Vous saurez tout sur la famille musulmane, par Jean-Paul Saint-Marc


famille-musulmane-450x255Une autre perle qui est fort claire.
http://associationclarifier.fr/famille-en-islam/?utm_source=wysija&utm_medium=email&utm_campaign=Newsletter+Septembre
Déjà le premier chapitre :
I – ÉLOGE DE LA FÉCONDITÉ
Dans l’islam, il importe que les époux soient féconds. La natalité revêt une importance qui dépasse le cadre privé du mariage puisqu’elle comporte aussi une dimension sociale et même politique. Par l’enfantement, l’épouse contribue à l’accroissement numérique de l’Oumma (la communauté des musulmans). Comme la femme ne porte en principe pas d’armes, c’est sa manière à elle de participer au djihad, action qui consiste à faire effort pour l’extension de l’islam. En fait, la mère est digne de considération en tant que génitrice, ce qui lui ouvre à coup sûr les portes du Ciel. Selon la Sunna (Tradition), Mahomet aurait dit que « le paradis est au pied des mères ». La stérilité d’une femme peut d’ailleurs être perçue comme un signe de malédiction divine. Et, dans la mentalité, c’est toujours l’épouse qui est cause de la stérilité du couple.
La polygamie permet de remédier à ce problème, mais la charia (loi islamique) autorise aussi la fécondation médicalement assistée, notamment au moyen de l’insémination artificielle, y compris en laboratoire (bébé-éprouvette), à condition que le sperme provienne d’un donateur qui ne peut être que le mari. Elle interdit par contre le recours à la gestation pour autrui sauf si la « mère porteuse » est une co-épouse dans un foyer polygame.
Etc…

II – PRÉÉMINENCE DU PÈRE

Le Coran recommande la piété filiale envers le père et la mère. « Soyez bons à l’égard de vos parents » (2, 83 ; 6, 151). « Dieu a prescrit la bonté à l’égard de vos père et mère. Si l’un d’entre eux, ou bien tous les deux, ont atteint la vieillesse près de toi, ne leur dit pas “Fi !”, ne les repousse pas, adresse-leur des paroles respectueuses » (17, 23-24).
Cependant, la conception islamique de la famille, héritière d’une tradition patriarcale, accorde au père une place et un rôle prééminents. Le Coran comporte cent fois le mot « père » alors que celui de « mère » ne s’y trouve que vingt-cinq fois. On trouve un décalage similaire entre les termes « fils » et « filles ».

ETc.

Et tout le reste à l’avenant… A lire  attentivement pour les petites conversations avec des amis islamophiles… 

Jean-Paul Saint-Marc

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Avatar

Résistance républicaine Aquitaine


9 thoughts on “Vous saurez tout sur la famille musulmane, par Jean-Paul Saint-Marc

  1. AvatarPierrot le Fou

    « Comme la femme ne porte en principe pas d’armes, c’est sa manière à elle de participer au djihad, action qui consiste à faire effort pour l’extension de l’islam. »

    Et si on ajoute à cela la fameuse citation de Boumedienne:
    « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire. »

    Ma conclusion personnelle devient la suivante:

    Une musulmane enceinte pourrait donc être considérée – au moins par destination – comme un transport de troupes ennemi !!! A ce titre, si l’on se retrouvait un jour dans le contexte d’un conflit armé sur le sol français que se passerait-il ?

    Je sais, c’est choquant! Mais puisque l’islam semble adorer se gargariser avec des formules bellicistes pareilles, qui pourrait s’étonner que, le jour où les mots cèdent la place à l’action, un sévère retour de manivelle puisse se produire? Nos gouvernants feraient bien de faire respecter nos lois et de laisser l’islam à la place qu’il n’aurait jamais dû quitter, celle de la sphère privée, pour que cela n’arrive jamais !!!

  2. AvatarJallade

    A propos, mécréants que nous sommes, un peu de spiritualité islamique ne nous ferait pas de mal ce week-end :

    « Une femme auxiliaire demanda au Prophète ce qu’il en était de l’homme qui se positionne derrière sa femme pour la pénétrer par-devant. Il lui récita alors le verset : « Vos épouses sont pour vous un champ de labour; allez à votre champ comme vous le voulez. » (NOTE PhJ : verset 223 sourate2), en précisant que cela devait se faire uniquement dans le vagin.
    Un jour, `Umar dit au Prophète : « Ô Messager d’Allâh, je me suis perdu ! »
    Il lui demanda : « Et qu’est-ce qui t’a perdu ? »
    `Umar répondit : « J’ai changé de destination hier soir – signifiant par-là qu’il s’était positionné derrière son épouse pour la pénétrer par-devant. »
    Le Prophète garda le silence et ne dit rien, jusqu’à la révélation du verset susmentionné. Il lui dit alors : « Positionne-toi par-devant ou par-derrière, mais fais attention à la période des règles. »

  3. AvatarJallade

    Il y a de sérieuses restrictions, comme on pouvait s’y attendre :

    Sourate 9 verset 23. ô vous qui croyez (les musulmans) ! Ne prenez pas pour alliés, vos pères et vos frères s’ils préfèrent la mécréance à la foi. Et quiconque parmi vous les prend pour alliés… ceux-là sont les injustes.

    Sourate 9 verset 24. Dis : “Si vos pères, vos enfants, vos frères, vos épouses, vos clans, les biens que vous gagnez, le négoce dont vous craignez le déclin et les demeures qui vous sont agréables, vous sont plus chers qu’Allah, Son messager et la lutte dans le sentier d’Allah, alors attendez qu’Allah fasse venir Son ordre. Et Allah ne guide pas les gens pervers”
    Note du traducteur Hamidullah : « Son ordre » : l’accomplissement de sa menace.

  4. AvatarFrançoise

    La maternité est un de leurs dogmes, d’abord une musulmane qui prend la pilule ça n’existe pas, ensuite l’avortement ça n’existe pas non plus, quand à la PMA ou la GPA, même pas en rêve, le devoir de toute bonne musulmane est de faire le maximum d’enfants pour peupler la terre, même si a terme l’enfant risque de crever de faim, ensuite ça ne les dérangent pas d’avoir un enfant tout les 10 mois

    1. AvatarEmma

      Je pense comme vous sauf concernant l’avortement. Elles ne prennent pas la pilule ni aucune autre contraception d’ailleurs. Comme vous le dites, ca ne les dérangent pas de faire 10 enfants, ce qui présente en gros 9 années enceintes. Supposons qu’elles commencent à 20 ans, il est certain qu’à 30 elles sont encore loin de la ménopause et pourraient en pondre 10 de plus … Elles ont tout simplement recours régulièrement – on peut supposer plusieurs fois par an – à l’IVG en cachette de leur vaillant laboureur de mari. C’est pour cette raison que MLP soulevait le sujet sur l’IVG de « confort » et envisageait dans son programme que la sécurité sociale ne prenne plus en charge ces excès. Certains ont traduit qu’elle s’opposait à l’avortement et qui plus est à son remboursement. Il y a des nuances. On peut avoir un « accident » dans la vie, ca peut arriver à chacune, mais a répétition ce ne sont plus des accidents.

Comments are closed.