Communiqué de Résistance républicaine : le non doit l’emporter le 7 avril en Alsace


Le 7 avril prochain, les Alsaciens devront dire s’ils veulent réunir en une seule Assemblée les deux Conseils généraux et le Conseil régional d’Alsace.

Résistance républicaine s’inquiète des conséquences d’une telle fusion qui  affaiblirait l’Etat et donc la République. La disparition des départements accélérerait en France le processus voulu par l’Union européenne d’effacement des Etats-nations, ultimes remparts contre la mondialisation  pour ne plus laisser qu’une Europe des régions. Chacune de ces dernières seraient trop faibles, trop isolées, pour pouvoir se battre et imposer les desiderata de ses citoyens.

Résistance républicaine réaffirme son attachement à l’identité nationale, incompatible avec l’autonomie d’entités territoriales revendiquant un particularisme culturel, celui-ci ne devant s’exprimer que dans le cadre unitaire de la République.

Nous appelons donc les Alsaciens à se déplacer pour voter massivement NON dimanche prochain, afin de ne pas voir l’Alsace se fondre dans une mondialisation qui fera disparaître et son identité et l’identité française.

Christine Tasin,

Pour le Directoire de Résistance républicaine




Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


6 thoughts on “Communiqué de Résistance républicaine : le non doit l’emporter le 7 avril en Alsace

  1. maginet

    Bonjour,

    Je lis tous vos articles, je suis alsacienne, et selon les discours tenus par la population, une bonne partie ne s’intéresse pas au sujet et ne veulent pas s’informer donc ne vont certainement pas se lever pour aller voter,
    on peut appeler cet événement « LES ILLUSIONS PERDUES  » depuis que la gauche est au pouvoir, car ceux qui ont voté pour elle, sont devenus amnésiques, déçus par le Moi Président . Et l’affaire défrayant la chronique depuis hier

    ne fait qu’accentuer leur désespoir et augmenter le regret d’avoir voté pour elle. Ils se soucient plus de l’immigration en forte hausse, de toutes ces femmes qui se promènent partout avec leurs accoutrements, de la violence qui s’accentue, des incivilités, des mosquées en construction, de la justice clémente envers les délinquants souvent multirécidivistes Le sujet construisons des prisons , faisons travailler ces derniers à nettoyer nos rues qui ressemblent de plus en plus à des dépotoirs, et fermons les frontières

  2. ZRR_

    Etant corse, j’ai honte des imbéciles collabos qui, en 2003, ne nous ont pas débarrassés de la République bananière parisienne. J’espère bien que les Alsaciens vont voter OUI et débuter ENFIN le démantèlement DEFINITIF de l’état jacobin mafieux qui s’autoproclame pays des droits de l’homme.

    Comme on dit chez moi: I.F.F.

    1. resistancerepublicaine

      Apparemment vous êtes plus que minoritaires à vouloir imposer aux Corses de sortir de France, toutes les élections donnant des résultats très bas aux indépendantistes et vous vous obstinez à vouloir faire le malheur des corses malgré eux ? qui sont les imbéciles, en l’occurrence ?

  3. maginet

    Suite à mon message du 03 04 on peut lire dans la presse l’article suivant : La France déprime, les raisons du malaise
    Je suis une battante et comme vous mais à un moindre échelon j’essaie de les réveiller et de les booster afin qu’ils manifestent leur mécontentement et leur colère mais la réponse de la plupart me tétanise  » Il est trop tard et que veux-tu qu’on fasse . Ma réponse ne jamais baisser les bras comme vous le faites , trop facile et c’est la raison pour laquelle tout s’écroule et tout va mal .

    Les Français sont connus pour leur pessimisme et le dernier sondage rendu public jeudi par Viavoice n’inverse pas la tendance : sept sondés sur dix estiment que la France et ses habitants vivent une « dépression collective ». La faute à une fragilisation de notre système sociale mais aussi à une perte des valeurs fondatrices de notre pays.
    Le système social perçu comme menacé. Pour les deux- tiers des Français (66%), la France est en déclin, en particulier son système de soins (70%), son système éducatif (69%) et l’Etat providence (69%). Huit personnes interrogées sur dix estiment que le système social français (Sécurité sociale, allocations chômage, Smic, RMI) « sera certainement remis en cause à l’avenir ».
    Atouts et faiblesses de l’Hexagone. Si le modèle français est menacé, c’est parce que notre pays est handicapé, aux yeux des sondés, par sa fiscalité trop lourde (53%), ses règles et contraintes administratives (52%) ou encore son manque de compétitivité (coût du travail, 36%). Ses atouts: sa culture (46%), sa qualité de vie (36%) et sa recherche
    Un pessimisme économique qui va en se renforçant : alors que les sondés étaient 64% en février 2010 à trouver que le pays est de moins en moins performant dans le domaine économique sur le long terme, ils sont désormais 87%.
    Un malaise pas seulement lié au contexte économique. « Pour comprendre cette dépression collective, il est difficile de faire référence uniquement à une addition de difficultés individuelles, ou aux contraintes économiques et sociales qui pèsent sur la France », avance l’institut Viavoice, car « une croissance économique proche de zéro, un taux de chômage de 10% ont déjà été atteints sans connaître un tel malaise ».
    Un malaise aussi identitaire ? Pour Viavoice, ces résultats « révèlent une profonde dépression française, qui s’explique pour une large part par un sentiment d’identité perdue ». Le remède à cet état dépressif passe, selon les personnes interrogées, par une mobilisation autour d’éléments fédérateurs et par un attachement à de grandes valeurs. Pour 46%, il faut surtout inventer un nouveau mode de vie.
    Mais quelles valeurs les Français invoquent-ils ? A l’échelle de la société, ils privilégient le travail (44%), la justice sociale (34%) ou encore le respect des gens (30%). Mais, à titre personnel, ils citent en tête la famille (29%), devant le respect (28%) et la justice sociale (28%), alors que le travail (24%) n’arrive qu’en sixième position.
    Cette enquête, réalisée par l’institut de sondage Viavoice pour l’agence de communication W&Cie, a été menée par internet du 20 au 27 février auprès d’un échantillon représentatif de 1.002 personnes âgées de 18 ans et plus.

Comments are closed.