Repas sans viande : bonnet d’âne pour le maire de Lyon
Cantines sans viande à


Aux antipodes du maire de Castanet-Tolosan, celui de Lyon, depuis 4 ans, fait le jeu du communautarisme en proposant des repas sans viande.

Contrairement au contentement béat affiché par le maire et ses accolytes, il ne s’agit pas d’une avancée, mais d’une défaite. Dans le sein de l’école publique, le communautarisme et les interdits alimentaires les plus rétrogrades, imposés à des enfants qui ne les ont pas choisis, sont privilégiés.

Inventer les repas sans viande c’est accepter que des gens imposent , en France, la prise en compte d’interdits religieux, c’est nier la la¨%icité et c’est nier le vivre ensemble.

Un moment à savourer dans la video ci-dessus : l’explication du maire prétendant lutter contre l’ancienne discrimination qui faisait que certains enfants étaient dits « sans viande » en proposant des repas « sans viande ». Cherchez l’erreur. Mais ne cherchez pas pourquoi l’intégration, pour ne pas parler d’assimilation, est devenue, en France, un rêve impossible.

Ne cherchez pas non plus pourquoi cette video est mise en ligne par le fameux comité contre l’islamophobie, association reconnue d’intérêt général, donnant droit à réduction d’impôt…

Christine Tasin

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


7 thoughts on “Repas sans viande : bonnet d’âne pour le maire de Lyon
Cantines sans viande à

  1. miel de fiel

    Je viens de suivre la rapide intervention téléphonique de Christine chez Ménard au sujet des cantines.

    Toujours aussi lumineuse et posée la Dame ! Une petite voix légère qui balance des mots lourds de sens et que ceux d’en face entendent parfaitement bien rassurez-vous ….

    De mon temps (dans les années 50), pas de cantine, sauf pour les internes hébergées dans le lycée et les rares 1/2 pensionnaires.

    Voici le terme « laïcard » devenu un gros mot !
    L’islam est vraiment le pire fléau de l’humanité, le combattre est un honneur. J’ai discuté l’autre soir avec trois kabyles, la cinquantaine, dont un parlait marseillais comme Raimu, ils se prennent des réflexions de la part des « jeunes embrigadés » parce qu’ils boivent une bière en public. Le flicage à Marseille devient pénible.
    Pauvre Canebière, j’en suis malade. mais vraiment, je suis tombée malade de rage rentrée depuis l’Août du ramadan.
    Merci Christine, je ne regrette pas mon choix.

    1. resistancerepublicaine

      Merci Miel de fiel pour ces encouragements et ce témoignage. Je suis fière que vous soyez avec nous.

      1. barbaroux

        Des repas sans viande : MAIS QUELLE HORREUR !

        Peut-on un jour espérer une lueur d’intelligence chez les Français !

        Enfin un maire intelligent, qui voit plus loin que le son des cloches de nos Eglises de la FRANCE profonde.

        Proposer des repas sans viande c’est respecter la laïcité.

        Je vous rappelle qu’il y a PLUS DE 2 MILLIONS DE FRANCAIS QUI NE MANGENT PAS DE VIANDE.
        MAIS MALGRE CELA ON S’OBSTINE A NE PROPOSER QUE DE LA VIANDE /SINON RIEN A LA PLACE !!!!!!!!

        Où se situe l’intolérance ?

        1. resistancerepublicaine

          Il est toujours possible aux végétariens de ne pas manger la viande, sans que l’on ait à faire des repas spéciaux. Accepter qu’il y ait des repas sans viande -non pas par demande des végétariens qui depuis toujours s’adaptent à la situation- c’est accepter la notion de halal. C’est monstrueux et cela n »a rien de laïque. Les spécificités alimentaires ne doivent apparaître que dans la vie privée et non dans des revendications collectives.

  2. cathy catowl

    bon, là je ne comprends plus. Si vous voulez combattre la viande halal, l’idéal c’est les repas sans viande.
    Mieux vaut sans viande que viande halal.
    Un peu de stratégie quand même.
    Bon sang voilà ce que j’ai trouvé

    Pour comprendre il faudrait que vous lisiez l’article ensuite la lettre adressée à madame Grossetête.

    http://www.lesechos.fr/opinions/points_vue/0201561078789-viande-le-risque-de-stigmatiser-205065.php

    madame la députée européenne,

    J’ai lu avec intérêt votre article publié dans ‘les échos’ sous le titre’Le risque de stigmatiser’.
    Donc j’ai suivi votre avertissement et je suis devenu végétarien.
    En effet, comme vous le signalez bien dans votre article, la stigmatisation de la communauté des consommateurs de casher-halal a eu pour conséquence, la non consommation de viande par les non halal-casher, c’est à dire nous, les gens ordinaires qui n’avons pas de label pour indiquer quels morceaux de viande nous sont destinés. La viande nous étant destinée étant la viande d’animaux qui ont été étourdis avant abattage selon la loi du code rural.
    Par conséquent, ne trouvant pas d’étiquette sur les barquettes de viande,j’en ai déduit que vous ne désiriez plus que la viande fasse partie de mon menu.
    Je fais donc partie maintenant de la communauté des consommateurs appelés ‘les végétariens’ et j’espère bien par ma consommation de substituts à la viande (tofu, tempeh, seitan et quorn) participer au développement économique de ce secteur plein d’avenir.
    Bien sur, je voudrais vous aider à vous débarrasser de ces surplus de viande égorgée à vif dont personne ne veut . Mais je ne peux pas il faudrait demander à la communauté halal-casher de faire un effort supplémentaire de consommation.
    Mais avant tout,Je voudrais dire que je suis sincèrement désolée pour la communauté de consommateurs casher qui va voir grimper les prix de sa viande de façon exorbitante.
    Malgré ma sympathie pour cette communauté, je ne peux absolument rien faire pour eux, en tant que végétarien. Mais qu’ils sachent que je compatis à leur désarroi, sachant a quel point la cacherout est importante pour le maintien de leur communauté.
    Mais que voulez-vous, la vie est dure pour tout le monde.
    Je voudrais aussi que la communauté de consommateurs halal sache que je regrette qu’ autant de gens refusent de manger la viande halal en surplus qui est rejetée dans le circuit traditionnel. Ces gens sont peut -être un peu islamophobes et cela n’est pas bien.
    Mais moi, en tant que végétarien je ne peux pas manger de viande halal surtout que vous nous avez avertis qu’elle risque de pourrir dans les rayons, délaissée par les consommateurs snobs qui ne la trouvent plus autant à la mode.
    Je regrette autant que vous, Madame, toute cette stigmatisation de la communauté casher-halal, mais que voulez-vous, notre belle société multiculturelle doit parfois souffrir de quelques petits désaccords entre css membres.

    Je dois vous avouer que ma sympathie pour toutes les races et religions n’est pas aussi forte que le plaisir extrême procuré par l’abstention de viande depuis que j’ai eu la chance de découvrir votre article.
    Merci beaucoup Madame.

    Je vous prie d’agréer, Madame Grossetête, député européenne…, l’expression de mes sentiments civiques.

  3. Christine Tasin

    je ne suis pas d’extrême droite (si tant est d’ailleurs que cela signifie encore quelque chose) tout simplement parce qu’on est en train d’hallaliser la France, en supprimant la viande pour faire droit aux interdits alimentaires des musulmans on islamise la France et c’est monstrueux. Celui qui n’est pas content ou qui ne veut pas de viande ne mange pas la viande qu’il laisse sur le bord de son assiette et ses parents rééquilibrent ne protéine le soir ou bien ils le font manger ailleurs qu’à la cantine

Comments are closed.