Les principes de l’Ayatollah Khomeiny (1)


En guise d’apéritif à ce qui nous guette au train où vont les choses, le Frankistan, une République devenue une théocratie communautariste prônant l’inégalité (de l’homme et de la femme, du musulman et du non musulman…), le refus de la démocratie et une justice aux mains des tribunaux islamiques, quelques extraits du petit livre vert de l’Ayatollah Khomeiny…

 Page 63, 16 : L’enfant impubère est impur si ses parents et ses aÏeux ne sont pas musulmans, mais s’il a un musulman dans son ascendance il est pur.

 Page 62, 15 : Tout homme ou femme qui nie l’existence de Dieu, ou qui croit en ses partenaires (La Sainte-Trinité) ou bien encore qui ne croit pas en son prophète Muhammad est impur (au même titre que l’excrément, l’urine, le chien, le vin)

 Conclusion du jour : ne parlons pas musulman, ne traitons personne, fût-il la pire des racailles, de merde, de porc ou de chien. 

 La rigolade du jour :

Page 64, 23 : L’homme qui a éjaculé par suite d’un coït avec une femme autre que la sienne, et qui éjacule à nouveau en faisant le coït avec une autre que sa femme légitime, n’a pas le droit de faire ses prières s’il est en sueur ; mais s’il fait d’abord le coït avec sa femme légitime et ensuite avec une femme illégitime, il peut faire ses prières même s’il est en sueur.

 Conclusion 2 du jour : c’est ça l’islam, diriger, commander, ligoter l’homme par  tout un pas de prescriptions lui enlevant son libre arbitre, afin d’en faire un  être soumis ne rêvant que d’asservir l’autre pour se défouler. 

Christine Tasin

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


14 thoughts on “Les principes de l’Ayatollah Khomeiny (1)

  1. Dorothée - Paulmest

    A ce stade, il faut être retord ou déranger du neurone. Alors je suis impure. Les comparatifs sont purement bestiale, et regarder les cerfs en période amoureuse est bien plus jouissif à l’esprit, et je vais prier (même si ce n’est pas dans ma coutume) pour qu’ils soient tous enfermés en asile.

  2. Jallade

    Dans la même veine -et d’une haute spiritualité- voir ce hadith de Boukhâry » :

    R 64- Sur le lavage et le frottement des traces du sperme… :
    229- « Aisha a dit : Je lavais des fois les traces de sperme du vêtement du Prophète qui sortait ensuite pour se rendre à la prière malgré les traces de l’eau sur son habit. »
    (Sahih al-Boukhâry – Ed Al-Assriyah – 2003- Beyrouth)

  3. Jallade

    Khomeiny n’aime pas l’urine ? Pourtant çà se boit :

    R.66 – Sur l’urine des dromadaires, des équidés, des ovins, et sur les enclos de ces derniers :
    233 – ‘Anas dit : « Quelques membres de la tribu de ‘Ukl arrivèrent à Médine et détestèrent alors d’y rester. Et le Prophète de leur donner l’ordre de rejoindre de chamelles et de boire du lait et de l’urine de ces bêtes… »
    (Sahih al-Boukhâry – Ed Al-Assriyah – 2003- Beyrouth)

  4. Michel (Bruxelles)

    Chère Christine,

    Ne seriez-vous pas -légèrement s’entend- un peu mauvaise langue ? lol + second degré.

    Pour abonder dans votre sens, j’ai dans mes « archives » la copie numérique d’un opuscule d’une trentaine de pages, écrit par Khomeiny, et publié en son temps par Jean-Edern Hallier.
    En névrosé obsessionnel, Khomeyni y décrit la façon islamiquement correcte de déféquer.
    Oeuvre impérissable (bof, …) permettant à son auteur, d’être considéré comme un grand théologien !!!
    Si vous en souhaitez une copie, n’hésitez pas à me contacter.

    1. resistancerepublicaine

      Si peu mauvaise langue, Michel… -;) Je vous écris directement depuis ma messagerie perso pour le reste

  5. Juggernaut

    La Caste se sert de l’islam pour monter les gens les uns contre les autres, elle compte sur l’islam pour faire le « très sale boulot » à sa place. Pourquoi ils privilégient l’islam : parce-que leurs fondamentaux communs sont les mêmes.
    Pour les uns le mensonge, la trahison, la lâcheté pour les autres la taqqyia. Pour les deux le contrôle des masses par une dogmatique fasciste : le but final étant une obéissance aveugle par un cadrage féroce, par la mise en place d’une soumission absolue. Et une fois leur ‘but’ atteint et la phase « préparatoire » achevée, et en remerciement pour « services rendus », la Caste les « passera à la moulinette » eux aussi pour ne pas laisser de traces, car les barbus ne le savent pas encore, mais ils ne font pas (et n’ont jamais fait) partie du plan futur de ces oligarques mégalomanes.

  6. Erga

    Excellente Christine Tasin,

    Dans votre élan, ce charabia :
    « NE PARLONS PAS MUSULMAN, ne traitons personne, fût-il la pire des racailles, de merde, de porc ou de chien. »

    Incompréhensible.

    — « Ligoter l’homme par tout un PAS de prescriptions. »

    Tout un TAS ?

    1. resistancerepublicaine

      bien sûr lapsus calami pour la premiere phrase cela signifie que si des musulmans traitent les non musulmans de porcs etc ne faisons pas comme eux

  7. Erga

    @ Michel (Bruxelles) le 16 octobre 2012 à 23 h 17 min

    Je recherche ce livre depuis des années. Si Christine Tasin voulait bien m’envoyer le PDF que vous lui aurez transmis, je serais au paradis.

    1. resistancerepublicaine

      Il y a peut-être un truc à cocher quand vous postez un commentaire pour être prévenu automatiquement moi je ne peux rine faire à mon niveau

  8. Jallade

    Autre histoire de zizi et de prière :

    voir auparavant cette définition du mot « janâba » : Etat de « janâba » : « Ecoulement du sperme et impureté légale qui en résulte, et qui empêche de faire la prière sans procéder à l’ablution ». Dictionnaire arabe/français Kasimirski -1860.

    R – 17 : Si, une fois qu’on est à la mosquée, on se souvient qu’on est atteint d’une janâba, on doit dans cet état, sortir sans faire d’ablutions sèches.
    275- Abu Hurayra dit : « On fit l’appel du commencement de la prière, on aligna les rangs des fidèles qui étaient encore debout et le Messager de Dieu arriva alors ; Mais, une fois debout dans son musalla, il se souvint de sa janâba. « Gardez vos places ! » nous dit-il, puis revint et fit des ablutions majeures. En revenant vers nous sa tête dégouttait encore de l’eau. Enfin, il prononça le takbir et nous de prier avec lui ».
    (Sahih al-Boukhâry – Ed Al-Assriyah – 2003- Beyrouth)

Comments are closed.