18 juin : Jour J moins 5 avec un seul emblème, le drapeau français !


 

Nous serons au rendez-vous, et même si la météo n’était pas avec nous, nous chanterions, radieux et sans nous émouvoir pour si peu sous  nos parapluies bleu blanc rouge !

En effet, plus que jamais, nous devons résister  à l’entreprise de destruction de notre pays commencée il y a plus de trente ans et qui s’accélère d’une effrayante manière ces derniers temps. Il n’est, partout, question que d’une « nouvelle civilisation » (le PS), que de la soi-disant nécessité d’une immigration large en période de chômage (partis de gauche et UMP confondus, relayant les diktats de Bruxelles),  que de Français d’origine qui devraient s’adapter aux nouveaux arrivants et s’effacer devant eux (Les Indigènes de la République, relayés par l’extrême gauche, les Verts d’Europe Ecologie et le Parti Communiste), que de la nécessité de faciliter la pratique de l’islam, quand bien même ce système totalitaire refuserait le droit des femmes et nos lois… (tous les précédents confondus, relayés par les extrémistes islamistes).

Alors, attaqués dans notre identité, niés dans notre histoire, accusés parce que républicains, stigmatisés parce que patriotes amoureux de leur pays, qui reste, pour on ne sait combien de temps, la patrie des droits de l’homme, menacés par les fascistes islamisés et leurs complices actifs des medias et des associations droidel’hommistes, nous avons envie  de vivre, l’espace d’un après-midi, le sentiment d’appartenance à une seule nation, nous tous qui sommes des descendants de Saint-Louis, d’Italiens, de Portugais, d’Espagnols, de Maghrébins, de Russes ou de Roumains… arrivés dans notre pays depuis plus d’un siècle. Qui sait qui sont nos ancêtres ? Qui connaît nos origines ? Peu nous chaut. L’important est ailleurs. L’important c’est que nous sommes français, nous sommes devenus français ; l’important, c’est que nos ancêtres n’ont eu de cesse de devenir français, de donner des prénoms français à leurs enfants, ont fait l’effort de parler français à la maison pour faciliter l’avenir de leurs enfants,  et ont avec fierté répété, comme Rachid Kaci, « nos ancêtres les Gaulois ».

Nous devons être fiers de notre pays, l’orgueil n’est pas une faute mais une légitime nécessité. Oui nous avons apporté au monde 1789, les Lumières, Montaigne et Voltaire ; oui nous sommes les héritiers des Grecs et des Romains qui ont su inventer la démocratie, la « res publica », cette extraordinaire notion de bien commun qui a accouché de la République, et la philosophie, cette mère de la liberté d’expression comme de la liberté religieuse !

Alors oui, la France mérite bien d’être chantée le jour anniversaire d’une date historique, en même temps que la Résistance, indispensable, et c’est bien ce que nous disent nos chants patrimoniaux que sont la Marseillaise, le Temps des Cerises ou le Chant des Partisans…

Nous vous avons donné la semaine dernière une partie des titres des chansons que vous pourrez entendre samedi prochain, une adhérente de Résistance républicaine est allée en chercher le texte pour vous, pour que vous n’ayez qu’à imprimer pour réviser(1). Merci à elle.

Alors, à samedi, en bleu, blanc, rouge, sans autre emblème que le drapeau tricolore, parce que nous nous rassemblerons indépendamment de nos choix politiques !

Christine Tasin

Résistance républicaine

(1) Quelques chansons pour le 18 juin 2011

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.