« Révélations » de Ratier sur Valls : un livre soralien voué à attiser « l’antisionisme » ?


emmanuel-ratierOn nous répétait depuis quelques semaines qu’on allait voir ce qu’on allait voir, que Valls ne se relèverait pas des révélations d’Emmanuel Ratier dans son livre, que la dictature libéralo-européenne-socialiste que nous subissions allait exploser…

Las ! La montagne a accouché d’une souris.

Il semble que Valls, comme Rebsamen, ait menti sur son grand-père et son père, qui n’étaient pas du tout les républicains anti-Franco que le premier Ministre se plaisait à évoquer…  Bah ! Un mensonge de plus dans la besace de ceux qui sont au gouvernement… Qui est-ce que cela étonnera ? Qui est-ce que que cela déstabilisera ? Les Français ont sans doute d’autres chats à fouetter et cela ne changera rien à la déplorable politique menée depuis 2 ans.

Il semble également que le même Valls ait été, il y  a quelques années, le défenseur acharné de la Palestine, de Gaza et compagnie, avant de défendre mordicus les juifs et de participer aux diners du Crif. Bah ! Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et on ne peut reprocher à quelqu’un d’avoir évolué dans ses prises de positions politiques ou philosophiques…

Bref, à l’ouest rien de nouveau, des hommes politiques qui mentent et tentent de nous instrumentaliser et des medias aux ordres qui ne parlent pas de ce qui peut fâcher les premiers et faire obstacle à leur objectif de nous imposer une nouvelle civilisation.  

Alors, à quoi le livre d’Emmanuel Ratier va-t-il servir ?

Je ne l’ai pas lu, mais l’article qui y est consacré sur Nouvelles de France m’interpelle… Je ne sais si c’est l’article qui est orienté  et son auteur soralien (il est d’ailleurs omni-présent sur Egalite et Réconciliation…) ou bien si le compte-rendu du livre en rend exactement compte, auquel cas ce serait Ratier le soralien, il n’empêche que rien n’est neutre dans cette affaire.

Explication de texte :

« les soutiens les plus communautaires » du premier ministre. La communauté juive visée d’emblée, dès la première phrase. Cela ne manque pas de sel, quand on connaît les efforts de Valls pour essayer de nous faire prendre des vessies pour des lanternes en imposant l’islam et en cherchant à en interdire contestation et critiques.

On dénonce -au hasard- deux personnes qui auraient joué un rôle particulièrement important dans sa vie. Au hasard, toutes deux d’origine juive,Fouks et Bauer, permettant au passage d’égratigner une des cibles privilégiées des soraliens, les francs-maçons…

Et, en le comparant aux « neo-cons américains », ce qui en dit long, on évoque son fanatique soutien à Israël

L’article est court, il ne rend, forcément, pas compte de l’ensemble du bouquin, mais l’importance accordée à Israël et aux juifs dans ces quelques lignes ne peut pas être le fait du hasard.

Alors, l’auteur de l’article sur Nouvelles de France, soralien ayant sauté sur l’occasion pour faire émerger ses fantasmes ou le livre d’Emmanuel Ratier outil de propagande soralienne pour cracher sur « le sionisme » dont on sait ce qu’il cache et la République forcément franc-maçonne pour les zélateurs de Soral et Dieudonné ? Les deux, peut-être ? 

Je pose la question, et j’appelle chacun à avoir une lecture vigilante, sans se laisser aveugler par son rejet (largement justifié ) de l’affreux Valls qui nous sert de premier Ministre,hélas. 

Christine Tasin




Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


12 thoughts on “« Révélations » de Ratier sur Valls : un livre soralien voué à attiser « l’antisionisme » ?

  1. yoniii

    hi

    christine tasin je vous conseil de parler un peu plus du genocide contre les chretien au moyen orient
    perpetrer par les muzz

    I cristiani in Israele http://www.informazionecorretta.com
    I- Les Chrétiens en Israël II- Interview de Shadi Khalloul III- Interview de Johnny Curi

    Traduit de l’italien par FIODOR sur http://un-idiot-attentif.blogspot.fr/2014/04/chretiens-en-israel.html

    Chrétiens en Israël

    Beaucoup parmi vous font l’armé, pourquoi?
    Nous sommes chrétiens et citoyens israéliens et nous croyons devoir apporter notre contribution à l’État d’Israël et à sa défense. Nous croyons à l’égalité des droits et des devoirs. C’est pourquoi nous sommes actifs dans différents villages pour encourager l’enrôlement des jeunes chrétiens dans l’armée ; nous organisons des rencontres, nous donnons des informations et des conseils, et nous assurons le suivi de chacun selon ses besoins. C’est notre devoir de citoyens d’Israël.

    Vous ne vous considérez pas comme Arabes, mais comme Araméens, pourquoi?
    Notre citoyenneté est israélienne, notre nationalité est araméenne et de religion chrétienne. Telle est notre identité. Nous ne sommes pas arabes. Les chrétiens ont abandonné leur identité lorsque le nationalisme arabe et le panarabisme se sont développés, mais si l’on considère [la situation] des chrétiens aujourd’hui, ce choix ne leur a pas été d’un grand secours. Beaucoup jugent que c’est peine perdue, y compris parmi les chrétiens, qui continuent à penser ainsi, mais ils doivent reconnaître un fait : nous ne sommes pas arabes, nous sommes de la nation araméenne et de religion chrétienne et nos racines sont ici, au Proche-Orient.

    Comment voyez-vous votre vie en Israël?
    Pour nous, Israël est un paradis. Par rapport à tout le Proche-Orient, Israël est le paradis des chrétiens. Il suffit de voir ce qu’on entend dire ! Ici, nous avons la liberté et les droits, nous jouissons de la liberté d’expression, de la liberté d’association, raison pour laquelle nous avons pur commencer notre activité sociale de chrétiens en Israël.

    Comment considérez-vous l’attitude de l’Occident envers les communautés chrétiennes du Proche-Orient?
    Comment devrions-nous considérer le silence total de l’Europe et des autres pays occidentaux ? Nous leur demandons d’ouvrir les yeux ; nous demandons qu’ils fassent quelque chose contre le « nettoyage » ethnique dont les chrétiens sont victimes depuis 400 ans ! Aujourd’hui tout est encore plus clair : les journaux et les télévisions parlent et montrent ce qui se passe, mais l’Occident demeure silencieux. Les chrétiens sont expulsés, massacrés, leurs biens sont détruits, ceux qui restent subissent la discrimination et redoutent les continuelles violences. Et le monde reste silencieux.
    L’Occident, l’Europe doivent faire quelque chose pour les chrétiens d’Iraq et de Syrie, comme cela s’est fait au Liban dans les années ’60. Ils doivent mettre fin au terrorisme islamique et arabe, qu’il soit sunnite ou chiite. Ils doivent protéger les chrétiens, en imposant des sanctions et en accordant refuge et sécurité.

    ——————————————————

    Croyez-vous qu’il pourra y avoir une exportation de la violence aussi en Europe?
    L’Europe a déjà des problèmes avec les communautés musulmanes. Quand ils auront fini avec les chrétiens ici, ils s’y mettront aussi en Europe. Ils réussiront aussi à tuer les chrétiens en Italie, en France et en Grande-Bretagne, comme cela s’est passé pour le soldat anglais égorgé en rue, à Londres, au mois de mai dernier, par des fanatiques islamistes.
    Le 23 mars, nous avons organisé une manifestation devant la Délégation de l’Union européenne à Tel Aviv, pour protester contre le silence des États européens. Ce fut un grand événement, organisé en commun avec “Im Tirzu”, une association israélienne qui travaille au renforcement du sionisme et qui organise de nombreuses activités d’intégration des minorités loyales envers l’État.

    ——————————————————

    Vous avez été reconnus comme minorité distincte par la Knesset dans la Commission pour l’égalité des chances. Cela a provoqué des oppositions avec les parlementaires arabes ; pourquoi?
    Parce qu’ils sont racistes. C’est du racisme à l’encontre de qui ne se considère pas comme arabe : pour eux, l’identité arabe inclut tout le monde, y compris les Juifs et les chrétiens. Celui qui considère qu’il appartient à une autre nation n’est pas accepté. N’est-ce pas là une attitude raciste ? Voilà la vérité. C’est pourquoi j’affirme que le racisme se trouve du côté de la communauté arabe et non du côté juif.

    Il existe différentes communautés en Israël, pourquoi tant d’hostilité contre vous?
    Leur but est d’utiliser les chrétiens contre Israël, mais si nous sommes reconnus comme un groupe distinct, nous pourrons nous intégrer et ils ne pourront plus utiliser les chrétiens pour dire à l’Occident qu’Israël est raciste. Les arabes n’acceptent pas l’existence d’Israël et accusent Israël d’être un État raciste et qui pratique la discrimination. Notre position est très simple : nous ne sommes pas arabes, nous sommes heureux de vivre en Israël et d’apporter notre contribution à notre État, et cela, il faut bien l’accepter.

    Comment sont les rapports avec les autres minorités arabes?
    Nous autres, Araméens chrétiens, nous sommes en bonne relation avec tous, tant qu’ils comprennent notre droit de vivre comme nous l’entendons, selon notre identité et avec nos droits. En Israël, nous vivons bien, mais dans les villages où les chrétiens sont en minorité, il y a la peur, la discrimination, et un climat d’hostilité. C’est pourquoi beaucoup de chrétiens s’adressent à nous, parce qu’ils ont peur de la nation arabe.

    Quid de ceux qui se considèrent comme “arabes chrétiens”?
    Ce sont des chrétiens qui tendent à l’assimilation : ils croient qu’en renonçant à leur identité araméenne et chrétienne ils pourront vivre en paix en paix avec les Arabes. Mais cela ne tient pas. Regardez ce qui se passe en Syrie ; au 19e siècle, les chrétiens étaient à l’avant-garde du développement du panarabisme et du nationalisme arabe ; ils ont renoncé à l’araméen et adopté l’arabe comme langue principale ; ils ont composé de la littérature en arabe, de la musique arabe, et développé une culture arabe dans tous les domaines.
    Et aujourd’hui, que se passe-t-il ? Les chrétiens ne sont plus considérés comme arabes, mais comme des infidèles à tuer ou à chasser. C’est pourquoi nous croyons que nous devons revenir à notre identité nationale pré-arabe. C’est pourquoi nous enseignons l’araméen dans les écoles, pour renforcer notre identité et notre position au Proche-Orient.

    Cette situation semble différente de celle que vivent les chrétiens du Proche-Orient.
    Notre vie est complètement différente de celle que vivent les chrétiens dans les autres pays de la région, comme les Territoires palestiniens, où ils sont l’objet de discrimination, de racisme et d’oppression.

    Beaucoup vous sont hostiles, surtout dans la minorité arabe, pourquoi?
    A la Knesset, il y a plusieurs parlementaires arabes, y compris chrétiens. Que font-ils poru nous chrétiens ? Rien. Que font-ils pour les chrétiens du Proche-Orient ? Rien. Ils s’occupent des propriétés du Wakf à Acco (St Jean d’Acre), l’organisation musulmane qui gère les biens et les services pour la communauté islamique. Ils font des déclarations, donnent des interviews, mais ne font rien de concret. D’autres, comme nous, sont convaincus que l’intégration dans la société israélienne est la seule voie qui conduise à la vie et à un futur dans notre pays.

    Les chrétiens sont considérés comme faisant partie de la minorité arabe, qui est majoritairement musulmane ; quelles en sont les conséquences?
    Les représentants arabes ne se soucient pas des chrétiens. Il y a une commission au Ministère de l’Éducation qui s’occupe des programmes scolaires des écoles arabes : tout est axé sur l’histoire et la culture islamique et il n’y a rien qui ait trait à notre histoire et à notre culture chrétienne, c’est pourquoi ceux qui parmi nous le peuvent envoient leurs enfants dans les écoles privées chrétiennes. Si nous avions des représentants à nous, en tant que communauté, nous pourrions mettre nos intérêts en avant, alors que, maintenant, personne ne s’occupe de nous parce que les musulmans sont toujours majoritaires. Nous ne voulons pas étudier la culture arabe, mais la nôtre, c’est-à-dire l’araméenne.

    Vous faites toujours référence à votre identité chrétienne, et non d’arabe chrétien, et à présent vous parlez de la “culture araméenne”, pourquoi?
    Nous ne sommes pas arabes. Les chrétiens d’ici sont principalement maronites et grecs et non arabes. Nos prières sont en araméen et en grec, comment serions-nous arabes? Il existe des chrétiens arabe qui prient en arabe, parce quand les arabes ont envahi cette région, puis sous la domination ottomane, les chrétiens ont été contraints d’abandonner leur foi, leur identité et à se convertir ou bien payer une taxe pour être autorisés à mener une existence normale. C’est la logique du Dhimmi. Les plus résistants ont maintenu leur identité, que les Arabes se sont efforcés d’effacer de toutes les façons. Comment expliquer que nos livres sacrés sont écrits en araméen et en grec? Parce que nous ne sommes pas arabes.

    Donc, votre identité est chrétienne-araméenne?
    Certainement. En Syrie et en Iraq également, les chrétiens parlaient araméen il y a encore quelques décennies, et c’est encore le cas dans beaucoup de villages. Jusque dans les années ’50, il y avait, dans le Nord d’Israël, des écoles où l’on enseignait l’araméen. Et aujourd’hui, nous lui redonnons vie, en l’enseignant à nos enfants et en l’introduisant dans la vie quotidienne. Ceci est la terre où Jésus est né, a grandi et a vécu, et Jésus parlait araméen. Jésus n’était pas arabe, comme le disent aujourd’hui beaucoup de prêtres et de politiciens.

    Pourquoi alors beaucoup de chrétiens se définissent-ils comme arabes et palestiniens?
    Il le font par peur. Ils croient qu’en se taisant et en ne s’opposant pas à l’oppression arabe, les choses n’empireront pas. Mais regardez ce qui se passe en Syrie. Mais ils préfèrent dénoncer Israël. S’il y a un tel racisme ici, pourquoi alors les chrétiens trouvent-ils du travail ? Comment expliquer qu’il y a des juges chrétiens ? Où est le racisme ici ? Bien sûr, il existe du racisme, comme on en trouve partout, mais l’État n’est pas raciste.

    Pourtant, c’est l’accusation principale que les Palestiniens et les Israéliens arabes formulent à l’encontre de l’État hébreu.
    Le problème est lié à la manière dont sont éduqués les jeunes. Nous avons été éduqués à accepter la diversité, à respecter l’État et les institutions et c’est ainsi que nous éduquons nos enfants. Dans d’autres cultures, il n’en va pas de même. Dans les écoles de l’Autorité palestinienne, les enfants sont endoctrinés à lutter contre l’ennemi israélien et à reconquérir “Al-Aqsa” ; si on leur transmet de telles valeurs, comment pensez-vous qu’ils grandissent? Mes voisins sont Juifs et nos rapports sont excellents. Mes enfants fréquentent une école privée chrétienne et, à la maison, nous avons le drapeau israélien. Ils grandissent avec des valeurs de liberté, de solidarité et de respect envers tous, et avec le drapeau israélien dans la maison

    Comment sont les relations entre musulmans et chrétiens en Israël?
    Dans les grandes villes, ce n’est pas un problème. Dans les villages, c’est différent. Nous autres chrétiens qui voulons nous intégrer, nous avons des relations difficiles avec ceux qui ne pensent pas comme nous, mais le problème est plus grave pour les relations avec les musulmans : c’est une vie de tensions continuelles. Par exemple, pendant les fêtes chrétiennes, il y a toujours des épisodes déplaisants, comme des insultes et des jets de pierres sur les processions des chrétiens. Même à Nazareth, une ville importante pour les chrétiens, les relations sont tendues. Ils veulent construire une mosquée devant l’église de l’Annonciation à Nazareth, où ils prétendent que le sage musulman Shahab ad-Din est enterré. Nazareth se dépeuple de ses habitants chrétiens, qui préfèrent vivre à Nazareth Illit, la ville juive. On ne peut pas y faire grand-chose, c’est une question de mentalité.

    Quel message adressez-vous au monde occidentale et aux Églises chrétiennes?
    Les chrétiens sont ici depuis 2000 ans ; Jésus est né, a grandi et a vécu ici. Nous vivons en Israël dans la paix et la prospérité ; les chrétiens ne partent pas d’ici, ils ne s’échappent pas, ils ne s’enfuient pas. Tout autour de nous, les chrétiens s’enfuient et souffrent discrimination et violences. En France, il y a 90.000 maronites qui ont fui le Liban, et ce n’est pas par hasard. Les musulmans veulent que les chrétiens s’en aillent du Proche-Orient. Je voudrais que l’Europe et le monde comprennent que ce qui se passe ici arrivera en Europe. Les européens, en particulier devraient réfléchir à ce qui provoque la souffrance des chrétiens au Proche-Orient. Là, ils [les musulmans] détruisent les églises et ils veulent construire des mosquées en Europe, et c’est ce qui se passe. Les Églises ont de nombreuses propriétés ici en Israël, comme dans tout le Proche-Orient. Plutôt que d’investir pour le bénéfice des Arabes, ils devraient investir pour que les chrétiens restent [au Proche-Orient]. Il n’y a presque plus de chrétiens à Bethléem, peu restent à Jérusalem, et à Nazareth, ils sont en constante diminution. On pourrait construire plus d’écoles, aider les chrétiens a préserver leur culture, financer de jeunes couples chrétiens pour le logement, pour la famille, pour les frais de scolarité des enfants. Et je voudrais ajouter que les Européens sont hypocrites : ils accablent Israël de tout et l’accusent de racisme. Mais ce n’est pas vrai. Lorsque des missiles venus du Liban pleuvaient sur le Nord d’Israël, mon fils a attrapé des cheveux blancs et la peur lui a causé d’importants problèmes psychosomatiques. Mais cela ne les intéresse-t-il pas ? Ici, nous vivons tous bien, juifs, chrétiens, musulmans, druses. Vous voulez nous aider ? Faites en sorte que les chrétiens puissent continuer à vivre ici, car le risque existe qu’il n’y ait un jour plus de chrétiens au Proche-Orient, sauf en Israël.

    c’est votre futur si ne faite rien

    by

  2. Antiislam

    Bonjour,

    Adhérent de RR , je n’ai rien de commun avec les gens d’Egalité et Réconciliation , cette secte abominable.

    Merci à Christine de tenir si bien la ligne droite , celle de la droiture : ce qui est toujours très difficile dans les périodes très troublées comme celle que nous vivons !

    1. Christine Tasin

      Merci Antiislam, effectivement ce n’est pas facile, trop de gens sont attirés par les sirènes d’E et R et aimeraient que je les suive, que RR les suive… Jamais ! RR défend la République et ER est l’ennemi de celle-ci.

  3. Antiislam

    Bonjour,

    J’ai regardé plusieurs vidéos autour de ce livre.

    Il y a d’abord une révélation qui n’en est pas une:

    Il était connu que le père de Valls était un peintre d’art sacré très catholique : ce qui ne prédispose pas familialement (sauf révolte aiguë contre le père !) à être au POUM ou à la CNT , cela relève de l’évidence.

    Ensuite l’autre « grande révélation » , c’est que Valls a été pro-palestinien et qu’il est maintenant pro-israélien …

    Je ne le savais pas , ça , en revanche.

    Mais si on devait faire le compte de tous ceux qui se sont laissés abuser , dans les années 70 , par la propagande pro-palestinienne et qui en sont en revenus …

    Je connais plein de personnes qui sont dans ce cas …

    Bref pas de quoi fouetter un chat , sauf la proximité inquiétante de tout ce toutim avec « Egalité et Réconciliation » …

    .

    1. Christine Tasin

      Bonjour Antiislam, j’ai besoin de te joindre, l’adresse courriel que tu indiques sur le site ne fonctionne pas. Si tu es adhérent peux-tu m’envoyer un courriel à mon adresse perso, sinon un mot avec une adresse courriel valide à l’adresse de contact de RR ?

  4. AlainAlain

    Ah non hein, on se bouche les oreilles (gousses d’ail s’il le faut) et ces sirènes on les ignore.

    Maman Lionne sait que ses petits n’en ont rien à péter des sirènes, qu’elles pataugent et braillent ces Castafiore mais pas dans notre direction. :mrgreen:

  5. Nicolas

    La question n’est pas tant de savoir si Valls a menti sur ses origines (antifranquistes, modestes…) mais de mettre en cause la construction froidement organisée d’une légende familiale mensongère qui cadre parfaitement avec les valeurs de la carrière politique que l’intéressé s’est choisie.

    Il s’agit aussi de se demander pourquoi les simples éléments factuels qui sont, dans cette biographie faussée, contradictoires entre eux, n’ont pas été relevés par les journalistes. Naître d’une famille anti-franquiste dont on nous a répété depuis des années maintenant qu’elle était poursuivie de la vindicte du régime du Caudillo, en Espagne, en 1962, c’est tout de même assez troublant. Ratier, dont on pense ce qu’on veut par ailleurs, ne fait que tirer ce fil assez évident.

    Même chose avec Fouks et Bauer : le pacte entre les trois est documenté, les noms de Fouks et Bauer n’ont pas été pris arbitrairement ou en raison d’origines juives. Il sont d’ailleurs replacés dans le livre dans le cadre bien plus large des réseaux rocardiens, de Sos-racisme et de la MNEF, arrière-plan nécessaire.

    Force est également de constater que les quelques analystes professionnels de l’extrême droite qui s’étaient risqués en prédisant une charge contre le « sionisme » de Valls en sont pour leurs frais car la question n’est pas celle d’un engagement ou de son contraire.

    Remarquons au passage qu’on ne parle pas d’un engagement de jeunesse : Valls enfilait avec une remarquable aisance toute la rhétorique pro-palestinienne et anti-israélienne jusqu’en 2008, aidant de moyens très matériels les réseaux les plus anti-israéliens présents dans sa commune et favorisant un communautarisme musulman très affirmé : vidéo et discours reproduits en font foi.

    La question, c’est celle de son opportunisme proprement éhonté : cet homme n’a apparemment de convictions que celles qui lui servent, qui lui permettent de se pousser. Aucun des deux camps en présence ne peut semble-t-il être sûr des convictions de Manuel Valls. C’est cela qui est une révélation : loin d’avoir été un partisan de la cause palestinienne avant de changer d’avis, ce qui pourrait être honorable, et de devenir partisan d’Israël, Manuel Valls n’a jamais été partisan que d’une seule cause : la sienne propre. C’est cela que le livre d’Emmanuel Ratier entend démontrer. Pour l’avoir lu, il me semble qu’il le fait amplement et sans laisser beaucoup de doutes.

    1. Christine Tasin

      Merci pour ce point de vue et cette analyse que je verse au dossier. J’ai posé des questions à partir de l’article de ndf, vous présentez des réponses.

Comments are closed.