Nous ne pourrons pas faire l’économie d’un gouvernement de salut public, par Jarczyk


MarianneLa suppression de l’allocation logement aux étudiants non boursiers, dénoncée par Estrosi, qui demande qu’on s’attaque plutôt à l’AME dont profitent les clandestins est normale. L’UMPS et ses satellites ont fait disparaître la classe ouvrière, il leur faut à présent s’attaquer à la classe moyenne.

Il s’agit d’un vaste complot social et ce complot vise avant tout l’Europe et, dans ce complot, qui trouve sa source en Amérique du Nord et son relais européen la Grande Bretagne, la France se trouve être une cible de choix précisément A CAUSE de ses valeurs républicaines et de l’écho que celles ci peuvent avoir au sein de la vaste communauté de langue francophone.

Il s’agit d’instiller un renversement des valeurs, de pervertir le langage et la pensée des  » élites » des écoles où elles sont formées, de diffuser le « changement » par tous les moyens possibles et les médias en sont le vecteur idéal, puis de procéder peu à peu au changement de population… ou substitution pernicieuse…Ce processus, peut être vécu, à l’échelle d’un immeuble d’un arrondissement de Paris (le 14ème, par exemple) ou dans Londres, Bruxelles…etc.

Il s’agit véritablement d’une « Internationale antisociale » qui se veut aussi expérimentale, celle-là même, qui, sous couvert  » d’expérimentation sociale » fomenta la Grande Guerre de 1914 – 1918. Ajoutons à cela l’esprit superficiel et moutonnier de notre époque, et le cocktail est prêt à se déguster. Cette « institution » qui n’a pas de façade se coule dans toutes les autres, transnationales, transpartisanes et même transculturelles et ethniques, ce qui explique certaines similitudes de choix politiques, sociétaux, et des alliances qui peuvent paraître, dans nos démocraties occidentales comme contre nature, comme , par exemple, entre catholiques et musulmans qui peuvent employer la même rhétorique pour parvenir à leurs fins, les uns s’adossant aux autres !

La situation est devenue tellement alarmante que de plus en plus de citoyens sont confrontés à des choix politiques qu’ils n’auraient pas imaginés des années auparavant. De plus en plus, mais encore trop peu et c’est pourquoi, devant les terribles dangers qui pèsent sur LA démocratie, en France, comme ailleurs, nous ne pourrons pas, me semble -t-il, faire l’économie d’un Gouvernement de Salut Public . Et il faudra bien que celui ci hausse le ton face aux « pétromonarchies » comme aux « juges américains » donneurs de leçons .

Oui, le temps des politesses semble définitivement révolu et c’est bien ici, àRésistance Républicaine ou Riposte Laïque, que l’on a appris la leçon, parce que c’est la vie même, qui, de manière trop souvent douloureuse, hélas, nous l’enseigne.

Jarczyk 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




3 thoughts on “Nous ne pourrons pas faire l’économie d’un gouvernement de salut public, par Jarczyk

  1. AvatarPhilippe le routier & Co

    La suppression de l’allocation logement aux étudiants non boursiers est la suite logique de la baisse (VOLONTAIRE) du niveau des élèves.
    Le but étant d’empêcher que les enfants du routier, du manoeuvre ou de l’ouvrier ne puissent venir concurrencer les enfants de nos énarques.

    Même l’insécurité et le prix des logements y participent.
    Perso, mes filles sont TRÈS douées en classe. (merci Maman car ça, ça viens pas de moi) Mais si plus tard elles veulent suivre des hautes études ?
    Financièrement, en tirant le diable par la queue, on pourrait leur louer quelque chose à peu près n’importe où (mais j’insiste, ce serait dur, et elles sont quatre)
    Mais les voir partir pour certaines villes, notamment Paris, je ne peux même pas l’imaginer, cette ville est devenu un vrai coupe gorge (façon halal)
    Nous verrons donc quelles seront les universités dont elles pourront revenir chaque jour (d’autant que les reportages sur la vie étudiante ne rassurent pas non plus)

    Et en écrivant je pense à un truc.
    Oui mes gosses sont douées.
    Mais est ce que ça vient de l’école ? J’en suis même pas sûr tant le niveau à été raboté. Imaginez, la plus grande, en CM1, ils en sont encore à des dictées PRÉPARÉES ! (Et jamais plus de cinq lignes) et il faut voir le niveau général de la classe, qui va de paire avec le niveau des profs, même le directeur fait des fautes dans les appréciations sur les bulletins !

    Donc OUI, faudra un sacré changement.
    Mais combien de NOS gosses auront DÉJÀ été sacrifié et transformé en têtes pleines d’eau juste pour ne pas que la diversité ne se sente humilié ? Juste pour atteindre les 80% de bacheliers si chers à Jack Lang ?
    Et il vaut quoi ce Bac, obtenu par tellement d’élèves avec parfois des moyennes absolument nulles ?

  2. AlainAlain

    Effectivement, la vie est meilleure enseignante, une qui voie d’un mauvais œil les mauvais élèves : ceux qui refusent d’apprendre leurs leçons verrons ces leçons revenir encore et toujours dans leurs cahiers, mais de plus en plus difficiles et sévères, jusqu’à ce qu’elles soient finalement apprises.

    Et ça c’est si on a du pot, pouvoir enfin les apprendre ces leçons.

  3. Avatardedens

    eh oui il faut bien payer tout les profiteurs de notre société plutôt que d’aider nos étudiants
    eh oui il vaut mieux aider roms kurdes africains…. plutôt que nos étudiants
    eh oui il vaut mieux donné des sous a l’afganistan plutôt que d’aider nos étudiants

    vivre la France

Comments are closed.