Mort de Charb : les « antiracistes » de Y’a bon Awards portent plainte contre Jeannette Bougrab !


charbetc

Les salauds ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît.

Après la mort de Charb, Jeannette Bougrab  a plusieurs fois accusé Y’a Bon Awards d’être responsable de la mort de son compagnon et des autres personnes assassinées le 7 janvier –Y’a Bon Awards est une  cérémonie de remise de prix aux racistes, créée par les Indivisibles, association « anti-raciste » fondée, entre autres, par l’ineffable Rokhaya Diallo...

Naturellement ils crient à l’infamie, disant qu’ils n’ont jamais nommé Charb vainqueur de leur concours du plus raciste.

 

Sauf que, comme le rappelait Caroline Fourest en 2012 dans un article intitulé Les « Y’a bon Awards » déshonorent l’antiracisme, Rokhaya Diallo a signé un manifeste contre le soutien à Charlie Hebdo, aux côtés de Saïd Bouamama dont nous parlions justement hier :

Les indivisibles contre Charlie Hebdo

Les indivisibles s’inscrivent dans cette famille idéologique, qui considère tout intellectuel féministe et laïque comme « islamophobe » dès lors qu’elle ose critiquer à la fois le racisme et l’intégrisme. Mais Rokhaya Diallo va plus loin. Elle accepte de donner des conférences aux côtés du roi des complotistes Belges, Michel Collon.

Elle fait surtout partie des premiers signataire d’un manifeste « contre le soutien àCharlie Hebdo« , lancé par des figures des Indigènes de la République juste après l’attentat... Il prétend défendre la liberté d’expression mais nous explique, qu’au fond, le journal l’a bien cherché ! Ce qui revient à justifier le terrorisme contre la presse, dans un contexte où des dessinateurs et des journalistes prennent tous les jours des risques pour continuer à parler librement de l’intégrisme.

Quand on fustige haineusement ceux qui dénoncent une situation insupportable dans leur pays, insupportable à cause de l’immigration et/ou de l’islam, quand on fait paraître des « tableaux de chasse au raciste comme ci-dessous, il est évident qu’on porte une responsabilité dans l’incitation à la haine  de la liberté d’expression et de celui qui la pratique :

 

Le palmarès des Y’a bon Awards 2009

  • Éric Raoult, député-maire UMP du Raincy a reçu un prix « Pour l’ensemble de son œuvre » pour avoir lancé « Aminata (Konaté ) contre Brard, c’est Naomi contre Peppone ! C’est la Rama de Montreuil » et « On n’est pas une communauté comme au village. Le Raincy, c’est pas Bamako ».
  • Pascal Sevran, animateur de télévision, prix « À titre posthume » pour avoir déclaré : « Les coupables sont facilement identifiables, ils signent leurs crimes en copulant à tout-va, la mort est au bout de leurs bites, ils peuvent continuer parce que ça les amuse, personne n’osera leur reprocher cela, qui est aussi un crime contre l’humanité : faire des enfants, le seul crime impuni. On enverra même de l’argent pour qu’ils puissent continuer à répandre, à semer la mort. »
  • Luc Ferry, philosophe, ancien ministre, a reçu le prix « Le bruit et l’odeur ». Il avait déclaré que les violences conjugales seraient des « traditions importées » des pays arabes
  • Alain Finkielkraut, philosophe, a reçu le prix « Tu l’aimes ou tu la quittes » qui avait déclaré dans la presse : « Les gens disent que l’équipe nationale française est admirée par tous parce qu’elle est black-blanc-beur. En fait, l’équipe de France est aujourd’hui black-black-black, ce qui provoque des ricanements dans toute l’Europe. »
  • Sylvie Noachovitch, femme politique de l’UMP, a reçu le prix « Les Envahisseurs » pour avoir dit : « Mon mari peut dormir tranquille. Dans ma circonscription, il n’y a que des Noirs et des Arabes. L’idée de coucher avec l’un d’entre eux me répugne ».
  • Ivan Rioufol, éditorialiste au Figaro, a reçu le prix de « l’Académie bien française » pour l’ouvrage Où va la France ? (Éditions de Passy, 2008) et pour les citations suivantes : « Si l’administration se contente de la carte d’identité pour reconnaître un Français, l’âme de la nation se nourrit de passions et d’idéaux partagés. Or la France chamboulée peine à se faire désirer autrement que pour ses sous. » et « Jamais les immigrés arméniens, russes, italiens, polonais, espagnols, portugais ne tinrent rigueur à la France de leurs éprouvantes conditions de vie et d’une législation qui, votée par la gauche en 1932, réservait le travail aux Français et se gardait la liberté, sous le Front populaire (lois de 1938) de dénaturaliser et d’expulser au moindre prétexte. Jamais les Asiatiques d’aujourd’hui ne se sont plaints de n’être pas respectés, leitmotiv des cités musulmanes. Les rebelles ne méritent pas tant de sollicitude. »

Récapitulatif[modifier | modifier le code]

Cérémonie Catégorie Vainqueur Nominés
2009 Le bruit et l’odeur Luc Ferry Maxime Gremetz
François Grosdidier
Gérard Larcher
Jacques Myard
Patrick Ollier
Hélène Carrère d’Encausse
Jean-Claude Narcy
Philippe Candeloro
Les Envahisseurs Sylvie Noachovitch Philippe de Villiers
Xavier Lemoine
Henry de Lesquen
Hugues Portelli
Alain Finkielkraut
Tu l’aimes ou tu la quittes Alain Finkielkraut Marielle Goitschel
Gaston Kelman
Thierry Ardisson
Philippe Leroy
Paul Girot de Langlade
Françoise Laborde
Patrick Karam
Pour l’ensemble de son œuvre Éric Raoult Éric Zemmour
Brice Hortefeux
Nicolas Sarkozy
Nadine Morano
Valérie Pécresse
Georges Frêche
A titre posthume Pascal Sevran Raymond Barre
Jacques Chirac
Jean-Marie Le Pen
C’est arrivé près de chez vous
L’Académie bien française Ivan Rioufol Philippe de Villiers
Éric Zemmour
Ivan Rioufol

Y’a bon Awards 2010[modifier | modifier le code]

Le palmarès des Y’a bon Awards 2010[modifier | modifier le code]

Lors de la seconde édition le 12:

  • Catégorie « Le Bruit et l’Odeur » : Jacques Séguéla pour ses propos sur l’Africain.
  • Catégorie « Origines contrôlées » : Nicolas Sarkozy pour ses propos tenus sur les origines kabyles de Dany Boon, quand il lui a remis la Légion d’honneur.
  • Catégorie « Antilles » : Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L’Express, pour ses propos lors de la grève dans les départements d’outre mer.
  • Catégorie « Les Zérics » : Éric Zemmour pour ses propos sur les noirs, sur la burqa et sur Rama Yade.
  • Catégorie « Les Zenvahisseurs » : les députés du Val-d’Oise Claude Bodin et Yanick Paternotte qui ont tenté d’interdire le concert Maghreb United.
  • Pour l’ensemble de son œuvre : le ministre Brice Hortefeux.
  • Catégorie « Touche pas à mon pote raciste » : Fadela Amara qui avait défendu « l’humour » de Brice Hortefeux.

Récapitulatif[modifier | modifier le code]

Cérémonie Catégorie Vainqueur Nominés
2010 Le bruit et l’odeur Nicolas Sarkozy Paul Girot de Langlade
Francis Delattre
Jean-Claude Dassier
Philippe Doucet
Jacques Séguéla
Jacques Séguéla
Calixthe Beyala
Vincent Moscato
Pierre Bénichou
Christine Ockrent
Xavier Darcos
Origine contrôlée Nicolas Sarkozy Jacques Chirac
Jean-Pierre Elkabbach
Manuel Valls
Valérie Pécresse
SNCF
Antilles Christophe Barbier Frédéric Lefebvre
Jacques Maillot
Denis Tillinac
Tex
Les Zérics Éric Zemmour Éric Raoult
Éric Besson
Les envahisseurs Claude Bodin et Yanick Paternotte Christophe Barbier
Alain Finkielkraut
Jean-Claude Gaudin
Sylvie Pierre-Brossolette
Nicolas Sarkozy
Arlette Chabot
Pascal Bruckner
Pour l’ensemble de son œuvre Brice Hortefeux Georges Frêche
Ivan Rioufol
Élisabeth Lévy
Nadine Morano
Touche pas à mon pote raciste Ivan Rioufol Nora Berra
Fadela Amara
Rachida Dati
Gaston Kelman
Jean-Luc Mélenchon
Manuel Valls
Mohammed Moussaoui
Jean-Jacques Bourdin
Anthony Kavanagh
Éric Naulleau
Meilleur espoir André Valentin Nicolas Dupont-Aignan
Jacques Myard
Pascal Clément
Robert Ménard
Gérard Longuet
Frédéric Lefebvre
Lionnel Luca
Gérard Huet
Bernard Tomasini
Alain Destrem

Y’a bon Awards 2011[modifier | modifier le code]

Le palmarès des Y’a bon Awards 2011[modifier | modifier le code]

Catégorie « ‘Finalement c’est pas si dur de dire un truc raciste :

  • Jean-Paul Guerlain, parfumeur : « Pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin… », propos tenus le 15 octobre 2010 au Journal de 13h sur France 2

Catégorie « ‘Les Envahisseurs III:

  • Bruno Larebière, rédacteur en chef du journal Minute pour « Je me demande s’il n’était pas plus facile de circuler en 1940 sous occupation Allemande que de circuler à la Goutte d’Or un vendredi », propos tenus le 16 juin 2010 sur l’émission Menard sans interdit sur I-Télé et Pascal Bruckner, romancier : « Je me disais qu’il y avait là dans les banlieues, une armées de réserve de jeunes gens à la fois extrêmement dynamique, très aguerri aux sports de combats, soumis à une sorte de violence machiste, et qui auraient pu faire les délices d’un grand parti fasciste antisémite », propos tenus le 5 février 2010 sur l’émission Tout et son contraire sur France Info.

Catégorie « ‘L’Islam ne passera pas par moi :

  • Robert Menard, journaliste : « Je n’ai pas envie qu’il y ait autant de mosquées que d’églises dans mon pays […] Je n’ai pas envie qu’il y ait un minaret dans tous les villages de France […] Aujourd’hui, il y a 200 000 immigrés qui viennent chaque année en France, 80 % arrivent dans le cadre du regroupement familial. 80 ou 90 % sont musulmans. Il faut arrêter ça. »

Catégorie La France aux Français…. Les vrais:

Michel Godet, Élisabeth Lévy et Ivan Rioufol, journalistes pour :

  • Michel Godet : « C’est comme dans l’éducation, on ne veut pas voir que se sont les 20 % qui sont en échec scolaire, qui nous font dégringoler… sont aussi ceux qui sont d’origine immigrée à qui on a mis des mauvaises conditions d’éducation […] en revanche quand ils sont d’origine Asiatique, il n’y a pas de problèmes, parce qu’il y a des parents derrière »
  • Élisabeth Lévy : « Les bourgeois parisiens, ils savent à qui ils achètent leur shit, les gens ils savent par qui ils se font emmerder dans le métro. »
  • Ivan Rioufol : « Il est anormal que l’on poursuive quelqu’un qui est dit la vérité. Ceux qui devraient être devant la barre, ce sont ces associations antiracistes qui fonctionnent sur une malhonnêteté intellectuelle… » Propos tenus le 12 janvier 2011 sur l’émission On refait le monde sur RTL

Catégorie Pour l’ensemble de son œuvre » :

Catégorie « Meilleur espoir » :

  • Chantal Brunel, députée UMP de Seine-et-Marne et Benjamin Lancar, président des Jeunes Populaires – UMP : « Il n’est pas normal qu’on ne rassure pas les Français sur toutes les populations qui viennent de la Méditerranée. Après tout remettons-les dans les bateaux ! », propos tenus le 8 mars 2011.
  • Benjamin Lancar : « (le lien) entre délinquance et manque d’intégration, oui. Mais qui peut le nier ? […] Ça n’a pas de sens de ne pas lier le manque d’intégration à la délinquance […]Ça n’a pas de sens de dire qu’il n’y a pas plus de délinquance parmi les étrangers, c’est un fait. », propos tenus le 31 août 2010.
  • Benjamin Lancar : « Ils ont eu un comportement débile, effectivement je pense qu’il y a eu des tensions ethniques dans cette équipe. Même Emanuel Petit parlait d’islamisation de cette équipe. Je dis juste seulement que c’est une «équipe de racailles », propos tenus le 25 juin 2010.

Récapitulatif[modifier | modifier le code]

Cérémonie Catégorie Vainqueur Nominés
2011 Finalement c’est pas si dur de dire un truc raciste Jean-Paul Guerlain Brice Hortefeux
Jacques Séguéla
John Galliano
Philippe Doucet
Olivier Jay
Les Envahisseurs III Bruno Larebière et Pascal Bruckner Jean Raspail
Elisabeth Lévy
L’islam ne passera pas par moi Robert Ménard Xavier Lemoine
François Lebel
Michel Houellebecq
Alexis Brézet
Claude Guéant
La France aux Français…. Les Vrais Michel Godet, Élisabeth Lévy et Ivan Rioufol: Claude Guéant
Brice Hortefeux
Frédéric Lefebvre
Lionnel Luca
Florent Pagny
Pour l’ensemble de son œuvre Éric Zemmour Robert Menard
Claude Guéant
Brice Hortefeux
Meilleur espoir Chantal Brunel et Benjamin Lancar Josiane Plataret
Geoffroy Didier
Évelyne De Caro

Y’a bon Awards 2012

Le 19 mars 2012, à 19h au Cabaret sauvage à Paris, la 4e cérémonie des Y’A bon Awards a fait un état des lieux de cinq années de propos, dispositifs, idées, visuels et lois racistes de tous horizons. Plus que les propos et leurs auteurs, il s’agissait d’épingler de manière ludique un système qui continue à diviser en alimentant les préjugés et en utilisant des peurs racistes à des fins politiques. Le jury 2012, présidé par Gilles Sokoudjou (Indivisibles), était composé de : Florence Aubenas (journaliste), Jean Baubérot(sociologue), Abdelkrim Branine (journaliste), Sébastien Fontenelle (journaliste), Faiza Guene (romancière/réalisatrice), Nacira Guénif-Souilamas (sociologue), Olivier Le Cour Grandmaison (historien), Jalil Lespert (comédien/réalisateur), Alain Mabanckou (romancier), Aïssa Maïga (comédienne), Frédéric Martel (journaliste/écrivain),Mokobé (rappeur),Maboula Soumahoro (civilisationniste), Youssoupha (rappeur).

Le palmarès des Y’a bon Awards 2012

Catégorie « 50 minutes Inside la tête d’un people qui aurait mieux fait de se taire »

  • Richard Millet, écrivain : « Je prends quotidiennement le RER, pour moi, la station Châtelet des Halles à six heures du soir c’est le cauchemar absolu, surtout quand je suis le seul Blanc. Est-ce que j’ai le droit de dire ça ou pas ? […] J’ai une douleur, je ne me reconnais plus. Je ne supporte pas les mosquées en France, je le dis, je ne peux pas voir ça en peinture. » – propos tenus sur Ce soir ou jamais, France 3, le 07/02/2012.

Catégorie « Enquête exclusive, en partenariat avec le journal Minute » :

  • Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L’Express : « L’affaire du Quick Hallal vient après l’affaire de la burqa, après l’affaire des minarets. À chaque fois c’est la même chose. La République laïque doit résister […] Il faut dire non à tout cela. » – édito du 18/02/2010
  • Sylvie Pierre-Brossolette, rédactrice en chef au Point, à propos de l’affaire Dominique Strauss-Kahn : « Quelle image donnons-nous au monde quand les télévisions de la planète entière montrent un prestigieux Français pénétrer dans le tribunal de New York, piteux, mal rasé et toujours menotté, pas mieux traité que les malfrats de couleur déférés avant et après lui devant le juge ? C’est ravageur » – article publié le 19/05/2011 sur le site du Point.fr.

Catégorie « Les Experts Chronikers »

  • Caroline Fourest, chroniqueuse au Monde et à France Culture : elle dénonce « des associations qui demandent des gymnases pour organiser des tournois de basket réservés aux femmes, voilées, pour en plus lever des fonds pour le Hamas. » – Convention du PS sur l’Égalité réelle, le 11/12/2010.

Catégorie « L’opposition qui ne s’oppose pas vraiment, en fait… »

  • Françoise Laborde, sénatrice du Parti radical de gauche. Auteur de la loi visant à interdire aux nounous de porter le voile (loi votée par le Sénat donc le PS), Laborde s’explique après avoir entendu des réactions d’opposition des auditeurs de Radio Orient : « Et j’ai bien compris que j’inquiétais, que je perturbais et que j’étais une islamophobe. Bon ben voilà, et j’assume » – interview sur Radio Orient, le 19/01/2012.

Catégorie « C’est beau l’esprit d’équipe »

  • UMP, pour l’ensemble du travail accompli en cinq ans.

Y’a bon Awards 2013

La cinquième édition des Y’a bon Awards s’est déroulée le 10 juin 2013 au Cabaret sauvage à Paris.

Catégorie « Super Patriote »

Véronique Genest pour « J’ai dit que je trouvais l’islam dangereux pour notre démocratie et qu’il nous le prouvait tous les jours (…) Ce soir je fais mon coming out : oui probablement que je suis, comme beaucoup de Français, islamophobe » – NRJ12, le 17/09/2012.

Catégorie « Territoires perdus de la République »

Jean-François Copé pour « ces familles qui rentrant du travail le soir apprenant que leurs fils s’est fait arracher son pain au chocolat à la sortie du collège par des voyous qui lui expliquent qu’on ne mange pas pendant le ramadan. » – le 05/10/2012.

Catégorie « Au bon vieux temps des colonies »

Jean-Sébastien Vialatte pour « Les casseurs sont sûrement des descendants d’esclaves, ils ont des excuses. Taubira va leur donner des compensations » – Twitter, 13 mai 2013.

Christophe Barbier

Christophe Barbier est venu chercher son trophée des années précédentes (2012 et 2011). Il est le premier primé à venir récupérer son prix13.

Catégorie « Retourne chez ta mère »

Franck Tanguy pour « Très franchement, quand je vois un barbu en djellaba qui traverse au feu rouge, j’ai envie d’accélérer » – Les grandes Gueules de RMC, le 12/11/2012.

Catégorie « Ensemble de son œuvre »

Madame Élisabeth Lévy s’est vue décernée une banane d’or « pour l’ensemble de son œuvre »14. Pour Bader Lejmi, organisateur de la cérémonie, son œuvre « cumule toutes les tares »15.

Ses trois citations nommées étaient :

« Quiconque a déjà voyagé dans une rame entouré de gens vêtus de boubous ou de djellabas devrait avoir l’honnêteté de partager ce constat. Il est évidemment permis − voire vivement conseillé − d’apprécier bruyamment cet exotisme à domicile. » – www.causeur.fr, 201316.

« On a affaire à des caïds, des malfrats, des cland.. des clients de cour d’assises d’accord? Qui tirent sur les flics sans aucune hésitation. S’il y en a un qui meurt, excusez-moi je n’aurai pas une larme. J’en suis navrée mais c’est comme ça. Toute mort est certainement triste mais c’est comme ça. (…) Vous avez tous ces gamins qui sont en quelque sorte obligés, disons par cette pression et par la loi du quartier, d’aller casser des équipements dont ils sont les bénéficiaires, d’aller brûler des bagnoles… Là, maintenant il faut y aller avec l’armée ! On est en situation de guerre ! » – RTL, 19/07/201017.

« Croit-il vraiment que des gamins et moins gamins qui ne peuvent prononcer une phrase entière sans dire « nique », « ta race », « chien » et bien d’autres gracieusetés encore et qui annoncent tous les deux paragraphes qu’ils vont « tuer un bâtard » sont si sensibles au beau langage qu’ils n’ont pas supporté la « racaille » et le « kärcher » et qu’animés par une légitime révolte devant de tels écarts, ils ont brûlé les voitures de leurs parents et l’école maternelle de leurs petits frères ? » – www.lemonde.fr, 11/01/201018

http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Indivisibles

A lire, relire, faire relire… Afin que les Français comprennent enfin comment on les menace, condamne, ridiculise… pour simplement avoir dit la réalité du changement de population, de l’insécurité, de l’islamisation et de tous les maux de l’immigration.  Les fascistes de Y’a Bon Awards veulent imposer une seule pensée, la leur, à tous.

Quand on pense aux procès qui sont intentés aux islamophobes qui se contentent d’attirer l’attention sur les risques de l’islam et qu’on voit la haine qui suinte des Indivisibles ou des Indigènes de la République, avec la bienveillance de la justice et des politiques et sans doute des subventions publiques on ne peut qu’être révolté.

On ne peut que dire non à ces gens-là et à leur pensée mortifère.

Pour Jeannette Bougrab, pour nos enfants, pour la France, et pour nous.

Soutien à Jeannette Bougrab, qui, malheureusement pour nous,  quitte la France et tous ces salopards haineux.

https://fr.news.yahoo.com/jeannette-bougrab-poursuivie-diffamation-151448159.html

Christine Tasin

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


6 thoughts on “Mort de Charb : les « antiracistes » de Y’a bon Awards portent plainte contre Jeannette Bougrab !

  1. BeateBeate

    Il faut faire une contre campagne pour dénoncer l’obejectif réel des « anti-racistes » qui est clairement un racisme anti-blanc.

    Y’a bon Awards est un groupe raciste, mais il ne faut pas le dire. Bien entendu, les racistes sont tous les putains de blancs qui défendent leur éthnie et leur pays.

    Tous les groupes humains du monde ont le droits de défendre leur éthnie et leur pays, c’est bien. Mais si les blancs défendent leur éthnie et leur pays, c’est du racisme.

    Lorsque je vivais dans une ville islamisée, un adolescent m’a dit « Mais la France c’est pas un pays de blancs, c’est un pays métis. » Il était sincere car il n’était jamais sorti de la ville qui n’est plus une ville de France; la population y a été remplacée.

  2. PUGNACITÉ

    Tout en posant l’évident postulat que les protagonistes vieillissants mais néanmoins actifs ne méritaient assurément pas une exécution collective barbare,je tiens à ajouter que ces victimes incarnent la déliquescence et la décadence sociétale tant sur le plan de la vie perso médiatisée (charb mari ou compagnon publiquement revendiqué par combien d’hommes et de femmes et anar faisant confiance)tque sur le plan idéologique (ils accordaient une extrême confiance à leurs bourreaux).

Comments are closed.