« La communauté musulmane ne veut pas de lois anti-terroristes » – par Robert Spencer


dillyhussein

UK: Les musulmans britanniques dénoncent  » Un ciblage permanent du public à l’encontre des musulmans suite à des lois anti-terroristes à n’en plus finir »

publié le 11/03/2015 par Robert Spencer.

« Nous rejetons l’image qui est faite des musulmans et de la communauté musulmane comme étant une menace pour la sécurité nationale « . La communauté musulmane ne veut pas de lois anti-terroristes. Quel serait le résultat si des lois anti-terroristes n’avaient pas été décidées ? Le djihad imposerait à la population encore plus de terreur. On peut noter, également que Dilly Hussain, un porte-parole du groupe, affiche une liste des 62 signataires dans laquelle on relève des théoriciens islamiques modérés aux côtés de noms de personnes jugées « controversées » comme Dilly Hussain l’admet lui même, et parmi certains de ces signataires « modérés » figure Musharraf Hussain lequel est un conseiller auprès de la très appréciée Fondation Quilliam .

Des personnes liées à la Fondation Quilliam et Hizb ut-Tahrir œuvrant pour une cause commune. Comme c’est intéressant…

Où avons-nous observé une seule fois qu’une organisation musulmane puisse honnêtement s’impliquer dans la lutte contre le terrorisme et le djihad et vouloir leur éradication? En revanche , tout ce que nous obtenons, même des musulmans dits « modérés » est une continuelle plainte quant aux mesures anti-terroristes prises par le gouvernement britannique.

«Les musulmans britanniques s’insurgent contre les lois anti-terroristes lesquelles seraient à leur encontre, une forme de « chasse aux sorcières  » par Alexandra Topping, Nishaat Ismail, Shiv Malik, le 11 Mars, 2015:

Si on écoute les signataires (dont plusieurs personnalités controversées) d’une déclaration nationale très ferme, une rhétorique anti-islamique et des « lois » anti-terroristes  » à n’en plus finir, courent le risque de créer une forme de « chasse au sorcière » comparable au  maccarthysme  à  l’encontre des musulmans.

La déclaration prend à partie le gouvernement, lequel « criminaliserait » l’Islam et essaierait de faire taire « des critiques légitimes et des divergences », et cette protestation dénonce une « diabolisation permanente des musulmans de Grande-Bretagne [et] de leurs valeurs, dont des savants, des conférenciers et des organisations pro-islamiques ».

Figure au nombre des signataires : Moazzam Begg directeur de l’information pour Cage, cette organisation fut au centre de toutes les attentions la semaine dernière alors qu’elle s’évertuait à expliquer la radicalisation du meurtrier, issu de l’EI, Mohammed Emwazi. Figurent parmi les signataires également, des membres de l’organisation islamiste Hizb ut-Tahrir, laquelle est interdite dans plusieurs pays dont l’Allemagne.

Cette déclaration fait suite à des propos prononcés plus tôt dans la semaine par le « Home Office » [NDT : équivalent britannique du ministère français de l’intérieur] lequel prévoit une réponse « plus énergique » à l’encontre de l’extrémisme islamique, via une série de mesures, incluant l’administration de sanctions envers les demandeurs de prestations qui n’apprennent pas l’anglais et qui sont des demandeurs de visa tout en s’engageant à respecter les « valeurs britanniques ».

Cette déclaration, vue par « le gardian » se comprend de cette façon : « Nous rejetons l’image qui est faite de nous les musulmans et de la communauté musulmane comme étant une menace pour la sécurité nationale. Le dernier amendement du parlement comme la loi sur la sécurité et le terrorisme, court le risque de créer une forme de chasse aux sorcières comparable au maccarthysme à l’encontre de notre communauté incluant des employés de crèche, des enseignants, et les universités lesquels vont devoir se renseigner quant aux signes religieux extérieurs révélateurs d’une « radicalisation » due à une recrudescence de la foi dans la pratique islamique ».

Les signataires affirment que la « question musulmane » est exploitée à des fin de politique globale en perspective des élections législatives.

La déclaration se lit, entre autre, de cette façon : « Exploiter les craintes des gens sur la sécurité est aussi scandaleux que d’exploiter les inquiétudes de la nation à propos de l’immigration« . On continue la lecture :  » Ces deux ‘peurs’ détournent l’attention du public sur des situations de crises dans l’économie et la santé, mais, on est là, face à des tactiques primaires visant à créer la division dans la population, où les grands partis tentent inévitablement de se surpasser les uns les autres dans la bassesse ».

Jahangir Mohammed, directeur du centre dédié à l’islam dans la société britannique a déclaré que la loi sur le terrorisme et la sécurité faisait de toute la communauté musulmane une cible. « La politique de lutte contre le terrorisme est imparfaite et aliénante, » a-t-il dit. « Cette approche ne fonctionne pas et va effectivement se retourner contre ceux qui l’ont éditée. L’ensemble de la communauté musulmane est blâmé pour les actions violentes de quelques-uns et en conséquence les musulmans de Grande-Bretagne se sentent marginalisés « .

Il a ajouté que la loi légitimerait les soupçons de la fonction publiques envers les musulmans quant à leurs croyances et leurs opinions politiques. «  Tout cela va à l’encontre de la politique d’égalité entre les citoyens lesquels ne doivent pas subir de discriminations quant à leurs convictions politiques et religieuses« . Il continue:  » ce qui contribuera à détruire les bonnes relations entre les communautés, lesquelles ont demandé de nombreuses années pour se construire, et permettra de traiter les musulmans comme faisant partie d’un groupe sujet à la suspicion« .

Interrogé quant à ses propos sur la loi, laquelle pourrait se retourner contre le gouvernement, il a ajouté: « Certains peuvent être tentés de l’observer sous un éclairage déplaisant mais, dans l’ensemble, les musulmans ne sont pas inquiets sur ce sujet: ils sont très en colère et frustrés par le climat et la politique actuels qui règnent actuellement en Grande Bretagne, lesquels ciblent la communauté musulmane, et il veulent que leurs voix soient entendues « .

La liste des signataires comprend aussi des personnalités converties à l’Islam comme Yvonne Ridley et la demi-sœur de Cherie Blair, Lauren Booth ainsi que l’intellectuel Dr Reza Pankhurst qui est un membre du Hizb ut-Tahrir et qui a passé quatre ans dans une prison égyptienne pour avoir essayé de recruter des disciples pour servir la cause de sa secte en 2002.

Un autre signataire est Shakeel Begg l’imam du Centre Islamique de Lewisham, fréquentés par les tueurs de Woolwich Michael Adebolajo et Mchael Adebowale, dans les mois qui ont précédés le meurtre de Drummer Lee Rigby.

La déclaration continue dans sa critique de la loi: « le ciblage sans répit des musulmans, par le public, suite à des lois anti-terroriste à n’en plus finir » auxquelles s’ajoutent 10 textes de loi du même acabit depuis l’an 2000. Les signataires revendiquent le fait que ce genre de législation donne un « énorme pouvoir à l’État », nourrissant une « hystérie médiatique » toujours selon cette déclaration.

L’ensemble des signataires signale que l’utilisation de mots tels que « radicalisation » et « extrémisme » bloque le débat, ajoutant qu’il est « inacceptable d’étiqueter comme ‘extrémistes’ de nombreuses opinions normatives sur une pléthore de différents sujets ».

Dilly Hussain, un porte-parole du groupe, a déclaré que la liste des 62 signataires incluait des théoriciens islamiques dits modérés et des noms de personnes qu’il reconnaît lui-même comme « controversées », Il a souligné la sympathie [pour la pétition] d’Arzu Merali de la Commission islamique des droits de l’homme, et de Musharraf Hussain, directeur général et imam principal à l’Institut Karimia et conseiller à la Fondation Quilliam.

Il a été demandé au Conseil musulman traditionnel de Grande Bretagne, lequel ne pouvait pas être immédiatement contacté pour la déclaration, pourquoi il ne figurait pas sur la liste des signataires. Hussain a déclaré que les membres de la MCB étaient signataires, mais comme l’organisation représente 500 mosquées avec des opinions différentes, cette situation ne facilitait pas la tâche à la MCB pour signer une telle déclaration.

Tauqir Ishaq, un des porte-paroles principal pour le « Forum d’action musulmane (CRG)« , lequel a organisé un rassemblement de milliers de musulmans britanniques pour protester contre les caricatures montrant le prophète Mahomet, déclare que les Musulmans se sentaient frustrés et déçus.

Il a ajouté : « Les ‘croyants’ sont invités à composer avec leur foi et beaucoup estiment que, dans ce cas, aucune alternative ne leur est laissée. Le contexte actuel alimente des controverses où les jeunes sont amenés à quitter la Grande Bretagne pour se rendre en Syrie « .

Ishaq a ajouté qu’il avait travaillé sur la « déradicalisation » de personnes pendant un certain nombre d’années, mais que la législation antiterroriste du gouvernement et la stratégie de prévention avaient favorisé l’extrémisme émergeant. Il a déclaré:  » des ‘descentes de police’  dans les mosquées et des enquêtes sur des organismes de bienfaisance ne sont pas un moyen pour faire face à l’extrémisme. Chaque musulman est traité avec suspicion et il est l’objet d’un traitement choquant. Des célébrités comme Jimmy Savile et Gary Glitter ne représentent pas l’ensemble des célébrités britanniques, alors, pour quelle raison une minorité d’individus qui font quelque chose de mal, devient-elle une représentation de l’ensemble de ceux qui professent la religion musulmane ?« .

Cette déclaration énergique nous informe « de sa préoccupation pour la paix et la sécurité pour tous »  mais ajoute:  « Cependant, nous refusons d’être l’objet de discours sur la consolidation de la paix et de l’harmonie sociale par un gouvernement qui joue la politique de la division et utilise la peur pour susciter le désarroi dans le grand public, cautionne l’opposition politique à la tyrannie de dictateurs dans le monde musulman, lesquels continuent à brutaliser leur peuple, tout en continuant à les soutenir.

Ci-dessous l’intégralité de la déclaration:

La communauté musulmane rejette l’état de fait qui consiste à criminaliser l’Islam et qui condamne les initiatives pour faire taire la critique légitime et le désaccord. Cette déclaration commune exprime un positionnement par rapport à la diabolisation permanente dont sont l’objet les musulmans de Grande-Bretagne, de leurs valeurs, incluant d’éminents professeurs, des orateurs et des organisations islamiques.

Nous, les soussignés imams, cheikhs, avocats, militants, dirigeants communautaires, organismes communautaires et associations étudiantes de la communauté musulmane, apportons les précisions suivantes sur ce sujet:

1) Nous rejetons l’exploitation qui est faite de la « questions musulmane » et de la « menace terroriste » à des fins politiques, en particulier en perspective des élections législatives. Exploiter les craintes du public sur la sécurité est aussi odieux que d’utiliser les inquiétudes des citoyens britanniques face à l’immigration.

Ces deux préoccupations détournent l’attention générale de crises dans l’économie et dans le domaine de la santé, et sont des manipulations primaires pour créer la division là où les grands partis tentent inévitablement de se surpasser les uns les autres dans la bassesse.

2) Nous déplorons le ciblage continu des musulmans par la population via des lois à n’en plus finir contre le « terrorisme ». Dix textes de loi environ ont été promulgués depuis l’an 2000, tous donnent d’énormes pouvoirs à l’État, alimentant l’hystérie des médias, même si, dans la plupart des cas, aucun crime n’a été commis. Un contre-coup pénible et dangereux envers les musulmans en a résulté, atteignant en particulier les femmes et les enfants.

3) Nous récusons l’image qui est faite des musulmans et de la communauté islamique comme étant une menace pour la sécurité nationale. La dernière loi votée au parlement « Loi sur la sécurité et l’anti-terrorisme » menace de créer une sorte de « maccarthysme » avec « une chasse aux sorcières » à l’encontre des musulmans, incluant des employés de crèche, des enseignants et les universités lesquels vont devoir se renseigner quant aux signes religieux révélateurs d’une « radicalisation » due à une recrudescence de la foi dans la pratique islamique. Un tel scénario ne ferait que nuire à la cohésion sociale car il incite à la suspicion et au ressentiment dans le reste de la population.

4) L’utilisation judicieuse de termes vagues et politiquement chargés comme « radicalisation » et « extrémisme » est inacceptable car il criminalise un discours politique légitime ainsi que la critique de la position des gouvernements successifs envers les musulmans de Grande Bretagne et à l’étranger. Nous nous opposons fermement à des propositions d’ordre politiques qui provoquent l' »agression » et la « répression » envers ceux qui, dans la communauté musulmane, expriment leur désaccord alors qu’ils ont condamné la violence et n’ont jamais approuvé des actes de terrorisme.

5) De même, il est inacceptable d’étiqueter comme « extrémistes » les nombreux jugements normatifs basés sur le coran et la sunna du prophète Mohamed, formulés par les musulmans sur différentes questions, signifiant de facto un lien entre ces opinons et la violence. L’utilisation de ce genre d' »étiquette » est un alibi pour réduire au silence des intervenants.

6) Nous confirmons notre participation à un discours et à un débat politique et idéologique sérieux ayant pour thème le bien de l’humanité en général. Nous sommes face à des tentatives de l’État pour « saboter » cette remise en question, son engagement envers ses propres prétendues valeurs libérales et les libertés démocratiques.

7) Nous confirmons notre préoccupation quant à la paix et la sécurité pour tous. Cependant, nous refusons d’être l’objet de discours sur la consolidation de la paix et de l’harmonie sociale par un gouvernement qui joue la politique de la division et utilise la peur pour susciter le désarroi dans le grand public, cautionne l’opposition politique à la tyrannie de dictateurs dans le monde musulman, lesquels continuent à brutaliser leur peuple, tout en continuant à les soutenir.

8) Nous confirmons notre volonté quant à l’attachement à nos croyances et à nos valeurs, nous voulons parler de ce qui est juste et de ce qui est faux sur la base de nos principes, que ce soit sur des questions telles que la sécurité des citoyens, le monopole des entreprises, la guerre et la paix , l’exploitation économique, les questions d’ordre sociale et morale, le nationalisme et le racisme. Ne pas le faire serait dangereux et laisserait la communauté musulmane sans repaires.

9) Nous appelons toutes les personnes intègres en Grande-Bretagne – incluant les hommes politiques, les journalistes, les universitaires, des blogueurs et tous ceux concernés par la justice pour tous – de continuer à observer les manipulations alarmistes, les campagnes de peur et les machinations des politiciens, ce qui n’augure rien de bon pour l’harmonie sociale et ne fait qu’augmenter l’égarement ressenti et vécu  par la communauté musulmane de Grande-Bretagne.

Le temps est venu pour les politiciens de cesser de détourner l’attention de l’opinion publique britannique loin des préoccupations quant aux crises à l’intérieur du pays, et de la politique étrangère désastreuse, en jouant à plusieurs reprises la carte de « l’islam » ou de la « sécurité nationale ».

Signataires:

  1. Abdurraheem Green, iERA
  2. Anjum Anwar, teacher/chair of Woman’s Voice
  3. Arzu Merali, Islamic Human Rights Commission
  4. Dr Abdul Wahid, Hizb ut-Tahrir, Britain
  5. Dr Musharraf Hussain, CEO and chief imam, Karimia Institute
  6. Dr Reza Pankhurst, author and academic
  7. Dr Saeed Al-Gadi, presenter at Islam Channel
  8. Dr Shahrul Hussain, Birmingham
  9. Dr Uthman Lateef, Hittin Insitute
  10. Hodan Yusuf, journalist
  11. Ibrahim Hewitt, Leicester
  12. Ibtihal Bsis, barrister, broadcaster, Hizb ut-Tahrir
  13. Imam Abdul Wahhab, east London
  14. Imam Abdul-Malik Sheikh, imam and khatib, London
  15. Imam Abdul Mateen, east London
  16. Imam Aziz Ibraheem, Iman Trust Community Centre, St Helens
  17. Imam Irfan Patel, Jamiah Masjid, Gillingham
  18. Imam Shakeel Begg, Lewisham Islamic Centre
  19. Jahangir Mohammed, Centre for Muslim Affairs
  20. Lauren Booth, journalist
  21. Mahmud Choudhury, secretary, Poplar Shahjalal Masjid
  22. Massoud Shadjareh, Islamic Human Rights Commission
  23. Moazzam Begg, director of Outreach, Cage
  24. Muhammad Mustaqeem Shah, Al-Mustaqeem Centre, Bradford
  25. Shaikh Abu Abdissalam, London
  26. Shaikh Haitham Haddad, MRDF
  27. Shaikh Haitham Tamim, chairman of the Utrujj Foundation
  28. Shaikh Khaled Fekry, imam, London
  29. Shaikh Omer Hamdoon, Muslim Association of Britain
  30. Shaikh Sulaiman Gani, south London
  31. Shaikh Zuber Karim, Intelligence Finance Consultancy
  32. Shaikh Tauqir Ishaq, CEO, Hijaaz College
  33. Ustadh Kamal Abu Zahra, lecturer on Islamic studies, London
  34. Yusuf Chambers, freelance community activist
  35. Yusuf Patel, SRE Islamic
  36. Azad Ali, Muslim Safety Forum
  37. Asghar Bukhari, Muslim Public Affairs Committee, UK
  38. Roshan Muhammad Salih, broadcaster and journalist
  39. Ghulam Haydar, director, Myriad Foundation
  40. Shoaib Khalid Bhatti, Muslim Lobby, Scotland
  41. Dr Daud Abdullah, British Muslim Initiative
  42. Shaikh Chokri Majoli, imam, London
  43. Yvonne Ridley, vice-president, European Muslim League
  44. Muhammad Shofiq, Ramadan Foundation, Rochdale
  45. Hasan Al Katib, journalist
  46. Mazhar Khan, Manchester Muslim Forum
  47. Saaqib Abu Ishaaq, Project Medinah, Rochdale
  48. Omar Ali, chair, Brighton and Hove Muslim Community
  49. Sofia Ahmed, Muslim Women Against Femen
  50. Nalini Naidoo, Newham Muslim Women’s Association
  51. Irfan Hussain, Bradford Dawah Centre
  52. Leyla Habibti, humanitarian activist
  53. Tasmin Nazeer, freelance journalist
  54. Ali Anees, Eccles Mosque
  55. Saeed Akhtar, Cheadle Mosque
  56. Yousef Dar, Community Safety Forum, Manchester
  57. Dr Shameel Islam-Zulfiqar, humanitarian campaigner
  58. Majid Freem, humanitarian aid worker, friend of Alan Henning
  59. Laura Stuart, humanitarian aid worker, journalist and activist
  60. Fatima Barkatula, scholar and director of Seeds of Change
  61. Ibrahim Kala, Bolton Council of Mosques

Traduit de l’anglais par Lavéritétriomphera

 

Source : http://www.jihadwatch.org/2015/03/uk-muslims-decry-the-continued-public-targeting-of-muslims-through-endless-anti-terror-laws?utm_source=Jihad+Watch+Daily+Digest&utm_campaign=b3ff1c54f8-Daily_Digest&utm_medium=email&utm_term=0_ffcbf57bbb-b3ff1c54f8-123562353

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Laveritetriomphera

Résistance républicaine Midi Pyrénées, j'ai choisi comme symbole la déesse égyptienne de la vérité/justice Maât. J'estime que la vérité/justice est un concept universel et unificateur par essence.


14 thoughts on “« La communauté musulmane ne veut pas de lois anti-terroristes » – par Robert Spencer

  1. Lili

    Les musulmans ne veulent pas de lois « anti-terroristes » ?
    Ah bon ?? Mais, pourquoi, qu’est ce qui les dérangent ?
    Ok ! Ils se sentent stigmatisés, visés, blabla…… Islamophobie…;
    Donc, ils reconnaissent que islam et terrorisme c’est pareil !!
    Kifkif bourricot !
    De toute façon, ils ne voudraient pas non plus de lois anti-viol d’enfants, anti-égorgement, anti-lapidation ….etc…….. Mais pourquoi rester ? faut partir vite, très vite dans vos paradis muzz, profiter de la « charia vita », le bonheur . Allez, on vous paie l’aller sans retour .

  2. Antiislam

    Bonjour,

    Nous n’avons pas à tenir compte de ce que disent ou pensent les Musulmans.

    L’islam , idéologie totalitaire , qui a persécuté et colonisé l’Europe pendant des siècles est totalement illégitime en France.

    La seule question à poser est l’expulsion de l’islam de la France.

    Je connais beaucoup de personne autour de moi qui seraient tentées de voter pour Marine parce qu’elle en ont plus que marre du colonialisme musulman mais qui attendent de Marine qu’elle énonce un programme clair et précis.

    1. xtemps

      Je vous donne entièrement raison, l’Islam ne fait pas partie du terroir, un poison qui entre en composition avec la France comme le restant de toute l’Europe, même les vins français de grand cru et autres en Europe, s’en trouve modifié et même menacé de disparaître.
      J’ai toujours pensé qu’être français, italien ou une autre partie de l’Europe, c’est comme le vin, comme le vin, être français se transmet de père en fils, de génération en génération au file des siècles, comme les vins, qui produit le goût si particulier pour les grands connaisseurs, ils attendent même, la langue du pays parler dans les vins de grand cru, ressentent la fine averse du moment, la pente, le soleil, même l’odeur de la baguette en France, les spaghettis en Italie et bien d’autres choses où ces vins captent les énergies en symbioses, ces vins existent, parce qu’il y à des humains de grand cru en symbiose encore, en équilibre dans un environnement particulier, les peuples de souche, les autochtones et ses produits du terroir spécifique nul part ailleurs.
      Et je dis toujours aussi qu’on ne fait pas du vin avec bannes, comme être français ne se reconnaît que par des grands connaisseurs, il y à que les cancres, les bananes aux pouvoirs de peu d’envergure, qui ne reconnaissent pas les vrais français, sauf nos ennemis, et eux, ils ne se trompent pas, et avec eux ce sera haram du vin jusqu’aux français en symbioses, qui risquent de disparaître.
      Vive la démocratie qui protège les vrais richesses de chaque pays au monde.

  3. Aaron

    Que des patronymes purement « british » dans cette liste des signataires….
    Comme Sir Enoch Powell avait raison dans son discours d’Avril 1968….

  4. PUGNACITÉ

    La communauté musulmane devrait se conformer aux principes républicains et placer la citoyenneté au premier plan en relequant la religion à la sphère privée. Si telle n’est pas la volonté de certains politico religieux ils doivent avoir l’honnêteté morale et intellectuelle de quitter ce pays laïc pour aller vivre dans l’un des 57pays musulmans.

  5. Françoise

    Les musulmans ne veulent pas des lois anti terroristes en GB, en France pourtant ils seront bien obliger de les accepter car on ne leur demandera pas leurs avis, encore que ces lois anti terroristes soient efficaces pour enrayer le problème de l’islam radical j’en doute très sincèrement puisque ce phénomène se développe dans plusieurs pays d’Europe, de toute façon quel que soit le pays la présence de l’islam et des musulmans est une menace pour la survie de la civilisation européenne en tant que telle ça tout le monde l’a compris depuis longtemps, oui l’islam est une menace pour la cohésion sociale et la sécurité publique de chaque état dan lesquels les musulmans sont déjà quelques millions ! si ces lois anti terroristes ne leur conviennent pas rien ne les empêche de quitter ces pays dont les lois ne leurs conviennent pas pour regagner un des 57 pays de l’oumma ou ils pourront vivre selon la religion de leur cœur et où la charia est la norme.

  6. LifeflowerLifeflower

    Fantastique! Le culot à la louche, encore et toujours. Fallait oser le dire. Le dire avec de tels agurments. J’hésite entre rire o pleurer.

    Déjà : « …les musulmans britanniques dénoncent un ciblage permanent du public à l’encontre des musulmans… ».
    Excusez du peu. La réaction au ciblage occasionné par des terroristes qui se revendiquent tous musulmans! Nous n’inventons rien. Qu’ils cessent de revendiquer leurs idéaux moyenâgeux à grands renforts de pancartes et de cris, faces déformées par la rage « Charia for the world ». S’ils se faisaient moins remarqués par leurs souillures tout irait bien!

    En Angleterre (et partout ailleurs), ils veulent que leur(s) voix soi(en)t entendue(s)?
    Cela est accompli, nous les avons très bien entendu. Même s’il persiste quelques malvoyants qui ont vraiment du mal à voir le mal.
    Curieusement, lorsque nous les entendons c’est toujours lié à la mort, la charia ou pour se plaindre de racisme, du menu dans les cantines scolaires, le halal, le calendrier…

    « Le ciblage sans répit des musulmans… nourrit une hystérie médiatique »… Quand on pense que nous sommes informés d’une petite partie des faits-divers à attribuer à ce « groupe paisible »… je me marre. Ils oublient sans doute la quantité de musulmans hystériques peu discrets, qui s’évertuent à semer la terreur partout. Ce sont eux qui ciblent les innocents sans répit.

    « …des descentes de police dans les mosquées… » Non, sans blague ça va se faire, et ils se demandent pourquoi? Hourrrrrraaaaaaa!!!! On veut la même chose, et vite!! Ce n’est pas des descentes qu’il faut, ce sont des caméras cachées et bande audio. Des preuves! Et après… les descentes. Et après… le charter direction l’un de leur 57 paradis.

    Les voilà maintenant tous solidaires quand il est question de défendre leurs idées. Ils sont RI-DI-CU-LES. Seraient-ils aux abois? Inquiets qu’on parvienne à les écarter? Mais quelle bonne nouvelle!!!

    « …utilisation des inquiétudes des citoyens… »? Mais oui! Et encore oui! Elles sont réelles, ils ont compris.
    Ces citoyens auraient-ils ENFIN été entendus?!

    « 10 textes de lois ont été promulgués depuis l’an 2000.. » Hé bien, à voir les attentats qui ont eu lieu après cette date, il en faut 1000 de +! (Là, ceux d’en-haut finiront peut-être par se dire qu’il en suffirait d’une ou deux du style : islam : à la maison – terre d’islam, par exemple).

    « Nous refusons l’image qui est faite des musulmans et de la communauté islamique comme étant une menace pour la sécurité nationale… ». Ah, bon? Il faudrait dès lors penser à apostasier courageusement, car le peuple n’a rien inventé. Ce n’est pas une image, les faits démontrent quotidiennement LES menaces. Les sacrés textes sont limpides… « Nous refusons » Mais taisez-vous les barbares!
    Application immédiate du principe de précaution.

    « …cesser de détourner l’attention de l’opinion publique… » Trop fort! Donc, lorsque nous sommes informés par les médias c’est dans le but de détourner notre attention. Oui, ça existe. Il n’en reste pas moins que la décapitation d’un être humain par un formaté mi-homme mi-démon de l’E.I. reste un fait réel.

    L’opinion publique aimerait beaucoup avoir son attention attirée par autre chose que des meurtres, des égorgements, etc… tous liés à ces malades si fiers de revendiquer leurs actes barbares au nom d’Allah. C’est bien le patron des musulmans non?!!

    Bref, chaque paragraphe est un tissu d’âneries totalement démontable et absurde. Encore un torchon baigné de Taqqiya.

    1. Lavéritétriomphera

      @lifeflower
      J’ai pensé comme vous : « un culot sans réserve » auquel se rajoute un apitoiement sur soi, et des pleurnicheries à n’en plus finir. Un numéro de takkia achevé, il est clair que l’insupportable est dépassé. Si le gouvernement cède, la population excédée réagira… et dans quelle mesure? Je pense notamment à tous ceux qui ont fui l’islam : ex-musulmans, chrétiens chassés de chez eux.

  7. LifeflowerLifeflower

    Comme promis, j’ai répertorié les quelques faits marquants de ce mois d’avril. Impossible de tous les reprendre… c’est affolant. J’y ai ajouté un lien pour celles et ceux qui souhaitent en savoir plus.
    Mme Tasin, je vous laisse évidemment le choix pour ceux à conserver/à écarter.

    AVRIL 2015

  8. Marc

    Que ce soit là bas ou chez nous, pas un seul jour sans que des musulmans empoisonnent littéralement la vie publique. Ils ne sont faits ni pour l’Europe, ni pour la démocratie. Terroristes ou pas, leur culture d’arriéré ne sait entendre que la coercition.
    Nous ne voulons pas des musulmans et nos gouvernements devront en tenir compte.

  9. Marc

    J’avais lu que 80 % des musulmans londoniens soutenaient l’état islamique…donc ces emmerdeurs, c’est peu de le dire, sont cohérents avec eux-même. Mais si on commençait par les mosquées et les allocations pour en terminer avec le terrorisme?

    1. LifeflowerLifeflower

      C’est bien ça qui rend dingue : ils crient ouvertement depuis des années ce qu’ils veulent et quels sont leurs buts. Problème : « on » les prend pour des « rigolos » qui s’agitent, sans plus;
      Ou « on » laisse monter les rigolos pour laisser faire le sale boulot au gens ordinaires. (et qui sera condamné en fin de course?).

      Tout à fait d’accord avec vous. Ce ne sont pas les solutions qui manquent, mais bien le courage et la « bien-voyance ».

      Quand on sait qu’il y a des « mamas » qui sont sur le territoire depuis 30 ans et qu’elles ne parlent toujours pas deux mots de français. Grrrr.
      Hé oui, pourquoi faire? Etant donné qu’elles sont vouées à servir le maître de maison, s’occuper des nombreux enfants, etc… pas l’temps de prendre des cours de FRANCAIS.
      Mais de quoi nous plaignons-nous? Nous devons nous taire étant donné que ces dames ne perçoivent pas le chômage puisque monseigneur travaille… on se débrouille.

      Parlez français? Kesaco? Ah, pour montrer l’exemple aux enfants… pour s’intégrer… ouais, bof… pourkoifair? Y’a l’épicerie du coin tenue par « mon frère » qui parle kommwa et mes enfants, ils se débrouillent avec leurs cousins… d’ailleurs ma fille va se marier avec l’un d’eux… avenir assuré.

      Je rejoins ici l’article de Mandalay : on ne peut faire gober tout et n’importe quoi aux gens du peuple. La majorité en a ras-le-bol.

Comments are closed.