Socialiste = laxiste = fossoyeur de l’école et de la France


La majorité socialiste au Sénat vient d’abroger la loi qui supprimait les allocations familiales aux familles des enfants présentant un lourd absentéisme scolaire. Lourde erreur.

Et les raisons invoquées sont à pleurer.

Il semblerait que cette loi ne serait pas efficace parce que sur les 619 familles privées d’allocations familiales seules 142 auraient rectifié le tir. Quand bien même ce serait vrai ce ne serait pas à négliger, non ? Et après tout si les familles ne rectifient pas le tir il est logique qu’elles soient pénalisées, puisqu’elles ne respectent pas l’obligation scolaire pour leurs enfants.

 Mais c’est là un beau mensonge de la sénatrice socialiste Françoise Cartron qui a proposé l’abrogation puisque la réalité, comme le rappelle le député UMP Eric Ciotti qui avait déposé la loi initiale, il y a en fait des milliers de familles qui ont été alertées et sommées de mettre en pratique l’autorité parentale dont elles disposent, faut de quoi elle se passeraient d’allocations familiales… Et ça marche, des milliers de familles ont obligé leurs enfants à reprendre le chemin de l’école…

 Là où ça se corse, c’est quand on entend la même sénatrice socialiste dire que la suppression des allocations familiales ça ne marcherait pas… parce que, finalement, ces pauvres gosses qui pratiquent l’absentéisme scolaire sont majoritairement dans des lycées professionnels et s’ils sont absents ce serait  parce qu’ON les aurait mal orientés…

Que signifie « mal orientés » ? Comme ce sont la plupart du temps des glandus qui n’ont pas bossé au collège, qui en ont fait voir aux équipes éducatives, qui n’ont pas eu le niveau pour obtenir un passage en sedonde générale, qui n’ont la plupart du temps pas même le niveau nécessaire pour obtenir la seconde professionnelle de leur choix (si tant est qu’ils veuillent faire autre chose que glander aux frais de la société) il est normal qu’ils se retrouvent dans des filières qui ne leur plaisent pas spécialement. Mais c’est à eux e tà leurs parents d’assumer. Ils n’ont pas d’excuse, d’autant moins que notre société met un dispositif de formation permanente et de reconversion énorme à disposition de tous, tout au long de leur vie.

 Mais pour les socialistes qui nous gouvernent, bien entendu, sont visés ces profs élitistes qui osent refuser à chacun le droit de dormir au fond de la classe pour avoir un bac qui ne sert à rien quand on n’a n’a pas la volonté de travailler et quand on n’a pas les bases nécessaires pour suivre en grandes écoles et en université.

 Mais nos bons apôtres de l’égalitarisme n’en ont cure. Pourvu que le système scolaire produise de plus en plus d’incapables qui feront monter les chiffres du chômage afin de justifier, de plus en plus, la disparition de nos acquis sociaux, pourvu que le système scolaire produise de plus en plus d’incapables et de fainéants qui justifient qu’on fasse venir de l’étranger les élites qu’il nous faut, médecins, informaticiens, enseignants, chercheurs… ainsi que la main d’oeuvre chargée des métiers manuels qu’il nous faut afin de mettre en oeuvre le grand remplacement de population dont ils rêvent, tout va bien pour le meilleur des mondes. Le leur. Qui n’a rien à voir avec le nôtre, et la fracture se creuse chaque jour davantage entre le peuple et ceux qui gouvernent et votent les lois.

Christine Tasin

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


11 thoughts on “Socialiste = laxiste = fossoyeur de l’école et de la France

  1. POLLETT DanielPOLLETT Daniel

    Et quand les PV pleuvent sur les conducteurs travaillant ou allant à leur travail pour quelques km/h, ils se demandent si ces gens ont été bien orientés dans leur carrière professionnelle, ou s’ils auraient normalement dû travailler à côté de chez eux sans avoir besoin de voiture et dans une autre qualification?

  2. tristan

    Je suis d’accord avec vous sur les grandes lignes et ne peut qu’abonder dans votre sens mais un paragraphe me chagrine:
    « Que signifie « mal orientés » ? Comme ce sont la plupart du temps des glandus qui n’ont pas bossé au collège, qui en ont fait voir aux équipes éducatives, qui n’ont pas eu le niveau pour obtenir un passage en seconde générale, qui n’ont la plupart du temps pas même le niveau nécessaire pour obtenir la seconde professionnelle de leur choix (si tant est qu’ils veuillent faire autre chose que glander aux frais de la société) »

    Étant moi même le contre exemple de ce que vous dites, niveau satisfaisant mais aucune motivation pour passer bac général et me retrouver caissier chez mammouth ou autre (vu que le niveau du bac est de plus en plus bas mais bon ce n’est pas le sujet) j’ai préféré me diriger vers des études techniques je dirais presque à l’encontre de l’avis de certains prof qui considèrent cette voie pro un peu comme vous le faites. Je trouve cela triste de considérer la voie technique ou de l’apprentissage comme des voies de garages pour élèves sous doués ou sous motivés, il y a en général plus d’opportunités de carrières qu’avec un bac général ou même un bac plus 2 qui équivaut a un BTS et pour je crois être payé plus qu’une caissière de chez mammouth…

    cordialement

    1. resistancerepublicaine

      Je suis désolée que vous ayez pu comprendre cela dans mon texte !!!! Je suis au contraire plus que favorable à l’apprentissage et aux sections techniques parce que comme vous le dites bien lebac mène en général au métier de caissier… Je ne parlais que de la conception de la sénatrice qui considère que les jeunes toujours absents en lycée technique sont mal orientés et j’expliquais que si c’était le cas c’était qu’ils avaient refusé de s’investir partout

  3. Djill

    Christine bonjour,

    Vous pourriez en faire un sujet, on en a pas encore parlé:

    Parfois l’absentéisme est excusé (et officialisé) pour des raisons religieuses.

    Petite anecdote vécue hier soir à Roubaix:

    Apres une bonne journée de travail, conclue par la lecture de mes journaux favoris (RR, RL entre autres) je décide d’aller boire une bonne Pils à la terrasse d’un café.

    J’y rencontre une mère de famille que je connais, toute fière de me dire que sa fille de 10 ans venait d’avoir (une fois n’étant pas coutume) un super bulletin.

    J’apostrophe la gamine qui jouait à proximité et lui dit :
    « Alors miss, il parait que t’as eu des supers notes ? »

    « Ouais, j’ai eu des 17/20 » me dit elle toute fière « et ils devraient nous donner les bulletins demain »
    « Bin dis donc » lui di- je « pour une fois tu vas être super contente d’aller à l’école demain ! »

    Elle me répond: « non j’ai pas envie d’y aller, ça sert a rien, on va rien faire, y’aura plein d’absents »

    Je me retourne vers la maman et lui demande pourquoi il y aura plein d’absents.

    Elle me regarde comme si j’étais un extra terrestre et me répond: « Bin c’est l’Aïd ! »

    J’ai envie de hurler mais je me contiens et je fais mine de ne pas savoir ce que c’est.
    Alors elle poursuit : « Bin c’est pour les musulmans, c’est comme Noel, mais ils égorgent le mouton »

    Je ne pousse pas le vice à lui demander s’ il s’agit d’une école coranique mais je me fais bien préciser qu’il s’agit de l’école publique.

    L’école publique…l’école de la république !

    Djill

  4. Al-Garad

    Pas fous les socialos : l’égalité des chances ils n’aiment pas cela. Comme la répartition des richesses : c’est bon pour les autres.
    Leurs enfants pourront ainsi éviter la perte de temps que sont les profs nuls ou profs pagaille et suivre des cours privés en groupes de cinq à la maison, au cas par cas.
    Pour les langues : envoyer leurs rejetons dans les cours d’été à l’étranger.
    Pour l’Histoire et le français : cours privés, quitte à se cotiser.

    Quant à la racaille, elle est de toute façon non récupérable car on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif.

  5. Hélène

    La suppression des allocations familiales devrait, a minima, concerner l’ARS (allocation de rentrée scolaire) car si les enfants ne vont pas à l’école, il est normal que leurs parents ne touchent pas une somme qui lui est directement dédiée. Parfois, d’ailleurs, elle est destinée à des achats de toute autre nature.

Comments are closed.