Peu à peu certaines régions ont demandé plus : l’autonomie fiscale complète : refusée par Rajoy à la Catalogne alors que le Pays Basque en bénéficie, et on arrive a la demande d’indépendance de la Catalogne. Vivant dans ce pays, j’ai quelquefois l’impression d’être dans un pays indépendant: drapeaux nationalistes hissés sur des mâts officiels souvent dans des communes d’importance, bref l’Espagne avance à grands pas vers le chaos.
    Il est plus,facile de soumettre des régions que des pays unis par un patriotisme, aux diktats de Bruxelles.Je crois à un plan général pour l’Europe, à une destruction volontaire des patries, les Balkans sont un exemple frappant : d’ailleurs Bruxelles a approuvé la sécession du Kosovo malgré les protestations du gouvernement central de Madrid et à la satisfaction des catalans. De plus il sera plus facile d’imposer le traité transatlantique à des « zones » qu’a des pays ou….malheureusement ce qu’il en reste si nous ne bougeons pas !

Comments are closed.