Procès Tasin : accusée de s’être habillée en rouge !


christinebelfort2Ce mardi se tenait donc le procès en appel de Christine Tasin, condamnée en première instance par le tribunal de Belfort à 3000 euros d’amende, dont 1500 avec sursis, pour le délit d’incitation à la haine en raison d’une appartenance religieuse. Les propos incriminés étaient « L’islam est une saloperie » que la présidente de Résistance républicaine, à l’issue d’un échange houleux, avait asséné à ses détracteurs, qui lui reprochaient sa présence sur une place où allait se tenir la fête de l’Aïd et ses égorgements rituels.

Des amis de notre mouvance étaient venus la soutenir, depuis Besançon, bien sûr, mais aussi des Vosgiens, et d’autres patriotes qui, sans tous connaître personnellement Christine, n’avaient pas hésité à faire plusieurs centaines de kilomètres pour soutenir l’accusée. Cela leur permit de faire plus amplement connaissance avec la présidente de Résistance républicaine, mais aussi avec son avocat, Maître Frédéric Pichon, très disponible pour répondre aux questions des uns et des autres. Pour la rédaction de Riposte Laïque, j’étais présente, en compagnie de Maxime Lepante et de Pierre Cassen.

L’audience commença à 16 heures. La salle du Tribunal de Besançon est magnifique, avec un écran géant qui permit de revoir les images de l’altercation. Le président et ses adjoints menèrent les débats de manière fort respectueuse, laissant Christine s’exprimer quand elle le désirait.

Après être revenue sur le contexte de l’altercation de Belfort, elle devra répondre à une première question du procureur de la République, Elisabeth Philiponet. Celle-ci, après avoir entendu Christine parler de son passé de gauche (PS) et de son appartenance ancienne à la Licra, de son attachement à la laïcité, lui demanda pourquoi, dans ce contexte, avoir créé Résistance républicaine, alors que les valeurs défendues par elle se retrouvent dans d’autres partis et associations. Elle répondit courtoisement que ni le PS, ni les associations dites antiracistes, ne prenaient la mesure de la réalité de l’offensive islamiste contre nos valeurs, notamment la laïcité, l’égalité hommes-femmes.

Puis le procureur requit contre l’accusée. Elle commença par dire que naturellement, en France, le droit de critiquer une religion, quelle qu’elle soit, devait être défendu. Mais… Elle commença à établir une différence entre les propos de Houellebecq, qui, selon elle, n’incitaient pas à la haine contre les musulmans et ceux de Christine, qui, eux, le faisaient… dans une démonstration qui laissa les spectateurs dubitatifs, au vu des regards et des bras écartés le long du corps en guise d’incompréhension qui s’échangeaient.

Puis elle se mit à surprendre, d’une autre façon, l’auditoire, par quelques propos pour le moins déroutants. Elle commença à dire qu’on pouvait critiquer une religion, qu’on pouvait avoir la haine de l’islam , mais qu’il ne fallait pas faire partager cette haine à d’autres…. Décodage : la critique doit demeurer intime !

christinebelfortPuis cela fut le grand moment. Elle démontra pourquoi, selon elle, Christine avait fait le voyage à Belfort. Elle l’accusa d’avoir cherché à provoquer une bagarre générale, en ayant harangué le public – musulman ! – en parlant très fort, et surtout, cerise sur le gâteau, en s’étant vêtue toute de rouge, parapluie compris, pour mieux se faire remarquer !

Dans ce contexte, elle demanda au tribunal de maintenir le premier verdict, et moucharda, pour finir, sur les prétendues injures que la présidente de RR aurait proférées contre le procureur Chevrier, le « traînant dans la boue », ce qui vaudra à l’impétrante un nouveau procès, selon elle.

Frédéric Pichon, avocat de Christine, plaida à son tour. Il commença par affirmer haut et fort qu’il n’était pas là pour pleurer, pour demander une condamnation moins forte que lors du premier procès, mais pour obtenir la relaxe. Il se livra à une magnifique démonstration pour prouver qu’il y avait eu une erreur dans la qualification du délit, lors de la plainte du Parquet. Rappelons que Christine avait été accusée d’incitation à la haine. Et il fit remarquer que, sentant son erreur, le Parquet essayait de requalifier les faits, et évoquait à présent des injures. Or, selon la loi, c’est l’un ou l’autre, et pas les deux ! Et il démontra, s’appuyant sur des jurisprudences, qu’il était impossible d’accuser quelqu’un d’incitation à la haine quand cette personne est seule face à des musulmans qu’elle ne peut inciter à la haine contre eux-mêmes ! Il ridiculisa donc la première accusation du Procureur, parlant de volonté de provoquer une bataille rangée.

Il admit que, par contre, les propos entendus avaient pu choquer les musulmans, mais fit remarquer que les chrétiens avaient su, notamment depuis un siècle, faire face à des attaques bien plus vives, et que, s’ils veulent montrer que l’islam est compatible avec les valeurs de la République, ses disciples doivent apprendre, comme l’ont fait les catholiques, à accepter la critique de leur dogme. Il rappela les propos de la présidente de RR, faisant savoir que dans son association, il y avait nombre d’apostats de l’islam, qui, eux, entendaient profiter de notre liberté d’expression pour dire sans détour ce qu’ils pensaient de ce dogme, et de ce qu’il leur avait fait endurer.

Il conclut donc, en faisant par ailleurs remarquer au Parquet, qui est indivisible, que celui-ci a refusé d’instruire des plaintes, suite à l’agression des Femen contre des familles catholiques qui lui avaient paru autrement plus violentes que les simples propos de Christine tenus à Belfort. Il demanda donc la relaxe, rappelant les erreurs du Parquet dans la qualification du supposé délit.

Le président, fort courtoisement, redonna la parole à Christine Tasin. Celle-ci, de manière très synthétique, en trois minutes, fit les mises au point qui s’imposaient, suite aux propos de Madame le procureur. Elle rappela d’abord qu’elle était seule, et que c’est elle qui était menacée, agressée et en danger, ce jour-là.

Elle expliqua d’autre part à Madame Philiponet que si elle parlait haut et fort, c’est parce qu’elle avait été professeur, et avait pris l’habitude de prendre en considération ses interlocuteurs et donc de faire le nécessaire pour en être entendue sans efforts.

Elle s’excusa d’aimer le rouge, avoua que, chez elle, il y avait beaucoup de meubles et objets de cette couleur, et fit connaître sa surprise devant les déclarations du procureur, faisant savoir qu’elle n’aurait jamais pensé que cela ait pu lui être reproché un jour devant un tribunal de la République.

Sur son islamophobie, elle persista à dire que c’était une attitude plus que normale et légitime, rappelant l’actualité, Boko Haram, l’Etat islamique, les milliers de crimes commis au nom de l’islam et les décapitations et qu’il était donc cohérent d’avoir peur de l’islam et de lutter contre cette doctrine.

Elle conclut enfin en affirmant que si elle se battait, c’était pour que la charia ne s’impose pas en France, et surtout pas dans ses tribunaux. Elle rappela l’article 22 de la déclaration des Droits de l’Homme en islam, qui n’accorde la liberté d’expression qu’à condition qu’elle soit compatible avec la charia ! Elle fit savoir avec force qu’elle ne voulait pas voir cette loi s’appliquer dans les tribunaux français.

Verdict le 4 décembre.

Lucette Jeanpierre





26 thoughts on “Procès Tasin : accusée de s’être habillée en rouge !

  1. JackJack

    Tout semble bien se présenter, jusqu’au 4 décembre, date à laquelle cette justice qui n’en n’a plus guère que le nom tranchera. Bon courage Christine.

  2. Pierre Escande

    Nous sommes tous avec toi Christine!
    Qu’est-ce que ces CONS de bobos attendent…….que demain tu soit égorgée comme Hervé……en place de Grève?

     » Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité
    devient un acte révolutionnaire »

    Georges ORWEL (1903 – 1950)

    A toi Hervé Gourdel…….

    Je ne sais quoi te dire, toi le preux égorgé
    Je ne sais si hurler, maudire ou insulter
    Je te vois immolé, torturé, humilié
    Par des bourreaux ignares, aux coeurs fanatisés

    L’Algérie, mon pays, soumis à la charia
    Où tu voulais connaître les monts du Djurdjura
    Toi l’innocent « roumi » comme ils disaient là-bas
    Au temps de mes ancêtres, quand la France était là.

    Combien d’occidentaux seront-ils sacrifiés
    À l’idole islamique, fanatique et raciste
    Daniel, James, Steven, David et toi Hervé
    Vous êtes les martyrs de la cause djihadiste.

    Votre seul tort à tous était d’être présents
    Sur des terres islamiques: alias « dar al-islam »
    Où vous accomplissiez, c’est bien valorisant,
    Des tâches humanitaires. C’est pour ça qu’ils vous blâment!

    Car, reconnaissons-le, ce qui est à leurs yeux
    Une tare abominable, c’est ne pas être comme eux.
    Être du « dar al-harb », la terre de nos aïeux,
    Celle qui doit être conquise par le fer, par le feu !

    Cette logique « rebeu » je la connais un peu
    Ils se mettent à plusieurs pour tabasser une « meuf »
    Mais quand les « flics » arrivent, c’est le grand sauve qui peut
    Sauf si leur fief, est un quartier, sans loi ni « keufs ».

    Cette logique, vois-tu, c’est la même qui te tue,
    S’en prendre à un dhimmi isolé, sans défense,
    Acte paranoïaque aux relents de démence,
    Acte raciste enfin, là est bien son statut.

    Mais il ne faut pas croire que toute cette racaille
    Ait la fibre musulmane, ils fument, ils sniffent, ils boivent
    Ils violent quand ils le peuvent, prenant comme cobaye
    Les filles de la cité, surprises dans les caves.

    Car cette religion n’en est pas une en fait:
    Il faut montrer à l’autre que je suis bon croyant,
    Que mon Islam à moi n’a rien de défaillant
    Bien qu’en réalité je suis bien imparfait.

    Tous ces printemps arabe d’il y a trois années,
    Combien de ces libyens, égyptiens, tunisiens,
    Espéraient accéder, sans être condamnés,
    A la vraie République formée de citoyens.

    Mais les mollahs, imams, et autres ayatollahs
    S’empressent de museler toute velléité
    De libération, réflexion ou vérité
    Chez ces peuples soumis aux lois du dieu Allah.

    Car ici le mensonge est le sel de la terre
    Tout érigé en dogme, une vraie institution.
    On nous parle de paix, mais on pense à la guerre!
    Les preuves sont ton martyre et ton exécution!

    C’est une vraie qualité que de mentir à l’autre
    En terre de « dar al-harb »: Vivent les droits de l’homme!
    Vive la démocratie! Ils s’en font les apôtres!
    En fait, c’est la « charia » qu’ils poussent vers le podium!

    Que va-t-il advenir de notre belle Europe,
    Si nous laissons entrer des hordes de musulmans?
    Espagnols, italiens, français et allemands….
    Cessons d’être naïfs, cessons d’être philanthropes!

    Interdisons l’islam sur nos terres chrétiennes
    Bien que je sois athée j’en reconnais l’essence,
    Nos lois démocratiques, notre vie citoyenne
    Rejettent l’obscurantisme de toute cette croyance.

    Malthus.

  3. DUVAL Maxime

    Des goût et des couleurs…

    Que voulez-vous c’est le vert qu’ils préfèrent. Souhaitons pour ces fashion- victimes de la couleur lèche-babouche que ça ne soit que du daltonisme !
    …et qu’en vous acquittant ils cessent cette comédie grotesque.

  4. LE GALL

    Bravo et grand Merci à Madame Lucette Jeanpierre pour ce rapide et précis compte rendu, dont la forme est aussi remarquable que le fond; la fermeté et la modération du ton étant parfaitement adaptées à l’image qui doit être donnée.
    Puisse le jugement être en adéquation avec cette image et la justesse de la cause défendue.
    Courage et félicitations habituelles, même si pour des raisons toujours nouvelles, à l’indomptable Lionne rouge !

  5. frank

    bonjour

    très belles défenses de Madame Tasin et de son avocat, croisons les doigt pour le 4 décembre.
    tenons bon !

  6. pirlouit

    le ton parait moins agressif a ton égard.comment cela pourrait étre autrement vue la situation.espérons pour la suite .quant au rouge….

  7. AlainAlain

    Leur plaît pas le rouge d’un seul coup ?Marrant, m’avait pourtant sembler comprendre que cette couleur était de plus en plus celle de certains dans « justice ». Pis J’en vois un moi sur la deuxième photo portant un truc rouge, l’a pas été traîné au tribunal pour s’être ainsi fait remarqué ? Hou, discrimination, « racisme » !

    Savent vraiment plus quoi sortir pour justifier leurs abjects procès ! Ce beau et grand parapluie ROUGE, non mais… mais…mais quel culot non ? Parce que un parapluie comme ça, c’est vraiment se faire remarquer des nuages pour qu’ils pissent partout de plus belle.

    Pis autant marmotter dans son menton et ne se faire comprendre, ça vaut mieux hein on dirait, alors ceux faisant du théâtre, allez-y mollo et surtout ne projetez pas, on s’en fout de ceux tout au fond. Pis ça vous évitera de vous faire engueulez que vous hurlez si vous sautez des planches au plateau de tournage.

    Pourquoi devoir attendre le quatre Décembre parce que quand même, y’a plus que matière à relaxe instantanée mais par contre, faire passer sale quart d’heure à ceux faisant ainsi perdre temps des tribunaux et j’ajoute, qui paye ? Encore une fois ?

    Qu’il lui foute la paix une fois pour toute à notre Lionne et s’occupent plutôt des hyènes !

  8. marie 974

    Superbe compte-rendu pour ceux qui ne pouvaient être présents… Bravo à vous Mme Tasin pour votre clairvoyance, votre site d’information et votre courage ! (et bravo aussi à votre avocat).

    Les valeurs humanistes, le libre arbitre et la démocratie sont incompatibles avec la charia prônée par l’islam ! La CEDH l’a souligné déjà…
    Je ne veux pas voir une once de charia s’appliquer en France, même dans la communauté musulmane !
    Pourtant je sais que lorsqu’on véhicule à des fillettes musulmanes l’idée qu’elles sont inférieures aux garçons, elles sont démunies pour penser autrement…
    Je sais que lorsque certaines filles se voilent, c’est à cause de la pression familiale, voire pire dans certaines cités, parce qu’elles en ont marre d’être importunées car on a fait croire à de jeunes musulmans qu’une fille « non voilée », elle n’est pas respectable (même elles, elles ont fini par le croire !).

    Elle est où la Justice à ce moment-là ??? A s’arrêter sur des propos qui n’ont blessé personne si ce n’est l’ego de responsables d’associations cultuelles, qui ne comprennent pas qu’on désapprouve leurs pratiques ? Mais bon sens, depuis 1905, la France est une république laïque !!!
    Lorsque la religion catholique est critiquée, assistons-nous à des procès ?? (mais c’est vrai que les cathos ne posent pas trop de problèmes à l’ordre public…).

    Au fait, petite anecdote : n’ayez pas à rougir d’aimer le rouge… dans l’hindouisme, c’est une couleur très appréciée et un jour, j’ai assisté à un mariage, où justement ceux qui n’étaient pas en rouge se sont fait remarquer !!

    1. Christine Tasin

      Merci Marie mais bien évidemment je ne rougis pas d’aimer le rouge, j’ai ironisé au tribunal mais les jours sont rares où je ne porte pas de rouge, il eût fallu sans dout eque j’aille acheter un autre imperméable ou un autre manteau pour aller à Belfort !!! le ridicule ne tue pas !

  9. Françoise

    Soyons optimistes ! le Tribunal de Belfort s’apercevra bien vite de son erreur et ne pourra que relaxer Christine pour des propos justes mais non offensant qu’elle a déclarer devant des musulmans contestataires de sa pensée et de son affirmation devant eux !

    1. Christine Tasin

      La logique est celle-ci,chère Françoise… parfois la logique et certains juges ne font pas bon ménage. Espérons que les juges de Besançon feront partie de la bonne partie de nos juges !

  10. Roland L'Alsacien

    Bonsoir ma chère Baronne !
    si tu n’a pas ta relaxe ont va tous s’habiller en rouge avec notre drapeau Bleu,blanc,rouge en main et tous gueuler ! l’islam est une grande saloperie et une secte d’endoctrineur et de manipulateur ,hé,hé,hé, mais je te rassure chère Christine ! les bons esprit te protège .
    Besançon sera obliger de te rendre la vrai justice ce qui veut dire la relaxe et dedommagement pour ton harcèlement subit de l’islam , merde a l’islam et l’islam et la plus grande saloperie du monde !!! Bonsoir ma chère Christine et au fait j’oublier ma chère Baronne ! tu est ravissante en rouge j’adore hé,hé,hé, même si ça déplait a certain juges ! Bonne soirée Christine. A bientôt ma chère Baronne et je pense que ta relaxe tu l’aura sinon les compatriotes n’oubliront pas cette fourberie et lâcheté le moment venus .Bises, Roland L’Alsacien.

  11. ALAIN V

    Lettre ouverte aux incultes et aux médiocres qui n’aiment pas le rouge

    Le rouge et la star de notre fin de siècle

    <c'est une couleur chaleureuse et tonique par excellence.

    Le rouge évoque :

    – les flammes de la passion
    – la force de l'interdit
    – la puissance de l'érotisme
    – la douleur du sang versé

    Le rouge symbolise le sang et la passion.

    Le rouge illustre l'énergie vitale et le courage.

    C'est la première des couleurs et ce dés la préhistoire.

    En effet durant plusieurs siècles les pigments rouges furent les seuls stables et donc furent largement employés dans les teintures.

    Le rouge est avant tout la tonalité des éléments fondamentaux de la vie : le feu et le sang.

    C'est pourquoi dans presque toutes les cultures le rouge, couleur du sang, illustre la vie, la passion, la générosité (donner son sang).

    Bref l'Eros triomphant.

    Le rouge c'est la couleur de la force et de la conquête

    A Rome le rouge est lacouleur des guerriers et de l'Empereur.

    Le drapeau rouge symbolise dans le mouvement socialiste la force et la vitalité de la classe ouvrière alors en expansion.

    Au sein du mouvement national-socialiste il symbolise la force et la vitalité du Volk germanique.

    La puissance du rouge non contrôlée peut certes dériver vers d'autres pulsions l'agressivité, le goût pour la destruction, l'égoisme.

    Mais aussi les pulsions sexuelles (les lanternes rouges qui signalaient les maisons close)

    Le rouge symbolise aussi l'interdit – les feux rouges

    Le rouge est aussi le symbole du sang,

    Intimement lié à l'origine de la vie, le sang répandu est aussi symbole de mort.

    Au Moyen-Age les bourreaux étaient habillés de rouge.

    Le rouge illustre les émotions les plus fortes de la nature humaine.

    Comme l'illustre la langue française, nous sommes tour à tour rouges de honte, de colère, de plaisir.

      1. frank

        bjr

        ce qu’il y a de bien avec ce site, ces lectures, ces échanges, c’est que j’en apprends tout les jours et en plus sur pleins de choses différentes.
        vous ne me voyez que très peu commenter, mais je vous lis tous tout les jours…
        et quel plaisir de savoir qu’il y en a qui se battent pour défendre nos droits.

        bonne continuation a vous tous et je serre les doigts pour vous madame Tasin

  12. François

    Plus je vous suis, plus j’ai envie de vous soutenir. La relaxe semble la seule option raisonnable. Courage Christine !

Comments are closed.